5 vérités controversées sur votre mal de dos

homme qui prend des décisions éclairées et voit la lumière au bout du tunnel que représente le mal de dos
""Ces vérités sont le fruit d'études scientifiques modernes et démontrées. Elles sont essentielles à comprendre et à appliquer pour mieux gérer votre mal de dos.""

  Certains des énoncés révélées dans cet article vont probablement vous surprendre. D'autres pourraient même contredire ce que vous avez entendu par le passé! Mon but n’est pas ici de rabaisser qui que ce soit, mais je suis convaincu que c’est en adop..

"Ces vérités sont le fruit d'études scientifiques modernes et démontrées. Elles sont essentielles à comprendre et à appliquer pour mieux gérer votre mal de dos."
PARTAGEZ L'ARTICLE

 

Certains des énoncés révélées dans cet article vont probablement vous surprendre. D’autres pourraient même contredire ce que vous avez entendu par le passé! Mon but n’est pas ici de rabaisser qui que ce soit, mais je suis convaincu que c’est en adoptant une méthode démontrée scientifiquement que vous réussirez à traiter votre condition. Dans cet article, nous discutons de 5 vérités controversées sur votre mal de dos qui changeront probablement la conception que vous avez de votre condition. 

 

verites mal de dos

 

Mon objectif? Faire de vous un patient éduqué, afin que vous puissiez prendre des décisions éclairées en lien avec votre santé.

Bonne lecture!

 

1. La limite des traitements manuels: Les mains «magiques» de votre thérapeute ne sont pas aussi extraordinaires que vous ne le pensez!

 

Que ce soit la massothérapie, physiothérapie, kinésithérapie, ostéopathie, acupuncture, ou chiropractie, bon nombre de personnes souffrant de maux de dos consultent régulièrement ces thérapeutes pour soulager leurs symptômes. Souvent, les traitements vont apporter un certain niveau de soulagement, mais la douleur finit le plus souvent par revenir après un moment. Et devinez quoi? Il en va de même pour les gadgets du genre “foam roller”, tapis d’acupression, outils de massage, etc.

 

outils de massage
Avez-vous la collection chez vous?

 

Oui je sais, c’est bien dommage, mais pourquoi est-ce le cas? La réponse est simple…c’est parce que ce type de traitement passif (où le thérapeute ou un outil particulier fait tout le travail) procure un effet mécanique limité sur les tissus, ce qui explique l’effet court terme de réduction des symptômes. Initialement, on pensait qu’en tant que thérapeute, on était capable de modifier l’état de vos tissus en brisant les adhérences grâce à des massages, ou encore en repositionnant une vertèbre qui était «déplacée» grâce à une manipulation.

 

Aujourd’hui, on sait grâce à la science que ce n’est pas le cas.

 

Je sais, vous êtes probablement surpris (et même confus!) d’apprendre que votre thérapeute préféré ne «corrige» pas votre alignement, et qu’il ne «replace» pas votre bassin (qui n’était probablement pas désaxé en premier lieu!). En réalité, comprenez que le corps humain est beaucoup plus solide qu’on puisse imaginer. Vous imaginez les répercussions sur votre santé si votre dos pouvait se désaligner au moindre faux mouvement? En plus, ça véhicule le message que le corps est dépendant de quelqu’un d’autre (ie. votre thérapeute) pour pouvoir fonctionner. Le fait que vos vertèbres lombaires ne peuvent se déplacer (exception faite des accidents majeurs, bien sûr!) constitue donc une bonne nouvelle en soi.

 

Maintenant, il ne faut pas nier le travail exceptionnel de votre thérapeute pour  vous soulager! Mais si les techniques manuelles ont un effet mécanique minimal, par quel mécanisme peut-on constater un effet thérapeutique? En d’autres termes, comment se fait-il que vous ayez moins mal après une séance chez l’ostéo, le physio (kiné), le chiro, etc.

 

Les études récentes ont démontré que le soulagement apporté par ces techniques manuelles était principalement dû à un changement de perception du système nerveux (c’est-à-dire le cerveau), et non à des modifications au niveau de vos tissus comme tel. Pour saisir ce concept, il faut comprendre que la douleur n’est rien d’autre qu’un message envoyé à partir du cerveau vers une zone corporelle à travers un réseau de nerfs. En fait, les massages, mobilisations et manipulations renvoient un «message proprioceptif» au cerveau en lui donnant de l’information sur la région blessée. Ceci a souvent pour effet de désensibiliser cette région, ou encore en rassurant le cerveau que la zone sensitive peut être touchée ou mobilisée. Ceci mène éventuellement à une réduction de la douleur.

 

C’est un concept complexe, je sais…

 

traitement osteopathique
Cette manipulation peut être très utile, mais pas nécessairement pour les mêmes raisons que vous  puissiez le croire!

 

Bref, retenez ceci: Les thérapeutes effectuant des techniques manuelles peuvent grandement vous aider à diminuer vos symptômes, mais il faut garder en tête que leur effet à long terme est restreint. Elles sont efficaces seulement à court et moyen terme, par exemple si l’on ressent plus de douleur ou de raideur. Elles ne permettront pas vraiment de guérir la véritable cause de votre problème. En plus, elle crée une dépendance au thérapeute, ce qu’on veut idéalement éviter. Si vous avez le budget pour consulter un thérapeute toutes les semaines, tant mieux…mais la plupart des gens préfère trouver une solution plus durable!

 

 

2. Votre «mauvaise» posture n’est PAS la cause de vos problèmes de dos!

 

Combien de fois avez-vous entendu quelqu’un se plaindre de douleur au dos à cause de sa «mauvaise posture»? Peut-être que vous aussi, vous avez ce discours pour expliquer vos problèmes de dos? Peut-être pensez-vous qu’en adoptant une meilleure posture durant vos heures de travail, vos douleurs disparaîtront aussitôt? En tant que professionnels de la santé, on pensait initialement qu’étant donné que la position assise augmentait la pression sur les disques intervertébraux, elle pouvait mener à des hernies discales et autres problèmes de dos comme l’arthrose. Les thérapeutes exhortaient donc leurs patients à modifier leur poste de travail et adopter une posture rectiligne en creusant le dos.  

 

posture
Tiens-toi droit(e)!

 

Encore une fois, on sait aujourd’hui grâce à la science que ce n’est pas le cas. La solution au mal de dos est beaucoup plus complexe, et le lien entre la posture et les lombalgies est surprenamment inconsistant!

 

Considérez ceci : De nos jours, la plupart d’entre nous conduisons pour aller au travail, pour suite rester assis pendant toute la journée. Lorsqu’on rentre à la maison, que fait-on pour décompresser et relâcher notre stress? Vous l’avez deviné, nous nous écrasons sur notre sofa pour regarder notre émission préférée…On se demande ensuite pourquoi on a mal au dos!? Au lieu de pointer du doigt la mauvaise posture, il faut au contraire remettre en question nos habitudes de vie. Dans ce cas, ce n’est probablement pas la mauvaise posture qui cause nos douleurs, mais plutôt notre manque d’activité physique et mauvaise gestion du stress quotidien. Certes, lorsqu’on a mal au dos, rester assis très longtemps peut aggraver nos symptômes, mais ce n’est probablement pas la cause primaire expliquant notre problème.

 

Bref, si vous avez mal au dos après être assis durant une longue période, essayez plutôt de vous lever de votre chaise et de faire quelques pas. C’est beaucoup plus efficace que tenter de trouver la posture «parfaite» qui n’existe pas vraiment!

 

 

mal au dos dû au manque d'exercice
La posture parfaite n’existe pas. Changez de position aussi souvent que possible, et votre dos vous en remerciera!

 

 

3. Victime d’imagerie médicale…

 

Lorsqu’on a mal au dos, on veut bien évidemment comprendre pourquoi c’est le cas. Forcément, on pense que si l’on passe une radiographie, un scanner ou une imagerie par résonance magnétique (IRM), cela va nous indiquer la cause de notre problème.

 

«J’ai mal au dos à cause de ma hernie L4-L5.»

 

«J’ai beaucoup d’arthrose dans le bas du dos, c’est ce qui explique mon mal de dos chronique.» 

 

Voici ce qu’on entend le plus souvent pour expliquer nos problèmes de dos. Malheureusement, ceci est loin d’être vrai… Au contraire, dans certains cas, cela peut même AGGRAVER votre problème!!! Laissez-moi m’expliquer…

 

Confusion question
L’IRM aide parfois à clarifier le diagnostic…le plus souvent, elle n’apporte pas grand chose!

 

Saviez-vous qu’une proportion importante de la population asymptomatique présente des dégénérescences discales, profusions discales et hernies discales? En d’autres termes, même les gens n’ayant AUCUNE douleur lombaire peuvent présenter des changements à l’imagerie médicale. En d’autres termes, même si votre résonance magnétique démontre des hernies discales, il se peut qu’elles étaient présentes bien avant l’incidence de votre douleur, et donc que ces hernies ne sont pas nécessairement la cause de votre problème. En d’autres termes, ne paniquez pas si votre IRM est remplie de termes compliqués qui peuvent paraître effrayants et graves…c’est probablement dû à des changements NORMAUX qui se produisent dès l’âge de 20 ans.

 

Il faut toutefois nuancer que l’imagerie médicale peut s’avérer extrêmement utile pour identifier des conditions médicales plus sévères. Un professionnel de la santé qualifié saura vous guider pour décider de la pertinence d’une imagerie dans votre cas, et pour vous aider à mieux comprendre les résultats et étapes à suivre.

 

L’imagerie médicale a sa place dans le traitement des lombalgies. Par contre, il faut toujours corroborer les trouvailles avec une évaluation clinique.

 

4. Et si je vous disais que votre mal de dos chronique était aussi “dans votre tête”…

 

Lorsqu’on a mal au dos, on peut penser que la cause se rapporte à des muscles, ligaments, articulations ou disques. Mais saviez-vous que des pensées négatives telles que la peur, l’anxiété ou la catastrophisation sont fortement corrélées avec la douleur lombaire et l’incapacité? La séparation des facteurs physiques et psychologiques pour expliquer les lombalgies est une erreur que plusieurs patients –et thérapeutes– font. Par exemple, lorsque vous vivez une situation stressante au travail, vous sentez certainement votre dos plus tendu dans les jours qui suivent.

 

inc hypersensible et mal de dos

 

Un autre facteur déterminant est la kinésiophobie, c’est-à-dire la peur du mouvement. En évitant de bouger et en choisissant de reposer continuellement notre dos, on pense que cela va aider à diminuer notre douleur. Au contraire, comme les muscles s’affaiblissent et le dos s’enraidi davantage, c’est le contraire qu’on observe le plus souvent! Ainsi, en corrigeant les fausses croyances et en prodiguant l’éducation nécessaire, il est possible de grandement influencer la perception des symptômes… et ainsi favoriser la guérison.

 

 

Votre état d’esprit en est beaucoup pour vos problèmes de dos. Un esprit sain dans un corps sain, rappelez-vous…

 

 

 

5. Il faut bouger lorsqu’on a mal au dos!

 

L’effet bénéfique de l’exercice physique est connu de tous. En effet, tout le monde sait que c’est l’une des meilleures façons de se maintenir en forme et en santé. Par contre, pour la population ayant des douleurs lombaires chroniques, plusieurs sont réticents à s’engager dans un programme d’exercices.

 

Danger flexion lombaire
Non, faire de l’exercice ne doit pas toujours ressembler à ça!

 

D’abord, sachez que l’exercice combiné à la thérapie manuelle à été démontré comme étant plus efficace pour traiter les lombalgies par rapport à la thérapie manuelle seule. Ceci veut dire que si vous voulez mettre un terme à vos douleurs au dos sur le long terme, un massage ou une manipulation ne suffisent généralement pas…il va falloir bouger! Les raisons expliquant cela sont multiples: d’abord, l’exercice physique, notamment les exercices aérobiques, ont un effet positif sur la douleur. En favorisant un apport sanguin et en oxygène aux tissus, ceci permet une meilleure guérison et une désensibilisation de vos nerfs hypersensibles. L’exercice améliore aussi le sommeil, l’appétit, l’humeur et l’anxiété…Rappelez-vous que ces facteurs sont étroitement reliés aux lombalgies. Par ailleurs, en intégrant un programme de renforcement des muscles stabilisateurs du dos, ceci peut aider à contrôler vos symptômes et prévenir les récidives de blessure dans le futur. (Attention, ça ne doit pas forcément se réduire à faire du gainage!)

 

D’accord, direz-vous, je suis conscient de l’importance de bouger, mais je n’ai aucune idée des meilleurs exercices adaptés à ma situation. Pire encore, j’ai peur d’aggraver mes douleurs en faisant un faux mouvement. Plusieurs diront qu’ils manquent de temps, mais les plus honnêtes avoueront qu’il s’agit également d’un manque de motivation. Que ce soit dû à la monotonie des exercices ou à leur complexité, nombreux sont ceux qui ont délaissé le programme qu’ils avaient débutés, abandonnant parfois même leur inscription en salle de fitness!

 

exercices de groupe

 

La solution est donc de trouver un moyen de faire de l’exercice pour améliorer vos symptômes et votre qualité de vie, sans pour autant exacerber vos symptômes…Pour cela, il va falloir mettre l’accent sur des exercices thérapeutiques dosés et ajustés en fonction de votre condition. Il existe également certaines activités physiques pouvant aider à améliorer vos symptômes. Quoi qu’il en soit, il va falloir miser sur des activités stimulantes et amusantes qui vous empêcheront d’arrêter en cours de route, ou de perdre votre motivation. Croyez-moi, c’est tout à fait possible! Il suffit juste d’avoir les bons outils et/ou les bonnes ressources.

 

Conclusion

 

Voilà! Les vérités énoncés ci-haut sont le fruit d’études scientifiques modernes et démontrées. Elles sont essentielles à comprendre et à appliquer pour mieux gérer votre mal de dos. Cessez de considérer les massages comme l’unique façon de réduire vos maux de dos, et soyez l’acteur principal de votre guérison. Comprenez l’implication du sommeil et du stress dans votre condition, et cherchez à favoriser un environnement sain en adoptant de bonnes habitudes de vie. Pesez le pour et le contre avec un professionnel de la santé avant de passer une imagerie médicale. Cessez de blâmer votre posture comme étant LE facteur responsable de votre lombalgie, et évitez d’adopter une attitude sédentaire. Bougez, tout en respectant votre douleur et votre niveau d’activité physique. 

Je ne le répèterai jamais assez: “Un patient éduqué augmente considérablement ses chances de guérison”. 

Maintenant, à vous de jouer. Bonne guérison!

 

Si vous souffrez d’une condition particulière (hernie discale, lumbago, blessure sportive, etc.), nous vous proposons des guides spécifiquement conçus pour vous aider à traiter vos symptômes et reprendre la vie que vous méritez. Rendez-vous dans la section GUIDES EN LIGNE.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *