Abcès épidural : Symptômes et prise en charge (Que faire ?)

Abcès épidural : Symptômes et prise en charge (Que faire ?)

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

La moelle épinière et le cerveau forment le système nerveux central. Ce dernier est recouvert et protégé par trois méninges. De l’extérieur vers l’intérieur, on retrouve la dure-mère, l’arachnoïde et la pie-mère. La dure-mère est la couche superficielle qui protège l’encéphale. Elle permet aussi la séparation des os et des structures nerveuses présentes dans cette partie du corps.

 

Une infection, entre les méninges ou les membranes qui tapissent le système nerveux central, peut causer un gonflement de l’espace épidural. Ce phénomène est appelé « abcès épidural ». Nous en parlons dans cet article.

L’abcès épidural en quelques mots

 

L’abcès épidural se traduit par une accumulation de pus dans l’espace épidural. Ce pus peut être présent soit entre la dure-mère du cerveau et le système nerveux, soit entre la dure-mère de la moelle épinière et l’os adjacent.

 

Abcès spinal épidural ou abcès épidural de la colonne vertébrale

 

Lorsque le pus est présent quelque part le long de la colonne vertébrale, on parle d’abcès spinal épidural (ASE) ou abcès épidural de la colonne vertébrale. L’abcès peut s’étendre sur plusieurs étages. L’infection se fait à travers le sang (voie hématogène) ou à partir d’un foyer voisin.

 

La présence de pus peut comprimer mécaniquement la moelle épinière, mais cela se retrouve dans de rares cas. De plus, elle est totalement réversible si vous bénéficiez d’un traitement adéquat à temps. Il s’agit en effet d’une urgence neurologique nécessitant une prise en charge rapide.

 

Abcès intracrânien épidural

 

On parle d’abcès intracrânien épidural (AIE) lorsque le gonflement se localise entre le crâne et le cerveau. Quand le pus s’y loge, l’adhérence de la dure-mère au crâne devient étroite. Ce qui va limiter son extension. De la même façon, cela engendre une augmentation dangereuse de la pression intracrânienne. Un AIE représente également une urgence neurochirurgicale.

À LIRE :   Spondylarthrite Ankylosante: Le guide complet

 

 

Qu’est-ce qui cause un abcès épidural ?

 

En général, il y a plus de cas d’ASE que d’AIE. En effet, les abcès épiduraux apparaissent souvent dans les régions thoraciques ou lombaires.

 

Un abcès épidural est dû à la présence d’une infection sous-jacente. Celle-ci peut être :

 

  • à distance comme une endocardite, un furoncle ou un abcès dentaire ;
  • contiguë comme dans le cas d’une ostéomyélite vertébrale, un abcès rétropéritonéal ou des ulcères de pression.

 

L’origine de cette infection n’est pas retrouvée dans presque 1/3 des cas. Dans les cas restants, on identifie la présence de bactéries, de champignons ou de parasites. Habituellement, on retrouve le Staphylococcus aureus, l’Escherichia coli ou des germes anaérobies mixtes en cause.

 

Dans de rares cas, l’accumulation de pus dans l’espace épidural est liée à une bactériémie (transport de la bactérie dans le sang) résultant de :

 

  • une instrumentation médicale ;
  • une procédure dentaire ;
  • une utilisation de drogues injectables.

 

Il arrive rarement aussi qu’elle soit liée à un abcès tuberculeux du rachis dorsal (mal de Pott).

 

Il faut noter que ce type d’abcès ne se développe presque jamais dans l’espace sous-dural (entre la dure-mère et l’arachnoïde). Par contre, un hématome sous-dural peut être à l’origine de l’infection.

 

Facteurs de risque de l’abcès épidural

 

Les facteurs de risque d’un ASE sont nombreux :

 

  • diabète ;
  • SIDA ;
  • cancer ;
  • traumatismes ;
  • chirurgie de la colonne vertébrale ;
  • infection sanguine récente ;
  • alcoolisme ;
  • consommation de drogues par voie intraveineuse…

 

Pour ce qui de l’AIE, on retrouve ces facteurs de risque :

 

  • antécédents de sinus ou d’otites :
  • blessures à la tête ;
  • chirurgie de la tête.

 

 

Quels sont les symptômes de l’abcès épidural ?

 

Les symptômes de l’abcès varient en fonction de la localisation du gonflement.

 

Symptômes d’un abcès spinal épidural

 

Si vous souffrez d’un abcès spinal épidural, vous pouvez constater ces signes :

 

  • problèmes intestinaux ;
  • troubles vésicaux tels qu’une incontinence urinaire ou des difficultés à uriner ;
  • douleur lombaire avec parfois une irradiation radiculaire ;
  • fièvre accompagnée de malaise, de tremblements ou d’anorexie ;
  • vomissements ;
  • faiblesse et difficulté en cas de déplacement ;
  • parésie des extrémités (perte partielle) ;
  • plus rarement de la paralysie.
À LIRE :   Douleur au psoas et intestin : Quel lien ? (Explication)

 

Symptômes d’un abcès intracrânien épidural

 

En revanche, si vous souffrez d’un abcès intracrânien épidural, vous remarquerez ces symptômes :

 

  • maux de tête intenses ;
  • nausée ;
  • vomissements ;
  • fièvre ;
  • léthargie (sommeil profond et continu) ;
  • douleur au niveau de l’enflure.

 

Conséquences d’un abcès épidural

 

La compression de la moelle épinière peut provoquer :

 

  • un syndrome de la queue de cheval (atteinte neurologique du bas du dos) ;
  • une paraplégie (paralysie des membres inférieurs) ;
  • une quadriplégie (paralysie de tous les membres du corps).

 

Des troubles sphinctériens et des déficits sensitifs peuvent également apparaître en fonction de la taille et du site des lésions.

 

 

Comment poser le diagnostic de l’abcès épidural ?

 

Consultez un médecin si vous souffrez de :

 

  • maux de dos persistants ;
  • maux de tête associés à une fièvre ;
  • fièvre accompagnée de vomissements.

 

La consultation devient indispensable si vous souffrez de paralysie ou de faiblesse grave. Cela peut traduire d’importantes lésions nerveuses qui peuvent parfois devenir permanentes.

 

Pour établir le diagnostic, le médecin réalise des examens d’imagerie tels qu’un scanner ou une IRM. Au besoin, d’autres examens peuvent être réalisés.

 

L’IRM (imagerie par résonance magnétique)

 

En cas de douleur dorsale inexpliquée, le médecin prescrit directement une IRM. C’est un examen de choix qui permet de mettre en évidence la présence d’une discite (disque enflammé).

 

La présence d’une discite permet de faire la différence entre un abcès spinal épidural et un abcès d’une tumeur métastatique. En général, la formation d’abcès se produit après l’inflammation du disque intervertébral. Alors que dans le cadre d’une tumeur métastatique, le disque est intact. C’est l’os le plus proche qui est détruit.

 

L’utilisation d’un produit de contraste, comme le gadolinium, permet de préciser le diagnostic.

 

Une myélographie

 

La myélographie peut être une alternative à l’IRM. C’est un examen de la moelle épinière. Cet examen doit être suivi d’une tomodensitométrie (TDM) qui permet de détecter l’abcès.

 

Un scanner à rayons X

 

Chez 2/3 des patients, un scanner à rayons X simple peut montrer une ostéomyélite (inflammation de l’os et de la moelle osseuse) ou une ostéite (inflammation du tissu osseux). Cet examen n’est pas systématiquement prescrit.

À LIRE :   Syndrome du défilé thoracique : Que faire ?

 

Des hémocultures

 

Une fois l’abcès découvert, le médecin en prélève des échantillons pour rechercher l’origine de l’infection. L’hémoculture est aussi nécessaire au diagnostic afin de mettre en évidence les germes présents dans le sang.

 

Une ponction lombaire

 

La ponction lombaire est contre-indiquée notamment en cas d’ASE. Si l’abcès cause une obstruction complète du liquide céphalo-rachidien, la ponction lombaire risque de déclencher une hernie médullaire. Elle peut aussi causer une infection intrathécale (sous-durale).

 

 

Quel est traitement ciblé de l’abcès épidural ?

 

Habituellement, l’abcès épidural nécessite deux types de traitement.

 

Traitement médicamenteux de l’abcès épidural

 

Le traitement médicamenteux repose sur la prise d’antibiotiques. Le médecin prescrit des antibiotiques puissants. Vous devez en prendre pendant 4 à 6 semaines, voire plus longtemps en cas d’ostéomyélite.

 

Traitement chirurgical de l’abcès épidural

 

En plus de l’antibiothérapie intensive, vous devez également subir une intervention chirurgicale. Elle consiste à drainer l’abcès. Elle va permettre de soulager la pression exercée sur le cerveau ou sur la moelle épinière.

 

Le drainage de l’abcès est surtout recommandé si vous présentez des déficits neurologiques comme la parésie.

 

Pour les ASE, plusieurs laminectomies peuvent être nécessaires en cas d’extension de l’abcès sur plusieurs étages. Elles permettent de décomprimer la moelle épinière en sectionnant chirurgicalement une ou plusieurs lames vertébrales.

 

 

Sources

 

https://www.symptoma.fr/fr/info/abces-epidural

https://www.netinbag.com/fr/health/what-is-an-epidural-abscess.html