Articulation temporo-mandibulaire (ATM) : douleur et causes

Articulation temporo-mandibulaire (ATM) : douleur et causes

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

L’articulation temporo-mandibulaire (ATM) désigne la jonction entre la mâchoire inférieure et la cavité temporale située devant l’oreille. Toutes pathologies articulaires, une occlusion dentaire, un traumatisme au niveau de la mâchoire ou un dysfonctionnement de la mastication peuvent entrainer des troubles à ce niveau. Dans la majorité des cas, ils se traduisent tous par une douleur. Les troubles de l’ATM touchent un adulte sur deux.

 

Dans cet article, nous allons détailler les symptômes douloureux et les éventuelles causes des troubles de l’articulation temporo-mandibulaire.

 

Définition et anatomie

 

L’articulation temporo-mandibulaire (ATM) est l’articulation entre l’os maxillaire (os du crâne) et la mandibule (mâchoire inférieure). On l’utilise régulièrement pour la mastication, la déglutition, le bâillement et l’élocution. Elle est au nombre de deux, dont une de chaque côté du visage.

 

anatomie de la mâchoire
Source

 

Elle est constituée par deux surfaces articulaires :

 

  • le condyle mandibulaire ou « tête de l’articulation » constitué par la mâchoire du bas ;
  • la fosse temporale ou « logement » constitué par le crâne.

 

Le tubercule zygomatique se trouvant en avant de la fosse temporale assure la rotation du condyle lors de l’ouverture de la bouche. Entre ces surfaces osseuses se trouve un ménisque cartilagineux appelé aussi disque articulaire (à ne pas confondre avec les disques intervertébraux).

 

Pendant les mouvements de la mâchoire, ce ménisque protège l’articulation et empêche qu’il y ait de frottement entre les deux surfaces. La fixation de ce ménisque est assurée par un système ligamentaire complexe. Il est en liaison avec les muscles masticateurs, notamment le muscle ptérygoïdien.

 

Les ATM comptent parmi les articulations les plus complexes du corps humain. Leurs mouvements doivent être synchronisés. Cela permet d’utiliser la mâchoire de manière appropriée. S’il y a un manque de coordination, le ménisque cartilagineux peut se déplacer, endommager ou empêcher le fonctionnement harmonieux des ATM. Dans ce cas, on parle de dysfonction ou trouble de l’ATM.

 

 

Les causes de la douleur de l’articulation temporo-mandibulaire

 

Les causes de la douleur de l’ATM sont multifactorielles. Elles peuvent être liées à un traumatisme sur la mâchoire ou à une morphologie particulière.

 

Une luxation de l’ATM

 

La luxation de l’articulation temporo-mandibulaire est un traumatisme très fréquent.

 

Elle se produit généralement lorsque la bouche est grande ouverte : lors d’un bâillement large, d’une procédure dentaire, etc. Elle peut également se produire après une chute, un coup de poing ou une tension musculaire excessive.

 

Elle peut entrainer une incapacité à fermer la bouche et une déviation latérale de la mâchoire. Des douleurs se manifestent lorsque la personne tente de fermer la bouche.

 

Pour bien la comprendre, il faut noter que l’ATM est tout le temps soumis à des pressions (mastication, élocution…). Normalement, lorsque nous ouvrons notre bouche, le condyle bascule dans la glène (cavité dans laquelle les os s’articulent) et glisse vers l’avant. Il revient ensuite à sa place lorsque la bouche sera fermée. C’est ce qu’on appelle une subluxation physiologique.

 

Néanmoins, il arrive que le condyle reste bloqué en avant après avoir quitté son logement. Dans ce cas, on parle de luxation temporo-mandibulaire.

 

Un kyste

 

Les kystes de la mâchoire sont des lésions cavitaires qui se développent au niveau maxillaire ou mandibulaire. Ils sont l’une des causes les plus fréquentes de la dysfonction de l’articulation temporo-mandibulaire. On distingue différents types de kystes.

 

Les kystes infectieux

 

Les kystes infectieux sont les plus courants. Ils résultent de l’évolution intra osseuse d’une infection dentaire, par voie canalaire, parodontale ou les deux. Ils peuvent aussi être la conséquence de :

 

  • une obturation dentaire insuffisante ou mal réalisée ;
  • des dents mortifiées à la suite d’une lésion carieuse.

 

Kystes folliculaires

 

Les kystes folliculaires ou kystes dentigères résultent de la prolifération des enveloppes d’une dent incluse. Ils peuvent engendrer une inflammation ou une infection.

 

Autres kystes

 

D’autres kystes qui n’ont aucun rapport avec les dents peuvent aussi générer un trouble au niveau de l’ATM. Le plus fréquent est le kyste naso-palatin. Il peut provoquer des douleurs dans la région palatine, en arrière des incisives supérieures.

 

Autres causes possibles

 

Les troubles de l’articulation temporo-mandibulaire peuvent également provenir du resserrement répétitif des muscles ou des dents. Cela entraine des spasmes et une douleur. Il peut s’agir d’une mauvaise habitude ou du bruxisme.

 

Le grincement des dents, le plus souvent durant le sommeil, est aussi source de grandes pressions. Il peut occasionner une douleur au niveau de l’articulation temporo-mandibulaire.

 

Stress, tensions psychologiques, anomalies congénitales, problème d’arthrite, maladies dégénératives des articulations, pathologies neuromusculaires… sont également susceptibles d’engendrer des problèmes ou des troubles de l’ATM.

 

Un syndrome algo-dysfonctionnel de l’appareil manducateur (SADAM), également appelé syndrome de Costen, est une pathologie entraînant des symptômes divers dont la douleur à la mâchoire, et est susceptible d’être très incommodante.

 

Pour connaître encore plus de causes de douleurs à la mâchoire, consultez l’article suivant. 

 

 

Les symptômes d’un trouble de l’articulation temporo-mandibulaire

 

Les signes caractérisant un trouble de l’articulation temporo-mandibulaire sont très variés : des symptômes mécaniques, des symptômes douloureux et des symptômes fonctionnels.

 

Les signes mécaniques correspondent à des craquements, crépitements ou frottements de l’articulation lors de l’ouverture de la bouche. À ces symptômes s’ajoutent une gêne masticatrice, une limitation de l’ouverture buccale, des blocages ou une luxation récidivante de la mâchoire.

 

Un trouble de l’ATM peut également se manifester par des symptômes douloureux à l’ouverture ou à la fermeture de la mâchoire. Les douleurs peuvent s’irradier dans d’autres endroits en dehors des tempes. Le sujet peut ressentir :

 

  • une douleur au niveau des sinus ;
  • une céphalée ;
  • une migraine ;
  • un mal de tête ;
  • une sensation de pression ou une otite à l’avant des oreilles ;
  • une névralgie faciale ;
  • des douleurs dans le cou ou à l’épaule…

 

Les douleurs peuvent apparaître et disparaître de façon plus ou moins régulière.

 

Quant aux symptômes fonctionnels, ils se rapportent naturellement à la mastication et à l’audition. Les troubles de l’audition se manifestent souvent par un acouphène : une sensation de bruit parasite et d’oreille bouchée de manière permanente ou temporaire. Certains patients ont aussi des vertiges et un goût métallique de la bouche.

 

 

Comment poser le diagnostic ?

 

Tout d’abord, des examens cliniques sont réalisés au début du diagnostic d’un trouble de l’ATM. Ces examens consistent à une palpation de la zone de l’articulation concernée. L’examinateur demande aussi au patient d’ouvrir et de fermer la bouche afin d’évaluer les mouvements anormaux, les bruits pathologiques, la réaction inflammatoire ou douloureuse… Ils permettent également de retrouver toute autre cause possible de nature ORL et dentaire.

 

À la suite d’un examen clinique, le médecin demande des examens complémentaires afin de confirmer le diagnostic clinique.

 

La radiographie de l’ATM

 

Une radiographie classique par le panoramique dentaire 2D permet d’observer une anomalie morphologique articulaire. Elle permet aussi de connaitre si le trouble est d’origine dentaire pure ou si d’autres pathologies sous-jacentes (arthrose) sont en cause. Elle est souvent le premier examen complémentaire demandé par le médecin.

 

radiographie de l'articulation temporo-mandibulaire

 

L’IRM

 

Seul le médecin est en mesure de prescrire une IRM (imagerie par résonance magnétique). On indique cet examen pour les bilans de dysfonction de l’ATM. Il consiste à mettre en évidence le disque articulaire et le ligament au niveau de l’articulation de la mâchoire.

 

L’IRM montre des images claires et précises qui permettent de détecter les lésions des ménisques.

 

Autres examens

 

D’autres examens comme le scanner, le testing musculaire de la face, des muscles masticateurs et des muscles du rachis cervical peuvent être réalisés pour compléter le diagnostic d’un trouble au sein de l’articulation temporo-mandibulaire.

 

 

Quels sont les traitements possibles ?

 

La majeure partie des troubles de l’ATM évolue favorablement avec le temps. Par ailleurs, un traitement fonctionnel tel qu’un traitement symptomatique de la douleur peut vous soulager.

 

La kinésithérapie

 

Dans le cadre de la rééducation de l’ATM, on recommande la kinésithérapie maxillo-faciale.

 

L’objectif de cette approche est de vous aider à récupérer l’ouverture buccale, à réduire les douleurs, les contractures et les œdèmes, et à récupérer une force musculaire et coordination normale.

 

Dans ce cas, le kinésithérapeute utilise diverses techniques, à savoir :

 

  • une thérapie manuelle pour rétablir la normalité des mouvements ;
  • des techniques de relâchement musculaire (muscles temporaux, sous-occipitaux, intra-buccaux) ;
  • un programme d’exercices et un enseignement postural ;
  • des conseils de prévention.

 

L’ostéopathie

 

L’ostéopathie est spécialisée dans le rétablissement de la posture. L’ostéopathe observe, analyse et traite les éventuelles causes du déséquilibre de la mâchoire.

 

traitement en ostéopathie du syndrome de costen

 

Lors de la première séance, l’ostéopathe procède à un interrogatoire et à un examen manuel dans le but de savoir si les douleurs sont liées ou non à un problème de mâchoire. Si c’est le cas, il utilise des techniques adaptées pour libérer les tensions sur la partie concernée. Il soulage aussi les douleurs.

 

Autres types de traitements

 

Les traitements symptomatiques d’un trouble de l’ATM concernent surtout les antalgiques, les anti-inflammatoires et les myorelaxants (décontractants musculaires).

 

Si ces traitements classiques ne suffisent pas, on peut ajouter la toxine botulique en complément. On l’injecte directement dans les muscles masticateurs pour décontracter et réduire les douleurs au niveau des muscules des articulations.

 

La chirurgie est rarement indiquée.

 

 

Sources

 

https://www.chirurgien-maxillo-facial.com/articulation-temporo-mandibulaire/

https://www.chirurgie-maxillo-faciale-paris.com/chirurgie-maxillo-faciale/articulation-temporo-mandibulaire/atm-traitement/

https://www.orthodontisteenligne.com/articulations-temporo-mandibulaires-atm/

https://www.doctissimo.fr/html/sante/encyclopedie/troubles-articulation-temporo-mandibulaire.htm

https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/troubles-bucco-dentaires/troubles-et-dysfonctions-temporo-mandibulaires/troubles-et-dysfonctions-temporo-mandibulaires