Diastase des grands droits : tout savoir sur cette affection

Diastase des grands droits : tout savoir sur cette affection

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

Un diastasis ou une diastase des grands droits est une affection des muscles grands droits de l’abdomen. On l’observe fréquemment chez les femmes enceintes. Pour mieux comprendre cette pathologie, nous allons voir sa définition avec quelques explications anatomiques. Ensuite, nous allons citer les principales causes d’une diastase des grands droits et ses principaux symptômes. Finalement, nous allons énumérer les traitements existants avant de voir les moyens pour prévenir cette distension musculaire.

Qu’est-ce qu’une diastase des grands droits ?

 

La diastase des grands droits désigne l’écartement pathologique des muscles grands droits. On parle de diastase quand cet espacement dépasse 2 cm.

 

Anatomie : la ligne blanche

 

Afin de mieux comprendre cette affection, nous allons voir quelques notions d’anatomie.

 

Le muscle droit ou muscle grand droit est un muscle pair. Il se divise en deux : à droite et à gauche de la ligne médiane de l’abdomen. Cette ligne se nomme également ligne blanche. Elle s’étend de la cage thoracique jusqu’au pubis. Les deux parties du muscle se réunissent au niveau de cette ligne médiane par l’intermédiaire d’une structure fibreuse. En cas d’étirement trop important, il arrive qu’ils se séparent. C’est là que survient la diastase des grands droits.

 

 

Quelles sont les principales causes d’une diastase des grands droits ?

 

La grossesse et la diastase des muscles grands droits

 

Cette affection touche particulièrement les femmes enceintes. On parle alors de diastase acquise. Ceci est dû au développement du fœtus. Effectivement, au cours de la grossesse, cette membrane fibreuse ainsi que les différents tissus dans la région du ventre se relâchent sous l’influence des hormones. Cela facilite les changements physiques de la mère et la croissance du fœtus.

 

Avec cette nouvelle condition physique, les muscles des grands droits s’écartent au lieu de se raccourcir lors d’un effort. Il faut noter que le diastasis ne concerne pas toutes les femmes enceintes.

 

Il existe certains facteurs de risques avancés par les professionnels de santé. Ce sont notamment :

 

  • une taille fine (la mère est petite) ;
  • un âge supérieur à 35 ans au cours de la grossesse ;
  • une prise de poids importante pendant la grossesse ;
  • un accouchement par opération césarienne ;
  • une grossesse multiple : le port de jumeaux par exemple ;
  • un gros bébé à la naissance : un poids supérieur à 4 kg par exemple ;
  • une fracture antérieure du bassin ;
  • des troubles lombaires antérieurs ;
  • des troubles pelviens antérieurs.

 

Les autres causes d’une diastase des grands droits

 

Plus rarement, la diastase peut toucher un nouveau-né. Dans ce cas, la cause est souvent le défaut de maturité des muscles grands droits.

 

Par ailleurs, elle peut aussi apparaître à la suite d’une perte excessive de poids. Ce n’est pas la perte de poids en elle-même qui provoque cet étirement pathologique, mais la prise antérieure de poids par le sujet. Au cours de cette période, l’abdomen est très étiré.

 

 

Symptômes : Comment savoir si on a une diastase ?

 

Les symptômes de la diastase sont les conséquences directes et indirectes de l’écartement du muscle droit.

 

Le médecin, la sage-femme, ou même la patiente, observera un renflement sur la ligne blanche de l’abdomen. Il est souple et son volume peut varier selon le cas. Ce renflement peut être passager ou permanent.

 

Sa taille augmente quand la personne fait beaucoup d’efforts, notamment au cours d’une flexion des muscles abdominaux. Puis, il tend à disparaître au moment du repos.

 

Il faut savoir qu’en cas de diastasis, la peau de l’abdomen est directement en contact avec les organes. Cela peut générer une sensation désagréable pour le sujet.

 

Les autres symptômes sont les répercussions de l’écartement. Ils sont nombreux, à savoir :

 

  • des douleurs lombaires: surtout au cours d’efforts intenses ;
  • un bas du dos instable ;
  • une instabilité du bassin ;
  • des douleurs de la ceinture pelvienne ;
  • une incontinence urinaire ;
  • une incontinence anale ;
  • un prolapsus d’organes pelviens ;
  • une hernie ombilicale : on observe alors un autre renflement sur le nombril ;
  • un problème esthétique ;
  • une éventration : c’est l’extériorisation des organes internes, dans un contenant appelé « sac péritonéal ».

 

Il faut différencier une vraie et une fausse diastase. En fin de grossesse, on peut passer « deux doigts » au-dessus et en dessous du nombril. Ceci disparaîtra après quelque temps. Dans le cadre d’une vraie diastase, un poing entier peut y passer.

 

Le diagnostic d’une diastase est clinique. Toutefois, on peut demander une radiographie ou une échographie pour le confirmer.

 

 

Comment traiter une diastase des grands droits ?

 

La kinésithérapie

 

La kinésithérapie est le premier recours en absence de complications. Après l’accouchement, une femme souffrant de diastasis peut consulter un kinésithérapeute pour remettre en forme son abdomen. Ce traitement repose sur des exercices spécifiques, incluant les exercices de Kegel. Le but est de renforcer les muscles de l’abdomen.

 

Les bascules pelviennes font partie des exercices simples à réaliser. Il faudra les faire après l’accouchement, une fois que vous avez le droit de vous remettre aux exercices. Son but est de regagner une force abdominale et à remettre le bassin à sa place.

 

L’opération chirurgicale pour traiter la diastase des grands droits

 

En cas de complications, esthétique ou non, la chirurgie reste une option envisageable. Il s’agit d’une abdominoplastie, qui doit se faire sous la direction d’un chirurgien plasticien.

 

Pour ce faire, le chirurgien enlève le surplus de peau sur l’abdomen. Il va également « retendre » le reste de la peau. L’opération comprend aussi un rapprochement des parties droite et gauche du muscle grand droit. Ce procédé s’appelle « plication ». Le plasticien utilise alors des fils.

 

La patiente doit porter une gaine abdominale après son abdominoplastie. Il faudra la garder durant plusieurs semaines.

 

Dans le cas où le sujet présente une hernie ombilicale, on traitera les deux pathologies en même temps pendant l’abdominoplastie.

 

 

Prévention : comment éviter la diastase ?

 

Pour prévenir une diastase, il faut maintenir une sangle abdominale solide avant la grossesse. La femme peut recourir à des exercices physiques réguliers. Il est aussi recommandé d’éviter porter des charges trop lourdes pendant la grossesse afin de ne pas surmener l’organisme.

 

En effet, cela peut entraîner une diastase. Certains exercices sont aussi à proscrire, surtout s’ils étaient déjà difficiles avant la grossesse. Par exemple :

 

  • Les crunch : ou on relève le buste.
  • Le roll up : un relèvement de buste complet, en position allongée.
  • les relevés de jambe en simultané.

 

En contrepartie, voici les réflexes que vous devez avoir à chaque fois que vous allez vous relever : se rouler sur le côté et bien plier les genoux.

 

Quant aux exercices autorisés, en voici quelques-uns.

 

Les exercices de Kegel

 

Ils reposent sur la contraction pelvienne, comme celle que l’on fait pour arrêter d’uriner. La contraction doit être maintenue pendant une dizaine de secondes. Le but est de faire plusieurs séries par jour. La durée peut aussi être augmentée petit à petit.

 

Les exercices de posture

 

Il est impératif d’optimiser sa posture. Pour ce faire, vous pouvez vous entraîner à faire rentrer les muscles abdominaux en étant à quatre pattes. Quand vous faites ce geste, veillez à ce que le dos reste parfaitement aligné. Ces exercices permettent de renforcer la sangle abdominale et prévenir la diastase des grands droits.

 

 

Sources

 

https://www.hug.ch/chirurgie-viscerale/diastase-muscles-grands-droits

https://www.doctissimo.fr/grossesse/forme-pendant-la-grossesse/sport-et-grossesse/grossesse-sport-diastase-des-grands-droits

https://www.pampers.fr/grossesse/accouchement/article/diastasis-des-grands-droits-pendant-et-apres-la-grossesse

https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=diastasis