douleurs à l'aine

Douleurs à l’aine : 9 causes possibles (et que faire ?)

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

Dans certains cas, les douleurs à l’aine peuvent s’avérer graves, et requérir une intervention urgente (comme une chirurgie). Dans d’autres cas, elles peuvent passer spontanément. Quoi qu’il en soit, il est essentiel d’identifier la cause exacte afin de mieux orienter la prise en charge.

Vous souffrez de douleurs à l’aine droite ou gauche, et souhaitez en déterminer la source ? Cet article vous propose 9 causes possibles, ainsi que les traitements recommandés pour diminuer vos symptômes.

Anatomie de l’abdomen et de l’aine

Avant de discuter des causes possibles de douleurs à l’aine, il convient de réviser certains notions d’anatomie afin de mieux comprendre l’origine de vos symptômes.

anatomie de la région de l'aine
Source

Commençons par le bas ventre et l’abdomen. Ce dernier se situe entre la poitrine et le bassin, et contient de nombreux organes du corps. Parmi ceux-ci figurent le foie, l’estomac et les intestins.

Quant à l’aine, elle représente la région du corps où le haut des cuisses rencontre la partie basse de l’abdomen. Normalement, l’abdomen et l’aine sont séparés par une paroi de muscles et de tissus. Les seules ouvertures dans cette paroi sont de petits canaux appelés « canal inguinal » et « canal fémoral ». Ceux-ci permettent aux nerfs, aux vaisseaux sanguins et à d’autres structures de passer entre ces deux zones.

L’aine comporte les structures suivantes :

  • Des muscles et tendons, les principaux étant les adducteurs, le psoas iliaque, le droit fémoral et le sartorius
  • Du tissu conjonctif (pour relier les muscles entre eux)
  • Le canal inguinal (canal situé au niveau de l’aine)
  • Le canal fémoral (canal dans la paroi de l’abdomen permettant le passage des vaisseaux sanguins et nerfs)
  • Le cordon spermatique chez l’homme (Il passe par le canal inguinal et se connecte au testicule)

9 causes possibles de douleurs à l’aine

« Douleur au pli de l’aine », « gêne à l’aine », « douleur au bas ventre », « douleur à l’adducteur sans raison », « douleur au bas ventre », et même « infection urinaire »…tous ces termes sont utilisés pour décrire un inconfort dans la région inguinale. Mais d’où viennent ces symptômes si incommodants ?

Dans la section suivante, nous allons discuter de 9 causes possibles de douleurs à l’aine (sous forme de diagnostic différentiel). Pour déterminer la cause de votre douleur à l’aine, votre médecin effectuera un examen physique complet et, si nécessaire, demandera des analyses de sang et/ou des tests d’imagerie médicale.

1. Tendinopathie ou douleur musculaire (pubalgie)

C’est probablement la cause la plus intuitive, et la plus fréquente. Ce genre de blessure survient généralement chez les athlètes qui pratiquent des sports de contact tel que le football ou le rugby. Elle survient également durant les sports qui requièrent des changements brusques et fréquents de direction (comme le tennis, l’athlétisme, la danse, etc.).

Souvent qualifiée de pubalgie, cette blessure survient parfois de manière traumatique, ou se développe progressivement. Essentiellement, les micro-déchirures suite à un sur-étirement ou une contraction violente provoquent un phénomène inflammatoire. En fonction du grade de blessure (1 à 3), une douleur plus ou moins intense au niveau des adducteurs peut apparaître.

pubalgie occasionnant des douleurs de hanche

Les symptômes sont aggravés par des mouvements impliquant une contraction musculaire des muscles entourant l’aine, ou encore en étirant la région. Une sensation de raideur, et parfois un oedème localisée, peut s’ajouter au portrait clinique.

Initialement, les douleurs peuvent disparaître suite à un échauffement, mais semblent réapparaître et s’aggraver à l’effort. Sans traitement adéquat, ces douleurs peuvent devenir incapacitantes et limiter la pratique sportive.

Pour tout savoir sur la pubalgie, consultez l’article suivant.

2. Lombalgie

Certes, une lombalgie provient d’un problème situé au niveau de la colonne vertébrale (vertèbres, disques, articulations facettaires, etc.).

mal de dos

Mais une douleur au niveau lombaire a parfois tendance à irradier vers le membre inférieur pour plusieurs raisons (expliquées dans cet article). Parmi les zones atteintes, on compte notamment l’aine.

Il ne faut donc pas exclure une atteinte au niveau du bas du dos lorsqu’on investigue la source d’une douleur à l’aine.

3. Problèmes de hanche

Une arthrose de hanche (ou autre problème au niveau de l’articulation de la hanche) irradie parfois vers l’aine. Le plus souvent, cette douleur s’installe progressivement, et s’aggrave lorsque la hanche est stimulée (par exemple, s’asseoir sur une chaise basse ou conduire pendant une longue période).

douleur à la crête iliaque

Certains tests cliniques et d’imagerie médicale pourront confirmer la présence d’une dysfonction à la hanche expliquant les douleurs à l’aine. Dans ce cas, le traitement sera concentré au niveau de la hanche pour remédier au facteur causal.

Pour ceux qui ont une prothèse de hanche, il n’est pas rare de souffrir de douleurs à l’aine après la chirurgie. Généralement, les symptômes devraient se dissiper avec le temps, surtout si la rééducation a intégré des exercices de renforcement des adducteurs et des exercices de mobilité. Par contre, il est important de communiquer avec son orthopédiste si les douleurs persistent plus de 6 mois, surtout si elles affectent le quotidien ou réveillent la nuit.

4. Cruralgie

Le terme cruralgie peut être séparé en «crural» et «algie». Ainsi, une cruralgie réfère à une douleur dans la région du nerf crural (ou fémoral). La cruralgie affecte principalement les adultes de plus de 50 ans. C’est un terme très général, et qui ne prend pas en considération les causes potentielles expliquant pourquoi le nerf crural a été irrité en premier lieu.

homme qui ressent des douleurs devant la jambe de type cruralgie

Elle occasionne par contre une douleur à l’aine qui peut irradier vers le devant de la cuisse. À la douleur peut s’ajouter des picotements, engourdissements, et/ou sensation de faiblesse dans la jambe.

Pour tout savoir sur le cruralgie, consultez l’article suivant: La cruralgie de A-Z: symptômes, durée, traitement

Pour bénéficier d’exercices de kiné visant à traiter la cruralgie (incluant des vidéos), consultez l’article suivant.

5. Calculs rénaux

Communément appelés « pierres aux reins », les calculs rénaux sont des cristaux qui se forment à l’intérieur des reins. Un calcul rénal n’est généralement pas douloureux jusqu’à ce qu’il se déplace, soit dans le rein, soit dans l’uretère (structure qui relie la vessie au rein).

Les calculs rénaux peuvent être ressentis comme une douleur intense (et même très intense !!!).  Bien qu’elle soit ressentie principalement dans le bas du dos ou le flan, elle irradie parfois vers l’aine. Les autres symptômes des calculs rénaux peuvent être les suivants :

  • Des nausées et vomissements
  • Un besoin persistant d’uriner (souvent en petites quantités)
  • De la douleur en urinant
  • Une urine de couleur brune, rougeâtre ou rosée

6. Hernie inguinale

Elle se produit généralement lorsqu’une portion du péritoine ou de l’intestin grêle traversent la paroi abdominale. On observe parfois une masse au niveau de l’aine ou du scrotum chez l’homme.

hernie inguinale
Source

Parfois asymptomatique, elle peut également être douloureuse et provoquer un inconfort lors de certaines activités (comme marcher, se pencher, durant l’exécution d’exercices de gainage, etc.).

Dans certains cas rares, une hernie inguinale peut comprimer les tissus environnants et causer des ischémies (on appelle ça une hernie étranglée). Il s’agit d’une urgence médicale. Si vos douleurs à l’aine s’accompagnent des symptômes suivants, consultez sans tarder :

  • Une rougeur ou une douleur soudaine au niveau de l’aine
  • Impossibilité d’aller à la selle ou encore d’évacuer les gaz
  • Nausées, vomissements
  • Fièvre

Pour tout savoir sur la hernie inguinale et sa prise en charge, consultez l’article suivant.

7. Hernie crurale

Également appelée hernie fémorale, la hernie crurale est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes (surtout à un âge avancé). Elle survient quand une partie du tube digestif pénètre, par un point faible de la paroi abdominale, dans le canal fémoral. Elle présente des symptômes similaires à la hernie inguinale, et peut également devenir « étranglée ».

hernie crurale
Source

Pour tout savoir sur la hernie crurale, consultez l’article suivant.

8. Prostatite

Il s’agit d’un gonflement ou d’une infection de la prostate chez l’homme. En plus de la douleur, elle peut également affecter la miction.  Bien que la douleur puisse disparaître d’elle-même avec le temps, il est préférable de voir son médecin au cas où la prostatite serait causée par une infection nécessitant des antibiotiques.

douleur pelvienne chez l'homme

9. Grossesse

Pendant la grossesse, les douleurs à l’aine peuvent s’expliquer de plusieurs façons :

dépression durant la grossesse
  • L’utérus se dilate, ce qui peut entraîner des douleurs dans les régions environnantes, incluant l’aine.
  • En fin de grossesse, si la tête du bébé appuie sur la zone pelvienne, cela peut provoquer une gêne constante ou intermittente à l’aine.
  • Des hormones appelées « relaxine » sont sécrétées durant la grossesse, provoquant un relâchement des ligaments et une diminution de stabilité. Cette instabilité peut se manifester par des douleurs à l’aine.
  • Le centre de gravité se voit modifié durant la grossesse, de même que la démarche. Une sur-sollicitation des structures entourant l’aine peut donc générer de la douleur à ce niveau.

Pour tout savoir sur la cruralgie durant la grossesse, consultez l’article suivant.

infographie sur les douleurs à l'aine

Douleurs à l’aine : Quand consulter d’urgence ?

Dans certains cas, les douleurs à l’aine proviennent d’une atteinte sérieuse, et requièrent des soins urgents. Si vous observez un des symptômes suivants, il ne faut pas tarder à consulter :

stethoscope qui représente une consultation médicale
  • Douleur soudaine ou intense au testicule (chez l’homme)
  • Douleur qui irradie dans le dos, l’abdomen ou la poitrine
  • Malaise accompagné de fièvre, de frissons et de nausées
  • Douleur à l’aine constante qui ne s’améliore pas malgré le repos
  • Gonflement ou bosse au niveau d’une testicule
  • Présence de sang dans l’urine
  • Difficultés respiratoires
  • Faiblesse générale et étourdissements

Traitement : Que faire ?

Comment traiter une douleur à l’aine ?

La première chose (et c’est exactement le but de l’article), c’est de clarifier le diagnostic pour identifier la source exacte du problème. Une fois le diagnostic clarifié, on pourra alors déterminer s’il est préférable de reposer la région de l’aine, ou au contraire la stimuler de façon progressive pour accélérer la guérison.

Si la cause provient d’une anomalie au niveau d’un muscle, tendon ou ligament, le traitement consistera notamment en des exercices spécifiques visant à activer la circulation, tonifier les muscles concernés et détendre la musculature tendue. Un kinésithérapeute saura vous prescrire un programme d’exercices adaptés.

En plus des exercices, un thérapeute qualifié (comme un ostéopathe ou un kinésithérapeute) pourra appliquer des techniques manuelles visant à corriger les dysfonctions et soulager la douleur. Ceci comprend des massages, modalités antalgiques (chaleur, glace, électrothérapie), mobilisations et autres manipulations.

traitement des douleurs à l'aine
Source

Il faut noter que le traitement ne se limitera pas seulement à la région de l’aine, et pourra inclure les lombaires, l’articulation de la hanche, le genou, le bassin, etc.

En effet, le thérapeute fera au préalable une évaluation exhaustive permettant d’identifier les déséquilibres et causes potentielles des symptômes. Comme les structures sont interreliées et que la douleur est multifactorielle, le corps doit être traité dans son intégralité.

Par ailleurs, un médecin pourra prescrire des médicaments visant à contrôler la douleur. Ceux-ci seront adaptés en fonction de vos symptômes, de vos limitations, et de vos antécédents médicaux.

Pour ceux et celles qui préfèrent éviter les médicaments, l’application de glace ou de chaleur au niveau de l’aine peut parfois procurer un soulagement. Il en est de même pour certains produits naturels (comme certains produits à base d’arnica, de curcuma, etc.).

Dans les cas plus graves, par contre, ces modalités ne feront pas effet. Dans cette optique, des analgésiques plus puissants seront considérés, ainsi qu’une référence vers un spécialiste pour considérer des alternatives plus « invasives ». En effet, une infiltration et même la chirurgie sont parfois indiquées dans certains cas.

Dans le cas de hernie (inguinale ou crurale), la chirurgie est d’ailleurs la seule option curative (encore plus lorsqu’il s’agit de hernie étranglée).

Prévention des douleurs à l’aine

La prévention est aussi importante que le traitement lorsqu’il s’agit des douleurs à l’aine. Voici quelques conseils généraux qui pourront prévenir l’apparition (ou l’aggravation) de votre problème :

étirement pour prévenir les douleurs à l'aine
  • Faire un échauffement dynamique approprié avant le sport, et des étirements adaptés après. Vous pouvez utiliser un pistolet de massage (tel que celui-ci) ou rouleau de massage au niveau des muscles entourant l’aine.
  • Boire assez d’eau durant la journée pour éviter les pierres aux reins.
  • Maintenir un poids sain (analysé avec l’indice de masse corporelle (IMC)).
  • Intégrer un programme de renforcement visant à tonifier les muscles entourant l’aine (adducteurs, abdos, etc.).
  • Pour les sportifs, améliorer sa technique sportive (musculation, sports, etc.).
  • Pour les femmes enceintes, se faire suivre durant la grossesse et même après l’accouchement pour faciliter le post-partum.
  • Ne pas tarder à consulter si les symptômes persistent, car une douleur chronique est généralement plus complexe à traiter.

Qu’en est-il des remèdes naturels ?

Bien qu’ils ne soient pas supportés d’évidences scientifiques solides, plusieurs produits naturels et remèdes de grand-mère sont utilisés pour traiter les douleurs à l’aine, notamment pour leur pouvoir anti-inflammatoire.

Voici une liste non exhaustive de plantes et d’huiles essentielles efficaces pour contrôler la douleur et l’inflammation. Les produits sont disponibles sur le site Kalae. Utilisez le code promo LOMBAFIT15 si vous désirez vous procurer un des produits suivants, ou n’importe quel remède visant à soulager vos symptômes et améliorer votre qualité de vie :

  • Le curcuma. Grâce à ses pouvoirs anti-oxydants et anti-inflammatoires très puissants, le curcuma est l’une des plantes les plus utilisées dans un cadre culinaire et thérapeutique. La composition du curcuma est essentiellement faite d’huiles essentielles, de vitamines (B1, B2,B6,C,E,K) et d’oligo-éléments. Mais c’est à sa composition riche en curcumine et curcuminoides que l’on doit les propriétés anti-inflammatoires de cette épice.
  • Le gingembre. Outre la saveur particulière qu’il apporte en cuisine et ses vertus aphrodisiaques, le gingembre est une racine très connue pour ses pouvoirs anti-inflammatoires. Le gingérol lui confère son action anti-inflammatoire. Il s’agit un composant actif agissant sur les douleurs inflammatoires liées aux maladies inflammatoires articulaires chroniques, notamment la polyarthrite rhumatoïde, le lupus, les maladies rhumatismales, etc. Il a été prouvé que cet élément actif est aussi efficace pour agir sur l’inflammation liée aux arthrites et à la sciatique.  Le gingembre possède également d’autres bienfaits grâce à sa haute teneur en potassium et à sa richesse en oligo-éléments (calcium, magnésium, phosphore, sodium) et en vitamines (provitamine et vitamine B9).
  • Les oméga-3. Les oméga-3 sont des acides gras polyinsaturés qui jouent un rôle très important dans le fonctionnement de notre organisme. Ils sont apportés par l’alimentation sous trois formes naturelles : l’acide docosahexaénoique (DHA), l’acide alpha linolénique (ALA) et l’acide éicosapentaénoique (EPA). Au-delà de leur action sur le cerveau et le système cardiovasculaire, les oméga-3 s’avèrent très efficaces contre l’inflammation. En effet, ils ont la capacité d’agir sur les mécanismes inflammatoires dans l’arthrose en freinant la destruction cartilagineuse, ainsi ils réduisent l’intensité des douleurs arthrosiques. La sciatique, étant le plus souvent liée à une inflammation secondaire à une hernie discale, elle peut aussi répondre aux oméga-3 à condition d’en consommer régulièrement. 
  • L’eucalyptus citronnéL’eucalyptus est une plante utilisée le plus souvent sous forme de tisane ou d’huile essentielle. Elle aurait des effets anti-inflammatoires qui lui conférent la capacité d’agir sur les douleurs ostéoarticulaires en générale et les douleurs de la sciatique en particulier.
  • La gaulthérie. La gaulthérie est un arbuste dont on extrait une huile essentielle très intéressante. C’est l’une des huiles essentielles les plus utilisées en aromathérapie. Cette huile extraite de l’arbuste portant le même nom, est utilisée en massage pour soulager la sciatique et agit comme un antalgique. En effet, elle procure un effet chauffant grâce à sa capacité d’activer localement la circulation sanguine.

Ressources

Vous recherchez des solutions visant à soulager vos douleurs ?

Découvrez l’opinion de notre équipe de professionnels de santé sur divers produits disponibles sur le marché (posture, sommeil, douleurs physiques), ainsi que nos recommandations.

Références

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 4.9 / 5. Nombre de votes 15

Si vous avez bénéficié de cet article...

Suivez-nous sur Youtube et Facebook

Navré que vous n'ayez pu trouver réponse à vos questions !

Aidez-nous à améliorer cet article !

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

FORMATION 100% OFFERTE

Découvrez une méthode unique vous permettant (ENFIN !) de mettre un terme à vos douleurs physiques...