chute des escaliers

Hernie discale après une chute : faut-il s’inquiéter ? (Conseils)

Une hernie discale secondaire à une chute est extrêmement rare, mais elle n’est pas à négliger. Si vous avez fait une chute et que vous ressentez une douleur au niveau du cou, d’un bras, du bas du dos et d’une jambe, il faut penser à une hernie discale. Selon sa localisation, elle peut être source de déficit neurologique et de diverses complications. Découvrez dans cet article toutes les notions nécessaires à connaitre, y compris les gravités.

Qu’est-ce que la hernie discale ?

La hernie discale est la protubérance d’une portion d’un disque entre deux vertèbres. Elle peut se localiser entre les vertèbres, à n’importe quel étage (cervical, dorsal, lombaire).

hernie discale
Source

Normalement, les disques intervertébraux donnent une flexibilité à la colonne et servent d’amortisseurs en cas de choc. La couche externe du disque, appelé annulus fibrosus, est dur et flexible et peut se trouver repoussé par l’intérieur du disque d’aspect mou et gélatineux, appelé nucleus pulposus.

Une hernie discale se produit lorsqu’un disque se fissure ou se rompt et qu’une partie du noyau gélatineux fait irruption. Ce mécanisme se produit lors d’un traumatisme comme une chute sur le dos.

Untitled - November 5, 2022
Untitled - November 5, 2022

En conséquence, le canal rachidien qui contient la moelle épinière va se rétrécir de façon progressive. On parle alors de compression médullaire ou centrale. Dans d’autres cas, ce sont les racines nerveuses qui vont se retrouver à l’étroit et être plus ou moins comprimées. C’est la compression périphérique.

La compression du disque sur les racines nerveuses est la cause de différents symptômes. Si c’est au niveau des racines à l’étage lombaire, il est responsable d’une sciatique ou lombosciatalgie (atteinte au niveau de L5 ou S1) et de cruralgie (atteinte au niveau de L4). Plus rarement, quand la hernie est au niveau cervical, il se produit une cervico-brachialgie. Ainsi, les douleurs ressenties au niveau des membres dépendent des racines comprimées et de leur trajet. Outre ces symptômes bien connus de la hernie discale, bien d’autres existent, comme :

  • la paresthésie qui se manifeste par des sensations de fourmillements ou de picotements ;
  • la dysesthésie qui est une perturbation de la sensibilité. Elle peut aller jusqu’à une perte complète de la sensibilité ou anesthésie. La zone touchée dépend de la racine atteinte ;
  • la possibilité de perte de force musculaire partielle ou complète ;
  • les troubles sphinctériens qui sont rares, mais possibles dans certaines hernies discales.
À LIRE :   Hernie discale chez le chien : que faire ?

Qu’en est-il de la hernie discale secondaire à une chute?

Est-ce grave ?

Dans la mesure où les symptômes cités ci-dessus vous sont apparus, après une action brusque, un choc ou une chute, il faut tout de même se douter d’une probabilité d’atteinte d’une hernie discale. Bien qu’il s’agisse d’un cas relativement rare.

Dans la majorité des cas, ça ne doit pas vraiment être grave. Alors, il ne faut pas trop s’inquiéter. En effet, les douleurs liées aux hernies discales s’estompent spontanément après environ 4 à 6 semaines.

Toutefois, ce n’est pas parce que les maux s’atténuent que l’on doit baisser ses gardes. Et si la résorption soudaine des douleurs cachait des complications ?

Quand faut-il s’inquiéter ?

Effectivement, comme toutes maladies, il y a toujours des cas plus compliqués. Cela s’explique par le fait que tout le monde ne réagit pas forcément de la même manière à une maladie. Vu que chaque organisme a ses spécificités.

mal de dos

De plus, les conditions, cadres et effets des chutes ne sont pas toujours forcément les mêmes. Une chute sur quelques marches d’escalier, un trébuchement n’aura pas les mêmes effets qu’une chute du haut d’une pente de quelques mètres.   Il y aura donc des cas où il faut s’inquiéter plus comme le cas où les signes suivants se présentent :

  • les maux de dos persistent et deviennent insupportables, voire handicapants ;
  • vous devenez fiévreuxet vous perdez du poids sans autres raisons évidentes ;
  • Après la chute, vos maux s’accompagnent d’incontinence que ce soit urinaire ou fécal, ou au contraire de la rétention (qui traduisent une paralysie de la vessie) ;
  • une impuissance au niveau des membres : vous avez de difficultés à bouger les jambes par exemple ;
  • une diminution et une perte de réflexes au niveau des membres inférieurs : pendant que vous marchez, vous sentez un relâchement et vous tombez automatiquement.
À LIRE :   Jambe engourdie et hernie discale : Quel lien ? (Explication)

Ce sont les principaux signes de gravité et de complications face auxquelles il faut s’inquiéter.

Ils sont à craindre puisqu’ils traduisent une lésion grave de la colonne vertébrale et un traumatisme cervical. S’ils ne sont pas traités au plus vite, ils pourraient s’aggraver davantage et mettre en jeu le pronostic vital du patient. Cela peut être immédiat ou différé, en rapport avec les complications respiratoires et cardiovasculaires qui pourraient y être liées.

Donc, en résumé on doit s’inquiéter s’il y a : 

  • chronicité (c’est surtout fréquent chez les personnes en surpoids, en dépression et stressées chroniquement) ;
  • atteinte neurologique: déficit neurologique, paralysie (irréversible) ;
  • si le patient est particulièrement vulnérable (comme le cas des personnes plus âgées par exemple).

Que faire lors d’une hernie discale après une chute ?

Consulter un médecin

Si vous suspectez une hernie discale liée à une chute, il faut avant tout consulter un médecin. Ce dernier va effectuer divers examens cliniques et paracliniques pour confirmer le diagnostic.

À l’examen clinique, le praticien insiste plus particulièrement sur les zones douloureuses et sur le dos (flexibilité, mobilité, recherche de signes d’atteintes de racines nerveuses).

Tandis qu’à l’examen paraclinique, il va prescrire une IRM ou un scanner pour déterminer la localisation et confirmer la cause.

irm de la maladie de scheuermann

La myélographie par TDM n’est prescrite qu’en cas de besoin de plus de détails sur la moelle épinière et les os adjacents.

Parfois, des tests électrodiagnostics sont effectués pour examiner les nerfs, les muscles et pour identifier la racine du nerf rachidien touché.

Suivre des traitements non médicamenteux

Des mesures simples peuvent être utilisées pour soulager la douleur, telles que : l’application du froid (poches de glaces…) ou du chaud (bouillotte…), le repos strict au lit (pendant 5 jours) dans une position confortable.

Si le patient dort en décubitus dorsal, un coussin peut être placé sous les genoux.

Par contre, si la position pour dormir est en décubitus latéral, un oreiller doit être placé sous la tête et entre les genoux. Il est aussi nécessaire de fléchir la hanche dans cette position.

À LIRE :   Traitement de la hernie discale : 10 solutions à envisager

Suivre des traitements médicamenteux

Les antalgiques (paracétamol, etc.), les AINS (ibuprofène…), les infiltrations de corticoïdes et les myorelaxants sont les plus prescrits par les médecins.

Ils permettent non seulement de soulager la douleur, mais également de résorber progressivement la hernie. Dans 90 % les résultats sont bons.

Opter pour un traitement chirurgical

Il n’est indiqué qu’en dernier recours et qu’en cas de hernie paralysante, hyperalgique sans aucune efficacité apparente des traitements médicamenteux.

chirurgie

Faire de la kinésithérapie et pratiquer quelques exercices à domicile

La kinésithérapie permettra de soulager les symptômes et améliorer la fonction. Elle inclura notamment des modalités antalgiques comme les massages ou l’électrothérapie, et intègrera des exercices thérapeutiques adaptés et progressifs.

Références

https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/troubles-osseux, — articulaires et-musculaires/douleurs-lombaires-et-cervicales/hernie-discale#v45388976_fr

https://www.vidal.fr/maladies/appareil-locomoteur/hernie-discale/symptomes-complications.html

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs / 5. Nombre de votes

Si vous avez bénéficié de cet article...

Suivez-nous sur Youtube et Facebook

Navré que vous n'ayez pu trouver réponse à vos questions !

Aidez-nous à améliorer cet article !

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

FORMATION 100% OFFERTE

Découvrez ce qu'on ne vous jamais dit sur vos douleurs chroniques...