infiltration

Infiltration cervicale et arrêt de travail : Tout savoir

Pour certains types de cervicalgies, le médecin peut parfois recourir à une infiltration du rachis. Elle entre en jeu pour soulager les douleurs cervicales intenses et chroniques résistantes aux différents traitements antalgiques. Toutefois, pour que le médicament fasse effet, il convient de respecter quelques recommandations, notamment sur le repos et l’arrêt de travail. Nous allons faire le point sur ce sujet dans cet article.

Définition d’une infiltration cervicale

On entend par infiltration le fait d’injecter directement un principe actif sur un site à traiter. L’objectif est de faire agir directement le principe actif au niveau local tout en limitant sa diffusion dans cette zone.

infiltration cervicale
Source

Pour ce qui est de l’infiltration cervicale, le produit utilisé est souvent un médicament anti-inflammatoire, à l’instar des corticoïdes. L’injection a lieu au niveau de l’espace graisseux épidural du canal rachidien c’est-à-dire entre l’os et la méninge la plus externe appelée dure-mère. On parle alors d’infiltration épidurale cervicale ou d’infiltration péridurale cervicale. Elle se fait idéalement sous le guidage d’un scanner.

Ce traitement est indiqué devant les douleurs cervicales en rapport entre autres avec une hernie discale cervicales ou une arthrose articulaire postérieure (arthrose facettaire, arthrose zygapophysaire).

En ce qui concerne les conditions d’application de l’infiltration, il faut comprendre qu’elle n’est seulement envisagée qu’en cas d’échec des traitements médicamenteux de première intention ainsi qu’aux séances de kinésithérapie pendant une période prolongée (par exemple excédant 6-8 semaines). Ceci dit, lors des douleurs trop intenses et persistantes malgré un traitement morphinique, l’infiltration pourrait être indiquée sans attendre ce délai.

À LIRE :   Infiltration cervicale : Indication et prise en charge

Par ailleurs, il faut également prendre en compte les contre-indications suivantes :

  • un déficit neurologique important ;
  • des problèmes plaquettaires tels qu’un dysfonctionnement plaquettaire ou une thrombopénie ;
  • des troubles de la coagulation notamment l’hémophilie ou induits par la prise d’un traitement anticoagulant ;
  • toute infection en cours ;
  • un antécédent de traumatisme cervical ;
  • une allergie au produit de contraste utilisé lors du scanner.

Pour se faire une infiltration cervicale, le patient est orienté vers un radiologue opérateur. Celui-ci étudiera le dossier médical et procèdera aux différents examens, dont des radiographies, une IRM et un bilan biologique, pour s’assurer que l’infiltration cervicale se passe dans de bonnes conditions.

Pour la procédure d’injection, le patient se met sur le ventre, les bras le long du corps, sur la table de scanner.

Le radiologue commence par réaliser un scanner de repérage centré sur le site à traiter. S’ensuit une désinfection rigoureuse de la zone à traiter puis l’administration de l’anesthésie locale.

Une fois toute les préparations faites, le radiologue passe à l’introduction de l’aiguille. Il se fait avec guidage en temps réel par le scanner.

Pour confirmer la bonne position de l’aiguille, quelques millilitres d’un produit de contraste sont d’abord injectés. Quand celle-ci est confirmée, l’infiltration proprement dite peut commencer.

L’injection faite, toujours sous guidage scanographique, le radiologue retire avec précaution l’aiguille et met un pansement.

Toute la procédure dure en moyenne une vingtaine de minutes.

Pour plus d’informations sur l’infiltration cervicale, vous pouvez cliquer ici.

Que se passe-t-il après une infiltration cervicale ?

Après l’infiltration, le patient est mis en observation pendant une demi-heure pour déceler d’éventuels signes anormaux et vite les prendre en charge.

À LIRE :   Infiltration cervicale sous scanner : procédure et risques

Ensuite le radiologue rédige le compte-rendu de l’infiltration et le patient peut rentrer chez lui.

À noter que le résultat n’est pas constant. Une deuxième infiltration cervicale pourrait être nécessaire, à un mois d’intervalle.

Dans tous les cas, l’infiltration cervicale est limitée à trois fois par an.

Par ailleurs, une apparition des douleurs cervicales peut être ressentie pendant les 48 premières heures. L’effet de l’infiltration étant généralement retardé, il peut varier de 3 à 7 jours après l’infiltration. Généralement, ces douleurs cèdent aux antalgiques.

Quelques rares complications peuvent survenir à savoir :

complications chirurgicales
Source
  • une complication infectieuse malgré une bonne conduite de l’asepsie ;
  • une complication hémorragique suite à l’injection ;
  • une complication neurologique ;
  • des réactions allergiques au produit de contraste, au produit anesthésiant ou au médicament lui-même.

Pour prévenir ces complications, on ne répètera jamais assez : il faut toujours respecter les consignes du médecin. En outre, ne pas oublier de signaler les traitements en cours (en particulier la prise d’un traitement anticoagulant), de même que les allergies et les éventuelles pathologies chroniques.

En cas d’apparition de signes cliniques tels qu’un mal de tête intense et brusque, une fièvre ou un frisson, une difficulté à parler ou à marcher, une baisse de l’acuité visuelle, une démangeaison au niveau de la peau (prurit), une nausée ou peut-être même un vomissement, une convulsion ou d’autres signes inhabituels, ne pas hésiter à contacter immédiatement le médecin traitant.

Quid de l’arrêt du travail après une infiltration cervicale ?

Il faut savoir que pour un maximum d’efficacité, il est recommandé de faire un repos durant les deux jours qui suivent l’infiltration cervicale.

À LIRE :   Infiltration cervicale interdite : Quand éviter ? 
consultation médicale chez le médecin
Source

Pour ce qui est de l’arrêt de travail, il est à discuter avec le médecin. Il doit durer au minimum 3 jours, mais peut aller jusqu’à 7 jours selon l’indication de l’infiltration, la réponse du patient au traitement ou d’autres critères.

Références

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs / 5. Nombre de votes

Si vous avez bénéficié de cet article...

Suivez-nous sur Youtube et Facebook

Navré que vous n'ayez pu trouver réponse à vos questions !

Aidez-nous à améliorer cet article !

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Douleurs physiques : Mini consultation gratuite

Répondez à ce court questionnaire en ligne pour bénéficier de recommandations spécifiques à VOTRE situation.