Infiltration pour névralgie d’Arnold: Déroulement et risques

Infiltration pour névralgie d’Arnold: Déroulement et risques

La névralgie d’Arnold est une maladie neurologique marquée par une douleur cervicale ardente qui peut se diffuser vers la tête. Le mal se ressent au niveau de la moitié du cou, derrière la tête ; et il est accompagné par des brûlures, des picotements et des vertiges. Dans certains cas, il faudra faire une infiltration pour soulager la douleur.

 

Cet article va justement mettre l’accent sur cette méthode de traitement de la névralgie d’Arnold.

La névralgie d’Arnold en quelques mots

 

La névralgie d’Arnold se traduit par une douleur d’origine nerveuse. Elle est liée à la compression du nerf grand occipital appelé nerf d’Arnold. Ce nerf innerve les muscles antérieurs du cou en lui assurant un réflexe moteur. Il agit en tant que nerf sensitif au niveau du cuir chevelu.

 

anatomie du nerf d'Arnold
Source

 

Les causes de cette maladie sont variées.

 

  • Une entorse du cou, qui est responsable du traumatisme des nerfs occipitaux.
  • Une contraction des muscles lisses.
  • Une tumeur atteignant les rameaux ventraux ou les racines nerveuses C2 et C3.
  • Une inflammation des vaisseaux sanguins.
  • Des maladies articulaires et osseuses.

 

Pour la traiter, il faut intervenir sur les causes. Cela peut se faire par les médicaments, par la kinésithérapie (physiothérapie) et par des traitements naturels.

 

Toutefois, grâce à l’évolution des techniques d’imagerie médicale, il est aujourd’hui possible de réaliser une infiltration ciblée. C’est une méthode de traitement durable.

À LIRE :   Douleur cervicale : chaud ou froid (Quoi choisir ?)

 

Si vous voulez en savoir plus sur l’Arnoldalgie, vous pouvez lire cet article.

 

 

Comment se déroule une infiltration nerveuse au cours d’une névralgie d’Arnold ?

 

Une infiltration du nerf occipital, c’est quoi ?

 

L’infiltration pour névralgie d’Arnold est une technique thérapeutique qui consiste à injecter du médicament au niveau du nerf d’Arnold. Ici, les médecins utilisent notamment un mélange de cortisone et d’anesthésie locale.

 

infiltration du nerf d'Arnold
Source

 

L’intervention se pratique sous le cuir chevelu et cible le contour du nerf.

 

Le but est de diminuer l’inflammation du nerf et celle des tissus avoisinants. Cela va soulager les douleurs en plus des autres symptômes de la maladie.

 

L’anesthésie locale diminue la douleur et le spasme des muscles cervicaux. Elle renvoie un effet immédiat qui dure plusieurs heures et donne une sensation de chaleur et d’engourdissement, au niveau du cuir chevelu.

 

La cortisone, quant à elle, combat l’inflammation des tissus. Ce médicament est susceptible de créer une irritation passagère, voire des douleurs accentuées dans les jours qui suivent une infiltration. Les effets thérapeutiques de ce médicament commencent à se ressentir dans les 2 à 10 jours qui suivent l’injection.

 

Comment se déroule l’intervention ?

 

Éventuellement, la méthode d’infiltration se pratique sur la partie occipitale qui est plus accessible et insensible. Au cours de l’intervention, les gestes du radiologue sont guidés par des images d’un scanner.

 

infiltration du nerf d'Arnold sous scanner
Source

 

Les résultats de l’injection commencent à se ressentir de manière graduelle. La méthode réchauffe définitivement le nerf par radiofréquence.

À LIRE :   Un ostéopathe peut-il guérir une tendinite du moyen fessier ?

 

La durée du traitement par infiltration se fait à long terme et le nombre d’injections varie en fonction du cas du patient.

 

La quantité de cortisone reçue par chaque patient doit également être équilibrée et ne peut pas passer au-delà de 3-4 infiltrations en une année. Cette précaution est établie, car l’organisme ne tolère pas une forte teneur en cortisone. Un excès de ce médicament va générer un effet secondaire.

 

Les conduites à tenir après une infiltration du nerf occipital

 

Lors de la première journée après l’injection, le patient peut ressentir quelques gênes qui vont facilement disparaître.

 

  • Une petite bosse due à l’accumulation de médicaments injectés va apparaître. Celle-ci n’a pas besoin d’être enlevée, car elle disparaîtra rapidement par elle-même.
  • Le patient ressentira une sensibilité au niveau de la région de l’injection. Il faut juste y appliquer de la glace pendant 5 à 10 minutes puis répéter l’action toutes les 3 heures. Simultanément, il faut prendre 1 ou 2 comprimés d’antalgique comme le paracétamol toutes les 4 ou 6 heures à la demande. Les comprimés pris ne doivent pas dépasser 3g/jour.
  • En présence d’engourdissement au cuir chevelu, il faut éviter d’appliquer de la chaleur comme la bouillotte, la douche chaude… Le patient peut toutefois prendre une douche.
  • Éviter le bain, le spa et la piscine dans les 24 heures qui suivent l’intervention.

 

Après une infiltration de névralgie d’Arnold, le patient doit s’armer de vigilance et doit continuer la prise des médicaments. Il doit surveiller son état et alarmer son médecin au cas où la région injectée présente des signes d’inflammation associés à une fièvre supérieure à 38 °C.

À LIRE :   Névralgie d’Arnold et stress : quel lien ? (Explications)

 

Le patient est encouragé à faire une activité douce le jour et le lendemain de l’intervention. Il peut par exemple lire des livres et écouter de la musique.

 

Pour les personnes diabétiques, il est crucial de surveiller la glycémie et bien suivre les recommandations du médecin.

 

En ce qui concerne les autres suivis thérapeutiques comme la kinésithérapie (physiothérapie), la massothérapie… ils peuvent commencer après 3 à 7 jours de l’injection, ou selon indication du médecin traitant.

 

Après 4 ou 6 semaines, il convient de fixer un rendez-vous avec le médecin traitant pour un contrôle.

 

 

Références

 

https://sante.lefigaro.fr/article/comment-soulager-les-maux-de-tete-rebelles-/

https://santemonteregie.qc.ca/sites/default/files/2019/02/infiltration_nerf_occipital_nerf_darnold.pdf