produits naturels pour le dos

Lombosciatique : Traitements naturels efficaces pour se soulager

Votre médecin vous a diagnostiqué une lombosciatique commune ? Si c’est le cas, il vous a probablement prescrit de médicaments tels que des antalgiques, des anti-inflammatoires non stéroïdiens (et les pansements gastriques qui vont avec), des décontractants musculaires…

Pour soulager vos douleurs, il est important de suivre convenablement votre traitement médical ainsi que toutes les recommandations de votre médecin.

Toutefois, vous devez savoir qu’il existe certains traitements naturels qui peuvent être efficaces en cas de lombosciatique commune. Nous vous en faisons découvrir quelques-uns dans le présent article !

Colonne vertébrale lombaire : rappel anatomique

Notre colonne vertébrale, à sa partie lombaire, est constituée de 5 vertèbres numérotées de L1 à L5. Entre chaque pair de vertèbres adjacentes s’interpose une structure fibrocartilagineuse qui fait office d’amortisseur qu’on appelle « disque intervertébral ».

La loi de l'équilibre et les P...
La loi de l'équilibre et les Potentiels en Excès - Transurfing

anatomie de la colonne lombaire
Source

Chacune des vertèbres lombaires se compose :

  • D’un corps vertébral : volumineuse masse osseuse qui forme l’avant de la vertèbre.
  • D’un arc postérieur : fine lame osseuse qui forme l’arrière de la vertèbre.
  • D’un foramen vertébral : espace (trou) situé entre le corps vertébral et l’arc postérieur.

L’empilement des vertèbres lombaires et la superposition de leurs foramens vertébraux forment un canal osseux appelé « canal rachidien lombaire » qui contient la partie distale de la moelle épinière.

Tout au long du canal lombaire et de chaque côté de celui-ci, des racines nerveuses provenant de la moelle épinière émergent pour former des nerfs destinés à l’innervation motrice et sensitive de différentes parties du corps.

Parmi ces nerfs, le nerf sciatique qui a pour rôle l’innervation sensitivo-motrice de l’ensemble du membre inférieur ainsi que des régions génito-urinaire et anorectale.

trajet du nerf sciatique
Source

C’est quoi une lombosciatique ?

Lorsque le nerf sciatique ou l’une de ses racines nerveuses est comprimé ou irrité par un processus pathologique (hernie discale, traumatisme, tumeur…), des douleurs qui suivent le trajet de ce nerf apparaissent : fesses, cuisse, jambe, pied et parfois jusqu’aux orteils. On appelle cette affection la névralgie sciatique (ou simplement une sciatique).

On parle de lombosciatique lorsque ces douleurs à la jambes (celles de la sciatique) s’accompagnent de lombalgies (douleurs lombaires).

Pour plus de détails sur la lombosciatique, consultez l’article suivant.

Quelles sont ses causes ?

La hernie discale lombaire est la cause la plus fréquente de lombosciatique. On parle alors de «lombosciatique commune ».

À LIRE :   Lombosciatique : Définition et prise en charge
sciatique
Source

D’autres causes sont possibles :

Comment se manifeste-t-elle ?

La lombosciatique se manifeste par des douleurs au niveau du membre inférieur (dont la topographie dépend du niveau de la compression nerveuse : L4-L5, L5-S1…) accompagnées de lombalgies (douleurs dans le bas du dos).

douleur de type lombosciatique
Source

Ces douleurs ont la caractéristique d’être exacerbées par l’efforts, par toutes les manœuvres qui augmentent la pression intra-abdominale (toux, éternuement, effort de défécation…) ainsi que par l’étirement (manœuvre de Lasègue).

Les douleurs de la lombosciatique peuvent s’accompagner de :

  • Troubles moteurs : faiblesse musculaire du membre inférieur pouvant aller jusqu’à la paralysie (lombosciatique paralysante : urgence thérapeutique).
  • Troubles sensitifs : fourmillements, engourdissements, picotements, hypoesthésie (diminution de la sensibilité), anesthésie (perte totale de la sensibilité) ou douleurs insupportables (lombosciatique hyperalgique : urgence thérapeutique) au niveau du membre inférieur ou de la région génito-urinaire.
  • Troubles génito-sphinctériens : incontinence urinaire, incontinence fécale, dysfonction érectile… Dans ce cas, il s’agit d’une lombosciatique compliquée d’un syndrome de la queue de cheval (urgence thérapeutique).

En cas de lombosciatique avec des symptômes tels qu’une fatigue intense, une perte pondérale inexpliquée, une perte d’appétit ou une altération de l’état général, il est indispensable de consulter dans les plus brefs délais, car il est probable que ce soit d’origine tumorale (cancer).

Comment se traite une lombosciatique ?

La prise en charge d’une lombosciatique dépend de nombreux paramètres tels que la cause, l’âge du patient, ses antécédents et ses symptômes (sévérité, répercussion sur ses activités quotidiennes…).

Après avoir pris en considération tous les paramètres, le médecin élabore une stratégie thérapeutique personnalisée. Cette dernière peut faire appel à des méthodes conservatrices ou radicales :

Traitement conservateur (non chirurgical) :

antibiothérapie
Source
  • Médicaments antidouleurs, des plus simples (paracétamol) aux plus puissants (dérivés morphiniques).
  • Médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).
  • Autres médicaments tels que les myorelaxants (décontractants musculaires) et certains antiépileptiques (prégabaline).
  • Infiltrations lombaires de corticoïdes.
  • Séances de kinésithérapie (soulager une compression nerveuse due à une hernie discale).

Traitement radical (chirurgical) : la chirurgie n’est envisagée qu’en dernier recours pour soigner une lombosciatique ayant résisté à un traitement conservateur bien conduit.

chirurgie
Source

Il existe de nombreux types d’interventions chirurgicales, mais elles ont toutes le même objectif : lever la compression nerveuse (cure d’une hernie discale, retrait d’un fragment osseux déplacé…).

Lombosciatique : remèdes naturels efficaces pour se soulager

Les différents traitements médicamenteux prescrits dans le cadre d’une lombosciatique peuvent entrainer des effets indésirables, surtout lorsqu’ils sont pris au long cours.

À LIRE :   Lombosciatique : Arrêt de travail, maladie professionnelle... Tout savoir

Afin de limiter votre consommation de médicaments antalgiques, ou réduire les posologies nécessaires (avec l’accord de votre médecin), vous pouvez opter pour l’une des méthodes naturelles suivantes :

produits naturels et remèdes de grand-mère
Source

Aromathérapie : massage aux huiles essentielles

Vous pouvez vous faire des massages du bas du dos et de la jambe (sur le trajet de la douleur) en utilisant une huile essentielle de menthe poivrée ou de gaulthérie diluée dans une huile végétale (huile d’olive, d’avocat ou d’amande douce par exemple).

Ces deux huiles essentielles possèdent des propriétés anti-inflammatoires et apaisantes très efficaces pour soulager les douleurs de la lombosciatique.

De plus, les massages favorisent la circulation sanguine au niveau du dos et du membre inférieur, ce qui participe à atténuer les douleurs et à lutter efficacement contre les tensions musculaires.

Ce remède naturel peut être utilisé jusqu’à 3 fois par jour en cas de lombosciatique commune.

Attention, certaines précautions doivent être prises lors de l’utilisation des huiles essentielles : vérifier les contre-indications et les interactions médicamenteuses, éviter le contact avec les yeux, ne pas les utiliser pures… Pour une utilisation sans risque, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin, pharmacien ou naturopathe.

Phytothérapie : utiliser des plantes anti-inflammatoires

Voici 3 plantes qui peuvent vous aider à soulager votre lombosciatique naturellement :

  • Le curcuma : il possède de puissantes propriétés anti-inflammatoires grâce à son principe actif, la curcumine. Vous pouvez le consommer en infusion ou sous forme d’épice, ou bien l’utiliser comme cataplasme directement sur la partie douloureuse (région lombaire).
  • Le gingembre : comme le curcuma, le gingembre est un puissant anti-inflammatoire naturel. Vous pouvez aussi l’utiliser comme épices pour vos différents plats ou bien le consommer sous forme d’infusion.
  • Le saule blanc : il s’agit d’un remède utilisé pour traiter naturellement toutes sortes de douleurs (articulaires, céphalées, règles douloureuses…) grâce à ses vertus anti-inflammatoires. Il est d’ailleurs surnommé « aspirine végétale ».

Il est impératif de prévenir son médecin lorsqu’on envisage de suivre un traitement à base de plantes afin de s’assurer de l’absence de contre-indications et d’éviter les interactions médicamenteuses néfastes.

Thermothérapie : application de chaleur ou de froid

L’application de chaleur (par l’intermédiaire d’une bouillotte ou la prise d’un bain chaud) sur le dos ou la jambe permet de soulager les douleurs grâce à son effet décontractant musculaire (détend les muscles).

glace pour soulager la douleur dans le bas du dos

L’application de froid (glace ou de compresses froides), quant à elle, soulage les douleurs en réduisant l’inflammation locale.

Pour mieux comprendre les effets du froid et de la chaleur sur les différents types de douleurs, consultez l’article suivant.

Alimentation : adopter un régime alimentaire anti-inflammatoire

Une alimentation riche en fibres, en vitamines, en oméga 3, et en antioxydants aide le corps à lutter contre les phénomènes inflammatoires, notamment en cas de lombosciatique.

À LIRE :   Lombosciatique : Signes de gravité (Quand s’inquiéter ?)
légumes verts
Source

Ainsi, pour soulager durablement les douleurs liées à une lombosciatique, privilégiez la consommation de :

  • Fruits et légumes frais (vitamines et fibres),
  • Poissons gras, huile de colza et de foie de morue (omégas 3),
  • Certaines épices telles que le curcuma et le gingembre (pouvoir anti-inflammatoire).

Et évitez la consommation de :

  • Produits alimentaires industriels dits ultra-transformés,
  • Glucides raffinés (boissons sucrées, pâtisseries, pain blanc…),
  • Boissons alcoolisées et gazeuses,
  • Viandes rouges en excès,
  • Viandes transformées (hot dogs, saucisses…),
  • Graisses animales saturées…

Références

[1] E. Masson, « Lombosciatique commune », EM-Consulte. https://www.em-consulte.com/article/271161/lombosciatique-commune (consulté le 1 octobre 2022).

[2] R. Thurel, « Lombosciatique par hernie discale », Acta neurochir, vol. 2, no 1, p. 9‑31, mars 1951, doi: 10.1007/BF01406095.

[3] « Recommandations Lombosciatique aiguë commune », VIDAL. https://www.vidal.fr/maladies/recommandations/lombosciatique-aigue-commune-3527.html (consulté le 2 octobre 2022).

[5] É. Legrand, T. Couchouron, P. Insalaco, et M. Audran, « Faut-il hospitaliser un patientsouffrant d’une lombosciatique commune? », Revue du Rhumatisme, vol. 71, p. S100‑S103, août 2004, doi: 10.1016/S1169-8330(04)80013-9.

[6] « Les infiltrations de corticoïde dans les lombosciatiques et les lombalgies communes – ScienceDirect ». https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1169833008001014 (consulté le 6 octobre 2022).

[7] A. A. sport Kinésithérapeute et Ostéopathe du, « Comment soigner une sciatique ? (Traitement naturel) », Tout pour ma santé, 29 juin 2019. https://toutpourmasante.fr/soigner-sciatique/ (consulté le 8 octobre 2022).

[8] « Traitement naturel de la sciatique et du lumbago ». https://www.alternativesante.fr/vertebres/lumbago-et-sciatique (consulté le 6 octobre 2022).

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs / 5. Nombre de votes

Si vous avez bénéficié de cet article...

Suivez-nous sur Youtube et Facebook

Navré que vous n'ayez pu trouver réponse à vos questions !

Aidez-nous à améliorer cet article !

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

FORMATION 100% OFFERTE

Découvrez ce qu'on ne vous jamais dit sur vos douleurs chroniques...