Migraine digestive : Tout savoir sur ce trouble

Migraine digestive : Tout savoir sur ce trouble

 

Le mal de tête ou encore céphalée arrive souvent au cours de la vie quotidienne. Vous avez sûrement connu cette gêne, et pas qu’une seule fois. Les céphalées se regroupent en plusieurs types, et peuvent être liées à plusieurs pathologies. Vous avez déjà entendu parler de la migraine digestive ? Dans cet article, nous allons parler de ce type de mal de tête encore peu connu.

Définition : Qu’est-ce que la migraine digestive ?

 

Tout d’abord, la migraine se définit comme une douleur qui affecte la partie de la tête. On parle aussi de céphalée.

 

Elle s’explique par un problème d’excitabilité des cellules neuronales. Cette anomalie est induite par plusieurs facteurs notamment physiopathologiques et environnementaux.

 

Elle se manifeste par des crises de durée et de fréquence variable. Elles peuvent être chroniques (qui revient à intervalle régulier et fréquemment) ou épisodiques (de temps en temps). Elles peuvent parfois être accompagnées d’aura. Cette dernière est un dysfonctionnement neurologique transitoire et réversible. L’aura peut se manifester lentement et progressivement par des troubles visuels et sensitifs, selon le cas de la migraine.

 

Pour tout savoir sur la migraine ophtalmique avec aura, consultez l’article suivant.

 

Des troubles hépato-gastro-entérologiques peuvent aussi être liées avec la migraine. Cela se manifeste par certains signes cliniques :

 

  • nausées et vomissements
  • intolérance de l’estomac
  • vomissements biliaires répétés avec hoquets
  • diarrhées
  • douleurs épigastriques
  • indigestion

 

Dans ce cas, on parle de migraines digestives. Sa description équivaut à celle des crises hépatiques, selon diverses littératures scientifiques.

 

Selon d’autres sources, la migraine digestive est définie comme une forme incomplète de migraine. Elle peut ne pas être accompagnée de la phase céphalée. En effet, elle est qualifiée de digestive, car elle s’accompagne de plusieurs symptômes relatifs à l’appareil digestif qui sont plutôt dominants. Autrement dit, la migraine est qualifiée de digestive lorsque les signes de troubles digestifs prédominent par rapport aux maux de tête.

 

La migraine digestive n’est pas très commune. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il n’existe pas beaucoup de bibliographies qui traitent ce sujet. Certains médecins ont encore des doutes à propos de cette migraine.

 

Une confusion peut alors se présenter puisqu’une migraine peut engendrer des troubles de digestion. Et les troubles de digestion après la consommation de certains aliments peuvent provoquer des migraines.

 

D’après la physiologie et le fonctionnement du tube digestif, on peut penser que les phénomènes digestifs qui se produisent lors de ce type de pathologie ne sont que des conséquences de la migraine.

 

 

Quelles sont les causes de la migraine digestive ?

 

Plusieurs hypothèses ont été émises concernant les causes de la migraine digestive.

 

La principale cause expliquant la migraine est l’hypersensibilité du signal nerveux face à divers facteurs. Les causes externes sont les facteurs environnementaux : froid, luminosité importante, activité physique ou mentale intense…

 

Quant aux causes internes, elles sont liées au fonctionnement de l’organisme. Par exemple le stress, la faim, la fatigue, les hormones, le manque de sommeil…

 

Le système nerveux est lié à presque toutes les parties du corps humain. Ainsi, la relation existante entre le cerveau et l’appareil digestif justifie la présence des impacts de l’alimentation sur la migraine.

 

Pour le cas de la migraine digestive, les symptômes peuvent être corollaires de l’hyperperméabilité intestinale.

 

En effet, lorsqu’on ingère des aliments qui sont trop lourds, on rencontre souvent des troubles de digestion. L’assimilation de certains nutriments peut alors être incomplète. Les protéines qui n’ont pas pu être digérées vont traverser la barrière de la muqueuse intestinale. Elles sont déversées dans la circulation sanguine à travers le foie pour aller dans l’organisme tout entier.

 

Ainsi, les organes et le cerveau vont être encombrés par ces molécules qui ne peuvent plus être utilisées. D’où l’apparition de la douleur ressentie associée à ce type de migraine.

 

Il faut noter que certains aliments peuvent aussi être l’origine de migraine. Voici une liste des aliments qui déclenchent la migraine.

 

  • Les boissons alcoolisées : l’alcool agit sur le système nerveux. Il en est de même pour les drogues.
  • Les produits fermentés.
  • Les sauces à exhausteur de goût, présentant de glutamate (déclencheur des crises migraineuses).
  • Les fruits secs qui contiennent de l’histamine et des conservateurs 
  • Certaines céréales, le froment et les produits laitiers qui contiennent beaucoup de protéines

 

L’effet de ces aliments sur la migraine est variable selon la tolérance de chaque individu. On peut dire que leur action sur ce mal de tête reste discutable.

 

 

Quels sont les symptômes de la migraine digestive ?

 

Les signes de la migraine digestive sont des maux de tête, généralement unilatérale et pulsatile. Ce symptôme est moins dominant que les signes digestifs :

 

  • nausées et vomissements ;
  • diarrhées ;
  • douleurs abdominales.

 

 

Comment traiter la migraine digestive ?

 

Pour traiter la migraine digestive, vous avez plusieurs choix. Il est possible de recourir à l’automédication, mais il serait toujours plus sûr de consulter des médecins. Cela permet d’éviter les effets indésirables notamment la chronicité de la migraine due aux mauvais traitements.

 

Traiter la migraine digestive par la médication

 

Pour traiter les maux de tête liés à une migraine digestive, vous pouvez utiliser des antalgiques (paracétamol) et des antiinflammatoires non stéroïdiens (aspirine, ibuprofen…).

 

Ces médicaments peuvent être associés à des antiémétiques pour alléger les troubles digestifs. Les anti-vomitifs et anti-nausées tels que les médicaments à base de dompéridone en sont des exemples.

 

Traiter la migraine digestive par la naturopathie et l’homéopathie

 

Si vous êtes adeptes des traitements naturels, il existe des remèdes naturels qui ne sont pas moins efficaces que les médicaments synthétiques.

 

Pour tout savoir sur les produits naturels (utilisation, risques, indications, etc.), consultez l’article suivant.

 

La phytothérapie

 

Elle consiste en utilisation de plantes ou « drogues végétales » pour soulager les maux. Les parties médicamenteuses de ces plantes peuvent être utilisées sous forme desséchée ou sous forme de tisane. Parmi ces plantes médicinales, voici celles utilisées contre les maux de tête.

 

  • La paternelle ou la grande camomille (connu sous le nom scientifique de Tanacetum parthenium) : riche en composés flavonoïques et en parthénolide. Grâce à cette substance antagoniste de la sérotonine (médiateur favorisant la migraine), cette plante soulage le mal de tête.
  • La verveine anisée (Lippia alba) qui a de nombreux effets sur le système nerveux central. Sa posologie n’est pas clairement déterminée.
  • Le ginkgo (ginkgo biloba) : il contient le ginkgolide B, principe actif ayant une action modulatrice du glutamate (déclencheur des migraines).
  • L’encens (Boswellia serrataqui agit comme un anti-inflammatoire par sa teneur en acide boswellique.
  • Le saule (Salix alba): riche en trémulacine qui est à la fois anti-inflammatoire et analgésique. Elle se prépare en infusion : 5 à 10 g dans un demi-litre d’eau à l’ébullition. Les autres plantes telles que les citronniers, la lavande, la camomille, le romarin peuvent aussi être utilisés bien qu’elles ne traitent pas spécifiquement la migraine.

 

L’aromathérapie : par l’utilisation des huiles essentielles

 

Les huiles essentielles, en plus de leurs vertus relaxantes et calmantes, elles sont aussi des anti-inflammatoires. Elles sont efficaces pour traiter les migraines digestives. Les symptômes digestifs sont traités par des huiles essentielles de mélisse ou de citron. Pour soulager la migraine, on utilise ces HE.

 

  • Lavande: avec ses propriétés antalgiques, anti-inflammatoires et anesthésiques, elle est efficace en inhalation pour soulager les migraines.
  • Menthe poivrée: appliquée sur les zones temporales, elle soulage les douleurs de la tête. Elle calme également les nausées et vomissements d’où son efficacité dans la gestion des migraines digestives. De plus, elle réduit la photophobie et la phonophobie associée aux migraines banales.
  • Les autres huiles essentielles comme HE de katrafay, HE de romarin, HE de giroflier, HE de camomille romaine, HE de marjolaine.

 

L’homéopathie

 

Elle permet également de soulager les migraines digestives par l’utilisation de doses infinitésimales de médicaments. Elle peut être utilisée seule ou en supplément à des traitements allopathiques ou à la médecine douce. On peut citer par exemple l’utilisation des souches de Coffea cruda, Anacardium

 

Les autres traitements

 

L’acupuncture, la nutrithérapie et la massothérapie peuvent aussi contribuer à traiter les migraines digestives.

 

 

Sources

 

https://www.doctissimo.fr/html/dossiers/migraine/articles/15788-migraine-digestive.htm#attention-au-surmenage-du-foie

https://www.fmcgastro.org/postu-main/archives/postu-2004-paris/migraine-et-gastro-enterologie/

https://www.femina.fr/article/migraine-comment-la-soigner-au-naturel

 Mathilde Pouzergues in « La migraine et ses alternatives thérapeutique », Sciences pharmaceutiques 2013 ; hal-01733752 pages 41 à 76