Myéloscanner : Définition et indication (Est-ce risqué ?)

Myéloscanner : Définition et indication (Est-ce risqué ?)

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille 

Le myéloscanner est un examen d’imagerie médical qui comprend l’injection d’un produit de contraste dans le canal rachidien afin de mieux visualiser les racines nerveuses, la moelle épinière et les autres tissus environnants. Bien que les IRM soient plus couramment utilisées aujourd’hui, le myoscanner est encore utilisés dans certains cas.

 

Comment fonctionne le myéloscanner ?

 

Le myéloscanner combine la technique de la myélographie et de l’examen tomodensitométrique. La procédure consiste généralement à injecter un produit de contraste dans l’espace sous-arachnoïdien du canal rachidien (généralement sous contrôle fluoroscopique). 

 

injection de produit de contraste durant le myéloscanner
Source

 

Le produit de contraste injecté permet de mettre en évidence les tissus mous de la colonne vertébrale, de sorte que ceux-ci apparaissent mieux sur l’image obtenue. 

 

Après l’injection, une imagerie radiographique est réalisée. On utilise un scanner.

 

Quand la myéloscanner est-il envisagée ?

 

Tel que mentionné,  le myéloscanner n’est pas autant utilisé de nos jours, principalement car l’IRM permet d’obtenir généralement de meilleurs résultats.

 

Voici certains cas où le myéloscanner est indiqué :

 

  • Un patient présente une contre-indication à l’utilisation de l’IRM (pacemaker ou autre corps étranger de nature métallique, claustrophobie, obésité, etc.)
  • Les tests d’imagerie médicale utilisés jusqu’à présent n’arrivent pas à expliquer les symptômes du patient
  • On désire effectuer des tests en position debout, assise, en position fléchie (impossible à réaliser avec un IRM car le patient est en position couchée)
À LIRE :   Bloc facettaire: Indications et procédure (Est-ce risqué ?)

 

Risques et complications

 

Bien que le myéloscanner soit généralement sûr, il existe certains risques liés à l’injection effectuée près de la moelle épinière. Bien que ces situations soient rares, il est possible d’observer certaines réactions telles que :

 

  • Infection
  • Céphalée
  • Démangeaisons
  • Gonflement
  • Éruption cutanée
  • Difficulté à respirer
  • Rougeur au niveau du site d’injection