Nerf intercostal : anatomie et pathologies


Les nerfs intercostaux sont des branches neurologiques des troncs nerveux thoraciques. Ils sont issus de la moelle épinière et sont responsables de l’innervation des muscles intercostaux et de la paroi abdominale. Ils jouent également un rôle important dans la respiration. Un traumatisme ou une lésion au niveau de ces nerfs peut entrainer des symptômes pouvant mimer des problèmes cardiaques ou pulmonaires graves. Alors, comment expliquer cela ? Comment démêler le vrai du faux ? Pour en savoir plus, restez jusqu’à la fin de cet article.

Définition

 

Pour faire simple, un nerf intercostal est un nerf qui chemine entre les espaces intercostaux, c’est-à-dire entre deux côtes sus — et sous-jacentes. Chez l’homme, il en existe onze paires, situées de part et d’autre de la colonne vertébrale. Ils innervent la majeure partie de la paroi thoracique et abdominale.

 

nerf intercostal
Source

 

Anatomie

 

Origine du nerf intercostal

 

Les nerfs intercostaux sont les branches antérieures des nerfs rachidiens thoraciques (T1-T11). Ils naissent à la sortie du foramen intervertébral (appelé également trou de conjugaison). Les foramens intervertébraux sont des petits trous situés entre deux vertèbres par lesquels sortent les nerfs en dehors de la colonne vertébrale.

 

Après passage foraminale, les douze paires de nerfs rachidiens thoraciques (T1-T12) se divisent en deux branches : ventrales (antérieures) et dorsale (postérieures). Les rameaux ventraux de T1-T11 forment les nerfs intercostaux qui pénètrent dans les espaces intercostaux. Tandis que, le rameau ventral de T12 forme le nerf sous-costal qui chemine sous la 12e côte.

 

Chaque nerf intercostal pénètre immédiatement dans l’espace situé entre deux côtes, qu’on appelle espace intercostal. Il se place entre la partie inférieure de la cote sus-jacente (en haut), au-dessus de la cote sous-jacente (en bas), et entre les muscles intercostaux.

 

Les nerfs intercostaux sont composés de fibres nerveuses antérieures motrices, de fibres nerveuses postérieures sensitives et de nerfs sympathiques post-ganglionnaires (ganglions nerveux).

 

Tout au long de son parcours, chaque nerf intercostal est associé à une artère et à une veine, formant ce qu’on appelle le paquet vasculo-nerveux.

 

Les principales branches des nerfs intercostaux sont les branches cutanées antérieure et latérale. Ces branches innervent la peau et les muscles intercostaux.

 

Trajet du nerf intercostal

 

Dans les espaces intercostaux, les nerfs intercostaux cheminent entre les muscles intercostaux avec les artères et veines correspondantes.

 

Les nerfs se dirigent ensuite vers le bord inférieur de la côte sous-jacente et cheminent en dessous de l’artère intercostale. Ils se terminent à l’extrémité antérieure de l’espace intercostal en donnant un rameau cutané (appelé rameau cutané perforant antérieur).

 

Dans la paroi abdominale, ils cheminent entre les muscles obliques internes et transverses. Si le trajet des premiers nerfs intercostaux est globalement horizontal, celui des nerfs intermédiaires et surtout des derniers nerfs intercostaux est oblique en avant et en bas. Le onzième nerf intercostal qui a son origine près de la onzième vertèbre thoracique se termine en dessous de l’ombilic.

 

Fonctions du nerf intercostal

 

Les nerfs intercostaux sont indépendants et parallèles entre eux. Leur racine postérieure est sensitive et porte le ganglion nerveux (ou ganglion spinal). Leur racine antérieure est par contre motrice.

 

Les fibres sensitives transmettent les informations des récepteurs sensitifs de la peau et des muscles vers la moelle épinière, tandis que leurs fibres motrices transmettent les signaux de la moelle épinière vers les muscles et les glandes.

 

Ils innervent les muscles intercostaux et la paroi abdominale, et interviennent dans la respiration.

 

Les muscles intercostaux externes, internes et intimes, ainsi que les muscles subcostaux et élévateurs des côtes sont innervés par chacun des nerfs correspondants. Les muscles thoraciques transverses sont aussi innervés par les nerfs intercostaux.

 

Les rameaux dorsaux des nerfs intercostaux passent en arrière pour innerver une grande partie de la peau (au niveau du thorax et de l’abdomen), y compris les glandes mammaires (les seins) par le biais des quatrième, cinquième et sixième nerfs.

 

Les muscles droits, obliques externes et transverses de l’abdomen sont aussi innervés par les nerfs intercostaux (par les cinq derniers nerfs intercostaux).

 

 

Les différentes pathologies du nerf intercostal

 

Névralgie intercostale

 

La névrite intercostale est la pathologie la plus courante des nerfs intercostaux. Il s’agit d’une pathologie douloureuse caractérisée par une lésion ou une inflammation d’un ou plusieurs nerfs intercostaux. Ces douleurs sont liées à l’irritation d’un nerf intercostal.

 

La névralgie intercostale peut créer une grande variété de symptômes. Le symptôme le plus fréquent est une douleur, à type de décharge électrique, de dysesthésie ou encore de brûlure, au niveau du thorax. Dans 70 % des cas, la douleur se manifeste d’un seul côté seulement. Lorsque la douleur est particulièrement aiguë, elle peut engendrer des difficultés respiratoires.

 

L’intensité de la douleur est extrêmement variable, cela peut durer quelques minutes comme quelques heures, les douleurs peuvent être longues et diffuses ou brèves et intenses. Elle peut même parfois être confondue avec un infarctus du myocarde, qui constitue une véritable urgence médicale.

 

Elle est le plus souvent bénigne en rapport avec une pathologie vertébrale comme une arthrose de la colonne vertébrale, ou peut apparaître après un traumatisme ou un faux mouvement (par exemple une fracture de côte, une entorse des muscles intercostaux, une mauvaise position la nuit…). Toutefois, elle est dans de rares cas en rapport avec une pathologie tumorale, une infection ou un zona.

 

Les individus qui effectuent des sports à fort impact sont plus susceptibles de souffrir d’une névralgie intercostale.

 

Cette sensation peut également s’accompagner d’une douleur intense lors de la palpation des muscles intercostaux, d’une douleur continue au niveau de la cage thoracique, d’une rigidité globale de la poitrine et d’un essoufflement consécutif à ces difficultés respiratoires.

 

Pour en savoir plus sur la névralgie intercostale, consultez l’article suivant.

 

Névralgie post-herpétique

 

L’herpès est une maladie causée par le virus de la varicelle-zona. Chez une personne qui a eu la varicelle, le virus reste dans le corps à l’état dormant. Et c’est la réactivation de celle-ci qui donne la maladie. Seules les personnes ayant déjà souffert de la varicelle durant l’enfance peuvent contracter le zona. Cette réactivation du virus de la varicelle touche surtout les personnes de plus de 50 ans.

 

La névralgie est la complication la plus courante après un zona. Cette complication affecte surtout les nerfs intercostaux ou les nerfs du visage.

 

Certains signes avant-coureurs sont caractéristiques de l’apparition du zona. Trois à quatre jours avant la réactivation du virus, la personne peut ressentir une sensation de malaise avec des frissons, de la fièvre, des nausées, ou des diarrhées.

 

Ensuite des signes cutanés apparaissent, des pustules en bouquets, entrainant des brûlures et des démangeaisons sur le côté du thorax ou dans le dos. Ces pustules sont très douloureuses et peuvent durer plusieurs semaines avant de disparaître.

 

Névralgie après fracture costale

 

Il résulte le plus souvent d’un traumatisme. Les fractures des côtes peuvent causer des blessures des nerfs intercostaux. Il provoque ainsi des douleurs au niveau du thorax. Selon le degré de la blessure, il peut y avoir des problèmes sensitifs ou moteurs (comme la diminution de la mobilité des muscles intercostaux).

 

Autres pathologies

 

Bien évidemment, il existe encore beaucoup d’autres causes de traumatisme des nerfs intercostaux.

 

  • Les crampes des muscles intercostaux d’apparition brutale et de courte durée. Elles disparaissent en général en moins d’une demi-heure.
  • Les déchirures des muscles intercostaux font suite à des traumatismes ou à des exercices intensifs.
  • Les entorses costales peuvent survenir par contusion directe, par mouvement brusque de rotation, par effort d’étirement ou encore par compression du thorax…

 

 

Traitement

 

Pour soulager les douleurs dans les névralgies intercostales, les traitements médicamenteux (antalgiques, anti-inflammatoires et myorelaxants) sont très efficaces, à la fois sur la douleur et sur les tensions musculaires. Des séances de kinésithérapie peuvent être proposées.

 

Le traitement avec des médicaments antirétroviraux par voie orale est généralement suffisant pour les névralgies post-herpétiques.

 

En cas de fracture costale, l’immobilité doit être maintenue. Les blessures neurologiques se traitent en fonction de la gravité de la lésion.

 

 

Sources

 

https://chirurgie-des-nerfs.com/pathologies/epaule/douleurs-chroniques/douleur-inter-costal/

https://www.reflexosteo.com/blog-sante-bien-etre/nevralgie-intercostale-traitement-et-osteopathie-308