Nerf sciatique : Anatomie et trajet (Pathologies associées)

Nerf sciatique : Anatomie et trajet (Pathologies associées)

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

Le nerf sciatique joue un rôle majeur dans notre organisme, principalement au niveau des membres inférieurs. Il est formé par plusieurs racines nerveuses. Il a le plus long trajet des nerfs du corps humain allant du bas du dos vers les orteils. Qu’est-ce que le nerf sciatique ? Comment est-il ? Quel est son trajet dans l’organisme ? Quelles sont les pathologies qui l’affectent, et comment les traiter ? Nous allons en parler dans cet article.

Définition du nerf sciatique

 

Le nerf sciatique est le nerf le plus gros et le plus long des nerfs périphériques de l’organisme humain. C’est un nerf mixte, c’est-à-dire, un nerf sensitif et un nerf moteur en même temps. Il joue donc un double rôle. Il permet de sentir la partie postéro externe de la jambe et l’ensemble du pied (aspect sensitif). Il permet aussi la flexion du genou et la flexion extension de la cheville (aspect moteur).

 

 

Anatomie du nerf sciatique

 

Le nerf sciatique est le nerf le plus volumineux du corps humain. Il est issu de la jonction de cinq nerfs spinaux (L4, L5, S2, S3). À gauche comme à droite, son anatomie est identique.

 

Pour mieux comprendre, nous allons commencer par le tout début. Parlons de la moelle épinière. Elle correspond à une structure du système nerveux central située à l’intérieur de la colonne vertébrale. Elle donne naissance à plusieurs nerfs qu’on appelle nerfs spinaux.

 

anatomie du nerf sciatique
Source

 

Chaque nerf sort de la colonne vertébrale par des trous de conjugaisons entre deux vertèbres. Le nerf est nommé en fonction de la vertèbre sus-jacente. Par exemple, s’il sort entre la quatrième et la cinquième lombaire, on l’appelle le nerf spinal L4.

 

Une fois le nerf sorti de la colonne vertébrale, il entre en contact avec d’autres nerfs spinaux pour créer ce qu’on appelle « plexus » (comme la racine d’un arbre). C’est au niveau lombaire que se trouve le plexus qui donne naissance au nerf sciatique (plexus lombo-sacré). Le nerf sciatique est donc composé de fibres nerveuses lombaires basses et sacrées constituées des nerfs spinaux du L4, L5, S1 et S3. Il est recouvert par le muscle grand fessier.

À LIRE :   Protrusion discale: 9 choses essentielles à savoir après avoir été diagnostiqué (Infographie)

 

Il existe deux principales racines du nerf sciatique.

 

  • Racine L5 sortant entre la quatrième et la cinquième vertèbre lombaire.
  • Racine S1 sortant entre la cinquième vertèbre lombaire et la première vertèbre sacrée.

 

 

Le trajet du nerf sciatique

 

De manière globale, le nerf sciatique commence au niveau lombaire et innerve le long des membres inférieurs. Au niveau du bassin, il passe en dessous du muscle piriforme (également appelé pyramidal) et au-dessus du muscle jumeau supérieur.

 

trajet du nerf sciatique

 

En passant dans la fesse, il est recouvert par le muscle grand fessier en arrière. En avant, il est situé entre les muscles jumeaux (supérieurs et inférieurs), le carré fémoral et l’obturateur interne.

 

Au niveau de la cuisse, il descend verticalement le long du muscle semi-tendineux. Il se ramifie en deux branches principales en arrivant au niveau du genou.

 

  • Le nerf tibial : il descend dans la partie postérieure de la jambe, à l’arrière du triceps sural et vers la face interne de la cheville. C’est à l’arrière de la malléole qu’il se divise en deux branches terminales. Ces derniers vont innerver la plante du pied.
  • Le nerf fibulaire commun : il suit la partie externe de la jambe. Au niveau de la tête du péroné (fibula), il se divise également en deux branches nerveuses : l’une continue de descendre la partie externe de la jambe, et l’autre descend dans la partie antérieure. Les deux branches innervent ensuite le dos du pied.

 

 

Comment réaliser le diagnostic d’une douleur au niveau du nerf sciatique ?

 

Seule une résonance magnétique permet de détecter le nerf sciatique. Il semble que la radiographie ne dévoile pas les éléments organiques du corps humain. Le diagnostic clinique de la névralgie sciatique (douleur liée au nerf sciatique) peut se reconnaitre assez facilement.

 

La cause d’une névralgie sciatique, notamment une hernie discale peut pafois être identifiée grâce à une auscultation. Le test de Lasègue est généralement utilisé pour clarifier le diagnostic, bien qu’il ne soit pas complètement fiable.

 

Dans les cas plus compliqués (résistance de la douleur pendant plusieurs semaines), il faudra consulter un spécialiste (rhumatologue, chirurgien…). Il va prescrire des examens complémentaires tels qu’une radiographie du rachis dorsolombaire, un scanner ou une IRM du rachis.

À LIRE :   Douleur au mollet: Et si ça provenait du dos ? (Sciatique et autre)

 

 

Quelles pathologies peuvent toucher le nerf sciatique ?

 

La trajectoire du nerf sciatique est tellement longue que des blocages peuvent facilement l’arrêter. Quand il est irrité, il entraîne une douleur plus ou moins intense. Cette douleur peut aller au niveau lombaire jusqu’à la pointe des orteils. Tout type de douleur liée au nerf sciatique se nomme la sciatique ou névralgie sciatique. Elle touche le plus souvent les personnes âgées entre 35 et 50 ans.

 

Dans 85 % des cas, elle résulte de la compression du nerf sciatique par une hernie discale. Toutefois, il existe aussi d’autres causes. En effet, le nerf sciatique peut être soumis à de nombreuses formes de pression. Il peut être coincé et lésé par l’une des causes suivantes :

 

 

Les symptômes de la sciatique varient d’un individu à l’autre. Mais dans la plupart des cas, elle se manifeste par une douleur en bas du dos. On parle de lombosciatique. La douleur peut irradier en suivant le trajet du nerf en question (fesse, cuisse, jambe, mollet, pied).

 

Aussi, les symptômes peuvent être sensitifs, moteurs ou les deux. Néanmoins, les signes sensitifs sont plus fréquents. En cas d’atteinte sensitive, la sciatique se manifeste par une paresthésie. Celle-ci correspond à des picotements, des fourmillements ou des brûlures.

 

La sciatique peut également affecter la force musculaire de la jambe. Elle change la façon de marcher et entraine une atrophie musculaire (diminution du volume musculaire) dans les cas critiques.

 

Rarement, la sciatique rencontre des formes plus graves.

 

La sciatique paralysante

 

La sciatique paralysante se manifeste par un déficit moteur de la jambe. Autrement dit, la jambe est incapable de faire certains mouvements.

 

La sciatique hyperalgique

 

La sciatique hyperalgique se traduit par une hyper sensibilité à la douleur. Elle ne se calme pas par les médicaments antalgiques habituels.

 

Le syndrome de la queue de cheval

 

Lorsque la sciatique s’associe à ce syndrome, elle touche d’autres racines nerveuses. Dans ce cas, elle provoque :

 

  • des troubles de sensibilité de la jambe et du périnée ;
  • des troubles du contrôle du sphincter urinaire (besoin urgent d’uriner, difficulté à uriner, etc.) et du sphincter anorectal (constipation) ;
  • des troubles moteurs des membres inférieurs qui se traduisent par une fatigabilité à la marche, une diminution de la force musculaire, etc.
À LIRE :   5 exercices pour soulager les symptômes de sciatique (en vidéo)

 

Pour tout savoir sur le syndrome de la queue de cheval et sa prise en charge, consultez l’article suivant.

 

 

Traitements de cette névralgie

 

Le traitement d’un trouble du nerf sciatique dure en moyenne 3 à 4 semaines (ou parfois plus). Il est prescrit en fonction de la cause de la névralgie. Il comporte plusieurs aspects.

 

Traitement médicamenteux

 

Le traitement médicamenteux de la sciatique est basé sur différentes catégories de médicaments selon la douleur ressentie par le patient. Il peut s’agir :

 

  • des antalgiques de palier 1 (paracétamol) ou de palier supérieur (codéine, morphine…) ;
  • des anti-inflammatoires non stéroïdiens ;
  • des myorelaxants (pour la douleur musculaire).

 

Infiltration épidurale

 

L’infiltration épidurale est une injection de corticoïde. Elle permet d’obtenir un effet antalgique prolongé (3 à 6 semaines).

 

Kinésithérapie

 

Quelques séances de kinésithérapie sont recommandées après la phase aigüe de la sciatique.

 

Si la cause de la sciatique est une maladie comme l’ostéoporose ou la spondylarthrite ankylosante, la meilleure approche sera un traitement spécifique de la pathologie proprement dite.

 

En cas de récidive, d’une invalidité ou d’une persistance de la maladie, une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire. Elle est indispensable si le patient présente une paralysie, un syndrome de la queue de cheval ou une douleur extrême non calmée par les médicaments.

 

 

Sources

 

https://physiocentreduquebec.com/nerf-sciatique/

https://www.chiropratiquemontreal.ca/nerf-sciatique/