Neurolyse : tout ce qu’il faut savoir sur cette opération

Neurolyse : tout ce qu’il faut savoir sur cette opération

 

Un nerf est un ensemble de fibres nerveuses qui, dans leur état normal, sont capables de transmettre des informations sensitives et motrices du corps vers le cerveau et/ou du cerveau vers les organes du corps.

 

Dans les cas pathologiques, comme par exemple la compression du nerf, ce dernier n’est plus capable de transmettre les stimuli. Ceci peut causer des troubles moteurs et sensitifs dont le médecin pourra réaliser le diagnostic. Pour soigner la compression, votre docteur pourra opter pour une solution médicamenteuse, ou encore la chirurgie. La neurolyse est justement un exemple d’opération envisageable.

 

Qu’est-ce que la neurolyse ? Quels sont ses indications et contre-indications ? Combien dure la période de convalescence d’une telle intervention ? Le point dans cet article.

Qu’est-ce que la neurolyse ?

 

La neurolyse est une intervention chirurgicale qui consiste en la destruction, dissection et l’exploration d’une cellule nerveuse ou d’un nerf endommagé. L’objectif est de le libérer des restrictions ou des adhérences locales au niveau des tissus. En termes simples, il s’agit d’un acte chirurgical qui a pour but de libérer un nerf d’un point bien précis.

 

Il faut savoir qu’il existe certains nerfs plus prédisposés à être comprimés : les personnes atteintes seront alors de meilleures candidates à une neurolyse. On peut citer par exemple les canaux anatomiques rigides comme les os, les ligaments ou les arcades fibreuses (on parle dans ce cas d’un syndrome canalaire).

 

La technique de la neurolyse réalisée varie en fonction de la zone de compression et de la lésion. Généralement, elle est utilisée en dernier recours lorsque la solution médicamenteuse échoue. Seul le chirurgien est en mesure d’évaluer la nécessité de sa réalisation.

 

En fonction de son indication thérapeutique, la neurolyse peut aussi consister en la destruction nerveuse permanente par injection d’un produit chimique comme l’alcool, réalisée alors par un radiologue ou un chirurgien.

 

Celui-ci insérera une aiguille ou une sonde thermique dans la zone concernée afin qu’elle soit en contact avec le plexus (groupes de nerfs), ou le nerf en question. Le professionnel de santé qui réalise cette intervention est guidée par imagerie, ce qui réduit les risques de complications. En effet, ceci évitera de toucher les nerfs qui se trouvent en profondeur,  et ciblera précisément le nerf lésé ou comprimé.

 

Pour résumer, le principe de la neurolyse est simple : elle consiste à éliminer la cause de la compression nerveuse. Les techniques sont très diverses car les sites de compression peuvent être également variés.

 

 

Indications de la neurolyse

 

La neurolyse peut avoir plusieurs indications, mais la principale est la compression nerveuse. En effet, un nerf comprimé engendre parfois une série de symptômes graves, comme dans la compression de la moelle épinière entraînant une tétraplégie ou paraplégie. Une neurolyse peut également être utilisée dans les cas moins graves de compression nerveuses provenant du groupe de blessures suivantes : 

 

  • Les blessures mécaniques,
  • Les blessures thermiques,
  • Les syndromes de compression aigus 
  • Une douleur chronique qui ne répond pas aux traitements
  • Gestion de douleur chez les patients atteints de cancer

 

Cette opération est réalisée pour traiter de nombreuses lésions nerveuses périphériques différentes, avec généralement d’excellents résultats. Par exemple, la prise en charge chirurgicale appropriée des lésions du nerf radial, ulnaire et médian a été associée à une excellente récupération fonctionnelle.

 

Cependant, le pronostic est réservé lorsque la neurolyse est utilisée pour traiter les blessures où la continuité neurale est perdue. On parle par exemple des cas de lacérations, les blessures associées à des fractures ou encore et les blessures par balle.

 

 

Types de neurolyse

 

Il existe trois types de neurolyse :

 

  • La neurolyse externe : appelée aussi exoneurolyse ou neurolyse tronculaire, elle consiste en l’élimination chirurgicale des adhérences autour du tissu nerveux ;
  • La neurolyse interne (également appelée endoneurolyse ou neurolyse fasciculai) : elle consiste en la dissection individuelle des fibres nerveuses d’un nerf comprimé ;
  • La neurolyse neurochirurgicale: elle vise généralement à lutter contre la douleur ;

 

 

Quels sont les risques et contre-indications de la neurolyse ?

 

Comme tout acte chirurgical et bien qu’ils soient rares, il existe certains risques de complications et effets secondaires liée à la neurolyse. Voici les principaux :

 

  • Hématome: commun à plusieurs interventions, l’hématome peut également survenir en cas de neurolyse. Il se résorbe généralement spontanément, et dans de rares cas nécessite un drainage chirurgical.
  • Algodystrophie: elle consiste en un épisode douloureux et inflammatoire qui nécessite en règle générale plusieurs mois de traitement et de suivi. Traitée médicalement, sa survenue, sa guérison et les complications qui peuvent en résulter sont souvent aléatoires. Malheureusement, sa cause exacte reste inconnue. L’algodystrophie nécessite une prise en charge de la douleur et une rééducation adaptée.
  • Infection: elle est plus rare que l’hématome et l’algodystrophie. Elle consiste en une infection profonde qui nécessite généralement une chirurgie et une période de convalescence avec antibiothérapie.
  • Atteinte nerveuse: une baisse de la sensibilité ou une hypersensibilité provisoire peut être une complication de la neurolyse.
  • Cicatrice: beaucoup plus rare, la cicatrice après neurolyse peut demeurer enflée et douloureuse. Elle est associée à une raideur qui peut nécessiter un prolongement de la période de rééducation. Pendant une longue période, la force des muscles environnants peut diminuer.

 

Il existe d’autres complications et de risques liés à la neurolyse qui varient en fonction du degré de la lésion nerveuse et de la zone touchée. Cependant, il est à noter que les techniques de la neurolyse s’améliorent de jour en jour, et les risques liés à cette intervention sont de plus en plus limités.

 

En effet, le chirurgien se guide d’imagerie afin de cibler au millimètre près la zone du nerf concernée pour éviter justement les risques de complications.

 

 

Combien de temps dure la convalescence ?

 

En règle générale, 6 semaines après l’intervention chirurgicale, les patients peuvent reprendre une activité plus ou moins complète. En effet, le soulagement des engourdissements, des fourmillements ainsi que de la douleur est souvent immédiat à la neurolyse.

 

Toutefois, tout dépend la sévérité de la lésion ou de la compression nerveuse. Dans les cas les plus graves, cela nécessite une longue période de convalescence. Ainsi, le soulagement des engourdissements et la disparition de la douleur peuvent s’étaler progressivement sur plusieurs mois.

 

De plus, il est utile de signaler que le tabac augmente non seulement la période de convalescence, mais également le risque de complications. Il est donc conseillé d’arrêter de fumer 2 mois avant l’intervention, et de ne pas recommencer à fumer durant la période de convalescence.

 

 

Conclusion

 

En résumé, la neurolyse consiste en une technique chirurgicale qui a pour but d’éliminer la cause d’une compression d’un nerf qui peut être traumatique ou pathologique. Elle est indiquée en règle générale pour lutter contre la douleur. Comme tout acte chirurgical, des risques d’hématomes, d’infections ou de mauvaises cicatrisations existent bien que les techniques actuelles de neurolyse évitent tout risques de complications.

 

La durée de convalescence après une neurolyse dépend essentiellement de la gravité de la lésion ou de la compression nerveuse, ainsi que de la localisation du nerf lésé. Cependant, en règle générale, on peut sentir une amélioration tout de suite après l’intervention. Le patient retrouve une activité normale, en moyenne, 6 semaines après l’intervention. Il est utile de souligner que seul le chirurgien est capable de vous donner le feu vert pour une reprise d’une vie normale après l’acte chirurgical.

 

Bonne guérison !