Ostéoporose juvénile: Qui est à risque? (Cause et traitement)

Ostéoporose juvénile: Qui est à risque? (Cause et traitement)

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

L’ostéoporose désigne une perte progressive de la densité osseuse. Cette maladie osseuse peut survenir à tout âge. Elle apparaît le plus souvent lors de la grossesse, de la ménopause et du vieillissement. Chez les moins de 25 ans, elle reste toutefois exceptionnelle. Souvent primitive, cette diminution de la masse osseuse chez les jeunes peut aussi être la conséquence d’une autre maladie. Dans cet article, parlons de l’ostéoporose juvénile : symptômes, causes, diagnostics, traitement et pronostic.

Qu’est-ce que l’ostéoporose juvénile ?

 

Comme l’indique son nom, l’ostéoporose juvénile concerne spécifiquement les enfants et les adolescents. C’est une forme d’ostéoporose rare qui peut toucher aussi bien un enfant en bonne santé qu’un enfant souffrant d’une maladie ou d’un handicap.

 

Différence entre ostéoporose juvénile et ostéoporose chez l’adulte

 

Pour rappel, l’os subit un remodelage permanent. Ce remodelage s’effectue par l’intermédiaire de deux cellules. D’un côté, il y a les ostéoclastes qui le détruisent, et de l’autre côté, il y a les ostéoblastes qui le reconstruisent.

 

C’est au cours de l’enfance, et notamment de l’adolescence, que la masse osseuse se développe. L’augmentation du capital osseux s’effectue avant l’âge de 35 ans. Après, il diminue progressivement. Toutefois, jusqu’à l’âge de 45 ans environ, les activités du remodelage osseux tendent généralement à s’équilibrer.

 

C’est surtout une chute du taux d’hormones sexuelles qui entraîne le déséquilibre entre ces deux activités. C’est pour cette raison par exemple que l’ostéoporose est très courante en début de ménopause. En effet, pendant cette période, le taux d’œstrogènes diminue considérablement. Cette baisse du taux d’œstrogènes accélère la perte osseuse.

 

Une carence en vitamine D peut également être liée à l’ostéoporose. La principale différence entre ces deux formes d’ostéoporose réside dans le fait que :

 

  • l’ostéoporose juvénile n’est pas liée à un trouble hormonal : elle évolue selon la capacité ou l’incapacité à obtenir une densité osseuse suffisante à la fin de l’adolescence ;
  • l’ostéoporose chez l’adulte est silencieuse : ce sont habituellement les conséquences d’autres maladies, comme lors d’une fracture après un choc minime.

 

 

Quels sont les symptômes de l’ostéoporose juvénile ?

 

Dans la majorité des cas, l’ostéoporose juvénile apparaît pendant la période prépubertaire. Autrement dit, elle survient entre 8 et 12 ans.

 

Cette pathologie peut se manifester par les signes suivants :

 

  • une douleur située au bas du dos, aux hanches et aux pieds ;
  • une douleur localisée au niveau des genoux et des chevilles ;
  • une difficulté à marcher ;
  • une cyphose (courbure anormale de la colonne vertébrale) ;
  • une diminution de la taille ;
  • un pectus excavatum (déformation thoracique).

 

Si la prise en charge tarde ou est absente, la maladie peut engendrer :

 

  • une baisse de la densité minérale osseuse ;
  • un glissement des vertèbres ;
  • des fractures métaphysaires des os longs associées à une compression.

 

Dans le pire des cas, l’ostéoporose juvénile peut provoquer une invalidité permanente. Ceci est pourtant rare et peut se manifester par une cyphoscoliose (déformation de la colonne vertébrale) ou une déformation costale.

 

 

Quelles sont les causes de l’ostéoporose juvénile ?

 

Lorsque cette maladie osseuse apparaît à un état primaire, on parle d’ostéoporose idiopathique juvénile (OIJ). En cas d’OIJ, la cause exacte reste souvent inconnue. Néanmoins, les facteurs favorisant l’apparition de cette maladie sont principalement héréditaires.

 

Il est aussi possible que la perte progressive de la densité osseuse chez les jeunes résulte d’une autre pathologie ou bien d’une autre situation. Là, on parle d’ostéoporose juvénile secondaire. L’incapacité à acquérir un capital osseux optimal avant la fin de l’adolescence peut être liée à :

 

  • la malnutrition ;
  • la malabsorption ;
  • un déficit en vitamine D ;
  • une immobilisation ou une diminution des capacités motrices ;
  • des pathologies inflammatoires et endocriniennes ;
  • la prise de certains groupes de médicaments tels que des antiépileptiques ;
  • les abus de certaines substances toxiques comme le tabac.

 

Ostéoporose juvénile : les enfants et les adolescents sont les plus à risque

 

Différents types d’enfants peuvent souffrir de l’ostéoporose juvénile.

 

Les enfants en bonne santé sédentaires ou tabagiques

 

Cette perte osseuse peut toucher massivement les enfants en bonne santé qui :

 

  • ne pratiquent aucune activité physique ;
  • consomment abusivement des substances toxiques.

 

Ces conditions ne leur permettent pas d’atteindre une densité osseuse optimale au terme de leur adolescence.

 

Les enfants pratiquant des sports de haut niveau

 

Même si la pratique sportive est un bon moyen pour lutter contre l’ostéoporose juvénile, elle peut cependant occasionner l’apparition de l’ostéoporose dans certaines conditions.

 

En effet, la maladie est plus fréquente chez les sportives de haut niveau. Soyez attentif si c’est le cas de votre fille et si elle présente ces signes :

 

  • amaigrissement ;
  • baisse du potentiel sportif ;
  • apparition tardive des règles.

 

Les enfants obèses

 

L’ostéoporose peut affecter les enfants obèses parce que ces derniers sont souvent sujets à de la sédentarité. Les conséquences sont d’autant plus graves en cas de fractures osseuses.

 

Les enfants souffrant de handicap moteur

 

L’ostéoporose juvénile survient facilement chez les enfants avec un handicap moteur tel qu’une maladie neuromusculaire ou une paralysie cérébrale. Dans ces cas-là, l’apparition de l’ostéoporose peut davantage s’accentuer par la malnutrition ou une faible exposition au soleil.

 

Les enfants atteints de maladie chronique

 

Les enfants touchés par une maladie chronique sont les plus susceptibles de développer les symptômes d’une insuffisance osseuse. Ceci est dû au fait qu’ils sont soumis à des restrictions liées à leurs capacités motrices et leur état de santé global. De même, la médication pour leur maladie chronique peut favoriser l’altération de leur densité osseuse.

 

Parmi ces maladies chroniques, on peut citer :

 

  • le cancer ;
  • les pathologies inflammatoires ;
  • la leucémie ;
  • etc.

 

 

Comment dépister l’ostéoporose juvénile ?

 

Le diagnostic de l’ostéoporose juvénile se base sur des examens cliniques. Pour confirmer cette maladie, le médecin peut prescrire :

 

  • une radiographie osseuse pour visualiser les anomalies au niveau des os et des articulations ;
  • une absorptiométrie biphotonique à rayons X (DXA) pour évaluer la densité minérale osseuse avec une imagerie spectrale ;
  • une tomodensitométrie quantitative pour mesurer la densité minérale osseuse avec un scanner de tomographie assistée.

 

Un diagnostic différentiel doit se faire en cas d’ostéogenèse imparfaite. Celle-ci fait référence à un ensemble de maladies héréditaires du collagène (protéine participant au renforcement osseux) qui se caractérise par une fragilité osseuse anormale.

 

 

Quel est le traitement de l’ostéoporose juvénile ?

 

Le traitement de cette perte du capital osseux vise à minimiser les risques de fractures osseuses, en particulier celles des vertèbres.

 

Dans le cadre de l’ostéoporose juvénile, il n’existe aucune stratégie thérapeutique formellement validée. Sa prise en charge peut reposer sur :

 

  • la kinésithérapie (physiothérapie) ;
  • l’activité physique : les activités qui requièrent le port de charges sont exclues ;
  • les apports en calcium, vitamine D, fluor et calcitonine ;
  • le traitement par bisphosphonates : pour les cas les plus sévères ou persistants.

 

Au besoin, d’autres mesures d’appoint peuvent être proposées.

 

Il faut noter que plus la découverte de la maladie se fait tôt, meilleure sera la guérison. Avec un traitement adapté à temps, les fractures peuvent être évitées et les os sont mieux protégés.

 

Il est possible de prévenir cette pathologie par :

 

  • le maintien d’une activité physique dosée et régulière ;
  • l’utilisation de béquilles au besoin ;
  • l’exclusion des activités dangereuses de mise en charge.

 

Apprendre les bons gestes aux enfants et aux adolescents est aussi important dans la prévention de l’ostéoporose. Cela inclut la pratique régulière d’exercice physique, une exposition suffisante au soleil et une bonne alimentation.

 

 

Qu’en est-il du pronostic de l’ostéoporose juvénile ?

 

L’évolution de cette maladie osseuse est à la fois spontanée et favorable. On constate souvent la guérison après le début de la puberté. C’est uniquement dans les cas les plus graves que la maladie cause un handicap fixé tel qu’une cyphoscoliose. Cela reste des cas extrêmement rares.

 

 

Sources

 

https://www.news-medical.net/health/Idiopathic-Juvenile-Osteoporosis- (IJO) — (French). aspx

https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2014/revue-medicale-suisse-412-13/pediatrie-5.-approche-ciblee-de-l-osteoporose-chez-l-enfant-et-l-adolescent