Picotements dans le pied : 9 causes possibles (et que faire ?)

Picotements dans le pied : 9 causes possibles (et que faire ?)

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

Il n’est pas rare de ressentir des picotements dans le pied après avoir adopté une position assise où les nerfs sont comprimés (comme se croiser les jambes), ou encore suite au port de chaussures trop serrées. Par contre, si les symptômes persistent ou apparaissent de façon inexpliquée, ils peuvent être le signe d’une pathologie sous-jacente.

 

Plusieurs conditions peuvent reproduire des paresthésies au membre inférieur. Elles peuvent être d’origine lombaire, vasculaire, métabolique, etc. L’inconfort peut être ressenti dans toute la jambe, sous le genou, ou encore dans différente zone du pied.

 

Dans cet article, nous examinons certaines des causes pour lesquelles on pourrait ressentir des picotements dans le pied (incluant les causes sérieuses), ainsi que la prise en charge permettant de réduire les symptômes.

Définition

 

Les picotements peuvent être accompagnés d’autres symptômes en même temps ou par intermittence. On pense par exemple, aux engourdissements, fourmillements, sensation de brûlure, démangeaisons, etc.

 

Causes

 

Les conditions médicales qui peuvent provoquer des picotements dans le pied sont les suivantes :

 

Atteinte lombaire

 

Toute atteinte au niveau du bas du dos peut irriter les racines nerveuses qui originent de la colonne vertébrale et procurent la conduction nerveuse jusque dans le pied. Comme ces nerfs sont responsables de fournir la sensation au niveau des membres inférieurs, une irritation à ce niveau peut provoquer des picotements dans le pied. 

 

Parmi les conditions pouvant reproduire des paresthésies, on compte :

 

 

Neuropathie périphérique

 

La neuropathie se caractérise par l’affection ou le dysfonctionnement d’un (ou de plusieurs) nerfs. Ceux-ci peuvent être moteurs et/ou sensitifs.

 

neuropathie provoquant une douleur derrière la cuisse

 

Outre le nerf sciatique, toute atteinte d’un nerf périphérique au niveau du membre inférieur peut également provoquer des picotements dans le pied. Les symptômes peuvent également se manifester sous forme de douleur de type choc électrique, fourmillements, picotements, engourdissements, faiblesse et même paralysie dans certains cas sévères.

 

Diabète

 

Le diabète est l’une des causes les plus fréquentes de neuropathie périphérique (près de 30 % des cas). Les paresthésies se développent généralement dans les deux pieds initialement, puis remontent le long des jambes pour ensuite affecter les membres supérieurs. D’ailleurs, ces symptômes constituent souvent les premiers signes du diabète.

 

Trauma

 

Les nerfs peuvent se voir irrités, comprimés ou carrément sectionnés suite à un traumatisme tel qu’un accident de voiture, une blessure sportive ou une engelure. En plus de la douleur, il peut résulter des paresthésies tels que des picotements dans le pied.

 

Maladie systémique

 

Il s’agit notamment des troubles rénaux, des maladies du foie, des lésions vasculaires, des troubles du tissu conjonctif, des maladies inflammatoires, des déséquilibres hormonaux, ainsi que des tumeurs qui affectent la conduction nerveuse.

 

Déficience en vitamine

 

Les vitamines E, B1, B6, B12 et la niacine sont nécessaires à la santé des nerfs. Une carence en B12, par exemple, peut entraîner une anémie pernicieuse (anémie de Biermer), une cause importante de neuropathie périphérique. À l’inverse, un excès de B6 peut également provoquer des fourmillements dans les mains et les pieds.

 

Alcoolisme ou abus chronique d’alcool

 

Les personnes alcooliques sont plus susceptibles de manquer de thiamine ou autres vitamines importantes en raison de mauvaises habitudes alimentaires. De plus, l’excès d’alcool en lui-même puisse peut causer des lésions nerveuses ; on qualifie cette affection de neuropathie alcoolique.

 

Infections

 

Il s’agit notamment de la maladie de Lyme, du zona, du cytomégalovirus, de la maladie d’Epstein-Barr, de l’herpès simplex, du VIH, etc.

 

Maladies auto-immunes

 

Il s’agit notamment de la polyneuropathie démyélinisante inflammatoire chronique, de la sclérose en plaque, du syndrome de Guillain-Barré, du lupus et de la polyarthrite rhumatoïde.

 

 

Diagnostic

 

Pour mieux comprendre l’origine des picotements dans le pied, le médecin débutera typiquement par un historique médical où il vous posera des questions sur vos symptômes, vos antécédents médicaux, votre environnement de travail, vos habitudes alimentaires et sociales, etc.

 

Un examen physique (incluant un examen neurologique complet) accompagnera l’anamnèse, et permettra au professionnel de santé de clarifier le diagnostic.

 

Outre le bilan physique au cabinet, on peut effectuer plusieurs tests permettant de mieux cerner la cause exacte des picotements dans le pied :

 

  • imagerie médicale (IRM, scanner, etc.)
  • bilan sanguin
  • électromyogramme (EMG)
  • examen du liquide céphalo-rachidien
  • biopsie nerveuse

 

 

Quand s’inquiéter ?

 

Bien qu’ils soient généralement de cause bénine, des picotements dans le pied qui surviennent soudainement et s’accompagnent d’autres symptômes inhabituels peuvent être source d’inquiétude. Il est donc important de consulter le plus tôt possible lorsque les paresthésies au pied sont associés aux symptômes suivants :

 

  • confusion
  • difficulté à parler
  • vertiges
  • perte de contrôle de la vessie (incontinence) – possible syndrome de la queue de cheval
  • picotements et engourdissements d’apparition soudaine qui se propagent
  • maux de tête sévères
  • difficulté à respirer

 

Les symptômes mentionnés ci-dessus sont parfois signes d’une atteinte plus sérieuse tel qu’une crise d’épilepsie, un accident vasculaire cérébral (AVC) ou encore un accident ischémique transitoire.

 

Par ailleurs, il est important de consulter un médecin si les picotements dans le pied sont à l’origine de perte d’équilibre ou de chutes. Ceci est d’autant plus vrai chez les patients diabétiques, où des changements métaboliques peuvent provoquer des lésions nerveuses responsables des symptômes.

 

En somme, il est important de consulter dès qu’il y a apparition de picotements non reliés au habitudes posturales, qui persiste dans le temps ou devient récurrent, et qui s’accompagne de tout changement inhabituel.

 

 

Traitement

 

La réussite du traitement dépendra de plusieurs facteurs dont la sévérité des symptômes, de la cause précise des picotements, etc. Les modalités suivantes seront généralement prescrites et adaptées en fonction de chaque individu :

 

Repos

 

Les picotements dans le pied proviennent fréquemment d’une posture inhabituelle ou d’une pression nerveuse prolongée. Dans ce cas, le simple fait de changer de position ou de reposer la jambe permet l’élimination des symptômes.

 

Médication

 

Les options médicamenteuses pour soulager les picotements des membres inférieurs à long terme comprennent :

 

  • Les antidépresseurs : Certains antidépresseurs ont été approuvés pour le traitement de la fibromyalgie.
  • Les corticostéroïdes : Certains corticostéroïdes peuvent aider à réduire l’inflammation chronique et l’engourdissement associés à des maladies telles que la sclérose en plaque.
  • Gabapentine et prégabaline : Ces médicaments peuvent contribuer à réduire les picotements s’ils proviennent d’une atteinte nerveuse.

 

Glace et chaleur

 

Si c’est une pression nerveuse qui provoque les paresthésies, l’application de glace peut aider à réduire l’inflammation responsable des symptômes. La chaleur, quant à elle, peut aider à détendre les muscles tendus et libérer indirectement la pression nerveuse dans certains cas. 

 

Par contre, l’application excessive de ces modalités peut provoquer des symptômes de picotements ou engourdissements. Pour tout savoir sur la chaleur et la glace (et comment les appliquer de façon sûre), consultez l’article suivant.

 

Massage

 

En présence de picotements d’origine mécanique, le massage des jambes et des pieds peut aider à soulager les symptômes. Ceci proviendrait d’un relâchement musculaire, d’une optimisation de la circulation sanguine et d’une modification du message sensitif envoyé au système nerveux central (théorie du Portillon).

 

Exercice

 

L’exercice physique comprend de nombreux bénéfices pour la santé. La pratique d’une activité physique dosée et progressive pourrait notamment aider à réduire les picotements dans le pied en augmentant la capacité du coeur à pomper le sang vers les jambes, en réduisant la sensibilité nerveuse, ou encore en réduisant l’inflammation.

 

Également, le renforcement musculaire des muscles des jambes permettrait de réduire le risque de chute parfois associé aux paresthésies des membres inférieurs. Ceci est d’autant plus pertinent chez la population gériatrique.

 

Techniques mentales et réduction du stress

 

Bien que la cause des picotements dans le pied soit souvent physique, il est possible que des facteurs psychologiques (comme le stress ou l’anxiété) puissent aggraver les symptômes.

 

Dans cette optique, des techniques de respiration ou de méditation (comme la pleine conscience) permettront de créer un environnement de détente. Cette réduction du stress agira en même temps sur le système nerveux central en désensibilisant le cerveau à la douleur ou autres symptômes tels que les paresthésies.

 

Alimentation saine et équilibrée

 

La malnutrition, en particulier les carences en vitamine B, peut provoquer des lésions nerveuses entraînant des picotements ou engourdissements. Ainsi, un apport adéquat en vitamines et autres nutriments est à favoriser. 

 

Par ailleurs, certains aliments augmenteraient le niveau d’inflammation du corps, ce qui pourrait mener au développement de paresthésies. Miser sur des aliments anti-inflammatoires permettront donc de soulager les symptômes, en plus de contrôler le surpoids qui augmente le stress sur les articulations et les nerfs.

 

Réduire ou éviter la consommation d’alcool

 

L’alcool contient des toxines qui peuvent provoquer des lésions nerveuses. De plus, l’alcool aggrave généralement les symptômes de la douleur chronique et des maladies inflammatoires, et peut même provoquer des poussées de symptômes. Limiter son utilisation pourrait donc être bénéfique pour réduire les picotements dans le pied.

 

Médecine alternative

 

Bien qu’elle ne dispose pas de preuves scientifiques solides, plusieurs personnes ont recours aux techniques tirées de la médecine alternative pour soulager leur picotements. Les modalités suivantes sont souvent utilisées :