Picotements dans la main et doigts : 7 causes possibles (et que faire ?)

Picotements dans la main et doigts : 7 causes possibles (et que faire ?)

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

Les picotements dans la main ou les doigts décrivent une sensation altérée au niveau de ces régions du corps. Souvent, ils sont accompagnées d’engourdissements et d’autres changements tels que des fourmillements, brûlure, faiblesse du membre supérieur ou manque de coordination.

 

Les picotements peuvent affecter un côté seulement, ou encore apparaître de façon bilatérale en fonction de la cause. Ils sont bénins dans la plupart des cas, mais peuvent parfois indiquer une atteinte sérieuse. Cet article vous explique 7 causes de picotements dans la main et les doigts, ainsi que la prise en charge optimale pour réduire les symptômes et améliorer la qualité de vie.

Causes

 

Les paresthésies du membre supérieure peuvent provenir de nombreuses causes, depuis les lésions nerveuses aux problèmes de circulation. Les symptômes peuvent être légers et temporaires, ou encore provenir d’un problème médical plus grave. Les causes possibles de picotements dans les mains et les doigts sont les suivantes :

 

1. Atteinte cervicale

 

Toute atteinte au niveau cervical peut irriter les racines nerveuses qui originent de la colonne vertébrale et procurent la conduction nerveuse jusque dans les doigts. Comme ces nerfs sont responsables de fournir la sensation au niveau des membres supérieurs, une irritation à ce niveau peut provoquer des picotements dans l’épaule, l’omoplate, le coude, le poignet, la main ou les doigts. 

 

Parmi les conditions cervicales pouvant reproduire des picotements, on compte :

 

 

2. Affections du cerveau et du système nerveux

 

  • syndrome de Guillain-Barré
  • accident vasculaire cérébral (AVC)
  • migraines et céphalées

 

3. Neuropathie périphérique

 

 

4. Traumatismes et mouvements répétitifs

 

  • Lésion du plexus brachial
  • Syndrome du canal carpien
  • Syndrome du canal cubital
  • Épicondylite
  • Engelures

 

5. Affections chroniques

 

  • Trouble de la consommation d’alcool
  • Carences en vitamines
  • Diabète
  • Sclérose en plaques
  • Maladie de Raynaud
  • Syndrome de Sjögren
  • Fibromyalgie

 

6. Maladies infectieuses

 

  • Maladie de Lyme
  • Syphilis

 

7. Effets secondaires de certains traitements

 

  • Effets secondaires de la chimiothérapie
  • Effets secondaires de certains médicaments antibiotiques, anti-épileptiques, anticoagulants, etc.

 

 

Quand consulter ?

 

Bien qu’ils soient généralement de cause bénine, des picotements dans la main ou les doigts qui surviennent soudainement et s’accompagnent d’autres symptômes inhabituels peuvent être source d’inquiétude. Il est donc important de consulter sans tarder en présence des symptômes suivants, car ils pourraient révéler la présence d’une pathologie sérieuse :

 

  • faiblesse ou paralysie du membre supérieur
  • confusion
  • vertige
  • mal de tête soudain
  • difficulté à parler
  • troubles visuels
  • picotements qui s’étendent à d’autres régions du corps
  • rash ou éruptions cutanées

 

Pour mieux comprendre l’origine des picotements, le médecin débutera typiquement par un historique médical où il vous posera des questions sur vos symptômes, vos antécédents médicaux, votre environnement de travail, vos habitudes alimentaires et sociales, etc.

 

Un examen physique (incluant un examen neurologique complet) accompagnera l’anamnèse, et permettra au professionnel de santé de clarifier le diagnostic.

 

Outre le bilan physique au cabinet, on peut effectuer plusieurs tests permettant de mieux cerner la cause exacte des picotements dans la main et/ou les doigts. Ces examens pourront alors orienter la prise en charge :

 

  • imagerie médicale (IRM, scanner, angiogramme, etc.)
  • bilan sanguin
  • électromyogramme (EMG)
  • examen du liquide céphalo-rachidien
  • biopsie nerveuse

 

 

Traitement

 

La réussite du traitement dépendra de plusieurs facteurs dont la sévérité des symptômes, de la cause précise des picotements, etc. Les modalités suivantes seront généralement prescrites et adaptées en fonction de chaque individu :

 

Repos et ajustement de poste de travail

 

Les picotements dans le membre supérieur peuvent provenir de posture prolongées exerçant une pression nerveuse excessive. Dans ces cas, le changement fréquent de position et l’évitement des positions à risque peut aider à soulager et prévenir l’apparition de paresthésies.

 

Par exemple, éviter les mouvements d’hyperextension des poignets lorsque vous travaillez à l’ordinateur. D’ailleurs, des claviers et souris adaptés peuvent réduire le risque de développer des troubles musculo-squelettiques. Un médecin pourrait également prescrire des orthèses de nuit qui maintiennent le poignet en position neutre pendant un certain temps dans les cas plus sévères.

 

Médication

 

Les options médicamenteuses pour soulager les picotements des membres supérieurs à long terme comprennent :

 

  • Les antidépresseurs : Certains antidépresseurs ont été approuvés pour le traitement de la fibromyalgie.
  • Les corticostéroïdes : Certains corticostéroïdes peuvent aider à réduire l’inflammation chronique et l’engourdissement associés à des maladies telles que la sclérose en plaque.
  • Gabapentine et prégabaline : Ces médicaments peuvent contribuer à réduire les picotements s’ils proviennent d’une atteinte nerveuse.

 

Glace et chaleur

 

Si c’est une pression nerveuse qui provoque les paresthésies, l’application de glace peut aider à réduire l’inflammation responsable des symptômes. La chaleur, quant à elle, peut aider à détendre les muscles tendus et libérer indirectement la pression nerveuse dans certains cas. 

 

Par contre, l’application excessive de ces modalités peut provoquer des symptômes de picotements ou engourdissements. Pour tout savoir sur la chaleur et la glace (et comment les appliquer de façon sûre), consultez l’article suivant.

 

Massage

 

En présence de picotements d’origine mécanique, le massage de la nuque, de l’omoplate et/ou du bras peut aider à soulager les symptômes. Ceci proviendrait d’un relâchement musculaire, d’une optimisation de la circulation sanguine et d’une modification du message sensitif envoyé au système nerveux central (théorie du Portillon).

 

Exercice

 

L’exercice physique comprend de nombreux bénéfices pour la santé. La pratique d’une activité physique dosée et progressive pourrait notamment aider à réduire les picotements dans la main en augmentant la capacité du coeur à pomper le sang vers les extrémités, en réduisant la sensibilité nerveuse, ou encore en réduisant l’inflammation.

 

Techniques mentales et réduction du stress

 

Bien que la cause des paresthésies soit souvent physique, il est possible que des facteurs psychologiques (comme le stress ou l’anxiété) puissent aggraver les symptômes.

 

Dans cette optique, des techniques de respiration ou de méditation (comme la pleine conscience) permettront de créer un environnement de détente. Cette réduction du stress agira en même temps sur le système nerveux central en désensibilisant le cerveau à la douleur ou autres symptômes tels que les paresthésies.

 

Alimentation saine et équilibrée

 

La malnutrition, en particulier les carences en vitamine B, peut provoquer des lésions nerveuses entraînant des picotements ou engourdissements. Ainsi, un apport adéquat en vitamines et autres nutriments est à favoriser. 

 

Par ailleurs, certains aliments augmenteraient le niveau d’inflammation du corps, ce qui pourrait mener au développement de paresthésies. Miser sur des aliments anti-inflammatoires permettront donc de soulager les symptômes, en plus de contrôler le surpoids qui augmente le stress sur les articulations et les nerfs.

 

Réduire ou éviter la consommation d’alcool

 

L’alcool contient des toxines qui peuvent provoquer des lésions nerveuses. De plus, l’alcool aggrave généralement les symptômes de la douleur chronique et des maladies inflammatoires, et peut même provoquer des poussées de symptômes. Limiter son utilisation pourrait donc être bénéfique pour réduire les picotements dans le pied.

 

Médecine alternative

 

Bien qu’elle ne dispose pas de preuves scientifiques solides, plusieurs personnes ont recours aux techniques tirées de la médecine alternative pour soulager leur picotements. Les modalités suivantes sont souvent utilisées :

 

 

Chirurgie

La chirurgie, bien que rare, est parfois nécessaire pour corriger les symptômes de picotements dans les membres. Elle est généralement indiquée lorsque les symptômes deviennent incapacitants et limitent les activités quotidiennes. Souvent, les approches conservatrices n’ont pas apporté de soulagement.

 

Un médecin spécialiste décidera conjointement avec le patient si l’intervention chirurgicale est pertinente. Évidemment, la décision d’opérer dépendra de la cause exacte des paresthésies. Elle peut concerner le poignet (chirurgie du canal carpien), la colonne cervicale, le coeur, la circulation sanguine, etc.

 

 

Références

 

  • https://www.healthline.com/health/numbness-in-hands