Pincement discal : De quoi s’agit-il ? (Diagnostic et traitement)

Pincement discal : De quoi s’agit-il ? (Diagnostic et traitement)

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

Connu comme le mal du siècle, le mal de dos touche énormément de gens notamment ceux qui travaillent devant un bureau. Il n’est pas sans conséquence sur la vie quotidienne. Parmi les nombreuses causes de lombalgie, on peut par exemple citer un tassement discal connu également sous le nom de pincement discal. C’est le sujet de cet article.

 

Qu’est-ce qu’un pincement discal ? Comment le reconnaître ? Quelles en sont les causes ? Est-ce une affection grave ? Et surtout, comment le traiter ?

Définition : Qu’est-ce que le pincement discal ?

 

Avant tout, pour mieux comprendre et définir le pincement discal, il est préférable de comprendre l’anatomie de la colonne vertébrale ou le rachis.

 

Anatomie de la colonne vertébrale

 

La colonne vertébrale est la structure qui soutient le corps notamment le tronc. Elle est composée de 33 vertèbres qui sont séparées entre elles par le disque intervertébral.

 

a quoi s'attendre après un mal de dos

 

Une vertèbre est formée d’un arc postérieur et d’un corps vertébral (arc antérieur). Ces arcs circonscrivent le foramen (trou dans un os pour permettre le passage des muscles, nerfs et vaisseaux).

 

vertèbre du rachis dorsal

 

Le corps vertébral a la forme d’un segment de cylindre à grand axe vertical. Elle est liée aux disques vertébraux par sa face supérieure et inférieure tout en délimitant le foramen (à la manière d’une boîte).

 

 

Qu’en est-il du pincement discal ?

 

Le pincement ou tassement discal est associé à la hauteur d’un disque intervertébral qui se trouve réduit. Une des causes fréquentes de cette perte de hauteur est une fracture par compression des vertèbres. Plus exactement, le pincement a lieu au niveau du plateau vertébral (du corps vertébral), qui s’enfonce simplement ou s’écrase.

 

Cette affection peut toucher la plupart des parties du rachis : une ou plusieurs vertèbres individualisées. Les plus concernées sont souvent les lombaires et thoraciques. Le corps, l’arc, les ligaments de la vertèbre ainsi que les disques intervertébraux peuvent être touchés par cette fracture. Le plus souvent, le tassement est situé entre les vertèbres L5 et S1. Cela est du aux contraintes physiques multiples que les vertèbres en cette position subissent.

 

Il existe deux types de pincement discal. Si le disque est entièrement atteint (aminci), on parle de pincement global. Le pincement est par ailleurs dit local si le disque n’est que partiellement touché.

 

Le pincement discal est généralement une des manifestations de la discopathie dégénérative.

 

Le disque pincé n’assure plus convenablement sa fonction de protection contre les chocs. C’est pourquoi le pincement discal peut être grave. De plus, la fracture peut être instable. Ainsi, des débris d’os risquent de toucher la moelle épinière menaçant le système nerveux (paralysie, hypersensibilité,…)

 

Par contre, elle peut aussi être asymptomatique dans certaines circonstances.

 

Dans le cas d’une ostéoporose, le pincement discal peut affaisser le coin antérosupérieur de la vertèbre. Les autres vertèbres subissent alors une pression et risque d’engendrer toute une cascade de nouvelles fractures

 

 

Mais comment reconnaître le pincement discal ?

 

Il est à noter que dans le cas d’un pincement discal, vous ne pourriez pas forcément ressentir des douleurs au dos. Surtout lorsque la fracture est seulement causée par une fragilisation osseuse ou une ostéoporose : On dit alors que le pincement discal est asymptomatique.

 

Dans les cas symptomatiques, par contre, le tassement discal peut se manifester par les signes suivants :

 

  • Des maux au niveau de la colonne vertébrale: ces douleurs peuvent avoir une intensité variable (légères, modérées, aigües).
  • Un blocage de la mobilité de la colonne vertébrale: les douleurs rendent certains mouvements difficiles. Cela peut par exemple empêcher le patient de se pencher, ou de se lever convenablement.
  • Une diminution de hauteur, jusqu’à 10 cm. On la rencontre parfois avec une cyphose ou exagération de la convexité de la zone dorsale supérieure qui s’arrondit.
  • Une sensation d’instabilité vient avec le tassement.
  • Un dysfonctionnement voire une perte musculaire (sarcopénie).
  • Un gène respiratoire.
  • Un trouble gastro-œsophagien.

 

 

Quels sont les facteurs qui causent le pincement discal ?

 

La manifestation du pincement discal s’explique par le dessèchement du disque. Ses propriétés d’amortissements seront alors perdues, avec une menace de détérioration progressive ou une discopathie dégénérative.

 

Nombreuses sont les causes du pincement discal. Il est possible que vous favorisiez cette maladie sans même en prendre conscience. Voici les causes courantes :

 

  • Des traumatismes dus à de mauvaises postures ou des activités physiques intenses, ou des facteurs mécaniques qui sollicitent fortement le rachis (exemple : sports excessifs, chocs, accidents…). En effet, ces facteurs entrainent des contractures causant des déplacements de force sur le disque. Elles sont généralement plus prononcées sur un côté par rapport à l’autre. Ainsi, quand des pressions s’exercent sur le disque, il y aura un déséquilibre. Ce qui explique et favorise les pincements locaux, voire les protrusions, hernies ou autres discopathies.
  • Des déficits en oxygènes et en certains nutriments, une mauvaise circulation de CO2 qui favorisent le vieillissement cellulaire. Faute de remplacement et de régénération de cellules, l’arc et le disque des vertèbres sont ainsi fragilisés.
  • Une déshydratation : l’eau est essentielle pour le bon fonctionnement des disques intervertébraux. Sa teneur varie suivant un cycle de 24 heures. Ils se dessèchent progressivement le long de la journée pour se recharger durant le repos, c’est-à-dire lors du sommeil. C’est pourquoi la pratique abusée de sports sans récupération favorise le dessèchement et le tassement des disques.

 

Outre ces causes, il existe aussi des facteurs de risques qui favorisent le pincement discal :

 

 

Pour avoir plus de certitude, il est toujours mieux de consulter des médecins afin de confirmer le diagnostic par imagerie médicale (comme une radiographie, un scanner ou une IRM par exemple). Ainsi, l’évolution et le traitement seront suivis de près avec une meilleure assurance.

 

 

Évolution et pronostic : Le pincement discal peut-il disparaître ?

 

Dans la majorité des cas, le pincement discal se consolide spontanément après des semaines. Si elle est traitée à temps, sa consolidation a lieu dès la sixième semaine. Cependant,, le délai peut varier selon l’état osseux du patient.

 

Le pincement discal ainsi que les douleurs qu’il engendre peuvent alors disparaître. Pour le cas des déformations, elles peuvent être irréversibles et nécessitent des traitements spécifiques.

 

 

Comment traiter le pincement discal ?

 

Soulager les douleurs

 

Voici des moyens thérapeutiques pour soulager les douleurs en cas de pincement discal.

 

  • Le médecin prescrira des antalgiques et des anti-inflammatoires.
  • La kinésithérapie ou l’ostéopathie pour détendre les muscles et améliorer les capacités fonctionnelles.
  • Des tratitement alternatifs pour calmer les symptômes (acupuncture, ventouses, etc.)

 

 

Traiter les causes du pincement discal

 

Pour agir sur les causes du pincement, voici quelques conseils.

 

  • Apporter suffisamment de calcium et de vitamines D par l’alimentation ou par des compléments synthétisés.
  • Prendre des médicaments pour lutter contre l’ostéoporose à l’exemple des biphosphonates, calcitonine…

 

Que faire pour consolider la fracture ?

 

En cas de fracture vertébrale, il est important de suivre les recommandations du médecin pour guérir sans complications. Par exemple, l’équipe médicale pourra vous proposer les traitements suivants :

 

  • Porter un corset et immobiliser la zone atteinte.
  • Opérations chirurgicales : cimentoplastie, cyphoplastie, etc (injection de ciments pour combler la fracture).

 

Et dans des cas graves ?

 

Le dernier recours consiste à procéder à des opérations chirurgicales telles que la pose de prothèse de disque ou des arthrodèses.

 

 

Prévenir le pincement discal

 

Voici des astuces pour prévenir le tassement discal.

 

  • Suivre une alimentation riche en calcium (produits laitiers, soja…)
  • Avoir une bonne dose de vitamines D pour fixer le calcium de façon optimale. Mangez du poisson et du foie. Exposez-vous au soleil, car les rayons solaires sont une source naturelle de vitamines D.
  • Pratiquer des activités physiques régulières et modérées pour favoriser la solidification des os.

 

 

Sources

 

Fiche pathologie sur le « tassement vertébral », par le centre de chirurgie vertébrale Montpellier

Article sur « L’anatomie du rachis », par la Faculté de Médecine et Maïeutique

https://www.satisform.com/materiel-kine-traitement-pincement-discal.html

https://www.lesmauxdedos.com/pathologies/mal-de-dos/pincement-discal/

https://www.medisite.fr/maladies-du-dos-le-tassement-vertebral-quels-sont-ses-symptomes-causes-et-traitements.5554361.524198.html