Plagiocéphalie : Syndrome de la tête plate

Plagiocéphalie : Syndrome de la tête plate

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

La plagiocéphalie est un phénomène souvent bénin. Mais en tant que parent, il est difficile de ne pas s’inquiéter quand on voit que la tête de son enfant est déformée. À quoi est-elle due ? Que faire ? Est-ce grave ? Ce sont des questions que nombreux parents pourraient se poser. Pour connaître les réponses à ces questions, découvrez tout ce que vous devez savoir sur la plagiocéphalie.

La plagiocéphalie en quelques mots

 

Le terme « plagiocéphalie » vient des mots grecs « plagios » et « kephale » qui signifient respectivement « oblique » et « tête ». Elle décrit une forme de tête asymétrique chez l’enfant. Elle est communément appelée « syndrome de la tête plate ».

 

La plagiocéphalie se caractérise par un aplatissement unilatéral de la voûte crânienne. En général, elle apparaît dès les premières semaines de vie du nourrisson. Toutefois, elle peut également survenir dès la naissance. Mais dans la majorité des cas, elle est bénigne et réversible.

 

Il ne faut pas confondre le syndrome de la tête plate et la craniosténose. La craniosténose traduit une soudure des os du crâne. Celle-ci est grave et nécessite une ou plusieurs interventions chirurgicales.

 

 

Causes de la plagiocéphalie

 

Généralement, la plagiocéphalie survient lorsqu’un bébé garde trop souvent la même position allongée au lit ou sur le tapis d’éveil. On parle de déformation crânienne positionnelle. Le crâne d’un bébé est très malléable jusqu’à environ ses 12 mois. Il peut très facilement se déformer donc quand une pression est infligée sur une partie de la tête.

 

Les déformations crâniennes positionnelles peuvent être dues à :

 

  • la position du fœtus dans l’utérus pendant la grossesse qui persiste après la naissance : c’est ce qu’on entend par syndrome postural du nouveau-né ou « bébé moulé » ;
  • la position prolongée sur le dos dans les semaines suivant la naissance.

 

Outre les déformations posturales, la plagiocéphalie peut être liée à d’autres causes :

 

  • un torticolis congénital : c’est une contracture des muscles du cou qui entraîne la rotation de la tête d’un seul côté ;
  • des anomalies de la colonne vertébrale au niveau cervical ;
  • une origine utérine, le plus souvent en cas de grossesses multiples : l’un des deux jumeaux comprime l’autre ;
  • un accouchement, en particulier en cas de travail prolongé ;
  • une carence en vitamine D chez la mère.

 

 

Symptômes et présentation clinique de la plagiocéphalie

 

On distingue deux types de plagiocéphalie.

 

  • La plagiocéphalie occipitale (droite ou gauche) : elle est caractérisée par une déformation en longueur. Autrement dit, il y a aplatissement d’un côté de la tête, avec un crâne long et étroit. Cette déformation est extrêmement fréquente chez les enfants prématurés.
  • La brachycéphalie: elle est marquée par une tête large et peu profonde, avec un front bombé. En d’autres termes, tout l’arrière du crâne est aplati.

 

Les signes du syndrome de la tête plate peuvent s’agir de :

 

  • déformation (asymétrie du crâne ou tête plate à l’arrière) : elle peut être observée sur l’un ou les deux côtés de la tête, uniquement sur l’arrière ou sur l’ensemble de la tête ;
  • éventuelle bosse de compensation: cela traduit une proéminence du front ;
  • décalage des oreilles: une oreille est plus avancée que l’autre ;
  • différence des yeux: un œil plus petit ou plus fermé que l’autre.

 

Les parents doivent être observateurs et attentifs afin de repérer toute éventuelle déformation crânienne de leur bébé.

 

 

Diagnostic de la plagiocéphalie

 

L’existence d’une plagiocéphalie doit être recherchée dès les premiers examens de la naissance ainsi qu’à chaque visite de contrôle jusqu’à l’âge de 1 an.

 

Pour cela, le praticien doit :

 

  • regarder le sommet de la tête (vu de dessus) ;
  • examiner la position des oreilles ;
  • noter la position des pommettes.

 

L’examen clinique complet suffit habituellement pour établir et confirmer le diagnostic d’une déformation crânienne positionnelle. L’examen d’imagerie est rarement nécessaire et n’est jamais recommandé en première intention.

 

Plagiocéphalie : Quand faut-il s’inquiéter ?

 

Une déformation crânienne associée à une mauvaise croissance doit justifier une consultation médicale. Cela permet d’éliminer l’hypothèse d’une craniosténose. Il en est de même pour un traitement à temps. Cela permet de maîtriser les conséquences neurologiques.

 

Au moindre doute, les parents doivent consulter un médecin généraliste, un pédiatre, un kinésithérapeute ou un ostéopathe afin d’avoir un avis spécialisé.

 

Conséquence de la plagiocéphalie en cas de non prise en charge

 

La plagiocéphalie n’a aucun impact négatif sur le développement du cerveau de l’enfant. En revanche, si elle n’est pas prise en charge, elle peut modifier le développement de sa tête et de son visage. Il pourrait ainsi y avoir une incidence esthétique à long terme.

 

Les conséquences de la plagiocéphalie sont nombreuses :

 

  • des troubles du langage ;
  • des problèmes fonctionnels, notamment visuels et auditifs ;
  • une asymétrie du visage pouvant persister jusqu’à l’âge adulte ;
  • un risque accru de scoliose;
  • une déformation de la mâchoire ;
  • des problèmes dentaires.

 

Une prise en charge débutant au-delà de 9 mois de l’apparition de l’anomalie augmente non seulement la durée du traitement, mais aggrave aussi le syndrome de la tête plate.

 

 

Traitement de la plagiocéphalie

 

La majorité des plagiocéphalies disparaissent spontanément dès que l’enfant bouge la tête davantage. Mais dans certains cas, en fonction de la sévérité de la déformation, des techniques de repositionnement associées à des séances de kinésithérapie et/ou d’ostéopathie peuvent s’avérer nécessaires.

 

Port de casque

 

Pour les cas complexes, le port d’un casque de moulage fabriqué sur mesure est recommandé. Selon l’importance de la déformation, le casque doit être porté par votre enfant pendant quelques heures, voire jusqu’à 23 heures par jour.

 

port de casque en présence de plagiocéphalie

 

Exercices spécifiques

Pour éviter le syndrome de la tête plate, évitez de laisser trop longtemps votre bébé dans la même position. Portez-le dans vos bras, mais aussi en écharpe.

 

Pendant leurs périodes d’éveil, installez-le sur le ventre pendant 10 à 15 minutes, moins de 3 fois par jour. Laissez-le jouer sous votre surveillance. Choisissez un petit jouet qui doit l’encourager à tourner la tête du côté opposé à la plagiocéphalie. Vous pouvez également jouer avec lui à travers des sollicitations tactiles ou auditives.

 

Vous éviterez ainsi l’apparition d’une zone aplatie sur sa tête. De la même manière, vous favoriserez le développement physique global de votre bébé.

 

Kinésithérapie ou ostéopathie

 

En cas de défaut de mobilité cervicale, la kinésithérapie doit être prescrite systématiquement. Les séances doivent être suivies en complément des conseils de repositionnement chez le nourrisson qui présentent une déformation crânienne positionnelle constituée.

 

L’ostéopathie peut également constituer une alternative. Grâce à des manipulations douces, cela peut aider à redresser la tête de votre bébé et à atténuer sa plagiocéphalie.

 

 

Pronostic : combien de temps pour retrouver une crâne rond ?

 

La plupart du temps, la plagiocéphalie est une anomalie bénigne qui se résorbe avant l’âge de deux ans. Les déformations crâniennes positionnelles ont de bons pronostics. Actuellement, aucune donnée de la littérature ne permet de conclure à un lien de causalité entre déformations crâniennes positionnelles et retard neuro-développemental, troubles spécifiques ophtalmologiques ou oculomoteurs.

 

 

Sources

 

https://www.has-sante.fr/jcms/p_3160772/fr/prevenir-la-plagiocephalie-sans-augmenter-le-risque-de-mort-inattendue-du-nourrisson

https://chabloz-plagio.com/fr/la-plagiocephalie/quest-ce-que-la-plagiocephalie/