Quels médicaments pour mon mal de dos?

""C’est pratique révolue de prescrire une grande quantité de médicaments à forte dose pour traiter la douleur, simplement car nous avons remarqué que ça s’avérait inefficace à long terme.""

 

AVERTISSEMENT: Avant toute chose, il faut comprendre que je ne suis pas médecin. Ne me demandez donc pas de vous recomman..

"C’est pratique révolue de prescrire une grande quantité de médicaments à forte dose pour traiter la douleur, simplement car nous avons remarqué que ça s’avérait inefficace à long terme."
PARTAGEZ L'ARTICLE

 

AVERTISSEMENT: Avant toute chose, il faut comprendre que je ne suis pas médecin. Ne me demandez donc pas de vous recommander quoi que ce soit pour votre mal de dos. Pour ça, il va donc falloir parler à votre docteur pour qui saura vous prescrire les bons médicaments à prendre en fonction de votre histoire médicale, autres problèmes de santé, tolérance et dépendance, etc.

 

L’objectif de cet article est de vous éduquer sur le rôle des médicaments dans la lombalgie, de sorte que vous soyez un patient instruit et averti lors de votre prochaine visite médicale (et vous aurez l’air très intelligent devant votre médecin, croyez-moi!).

 

Approche minimaliste avec les médicaments

 

«Je ne sais pas pour vous, mais personnellement, je déteste consommer des médicaments!»

 

Commençons par résumer l’essentiel lorsqu’on discute de médication contre les lombalgies: «IL FAUT IDÉALEMENT PRENDRE LE MINIMUM DE MÉDICAMENTS, À LA DOSE MINIMALE, PENDANT LE MOINS DE TEMPS POSSIBLE.»

 

médication et mal de dos

 

Je ne sais pas pour vous, mais personnellement, je déteste consommer des médicaments! D’ailleurs, si votre médecin n’adopte pas cette philosophie minimaliste lorsqu’il vous prescrit quoi que ce soit, j’ai bien peur qu’il ne base pas sa pratique sur les données scientifiques les plus récentes!

 

Le problème avec les médicaments

 

Lorsqu’on souffre, on veut absolument réduire sa douleur le plus rapidement possible. C’est tout à fait normal et justifié. Le problème, c’est que certains médicaments agissent principalement à court terme, et peuvent causer des effets secondaires parfois néfastes.

 

Ça vaut le coup? À vous de voir (il n’y a pas vraiment de bonne réponse, en réalité…)

 

L’autre problème avec les médicaments, c’est qu’on peut en devenir “dépendant”. D’une part, ceci voudra dire qu’il faudra constamment augmenter les doses pour obtenir les mêmes effets thérapeutiques. D’autre part, vous pourrez possiblement expérimenter des symptômes de sevrage lorsque votre médecin (et vous-même) déciderez de réduire les doses. Ceci est d’autant plus vrai si le sevrage se fait de façon précoce et agressive.

 

Les symptômes les plus fréquemment rencontrés sont (ils dépendent bien sûr du type de médicament consommé, et concernent surtout les médicaments plus “forts” comme les opioides):

  • Céphalées
  • Nausées
  • Cauchemars
  • Troubles d’humeur
  • Faiblesse
  • Sueurs
  • Diarrhées
  • Etc.

 

manque de sommeil et mal de dos
 

 

Vous comprendrez ainsi les raisons pour lesquelles c’est pratique révolue de prescrire une grande quantité de médicaments à forte dose pour traiter la douleur.

 

L’approche thérapeutique avec les médicaments

 

On parle donc de traitements de première ligne, deuxième ligne, ou troisième ligne lorsqu’on fait référence au traitement des lombalgies. Idéalement, il faut épuiser un type de traitement et passer à un autre SEULEMENT s’il s’avère inefficace, ou atteint un plateau thérapeutique (ie. ça arrête de fonctionner).

 

Ainsi, il est toujours préférable de tenter de soulager ses symptômes de façon «naturelle». Vous le savez probablement déjà. Par contre, quand la douleur est si incapacitante qu’elle nous empêche de fonctionner, il faut parfois se résoudre à prendre des médicaments.

 

 

 

Voici donc la procédure générale que les médecins suivent lorsque leur patient se plaint d’exacerbation de douleur au dos:

 

Prise en charge de la douleur lombaire

 

  • 1. Prescription d’anti-inflammatoire non stéroidien (AINS) si vous ne présentez pas de contre-indications (ces médicaments peuvent potentiellement irriter l’estomac et les reins, en plus d’affecter la tension artérielle). Bien que moins efficace, l’alternative serait d’utiliser des acétaminophènes dans la mesure où ils engendrent moins de complications. Notez toutefois qu’on peut tout de même observer des problèmes de foie, reins, ulcères et autres chez ceux qui en consomment excessivement. Certains médecins prescrivent une combinaison d’AINS et d’acétaminophène pour trouver le meilleur des deux mondes.

 

  • 2. Si les AINS et/ou acétaminophènes ne procurent aucun résultat, votre médecin pourrait vous prescrire des relaxants musculaires. Ce type de médicament devrait être utilisé surtout lorsqu’il y a augmentation de douleur, et ne devrait pas être consommé pendant une période prolongée en raison des effets secondaires sur le système nerveux.

 

  • 3. Dans les cas plus chroniques, il se peut que votre médecin vous prescrivent des opioides. Encore une fois, il est préférable d’utiliser ces médicaments seulement lorsqu’il y a une sévère exacerbation de la douleur lombaire. En effet, il existe un risque de dépendance, surtout chez les patients plus «vulnérables» (historique de dépendance aux médicaments, à la drogue ou l’alcool par exemple).

 

 

dépendance aux médicaments et mal de dos
Attention aux excès lorsqu’on consomme des médicaments

 

  • 4. Dans les cas de radiculopathies (ie. douleur qui irradient dans la jambe, associée parfois à des engourdissement et picotements), il est possible que le docteur prescrive des antiépileptiques comme du Gabapentin ou Pregabalin. Ces médicaments sont toutefois considérés désagréables par plusieurs clients considérant leurs effets secondaires (fatigue, étourdissements, bouche sèche, troubles visuels, etc.).

 

Conclusion

 

Comme vous avez pu le constater, il existe des effets bénéfiques aux médicaments (comme la diminution de douleur!), mais également des effets néfastes. Votre médecin sera en mesure de vous donner les meilleures recommandations en fonction de votre condition personnelle (Et oui, chaque cas est différent!).

 

Gardez simplement en tête qu’il faut toujours peser le pour et le contre lorsqu’on consomme une pilule quelconque. En d’autres termes, il faut que l’efficacité du médicament surpasse les effets secondaires que le patient va devoir potentiellement subir. C’est d’ailleurs pour cette raison que la règle d’or s’impose:

 

«IL FAUT PRENDRE LE MINIMUM DE MÉDICAMENTS, À LA DOSE MINIMALE, PENDANT LE MOINS DE TEMPS POSSIBLE.»

 

médication dose minimale contre le mal de dos
Parfois, un seul médicament suffit…

 

Maintenant, c’est à votre tour de participer!  Partagez-nous votre expérience en lien avec les médicaments utilisés pour votre mal de dos. Qu’est-ce qui a le mieux fonctionné dans votre cas? Au contraire, avez-vous regretté d’avoir tenté un certain type de médicament? Merci de vos retours!

 

Si vous voulez connaître d’autres façons traiter votre mal de dos de façon naturelle et démontrée scientifiquement, rendez-vous dans la section GUIDES EN LIGNE de notre site. Vous trouverez le guide correspondant à votre condition qui vous guidera vers le chemin de la guérison.

 

 

 

4 réponses sur “Quels médicaments pour mon mal de dos?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *