CRP Protéine C réactive : Ce qu’il faut retenir (Quand s’inquiéter ?)

CRP Protéine C réactive : Ce qu’il faut retenir (Quand s’inquiéter ?)

  

La CRP (ou protéine C réactive) est très utilisée en médecine pour déterminer le niveau d’inflammation du corps. Même lorsqu’on veut diagnostiquer une lombalgie et autres rhumatismes, cette mesure peut s’avérer très utile.

 

Qu’est-ce que la protéine C réactive (ou CRP), et que faire d’une protéine C réactive élevée ? Existe-t-il des moyens permettant d’améliorer cette mesure de façon naturelle ? Quand faut-il s’inquiéter ?

 

Cet article vulgarisé vous explique tout ce qu’il faut savoir sur la protéine C réactive, et vous fournit des stratégies concrètes pour réduire le niveau d’inflammation du corps.

 

Définition

Protéine C réactive élevée : Quand s’inquiéter ?

Causes

Protéine  C réactive et mal de dos

Protéine C réactive élevée : Que faire ?

Conclusion

 

Bonne lecture !

 

 

Définition

 

Avant de parler de protéine C réactive, il faut comprendre certains concepts liés à l’inflammation.

 

À la suite d’un trauma, infection, ou en présence de plusieurs pathologies, une réaction inflammatoire est déclenchée. Des molécules médiatrices de l’inflammation sont ensuite libérées. Celles-ci sont notamment responsables de la douleur ressentie.

 

inflammation détectée par la protéine c-réactive

 

Au niveau du foie, une molécule est libérée en présence de réaction inflammatoire. Il s’agit de la protéine C réactive. On peut d’ailleurs mesurer sa concentration dans le sang.

 

Cette mesure est fréquemment utilisée en médecine pour déterminer le niveau d’inflammation du corps. Elle permet de diagnostiquer plusieurs conditions inflammatoires aigues et chroniques, ainsi que plusieurs maladies.

 

protéine c-réactive
Source

 

Par exemple, on peut déceler des troubles cardiovasculaires et prédire de futurs infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral (AVC), ou encore certaines maladies artérielles périphériques.

 

Ce qui est intéressant avec la CRP, c’est qu’elle est libérée dans le sang avant que le patient ressente des symptômes (comme la douleur, la fièvre ou autre). Ceci peut être intéressant pour établir un diagnostic précoce permettant une prise en charge rapide et efficace.

 

Maintenant, quel est le lien entre la protéine C réactive et le mal de dos ?

 

Dans plusieurs pathologies musculo-squelettiques (comme la lombalgie chronique), l’inflammation semble persister et occasionner des douleurs incapacitantes. C’est dans cette mesure que la protéine C réactive peut représenter un marqueur utile pour expliquer les symptômes.

 

mal de dos

 

Par ailleurs, une protéine C réactive élevée pourrait mener à un diagnostic de spondylarthrite ankylosante, ou encore d’arthrite rhumatoïde. Ceci est particulièrement utile, car le délai avant de diagnostiquer ces conditions inflammatoires peut s’étendre à jusqu’à 8 ans.

 

 

Protéine C réactive élevée : Quand s’inquiéter ?

 

La protéine C réactive est mesurée en milligrammes par litre (mg/L). Les résultats peuvent être interprétés comme suit :

 

Normaux : Moins de 10 mg/L

Protéine C réactive élevée : Égale ou supérieure à 10 mg/L

 

analyse des tests de protéine c-réacitve

 

Il faut comprendre qu’une mesure de protéine C réactive élevée indique uniquement qu’il y a une réaction inflammatoire dans le corps, sans pour autant identifier la cause exacte. Il peut s’agit d’une condition aussi banale qu’une infection, comme il peut s’agir d’une pathologie aussi grave que le cancer ou un AVC (accident vasculaire cérébral). Il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter aussitôt que la CRP augmente un peu.

 

Lorsqu’il observe une mesure de CRP élevée (généralement à partir de 6 mg/L et plus), le médecin voudra alors investiguer davantage, notamment en faisant passer d’autres tests complémentaires pour identifier la source du problème.

 

Par exemple, s’il soupçonne une lombalgie inflammatoire, il va mettre en relation vos symptômes avec les critères spécifiques à ces conditions, tel qu’expliqué dans l’infographie suivante :

 

indices que le mal de dos est inflammatoire

 

D’un point de vue musculo-squelettique, que se passe-t-il lorsque la protéine C réactive est élevée ? :

 

  • Le seuil de la douleur semble plus bas, ce qui fait en sorte qu’on est plus sensible à la douleur.
  • La fonction se voit réduite, et on observe plus d’incapacités au quotidien chez ceux qui ont un niveau de protéine C réactive élevé.
  • On a observé une plus grande faiblesse chez les personnes âgées ayant un niveau de protéine C réactive élevé.

 

Outre les atteintes musculo-squelettiques, voici des conditions (plus sérieuses) associées à une mesure de CRP élevée :

 

  • Lupus
  • Arthrite (Polyarthrite rhumatoïde) et psoriasis
  • Maladie de Crohn
  • Infarctus du myocarde
  • Cancer (carcinome, lymphome, etc.)
  • Infections (fongiques, bactériennes, etc.)
  • Septicémie
  • Abcès
  • Colite

 

 

Causes

 

Outre les maladies cardiovasculaires et rhumatismes, il existe plusieurs facteurs pouvant influencer le niveau de protéine C réactive dans le sang.

 

En effet, cette mesure n’est pas stable dans le temps, et varie en fonction de plusieurs éléments tels que :

 

  • Trauma récent
  • Infection aigue
  • La cigarette
  • Consommation d’alcool
  • Surpoids
  • Condition associée de diabète
  • Mauvaise qualité de sommeil
  • Stress, dépression
  • Pauvre alimentation
  • Consommation excessive de glucides
  • Pauvre apport en magnésium
  • Déficience en vitamine B6 et D
  • Surentrainement

 

 

Protéine C réactive et mal de dos

 

Nous avons mentionné que la lombalgie provoquait fréquemment une réaction inflammatoire douloureuse. Il en est de même pour des conditions reliées au mal de dos comme la spondylarthrite ankylosante.

 

Par contre, il est important de noter que le niveau de protéine C réactive n’est pas proportionnel aux douleurs. Un niveau élevé de protéine C réactive ne veut donc pas dire que le mal de dos sera forcément amplifié. Ceci vient du fait que la lombalgie est multifactorielle, et ne dépend pas uniquement d’une réaction inflammatoire accrue.

 

mal de dos

 

Par ailleurs, un niveau élevé de protéine C réactive n’est pas forcément prédictif d’une chronicisation des douleurs. En effet, plusieurs études portant sur les hernies discales, la sciatique ou les modifications de Modic n’ont pas établi de relation directe entre la CRP augmentée et les lombalgies chroniques.

 

En d’autres termes, même si votre niveau de protéine C réactive est augmenté après un épisode de mal de dos, ceci ne veut pas dire que vous allez forcément développer des douleurs chroniques dans le futur.

 

 

Protéine C réactive élevée : Que faire ?

 

Si le médecin soupçonne une condition inflammatoire quelconque, il va sans doute vous demander de passer un bilan sanguin. Il va porter une attention particulière à la protéine C réactive.

 

bilan sanguin de protéine c-réactive

 

S’il observe une protéine C réactive élevée, il pourra alors pousser l’examen clinique et radiologique visant à clarifier le diagnostic, et établir la cause de votre problème.

 

Outre le diagnostic, nous avons vu que plusieurs facteurs pouvaient influencer le niveau de protéine C réactive, et nuire à la santé. Comme il s’agit de facteurs modifiables, nous pouvons mettre en place des stratégies concrètes visant à réduire au maximum le niveau d’inflammation du corps.

 

Par exemple, certains médicaments comme les statines peuvent réduire le niveau de protéine C réactive.

 

Outre les médicaments, une modification au niveau du mode de vie et de l’alimentation peut faire une énorme différence, et améliorer le niveau de protéine C réactive du corps.

 

En effet, des études ont montré que le yoga, ou un programme d’exercice basé sur 8 semaines, pouvait réduire le niveau de protéine C réactive. (Macphail et al 2015).

 

exercice de yoga pour diminuer le niveau de protéine c-réactive

 

Sur le plan alimentaire, un régime pauvre en glucides (comme la diète keto) peut réduire le niveau de protéine C réactive. Il en va de même pour un programme axé sur la perte de poids, plus spécifiquement la perte de graisse (comme l’alimentation anti-inflammatoire).

 

L’augmentation de consommation de fruits, légumes et aliments riches en antioxydants sur une base quotidienne a également démontré des résultats intéressants. Évidemment, ceci doit se faire en respectant un apport calorique adéquat, sans quoi on observerait une prise de poids potentiellement néfaste pour la santé.

 

consommation de fruits et légumes visant à réduire le niveau de protéine c-réactive

 

En terme de prévention des maladies (comme les maladies cardiaques), il serait pertinent de mesurer le taux de protéine C réactive régulièrement (via un bilan sanguin). En effet, cette mesure serait encore plus efficace que le taux de cholesthérol dans le sang pour déceler une maladie cardiovasculaire.

 

En effet, une mesure de CRP dans le sang inférieure à 3 mg/L indique un risque léger à modéré, alors qu’une mesure supérieure à 3 mg/L indique un risque élevé, et requiert généralement des mesures préventives et curatives plus drastiques.

 

En plus du diagnostic et de la prévention, voici certaines applications pratiques reliées à la mesure de protéine C réactive :

 

  • Évaluer l’efficacité d’un traitement médicamenteux ou autre sur une condition particulière (on s’attend à ce que la CRP diminue au fur et à mesure que le traitement est donné)
  • Déterminer s’il y a des complications après un traitement ou une chirurgie 
  • Faire un suivi d’une maladie inflammatoire dans le temps

 

 

Conclusion

 

La protéine C réactive (CRP) est souvent analysée pendant les prises de sang, surtout si on suspecte une condition inflammatoire aigue ou chronique.

 

Lorsqu’elle est élevée, elle peut indiquer un état inflammatoire du corps. Une protéine C réactive élevée provient de différentes causes, par exemple une lombalgie inflammatoire.

 

homme souffrant de lombalgie inflammatoire

 

On a remarqué qu’une CRP élevée était associée à une réduction des seuils de douleur, à une faiblesse et à une diminution de la fonction. Ceci pourrait contribuer au développement de la lombalgie chronique dans certains cas, même si cette mesure n’est pas prédictive d’un mal de dos chronique.

 

Un ajustement au niveau du mode de vie et de l’alimentation permet notamment de réduire le niveau de CRP.

 

Bonne guérison !

 


 

Vous n'avez toujours pas trouvé de réponses à vos questions ?

 

Et si je vous proposais 36 façons naturelles de soulager un mal de dos rapidement ? (Oui oui, 36 !!!)

 

soulager un mal de dos rapidement

 

Consultez l'article suivant : Comment soulager un mal de dos rapidement : 36 conseils