Radiographie lombaire : procédure et risques

Radiographie lombaire : procédure et risques

Le rachis lombaire correspond aux 5 dernières vertèbres de la colonne vertébrale, beaucoup de pathologies le touchent, et la radiographie est souvent utile dans leur diagnostic.

L’examen radiographique lombaire se passe d’une façon simple et rapide, il est plutôt confortable et ne dérange pas le patient. Cependant, comme toute radiographie, il risque d’être nocif pour la santé (mutations d’ADN, cancer, anomalies foetales, etc).

 

Radiographie lombaire : procédure et risques, le tout est résumé dans l’article qui suit !      

Définition et anatomie 

 

Anatomie de la colonne lombaire  

 

La colonne lombaire est la partie de la colonne vertébrale qu’on trouve au niveau du bas du dos. Elle fait suite à la colonne thoracique, qui elle, correspond à la partie supérieure du dos, et forme avec cette dernière et la colonne cervicale (squelette du cou) l’ensemble de la colonne vertébrale. Au dessous du rachis lombaire, on trouve l’os sacrum.

 

anatomie de la colonne lombaire
Source

 

Le rachis lombaire est constitué de 5 vertèbres, appelées : L1, L2, L3, L4 et L5. Elles sont les vertèbres les plus volumineuses de la colonne vertébrale. Elles forment, en s’articulant entre elles, une courbure qu’on appelle la lordose lombaire.

Avec la colonne lombaire, nous faisons plusieurs mouvements articulaires : nous rapprochons notre thorax de nos membres inférieurs, c’est la flexion, nous nous redressons ensuite pour revenir à notre position normale, c’est ce qu’on appelle l’extension. Il y a d’autres mouvements que nous pouvons faire avec la colonne lombaire, mais qui sont limités.

 

 

Pathologies de la colonne lombaire

image4 radiographie lombaire

Beaucoup de pathologies touchent la colonne lombaire, voici 3 pathologies lombaires connues :  

 

La hernie discale lombaire 

 

Les vertèbres de notre corps sont séparées par des disques cartilagineux appelés les disques intervertébraux. En réalité, ces disques sont composés d’une partie interne, molle, et d’une couverture externe plus dure.

 

Dans certaines conditions, la couverture externe se fissure, donnant l’occasion à la partie interne de sortir à travers la lésionCe glissement peut comprimer (écraser) des nerfs (compression radiculaire) ou même la moelle épinière (compression médullaire).

 

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Herniated_Disc.png
Source

 

La plupart des hernies discales sont produites dans la colonne lombaire, c’est une pathologie lombaire très fréquente, qui a des symptômes variables: ils peuvent aller d’une souffrance nerveuse simple ou moyennement grave (névralgie, manifestations neurologiques comme les fourmillements), à des paralysies et une perte du contrôle des organes, comme l’altération des nerfs de la vessie, qui entraîne une fuite urinaire involontaire (l’incontinence urinaire).

La radiographie lombaire sert à rechercher l’étiologie de la hernie discale lombaire, c’est -à -dire la maladie qui a précédé et a causé le déplacement du disque intervertébral.

Article : la hernie discale de A à Z : mieux comprendre votre diagnostic 

 

La sténose lombaire 

 

Les vertèbres du rachis sont dotées d’un trou, l’ensemble des trous forme un canal vertical, appelé le canal vertébral, c’est par ce canal que passe la moelle épinière. On parle de la sténose lombaire quand le diamètre du canal vertébral diminue au niveau de sa partie lombaire, affectant ainsi la moelle épinière.

 

L’examen clinique, c’est-à-dire la consultation du médecin, suffit pour confirmer la sténose, mais une radiographie lombaire peut être prescrite pour rechercher une étiologie.

 

Article : Sténose spinale : le guide complet (comment la traiter ?)

 

Le spondylodiscite infectieuse 

 

C’est une infection ostéo-discale, ce qui veut dire qu’on aura une infiltration des vertèbres et des disques intervertébraux par des germes. Les agents infectieux arrivent au rachis généralement après leur passage dans le sang, à partir d’un organe précédemment infecté.

 

Si l’infection a lieu au niveau de la colonne lombaire, la symptomatologie sera marquée par : une douleur lombaire (lombalgie), une douleur des nerfs (névralgie), une limitation des mouvements articulaires, et, surtout, une fièvre.

Autres affections lombaires :

 

 

L’article suivant vous sera utile pour comprendre ces pathologies : radiographie cervicale : procédure et risques (mention vers l’article radiographie cervicale)

 

Radiographie lombaire, quand l’utiliser ?

image3 radiographie lombaire 

Différence avec les autres imageries médicales

 

radiographie lombaire

 

Technique et spécialité

 

Le principe de la radiographie est simple, les rayons-x passent par les parties du corps dont on veut obtenir le cliché, puis, ils seront absorbés par les organes, ce qui va permettre de donner leur image radiographique. Tout ça à l’aide d’un appareil spécialisé.

 

Malheureusement, seuls les organes denses absorbent efficacement les rayons-x, donc, on ne peut pas voir les tissus mous avec les radiographies. Leur spécialité est la visualisation des os et des articulations.

 

Le scanner utilise également les rayons-x, mais d’une manière plus développée, il permet de voir les organes et les tissus mous, il est surtout utile pour rechercher les changements du volume des organes.

 

L’IRM, ou l’image par résonance magnétique, utilise les ondes magnétiques. Il est l’examen le plus précis dans l’imagerie médicale, il visualise clairement les os, les organes et les tissus et permet de détecter leurs anomalies.

 

Rapidité et coût

 

La radiographie est plus rapide et beaucoup moins coûteuse que le scanner et l’IRM, pour cette raison, elle est souvent demandée en première intention lors d’une pathologie lombaire.  

 

 

Indications

 

  • les traumatismes de la colonne lombaire ;
  • les manifestations neurologiques : névralgie, picotements, fourmillements, paralysie, etc  
  • les lombalgies
  • elle peut être prescrite avant une chirurgie pour un bilan préopératoire ;
  • en postopératoire, pour voir les résultats de l’intervention chirurgicale.

 

 

Limites

 

  • visualisation très limitée des tissus mous ;
  • certaines lésions peuvent passer inaperçues, comme les petites fractures et les tumeurs vertébrales dans leur début ;  
  • contraste limité, car la dose des rayons-x, reconnus comme étant dangereux, doit être diminuée ;
  • La qualité de la radiographie lombaire s’altère facilement si le patient bouge ou si les conditions techniques sont imparfaites.

 

 

Procédure de la radiographie lombaire

image1 radiographie lombaire

procédure radiologie

 

  1. Le médecin prépare le patient en lui expliquant comment et pourquoi faire un examen radiographique, ainsi que les risques redoutés.
  2. Le manipulateur de radiologie demande au patient d’enlever ses bijoux, sa montre et  les objets en métal qu’il porte.
  3. dans certains cas, on peut administrer des substances au patient pour un meilleur contraste
  4. le patient est ensuite guidé vers l’appareil et positionné dans la position adéquate
  5. l’appareil commence à travailler et à émettre les rayons-x, qui vont être absorbés par les rachis lombaire
  6. les clichés sont prêts dans peu de temps, 5 à 10 minutes après la fin de l’examen radiographique.  

 

 

Risques de la radiographie

 

La radiographie peut :

 

  • causer des anomalies chromosomiques, les rayons-x peuvent en effet provoquer des mutations au niveau de l’ADN ;
  • causer des anomalies chromosomiques foetales, si la femme qui subit la radiographie est enceinte ;
  • augmenter le risque des cancers ;
  • altérer certains organes comme la peau et les gonades ;
  • Altérer le système circulatoire : globules rouges, moelle osseuse, etc.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article...

Suivez-nous sur Youtube et Facebook

Navré que vous n'ayez pu trouver réponse à vos questions !

Aidez-nous à améliorer cet article !

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?