Recalibrage lombaire : La solution au canal lombaire étroit ?

Recalibrage lombaire : La solution au canal lombaire étroit ?

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

Le rétrécissement du canal rachidien réfère à une condition appelée canal lombaire étroit. Cette diminution d’espace peut comprimer la moelle épinière et les racines nerveuses émergents du rachis.

 

Parmi les traitements disponibles, une chirurgie visant à élargir le diamètre du canal rachidien peut se faire : il s’agit du recalibrage lombaire. Cet article discute de cette opération en mentionnant sa procédure, les risques associés, et la convalescence permettant la reprise des activités.

Définition

 

Pour mieux comprendre le recalibrage lombaire, il faut préalablement se familiariser avec le canal lombaire étroit. Tel que mentionné, il s’agit d’une diminution de taille du canal rachidien (également appelé canal vertébral) au niveau des vertèbres lombaires (qualifiées de L1 à L5). Normalement, ce canal est d’environ 15 mm de diamètre, mais il est considéré «étroit» lorsqu’il est inférieur à 13 mm.

 

canal lombaire étroit à l'IRM

 

Pour tout savoir sur le canal lombaire étroit (incluant les symptômes, les causes, et la prise en charge), consultez l’article suivant.

 

Indications chirurgicales

 

Parmi les options thérapeutiques, on compte des techniques conservatrices telles que la médication et les exercices. Si on constate une absence de soulagement, on envisage alors des options plus drastiques telles que l’opération.

 

Plus précisément, on considère la chirurgie en présence des situations suivantes :

 

 

Recalibrage lombaire

 

Le recalibrage lombaire est une technique chirugicale permettant justement d’élargir le canal rachidien dans le traitement du canal lombaire étroit. Essentiellement, on va chercher à enlever une petite partie (correspondant à l’excédent et la cause de compression nerveuse) de ligament ou d’articulations postérieures afin de libérer le passage des nerfs.

 

Les résultats d’une série prospective des patients ont confirmé l’efficacité de la méthode tant sur la sténose que sur la stabilité rachidienne postopératoire.

 

 

Indications

 

Avant tout, il faut savoir ce qui cause le rétrécissement du canal vertébral lombaire pour voir dans quel cas le recalibrage lombaire est adapté.

 

La colonne vertébrale s’étend de votre cou au bas du dos. Les os de votre colonne vertébrale forment ce qu’on nomme le canal rachidien, qui protège votre moelle épinière. Il y a de nombreuses personnes qui sont nées avec un petit canal rachidien (cause congénitale). Mais la plupart des sténoses vertébrales ou rétrécissements surviennent lorsque quelque chose se produit pour réduire l’espace au niveau du canal rachidien.

 

Les causes peuvent inclure :

 

Excroissance osseuse 

 

Les dommages causés par l’arthrose lombaire ou zygapophysaire sur les os de la colonne vertébrale peuvent provoquer la formation d’éperons osseux (ou ostéophytes), qui peuvent se développer dans le canal rachidien. La maladie de Paget, une maladie osseuse qui affecte généralement les adultes, peut également provoquer une prolifération osseuse dans la colonne vertébrale.

 

La hernie discale

 

On a tous une sorte de coussin moelleux entre nos vertèbres. Ces coussins sont comme des amortisseurs, mais avec l’âge, ils se dessèchent. Lorsqu’il y a des fissures extérieures d’un disque, le matériau intérieur qui est mou s’échappe de la moelle épinière et commence à s’appuyer sur cette dernière ou sur les nerfs.

 

Les ligaments épaissis

 

Les cordes résistantes qui aident à maintenir les os de votre colonne vertébrale ensemble peuvent devenir raides et épaissies avec le temps. Ce qui fait qu’ils gonflent dans votre canal rachidien. Par exemple, un hypertrophie du ligament jaune peut réduire la taille du canal rachidien.

 

Les tumeurs

 

Des surplus ou excroissances qui sont anormaux se forment dans la moelle épinière. Plus précisément dans les membranes recouvrant la moelle épinière (espace qui se trouve entre votre moelle épinière et vos vertèbres).

 

Les blessures à la colonne de vertèbres 

 

Lorsque vous êtes victime d’un accident de voiture, des luxations ou des fractures, des vertèbres peuvent être provoquées. En effet, un fragment d’os qui s’est déplacé peut abîmer l’intérieur de votre canal rachidien. Le gonflement des tissus avoisinants immédiatement après une chirurgie du dos peut également exercer une pression sur la moelle épinière ou les nerfs.

 

Pour connaître d’autres causes de canal lombaire étroit, consultez l’article suivant.

 

 

Procédure

Le recalibrage lombaire est une opération qui se déroule sous anesthésie générale. Il faut généralement placer un drain qui sera porté pendant 2-3 jours, dans le but de réduire le risque de formation d’un hématome. L’intervention en tant que telle dure moins de 90 minutes, en fonction du cas et de la procédure chirurgicale.

 

Essentiellement, l’objectif sera d’augmenter l’espace au niveau du canal rachidien retréci par une des causes mentionnées ci-dessus. Le médecin orthopédiste peut procéder à une des interventions suivantes :

 

 

Le premier levé peut s’effectuer généralement le même jour. En tout, la durée d’hospitalisation est de 2-4 jours, bien que certains patients quitte le lendemain. En cas de complications, on va utiliser une approche différente où le patient restera alité le temps de guérir.

 

L’objectif de l’opération est de réduire la douleur et autres symptômes (comme les paresthésies) dus à la compression nerveuse. Cependant, comme toute opération, il peut y avoir des complications. C’est ce que nous verrons dans la prochaine section.

 

pour avoir plus d’espace peuvent réduire les symptômes de votre sténose. Cependant, pour d’autres personnes les symptômes peuvent s’aggraver avec la chirurgie. Et il y a aussi d’autres risques que vous pouvez encourir : tels qu’une infection, une déchirure de la membrane de la moelle épinière, un caillot sanguin et une détérioration neurologique, etc.

Complications et risques

 

Parmi les complications possibles, on compte :

 

  • une infection
  • une déchirure de la membrane de la moelle épinière
  • un caillot sanguin
  • une détérioration neurologique, etc.

 

Malheureusement, la chirurgie ne s’avère pas toujours un succès. Ceci dépend notamment de la condition pré-opératoire du patient, et de son pronostic. Ainsi, les symptômes ressentis avant l’opération peuvent persister, comme par exemple :

 

  • L’engourdissement des membres inférieurs
  • Les faiblesses des jambes
  • Problèmes d’équilibre
  • Troubles d’incontinence
  • Paralysie

 

Après l’opération, il est primordial de communiquer avec son médecin si jamais vous observez un des signes suivants :

 

  • Rougeur, gonflement ou odeur nauséabonde près du site d’incision.
  • Gonflement ou sensibilité des jambes.
  • Aggravation de la douleur près du site de l’incision, de l’épaule ou du ventre.
  • Fièvre.
  • Difficulté à respirer ou à avaler.
  • Problèmes de contrôle des intestins ou de la vessie.

 

 

Convalescence et rééducation après un recalibrage lombaire

 

Après une opération de recalibrage des lombaires, la convalescence et la rééducation sont primordiale pour retrouver un train de vie normal. En effet, vous devez suivre des séances de rééducation qui dureront en moyenne 3 à 4 semaines au minimum.

 

Il faut savoir que les premiers objectifs de la rééducation après un recalibrage sont de vous aider à gérer votre douleur et à limiter toute inflammation que vous pourriez ressentir. Il est également important de minimiser les spasmes musculaires. Des médicaments anti-douleurs, anti-inflammatoires ou décontractants musculaires pourraient vous aider à contrôler vos symptômes.

 

Un kinésithérapeute (physiothérapeute) vous montrera des exercices qui renforcent les muscles et stabilisent le dos. Réduire la douleur et restaurer une amplitude de mouvement complète afin que vous puissiez être à nouveau pleinement actif sont les objectifs à long terme de votre thérapie.

 

Il existe de nombreux choix d’exercices disponibles pour les patients. Si un thérapeute et un patient travaillent ensemble, ils peuvent trouver des alternatives qui bénéficieront grandement à la condition physique du patient et à sa capacité à reprendre ses activités à presque tous les niveaux.

 

Les patients se demandent souvent si et quand ils pourront reprendre certaines activités après un recalibrage. Cela dépend en grande partie de la façon dont ils réagissent à l’exercice et peuvent préparer les muscles à protéger la colonne vertébrale pendant cette activité. L’équipe patient/thérapeute travaille bien dans cette situation, car le thérapeute a la possibilité d’observer les tolérances de mouvement et de force du patient au fil du temps.