Rectitude du rachis cervical : Que faire ? (Explications)

Rectitude du rachis cervical : Que faire ? (Explications)

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, notre dos n’est pas droit. Il présente naturellement des courbures qui permettent une stabilité, une dynamique et répartition des forces optimales.

 

La rectitude du rachis cervical est une situation pathologique caractérisée par la perte de la courbure naturelle de la partie cervicale de la colonne vertébrale, devenant ainsi droite ou rectiligne.

 

Cette conformation anormalement droite du rachis cervical favorise les douleurs, les tensions et contractures musculaires, gêne la mobilité et la rend difficile ou douloureuse.

Qu’est-ce que la rectitude du rachis cervical ?

 

Avant de définir ce qu’est la « rectitude du rachis cervical », un petit rappel anatomique s’impose.

 

La colonne vertébrale, appelée également rachis, est constituée de 33 vertèbres empilées les unes sur les autres de manière verticale :

 

  • 7 vertèbres cervicales, numérotées de C1 à C7,
  • 12 vertèbres dorsales ou thoraciques, de D1 à D12,
  • 5 vertèbres lombaires, de L1 à L5,
  • 5 vertèbres sacrées fusionnées entre elles formant le sacrum,
  • 3 à 5 (généralement 4) vertèbres soudées formant la partie terminale du rachis : le coccyx.

 

En situation normale, la colonne vertébrale présente une succession de trois courbures physiologiques lui donnant un aspect général en « S » :

 

courbures du rachis

 

  • Une lordose cervicale : courbure physiologique antérieure du rachis cervical (concave ou creusée).
  • Une courbure dorsale : courbure physiologique postérieure du rachis dorsal. Lorsqu’elle est exagérée, on l’appelle « cyphose dorsale » (convexe ou bosse).
  • Une lordose lombaire : courbure physiologique antérieure du rachis lombaire (cambrure naturelle).

 

Le rachis cervical est donc naturellement courbé, en lordose. Lorsque cette lordose disparaît, rendant le rachis cervical rectiligne ou droit, on parle de rectitude.

 

La rectitude du rachis cervical est donc tout simplement la perte de la courbure naturelle de la partie haute de la colonne vertébrale (cervicale). Il existe même une condition où la courbure cervicale est carrément inversée, nommée cyphose cervicale.

 

 

Rectitude du rachis cervical : Causes et symptômes

 

Il n’y a pas de cause précise qui expliquerait la rectitude du rachis cervicale. Les études scientifiques tentent de démontrer le rôle des spasmes musculaires dans la genèse de cette pathologie.

 

Quoi qu’il en soit, nous savons qu’il existe un certain nombre de facteurs qui favorisent la rectitude du rachis cervical. On peut citer à titre indicatif les postures inadaptées (au travail, lors du sommeil…) et certaines pathologies osseuses telles que l’ostéoporose et l’arthrose cervicale.

 

Les différents symptômes de la rectitude du rachis cervical sont les suivants :

 

  • Douleurs au cou.
  • Contractures et tensions musculaires dans la région du cou.
  • Limitation de la mobilité du rachis cervical, avec difficulté à réaliser certains mouvements.
  • Céphalées (maux de tête) et migraines.

 

 

Rectitude du rachis cervical : Que faire ?

 

Le diagnostic de rectitude du rachis cervical est relativement facile à poser. Les éléments de l’examen clinique et une radiographie du rachis cervical, de face et surtout de profil, suffisent pour confirmer le diagnostic.

 

Une fois le diagnostic posé, le traitement va consister en la prise de médicaments antidouleurs associée à certaines mesures complémentaires telles que les massages, l’application de chaleur, l’ajustement de la posture lors du sommeil, etc.

 

Traitement médical

 

Pour soulager les douleurs secondaires à la rectitude du rachis cervical, des antalgiques simples types anti-inflammatoires ou paracétamol suffisent généralement.

 

On utilise fréquemment des traitements locaux par l’application de pommades contenant des principes actifs ayant un effet antidouleur. Ça permet de coupler l’effet relaxant du massage et l’effet antalgique du médicament pour obtenir une réduction efficace des douleurs.

 

Séances de massage

 

Les massages prodigués par un kinésithérapeute, un ostéopathe ou autre sont très efficaces pour soulager les douleurs occasionnées par la rectitude du rachis cervical. Ils permettent de détendre les muscles du cou, d’enlever les tensions et les contractures. Il faut noter que ces modalités ne traiteront pas la cause du problème.

 

En complément, vous pouvez vous faire des automassages ! Il suffit de vous dégoter une huile de massage (ou d’en préparer une à base d’huiles essentielles et végétale), d’en appliquer sur votre main et de masser doucement les muscles de votre cou avec des mouvements de va-et-vient verticaux le long de la nuque (sans oublier les muscles trapèzes).

 

Vous pouvez également réaliser des mouvements d’étirement et de renforcement musculaire.

 

Application de chaleur

 

L’application de chaleur sur la nuque, par l’intermédiaire de bouillottes, est efficace pour atténuer les douleurs cervicales après une longue journée de travail.

 

Il est également possible d’utiliser des colliers cervicaux chauffants, ou bien des patchs chauffants qui ont un effet relaxant et décontractant très intéressant.

 

Ajuster sa position lors du sommeil

 

Les mauvaises positions lors du sommeil participent à modifier la conformation de la colonne vertébrale à long terme, plus particulièrement le rachis cervical. Cela peut aggraver ou favoriser la rectitude du rachis cervical.

 

Par ailleurs, une fois la rectitude du rachis cervicale installée, il en résultera des troubles du sommeil. C’est donc un cercle vicieux !

 

Pour rompre ce cercle vicieux, il est recommandé de changer de literie. Il existe des matelas et oreillers confortables, spécialement conçus pour prévenir les déformations de la colonne vertébrale.

 

Voici quelques conseils pour prévenir ou éviter d’aggraver les déformations du rachis cervical grâce à de petits ajustements de votre position lors du sommeil :

 

  • Position dorsale : on considère que c’est la meilleure position pour bien récupérer, car elle favorise un relâchement musculaire complet. Les trois courbures de la colonne vertébrale sont respectées, à condition de bien positionner son coussin contre la nuque. Attention, le coussin ne doit pas être épais !
  • Position latérale : si vous dormez sur le côté, optez pour un oreiller épais afin de combler l’espace séparant l’épaule et le cou (toujours dans l’objectif de respecter la lordose cervicale).
  • Position ventrale : avec cette position, la lordose cervicale n’est pas respectée et les tensions musculaires sont favorisées chez plusieurs individus. Si vous ne parvenez pas à changer de position, optez pour un coussin fin et à mémoire de forme (ou dormez carrément sans oreiller).

 

 

Références

 

[1]          S. Y. Yoon, H. I. Moon, S. C. Lee, N. L. Eun, et Y. W. Kim, « Association between cervical lordotic curvature and cervical muscle cross-sectional area in patients with loss of cervical lordosis », Clin. Anat., vol. 31, no 5, p. 710‑715, 2018.

[2]          P. S. Helliwell, P. F. Evans, et V. Wright, « The straight cervical spine : does it indicate muscle spasm ? », J. Bone Joint Surg. Br., vol. 76, no 1, p. 103‑106, 1994.

[3]          L. Lippa, et F. Cacciola, « Loss of cervical lordosis: What is the prognosis? », J. Craniovertebral Junction Spine, vol. 8, no 1, p. 9‑14, 2017, doi : 10.4103/0974-8237.199877.