Sclérose en plaque et mal de dos : Causes et traitement

Sclérose en plaque et mal de dos : Causes et traitement

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune chronique qui détruit la gaine de myéline, une enveloppe protectrice des nerfs. Cela provoque des conséquences affectant plusieurs systèmes et régions du corps humain.

 

Parmis les nombreux symptômes découlant de la maladie, il est possible de développer un mal de dos. Cet article vous explique les causes précises expliquant ce phénomène, ainsi que des modalités de traitement visant à soulager les symptômes et améliorer la qualité de vie.

Définition

 

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie qui affecte le système nerveux central. Elle perturbe le flux d’information entre le cerveau et le reste du corps. Les symptômes reliés à cette condition sont variables, et touchent plusieurs systèmes du corps humain.

 

Parmi les symptômes les plus courants reliés à cette maladie, on compte :

 

  • fatigue (symptôme le plus fréquent)
  • spasticité
  • sensations altérées
  • troubles moteurs
  • problèmes visuels
  • troubles de la miction
  • troubles cognitifs
  • troubles psychologiques

 

Le mal de dos est également un symptôme souvent présent chez les individus atteints. En effet, les recherches indiquent que le pourcentage de personnes atteintes de sclérose en plaques qui souffrent de lombalgies pourrait atteindre 41,6 %.

 

Causes de mal de dos chez les personnes souffrant de sclérose en plaque

 

Comment le mal de dos peut s’installer chez les personnes atteintes de SEP ? Voici les principales causes qui expliquent le lien entre ces douleurs et la maladie :

 

Spasticité

 

La spasticité est un symptôme courant de la SEP. Il s’agit d’une raideur des muscles provoquée par des spasmes musculaires. Elle se manifeste généralement dans les jambes, l’aine et les fesses, mais elle peut également affecter le bas du dos. Elle n’est pas forcément douloureuse en tout temps, mais peut être source d’inconfort et limiter les activités quotidiennes dans certains cas.

 

Un certain nombre de facteurs peuvent aggraver la spasticité, notamment :

 

  • les mouvements brusques
  • les changements de position
  • les températures extrêmes
  • les vêtements serrés

 

Atteinte nerveuse

 

La SEP endommage les nerfs. Cette douleur est qualifié de douleur neuropathique, et constitue l’un des symptômes les plus courant de cette maladie. Certains facteurs aggravent se type de douleur. On pense par exemple au stress, à la fatigue, ou encore aux coups de chaleur.

 

Ce type de douleur peut se manifester dans tout le corps. Au niveau lombaire, elle peut apparaître sous la forme d’une sensation de coup de poignard. La personne atteinte peut également ressentir une sensation de brûlure dans le bas du dos qui irradie parfois dans les jambes.

 

Le signe de Lhermitte est un signe d’une atteinte nerveuse. Chez les patients souffrant de sclérose en plaque, elle serait présente dans près de 33 % des cas. Il s’agit essentiellement d’une douleur brève et intense qui part de l’arrière de la tête et descend le long de la colonne vertébrale, parfois jusque dans les bras ou les jambes. Cette douleur est typiquement reproduite lorsqu’une personne penche sa tête vers l’avant.

 

Atteinte musculosquelettique

 

Parce qu’elle modifie souvent la posture, le patron de marche et la mobilité articulaire, la sclérose en plaque peut indirectement provoquer des douleurs lombaires et autres troubles musculosquelettiques.

 

Par exemple, des engourdissements dans les jambes peut altérer le patron de marche et causer des mécanismes compensatoires. Ceci pourrait faire en sorte que la personne atteinte répartit son poids de manière inégale, mettant ainsi plus de pression au niveau lombaire.

 

Une autre situation courante est la raideur des hanches qui provoque une compensation au niveau lombaire, et favorise l’apparition de douleurs à ce niveau.

 

Autres

 

Vivre avec la sclérose en plaque représente un défi en soi. Les répercussions sur le mode de vie et le mental peuvent indirectement augmenter les douleurs. En effet, les facteurs suivants ont été reliés au mal de dos, et peuvent influncer le pronostic chez les individus atteintes :

 

  • Dépression et anxiété
  • Surpoids
  • Sédentarité
  • Tabagisme
  • Mauvaise alimentation

 

Il est donc important d’avoir une approche multidisciplinaire et multifactorielle lorsqu’on évoque le traitement de la sclérose en plaque.

 

 

Traitement et prévention

 

Médication

 

Il n’est pas rare de se voir prescrire des médicaments lorsqu’on consulte pour mal de dos. Chez les patients atteints de sclérose en plaque, un médecin pourrait également prescrire une médication visant à réduire l’inflammation (anti-inflammatoires), diminuer les tensions musculaires (décontractants musculaires), ou diminuer les douleurs nerveuses.

 

Il est important d’ajuster les doses en fonction de l’historique médical, des symptômes et de la condition générale du patient. Le médecin fera le suivi et s’assurera que les médicaments agissent de manière optimale et sûre.

 

Kinésithérapie

 

Le kinésithérapeute a un rôle important à jouer dans le traitement de la sclérose en plaque. Son vaste arsenal thérapeutique lui permet d’utiliser plusieurs modalités visant à soulager les symptômes, et améliorer la fonction.

 

Par exemple, des massages et étirements pourrait réduire la spasticité, conjointement avec l’application de chaleur. La stimulation électrique (TENS) peut également soulager les douleurs et diminuer les tensions musculaires causées par le mal de dos.

 

Par ailleurs, un programme d’exercices thérapeutiques adapté pourra aider à maintenir la personne atteinte de sclérose en plaque active, en plus de corriger les déséquilibres musculaires et articulaire potentiellement responsables du mal de dos. De l’éducation sur l’intégration d’une activité physique régulière permettra d’éviter la sédentarité, et maintenir un mode de vie actif.

 

Ergothérapie

 

L’ergothérapeute prend en charge le patient dès lors qu’un problème de santé limite ses possibilités d’effectuer ses soins personnels, son activité professionnelle ou restreint sa qualité de vie.

 

Chez la personne atteinte de sclérose en plaque, voici comment l’ergothérapeute pourrait intervenir :

 

  • proposer des aides techniques à la marche (canne, déambulateur, etc.)
  • aménager le domicile pour réduire le risque de chute et le rendre accessible
  • établir un plan de retour au travail de sorte que les tâches professionnelles soient adaptées aux capacités du patient
  • donner des conseils pratiques pour réduire la fatigue et améliorer les activités de la vie quotidienne et domestique

 

Psychologie

 

Comme toute maladie chronique, la SEP a un impact psychologique significatif. Les troubles potentiels et variables qui en découlent peuvent grandment influencer la qualité de vie, ainsi que celle des proches de la personne atteinte.

 

Également, le caractère aléatoire de la sclérose en plaques oblige des réorganisations et ajustements fréquents. Il est parfois difficile d’accepter la rupture avec la vie antérieure, bien que cette étape soit indispensable.

 

Dans cette optique, le psychologue a un rôle important à jouer pour traiter et prévenir les troubles de l’humeur et émotionnels. Les modalités suivantes peuvent être utilisées en psychologie :

 

 

Alimentation anti-inflammatoire

 

Le rôle de l’alimentation sur l’évolution de la SEP fait l’objet de débats auprès de la communauté scientifique. Il existe d’ailleurs un grand nombre d’informations contradictoires sur le sujet. Ceci vient du fait qu’à ce jour, il n’existe pas d’études scientifiques démontrant avec certitude qu’un changement de diète améliorerait le pronostic de la maladie.

 

Pourtant, personne ne peut nier qu’une alimentation équilibrée permet d’éliminer ses kilos en trop, améliorer son niveau d’énergie, et augmenter sa confiance en soi. Dans cette optique, une alimentation anti-inflammatoire pourrait agir contre l’inflammation causée par le mal de dos, en plus de permettre une perte de poids.

 

Pour en savoir plus sur l’alimentation anti-inflammatoire, consultez l’article suivant. 

 

Thérapies alternatives

 

Bien qu’elles ne soient pas supportées par des évidences scientifiques solides, il existe plusieurs thérapies alternatives auxquelles certains individus atteints de sclérose en plaque ont recours. Parmi les plus populaires, on compte.

 

  • acupuncture et acupression
  • réflexologie
  • yoga
  • CBD (cannabis)
  • immersion en eau froide
  • produits naturels
  • etc.

 

Il est important de se faire suivre par un professionnel (tel un homéopathe ou un naturopathe), et d’avertir son médecin de tout produit consommé. Ceci permettra notamment d’éviter les intéractions médicamenteuses, et de s’assurer de la validité du traitement en question.

 

 

Conclusion

 

La SEP est une maladie qui perturbe le flux d’informations entre le cerveau et le reste du corps. Cela peut provoquer un certain nombre de symptômes, incluant un mal de dos.

 

Il existe de nombreuses causes possibles de lombalgie chez les personnes atteintes de SEP. Les principales sont la spasticité, les atteintes nerveuses, et les troubles musculosquelettiques.

 

Heureusement, il existe diverses modalités visant à soulager le mal de dos, et aider les personnes atteintes à améliorer leur qualité de vie. Des professionnels de santé tels que des médecins, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, psychologiques et autres sauront vous guider, et adapter le traitement en fonction de votre condition particulière.

 

Références

 

  • https://www.medicalnewstoday.com/articles/multiple-sclerosis-back-pain#spasticity-and-muscle-tightness
  • verywellhealth.com/lower-back-pain-and-ms-3972530#citation-11