Scoliose dégénérative : Définition et prise en charge

Scoliose dégénérative : Définition et prise en charge

Il n’est pas rare de retrouver une déformation rachidienne chez l’adulte, contrairement aux idées reçues à ce sujet. Celle peut mener à une scoliose dégénérative. Elle concerne entre 9 % et 21 % de la population adulte et près de 60 % des personnes de plus de 65 ans.

 

Qu’elle soit liée au vieillissement ou à l’évolution d’une scoliose de l’adolescence, cette déformation, peut s’accompagner au fil du temps, d’une forte douleur et d’une gêne importante dans la vie quotidienne. Dans cet article, nous allons parler de la scoliose dégénérative.

Rappel sur la scoliose de l’enfant et de l’adulte

 

La scoliose est une déformation tridimensionnelle complexe de l’ensemble des structures du tronc. Elle se définit par toute courbure du rachis de plus de 10 ° sur la radiographie de face, et est associée à une rotation vertébrale. Elle peut concerner les enfants et les adultes. Si vous désirez en savoir plus sur la scoliose chez l’enfant, cliquez ici.

 

scoliose chez l'enfant

 

Contrairement à celle de l’adolescent, la déformation rachidienne à l’âge adulte n’est pas une pathologie de la croissance. Elle s’associe plutôt à un effondrement du tronc.

 

De nombreux phénomènes dégénératifs participent à ce processus : la dégénérescence musculaire, discale et ligamentaire, l’arthrose… La position érigée aggrave les déformations dans les parties mobiles (ou altérées par le vieillissement) de la colonne du fait de la gravité.

 

mal de dos et parkinson

 

Si l’étiologie de la scoliose de l’adulte peut être différente, il existe aussi une grande variabilité dans la présentation clinique et la symptomatologie des patients. Celle-ci est liée à la fois à l’importance des phénomènes dégénératifs, à l’existence d’une raideur rachidienne, à la sévérité de la déformation, à la présence d’un déséquilibre coronal ou sagittal et à l’étendue de la sténose canalaire lombaire.

À LIRE :   Scoliose lombaire : Définition et prise en charge (que faire ?)

 

 

Scoliose dégénérative

 

La scoliose dégénérative est une déformation de la colonne vertébrale dans les trois plans de l’espace. Elle apparait à l’âge adulte (au-delà de 50 ans) et est plus fréquente chez les femmes.

 

La cause principale est une défaillance (usure) du disque intervertébral associée à une perte musculaire et une faiblesse ligamentaire. Avec le vieillissement, le rachis se fragilise. Les disques intervertébraux qui relient les vertèbres entre elles s’usent. Les muscles et les ligaments se relâchent. À tout cela peuvent aussi s’ajouter des problèmes neurologiques ou encore de l’arthrose.

 

imagerie médicale permettant d'identifier une discopathie dégénérative

 

Chez les femmes post-ménopausées, l’ostéoporose est susceptible de provoquer des fractures des vertèbres.

 

La déformation est souvent à l’origine d’un déséquilibre global entraînant une instabilité mécanique et parfois des signes neurologiques.

 

La première étape du développement de la scoliose dégénérative est la dégénérescence discale. Il se constitue une discopathie asymétrique qui aboutit, sous l’effet des contraintes mécaniques, à l’apparition de :

 

  • spondylolisthésis dégénératif : glissement des vertèbres en avant ;
  • dislocation rotatoire: glissement sur le côté.

 

Cela peut parfois même entraîner la compression des racines et de la moelle épinière.

 

Elle est dite « de novo » quand elle survient sur un rachis initialement sain et « secondaire » lorsqu’elle résulte de la décompensation d’une scoliose idiopathique de l’adolescent.

 

Au niveau des symptômes, la scoliose dégénérative s’accompagne de différents signes cliniques (liés à l’instabilité de la colonne vertébrale) : mal de dos, douleurs neurologiques (sciatique, cruralgie), troubles posturaux, difficulté à marcher, diminution du périmètre de marche. Il peut aussi se produire des douleurs dans les membres inférieurs provoqués par le rétrécissement du canal lombaire.

À LIRE :   Scoliose : complications neurologiques (causes possibles)

 

 

 

Le diagnostic de la scoliose dégénérative

 

Le diagnostic de la maladie se fait par des radiographies de l’ensemble de la colonne vertébrale. Ces examens d’imagerie permettent d’évaluer la morphologie globale de la colonne vertébrale. Le caractère mobile du spondylolisthésis est apprécié sur des clichés dynamiques de face en inclinaison latérale et de profil (en flexion, en extension et en chien de fusil).

 

Une IRM, quant à elle, est utile pour mesurer le degré de dégénérescence discale et l’inflammation des plateaux vertébraux. On peut également demander le scanner : il apporte des informations complémentaires sur la taille du canal rachidien et la compression des nerfs.

 

 

 

Comment traiter une scoliose dégénérative ?

 

Pour ce qui est du traitement, il est toujours conservateur dans un premier temps. Cela va alors consister à soulager les symptômes et optimiser l’état musculaire afin de moins souffrir. Le médecin prescrit différents types de médicaments : antalgiques, anti-inflammatoires et infiltrations.

 

médicaments pour la névralgie intercostale

 

Bien que les traitements conservateurs aident à mieux supporter les symptômes de la scoliose dégénérative, ils ne permettent pas de diminuer l’évolution de cette déformation.

 

La chirurgie peut devenir nécessaire en cas d’échec du traitement médical. Elle consiste à fusionner (bloquer) l’étage hypermobile et à décomprimer les racines nerveuses. C’est une intervention peu fréquente et complexe qui dure au minimum 5 heures.

 

scoliose tiges metalliques

 

L’objectif est de bloquer dans la bonne position une partie plus ou moins étendue de la colonne vertébrale à l’aide d’un matériel d’ostéosynthèse (tiges, vis…). En même temps, on va solidariser les vertèbres entre elles, grâce à une autogreffe d’os qui assurera la fusion.

À LIRE :   Diastase des grands droits : tout savoir sur cette affection

 

Pour en savoir plus sur l’arthrodèse (fusion chirurgicale des vertèbres), consultez l’article suivant.

 

 

Références

 

http://doscea.fr/pathologies/scoliose-de-ladulte/

https://www.sofcot.fr/patients/actualites/tout-savoir-sur-la-scoliose-de-ladulte