Le mal de dos non-spécifique: Que sait-on exactement ? 

Patient confus des choses contradictoires qu'il entend sur le mal de dos
"À l'aube de 2020, que sait-on exactement sur les maux de dos non-spécifiques et les interventions recommandées ?"

Récemment, je me rends à ma petite épicerie de quartier et je vois la propriétaire, une dame dans la quarantaine,  semblant se mouvoir avec une certaine difficulté. Je lui pose quelques questions et elle me répond qu’elle s’..

À l'aube de 2020, que sait-on exactement sur les maux de dos non-spécifiques et les interventions recommandées ?
PARTAGEZ L'ARTICLE

Récemment, je me rends à ma petite épicerie de quartier et je vois la propriétaire, une dame dans la quarantaine,  semblant se mouvoir avec une certaine difficulté. Je lui pose quelques questions et elle me répond qu’elle s’est fait mal au dos, plus précisément une entorse lombaire (lumbago), précise-t-elle avec confiance. Son dos est fragile et elle n’est pas à son premier épisode. Heureusement, elle a rapidement pu voir son chiropraticien qui lui a offert un certain soulagement. 

De nos jours, passé un certain âge, il devient relativement difficile de trouver quelqu’un n’ayant jamais souffert de maux de dos. Si c’est votre cas, vous vous souvenez probablement à quel point cette douleur peut être débilitante. Tous ces gestes simples et ces activités de tous les jours, dont l’accomplissement a, avec le temps, été pris pour acquis, sont soudainement synonymes de torture. Combien de temps cet enfer durera-t-il ? Quelques jours ? Quelques semaines ? Quelques mois ?  

Malgré notre savoir qui se précise sur cette condition commune, il règne toujours une grande confusion, à la fois chez les professionnels et dans la population en général. Le but de ce billet est simplement d’établir une fondation de notre compréhension du phénomène des maux de dos afin de parler le même langage. 

L’article scientifique complet que je tente de vulgariser ici est disponible en cliquant sur ce lien.

Maux de dos banniere

Le modèle biopsychosocial : un outil à notre service

 

Pour comprendre les maux de dos, nous utilisons, depuis déjà quelques années, le modèle biopsychosocial. La douleur est une expérience, une construction mentale, et plusieurs facteurs peuvent influencer notre perception de celle-ci, pour le meilleur ou pour le pire ! 

Voici quelques exemples afin d’illustrer ces 3 composantes :

  • Bio – Certains tissus, ligaments, vertèbres, muscles, etc., sont endommagés et participent à la sensation de douleur (nociception);
  • Psycho – Souffrir de dépression ou d’anxiété est souvent associé à des épisodes de maux de dos;
  • Social – Si votre mère a toujours considéré son corps comme faible et ayant régulièrement besoin d’être « réparé », vous avez possiblement hérité de cette même conception négative et erronée.

Le nombre d’interventions disponibles, pour prévenir et guérir les maux de dos, est alarmant. Et, malheureusement pour le patient, il devient extrêmement difficile d’y voir clair. D’une part, les professionnels ne semblent pas s’entendre entre eux et, d’autre part, les anecdotes individuelles de réhabilitation rapportent une gamme d’interventions surprenamment diverses.

Squelette meme

 

Les dernières années de recherches nous ont particulièrement éclairé sur l’inefficacité de plusieurs interventions préventives dont, pourtant, les principes semblent vraisemblables et scientifiques. 

Voici une courte liste de celles-ci mentionnée dans l’article :

  • Éducation en milieu de travail;
  • Politiques de limitation des charges à soulever;
  • Postes ou stations de travail ergonomiques;
  • Matelas ergonomiques;
  • Semelles orthopédiques
  • Ceintures de soutien.

 

 

Interventions à haute valeur 

 

High value interventions

intervention haute valeur

En première ligne, c’est-à-dire les portes d’entrée disponibles pour rechercher de l’aide, les différents praticiens, médecins, physiothérapeutes (kiné), ergothérapeutes, chiropraticiens et autres professions de la réadaptation physiques, suivant les dépistages habituels évidemment, devraient prescrire des interventions à haute valeur. Que veut-on dire exactement ? Il s’agit d’interventions ayant un effet qui se démarque du lot, constituant peu ou pas de risques, et pouvant être répétées sans l’accompagnement constant d’un praticien. À l’aube de 2020, deux d’entre elles se distinguent particulièrement : l’éducation et l’exercice physique.

Contrairement aux interventions passives, comme la thérapie manuelle, le massage ou les manipulations vertébrales (ajustements chiropratiques), les interventions à haute valeur ne nécessite pas l’intervention constante d’un praticien. Autrement dit, les visites sont limitées et le patient est outillé pour activement se soulager lorsqu’il en a besoin. Le message véhiculé implicitement a aussi une différence marquante : le corps est fort et n’a besoin d’une « réparation».

corps n'est pas une voiture

Passé quelques semaines, si les douleurs persistent, d’autres interventions, passives, telles que celles mentionnées ci-haut et/ou pharmacologiques, peuvent être envisagées. Les interventions plus invasives, comme les injections ou les chirurgies ne devraient être considérées que lorsque tout le reste a échoué ! Autrement dit, il ne devrait pas s’agir d’une option avant 6 à 12 mois de réadaptation physique basée sur un programme d’exercices en clinique et à la maison. La partie éducative devrait évidemment soutenir ce même message.

 

Conclusion

 

Au final la valeur d’une intervention est basée sur les effets observés, l’autonomisation du patient, son coût individuel et collectif, ainsi que sur les risques potentiels. Par exemple, les interventions de groupe produisent généralement des résultats très similaires aux interventions dites individualisées, et ce, à moindre coût. Les participants profitent également du soutien des autres, partageant une condition similaire. En comparant toutes les variables, l’intervention de groupe a, au final, une plus grande valeur. 

Bref, pour les maux de dos non-spécifiques, une intervention générale, accompagnée d’un suivi personnalisé semble être la meilleure approche. 

Auriez-vous des questions par rapport aux informations présentées ? Est-ce que certaines de ces informations semblent être en contradiction avec votre expérience personnelle ? Réconcilier les différents messages, entendus ou vécus, est un des plus grands défis en réadaptation physique. Il nous fera grand plaisir d’avoir cette conversation avec vous ! 

 

Si vous désirez bénéficier d’une approche structurée, simplifiée et complète pour combattre vos maux de dos, une série de GUIDES EN LIGNE est mise à votre disposition. Peu importe votre condition, vous trouverez un guide qui répondra à vos besoins, et vous orientera vers le chemin de la guérison!

 

 

 

Une réponse sur “Le mal de dos non-spécifique: Que sait-on exactement ? ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *