alcoolisme

Nerf d’Arnold et alcool : quel lien ?

Une névralgie d’Arnold est liée à une affection du nerf d’Arnold. Cela peut être une compression, une inflammation ou encore une irritation. La cause peut généralement venir des facteurs externes comme un traumatisme ou un faux mouvement de la tête et du cou. La névralgie d’Arnold est-elle liée directement ou indirectement à l’alcool ? On va en parler dans cet article.

Quelques mots sur le nerf d’Arnold

Anatomie du nerf d’Arnold

Le nerf d’Arnold a été identifié pour la première fois par l’Anatomiste allemand Friedrich Arnold. Ce nerf prend naissance à partir de la branche postérieure de la seconde racine nerveuse cervicale. Anatomiquement, son origine se trouve entre les deux premières vertèbres cervicales : l’Atlas et l’Axis.

anatomie du nerf d'Arnold
Source

Le nerf se dirige ensuite vers le haut du crâne. Au cours de son trajet, elle abandonne des branches motrices au niveau de trois muscles différents : le muscle oblique inférieur, le muscle oblique supérieur et le muscle grand droit de la tête. Le nerf d’Arnold assure la contraction de ces trois muscles. Il est ainsi responsable d’une partie des mouvements principaux de la tête.

Le nerf se termine au niveau du cuir chevelu. Cette branche terminale assure un rôle sensitif, c’est-à-dire responsable de la sensation ressentie sur plusieurs zones, notamment au niveau de l’arrière et du sommet du crâne, de la région frontale et de la zone derrière l’oreille.

Untitled - November 5, 2022
Untitled - November 5, 2022

Les caractéristiques du nerf d’Arnold ?

Le nerf d’Arnold est un nerf mixte assurant à la fois un rôle sensitif et un rôle moteur. Cependant, celui-ci présente plutôt une prédominance sensitive. Il existe deux nerfs d’Arnold qui prennent leurs origines au niveau de la base du crâne et se dirigent respectivement de chaque côté de la tête.

À LIRE :   Point d’acupression pour nerf d’Arnold : soulagement naturel

La névralgie d’Arnold se caractérise par une forte douleur chronique qui se localise surtout dans l’arrière du crâne. Cette douleur semble se répandre sur tout le trajet du nerf : le haut du crâne et la zone frontale. C’est pourquoi certains mouvements de la tête sont impossibles parfois. À part la douleur, le cuir chevelu devient également hypersensible. Comme il y a deux nerfs d’Arnold, la douleur et la sensibilité extrême sont unilatérales et ne concernent que le territoire du nerf touché.

Quel lien entre névralgie d’Arnold et l’alcool ?

Les causes principales de la névralgie d’Arnold

Il est important de préciser que l’alcool ne constitue pas la principale étiologie de la névralgie d’Arnold. Les causes en sont multiples et restent difficiles à préciser. Voici les causes les plus courantes d’une névralgie d’Arnold :

douleur cervicale
Source
  • Une dysfonction des vertèbres cervicales, plus précisément de l’Atlas et de l’Axis ;
  • Une inflammation, une irritation, une compression du nerf ;
  • Un traumatisme ou un faux mouvement de la tête ;
  • Une arthrose cervicale juste sur la région de sortie du nerf ;
  • Le stress.

Consommer de l’alcool aggrave la névralgie d’Arnold

La consommation d’alcool est un facteur aggravant la douleur névralgique d’Arnold. En effet, le système nerveux est un tissu extrêmement sensible à l’alcoolisme, que ce soit aigu ou chronique. L’effet de l’alcool sur le système nerveux vient non seulement réveiller une crise d’Arnoldite, mais cela peut aussi intensifier la douleur.

alcoolisme responsable des fourmis dans les mains

À part cela, l’alcool est à l’origine de plusieurs effets néfastes sur l’ensemble l’organisme. Il occasionne la baisse des fonctions musculaires, y compris les muscles cardiaques. Boire de l’alcool dérègle le cycle du sommeil en inhibant l’activité du parasympathique du cerveau. La personne donc a alors tendance à se réveiller dans la deuxième partie de la nuit, au moment où le sommeil est le plus réparateur.

À LIRE :   Névralgie d'Arnold : IRM et autres outils diagnostics

Malgré que l’alcool soit connu pour ses effets analgésiques à court terme, il engendre indirectement la douleur. Il ralentit l’activité du cerveau, diminue la vigilance et augmente les risques d’accident.

Que faire alors ?

Les traitements conventionnels et alternatifs de la névralgie d’Arnold

Prendre un antalgique ou un anti-inflammatoire non stéroïdien peut soulager la douleur en réduisant l’inflammation du nerf d’Arnold. Si le malaise persiste, il sera nécessaire de recourir à la mésothérapie. Elle consiste à faire des infiltrations de corticoïdes et de produits anesthésiques. Les effets graduels de ces injections durent en général entre une à deux semaines.

Si la douleur diminue, le patient est éligible pour subir une chirurgie mini-invasive. Cela consiste à libérer le nerf d’Arnold des structures qui le compriment. L’acte chirurgical se fait sous anesthésie locale ou générale et dure une heure au maximum.

Il y a aussi les traitements naturels pour traiter la douleur causée par la névralgie d’Arnold.

  • L’aromathérapie : elle consiste à utiliser les huiles essentielles comme base de traitements. Vous avez plusieurs plantes aromatiques que vous pouvez choisir en fonction de vos besoins. Pour le cas de la névralgie d’Arnold, vous pouvez utiliser les huiles essentielles ayant une propriété anti-inflammatoire ou analgésique.
  • La phytothérapie : elle consiste à se servir de plantes médicinales à propriétés anti-inflammatoire et antidouleur pour soulager la nevraldite. Le gingembre, le romarin et le curcuma en sont des exemples.

Attention, il est nécessaire de respecter les dosages prescrits afin d’éviter les effets secondaires.

À LIRE :   Névralgie d’Arnold : Cause de mal de tête ? (Que faire ?)

Limiter la consommation d’alcool

Il est préférable de diminuer la consommation d’alcool si vous soufrez d’une névralgie d’Arnold. En effet, l’alcool accentue les douleurs et favorise les risques d’atteinte neurologique. Après un certain moment d’abstinence, vous devriez apprécier un soulagement des symptômes.

Consulter un professionnel de la santé

Il est important de consulter un neurologue pour éviter les risques de complications. Le médecin devra vous examiner afin d’évaluer le stade de la pathologie et explorer l’origine. Un diagnostic complet s’avère ainsi nécessaire. Le diagnostic est posé par un examen d’imagerie médicale comme l’IRM.

Références

 

https://www.denisfortier.ca/post/2016/12/21/les-effets-m%C3%A9connus-de-l-alcool-sur-vos-muscles-et-vos-capacit%C3%A9s-physiques

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article...

Suivez-nous sur Youtube et Facebook

Navré que vous n'ayez pu trouver réponse à vos questions !

Aidez-nous à améliorer cet article !

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

FORMATION 100% OFFERTE

Découvrez ce qu'on ne vous jamais dit sur vos douleurs chroniques...