Scoliose cervicale : Définition et prise en charge

Scoliose cervicale : Définition et prise en charge

Peu connue, la scoliose cervicale est une déformation tridimentionnelle de la colonne vertébrale située au niveau du cou. Elle peut devenir potentiellement dangereuse en raison des diverses structures nerveuses et vasculaires dans cette région. Dans cet article nous allons discuter de cette forme de scoliose qui touche les vertèbres cervicales.

Zoom sur la scoliose

 

La scoliose désigne une déformation permanente du rachis (ou colonne vertébrale) dans les trois plans de l’espace. Le rachis peut se dévier dans le plan frontal (de la droite vers la gauche), sagittal (vers l’avant ou l’arrière) ou transversal (horizontal). Cette déformation vient d’une rotation des vertèbres les unes par rapport aux autres. En gros, la colonne vertébrale se déforme sous forme de S ou de C, selon le cas.

 

scoliose radiographie

 

Attention ! On ne doit pas confondre la scoliose avec l’attitude scoliotique. En cas d’attitude scoliotique, la déformation de la colonne vertébrale peut être corrigée par des postures spécifiques (par exemple, une position allongée). On dit qu’elle est réductible. En revanche, la scoliose, elle, n’est pas réductible.

 

On distingue généralement 4 types de scoliose :

 

  • scoliose lombaire ;
  • scoliose thoracique ;
  • scoliose cervicale ;
  • scoliose double.

 

En majorité (environ dans 80 % des cas), la scoliose est idiopathique. Cela signifie que l’on ne connait pas exactement son origine. Elle se développe pendant l’enfance et l’adolescence, c’est-à-dire au cours de la croissance. En général, son évolution s’accélère durant la période de la puberté.

À LIRE :   IRM cervical : Tout savoir sur cette imagerie

 

Par ailleurs, la scoliose peut aussi être congénitale. Dans ce cas, l’enfant est né avec cette anomalie, certainement liée à une malformation vertébrale. Parfois, certaines maladies neuromusculaires ou osseuses comme la myopathie ou l’ostéoporose engendrent une scoliose.

 

evaluation medicale scoliose

 

Chez l’adulte, c’est la scoliose idiopathique apparue dans l’enfance non traitée ou non stabilisée qui continue à se progresser. Mais aussi, la scoliose peut être la conséquence d’une dégénérescence des disques intervertébraux liée à l’âge.

 

Les symptômes de la scoliose les plus fréquents sont :

 

  • une douleur rachidienne ;
  • l’inégalité de la hauteur des épaules ;
  • une gibbosité ;
  • une perturbation de la vie quotidienne (limitation fonctionnelle) ;
  • une gêne respiratoire ;
  • un retentissement psychologique ;
  • des troubles neurologiques.

 

Comme la scoliose est le plus souvent idiopathique, nul ne peut permettre de la prévenir. Pourtant, un diagnostic précoce peut faciliter la prise en charge et diminuer le risque d’aggravation de la maladie.

 

Pour plus de détails, découvrez dans cet article tout ce qui concerne la scoliose chez l’enfant.

 

 

Scoliose cervicale, c’est quoi ?

 

Lorsqu’on parle de scoliose, on pense souvent à la scoliose dorso-lombaire. On oublie qu’il y a également la scoliose cervicale. Comme son nom l’indique, la scoliose apparait au niveau des cervicales. Elle touche les vertèbres situées au niveau du cou.

 

scoliose cervicale
Source

 

Les symptômes de la scoliose cervicale sont peu différents. Lorsque vous souffrez de scoliose à ce niveau, vous pouvez avoir des maux de tête et ressentir une douleur dans les bras et les épaules.

 

 

À LIRE :   Scoliose : sports interdits et à éviter (explications)

Comment traiter une scoliose cervicale ?

 

Pour traiter une scoliose cervicale, les approches restent les mêmes que pour les autres formes de la maladie.

 

On procède à des séances de kinésithérapie dans le but de renforcer les muscles, entretenir la mobilité articulaire de la colonne vertébrale et améliorer les capacités respiratoires. En complément, vous pouvez faire une activité physique comme la natation.

 

Dans des cas plus sévères, le port d’un corset ou d’une minerve est recommandé. Ceci va limiter la progression de la scoliose lorsque le patient est encore en pleine croissance. Cet équipement peut vous aider également à éviter la chirurgie.

 

Une intervention chirurgicale n’est pas fréquente dans le cadre du traitement de la scoliose. Elle consiste à la mise en place de tiges et de plaques métalliques au niveau de la colonne vertébrale afin de la redresser. Il s’agit d’une intervention complexe qui n’est recommandée que lorsque l’ange de Cobb est au-delà de 50 °.

 

chirurgie pour scoliose cervicale
Source

 

Pour conclure, qu’il s’agisse d’une scoliose lombaire, dorsale thoracique ou cervicale, il faut agir le plus tôt possible pour limiter les complications de la pathologie. Faites un bilan régulier chez votre médecin si vous présentez des antécédents familiaux.

 

 

Références

 

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/scoliose/definition-causes?fbclid=IwAR0A1ibO4gQkjyyTKKi5rLGWGqWHqUrwuJdfLje6ABJH2vmH-K4ULVs2n3I

https://lucilewoodward.com/blog/scoliose/?fbclid=IwAR1-chqWCRjvVInBrQSQIV057TuMt5O21m_5IWXNFq2P0Dos_o1XZfbrCgk