Hernie discale et arrêt de travail : Tout savoir (maladie professionnelle ?)

Partagez avec vos proches concernés
5
(1)

Vous avez été diagnostiqué d’une hernie discale et vos symptômes vous limitent au quotidien. Ils vous empêchent notamment de faire votre travail, qu’il soit physique ou sédentaire. Il se peut même que votre médecin vous ait prescrit un arrêt de travail.

Peut-on travailler avec une hernie discale ? Combien de temps dure un arrêt en moyenne ? Si les symptômes persistent, peut-on considérer la hernie discale comme maladie professionnelle ? Quelles sont les indemnisations dans ce cas ? On en parle dans cet article complet.

Hernie discale et travail, les 5 points à retenir

  • La hernie discale se produit lorsque la partie interne molle d’un disque intervertébral s’échappe par une déchirure de la couche externe, entraînant de la douleur et d’autres symptômes.
  • Les répercussion de la hernie discale d’un point de vue professionnel varient énormément en fonction des individus. Certains peuvent travailler sans incapacité, alors que d’autres ne sont plus capable d’exercer leur métier.
  • Une hernie discale donne droit à un arrêt de travail quand le médecin juge que les activités professionnelles ne peuvent être réalisées. Celui-ci varie de 5 jours à plusieurs semaines.
  • La hernie discale est reconnue comme maladie professionnelle sous certaines conditions. Ces dernières sont précisées dans les tableaux 98 et 99 du régime général relatifs aux affections chroniques du rachis.
  • Si la hernie discale est reconnue comme une maladie professionnelle, le travailleur peut être admissible à des indemnités de la Sécurité Sociale.Élément de liste

Hernie discale, court rappel

Qu’est-ce qu’une hernie discale, et quelles sont ses causes et ses symptômes ? (court rappel)

La hernie discale est la pathologie la plus répandue chez les travailleurs de moins de 45 ans.

Il s’agit d’une affection qui se produit lorsque la partie interne molle d’un disque s’échappe par une déchirure de la couche externe. Cela peut provoquer une douleur, un engourdissement et une faiblesse dans la zone affectée.

Les hernies discales sont le plus souvent causées par les changements dégénératifs qui surviennent avec le vieillissement, mais elles peuvent aussi être causées par un traumatisme ou des postures inadaptées (comme dans le cadre du travail).

RECOMMANDÉ POUR VOUS :  Hernie discale: Exercices à éviter (et autres erreurs courantes)

Les symptômes d’une hernie discale varient en fonction de l’emplacement du disque et de la quantité de tissu impliqué. Cependant, les symptômes les plus courants sont:

  • la douleur,
  • L’engourdissement,
  • Les picotements
  • Et la faiblesse musculaire de la zone touchée.

Dans les cas graves, les hernies discales peuvent également entraîner des problèmes de contrôle des intestins ou de la vessie. On parle alors du syndrome de la queue de cheval.

À lire : Notre guide complet sur la hernie discale

https://www.lombafit.com/hernie-discale-a-z/

Hernie discal et travail, quelle conséquences ?

Les répercussion de la hernie discale varient énormément en fonction des individus. Certains ne ressentent aucune incapacité particulière, alors que d’autres ne peuvent plus exercer leur métier en raison des douleurs incapacitantes.

Peut-on travailler avec une hernie discale ?

Hernie discale n’est pas forcément synonyme d’incapacité à travailler.

En effet, malgré la présence de hernie discale à l’imagerie médicale, certaines personnes ne ressentent aucun symptômes, ou encore un léger inconfort. Ceci est notamment du à la capacité d’adaptation de leur corps, et un seuil de tolérance à la douleur plus élevé.

Pour ces gens-là, il est possible de poursuivre leur activité professionnelle sans limitations, en s’assurant de monitorer les symptômes et en suivant la progression de la hernie discale dans le temps.

Il faudra également penser à prévenir les épisodes aigus et l’aggravation de la hernie discale, notamment à l’aide d’exercices de renforcement adaptés et d’une hygiène posturale optimale.

Les limitations au travail causées par la hernie discale

Bien qu’il existe des cas asymptomatiques de hernie discale, la majorité des gens atteints de pathologies discales souffrent de symptômes plus ou moins importants.

En effet, plusieurs tâches professionnelles peuvent devenir irréalisables ou fortement douloureuses, notamment :

  • La station debout prolongée ;
  • La station assise devant un ordinateur ;
  • S’accroupir, grimper ou ramper ;
  • Le soulèvement de charges lourdes ;
  • Les mouvements de torsion du rachis ;
  • La flexion antérieure (se pencher en avant) ;
  • L’extension du tronc ;
  • L’utilisation de machines vibrantes (à basse fréquence)…

Bien entendu, toutes ces limitations peuvent nuire de manière considérable au travail, voire empêcher toute activité professionnelle qui demande un effort physique.

Note : il est tout à fait possible de travailler avec une hernie discale si les exigences physiques de votre métier n’aggravent pas vos symptômes. Si, par contre, les douleurs s’aggravent après une journée de travail, votre médecin mettra en place des solutions adaptées.

Que faire lorsque la hernie discale vous empêche de travailler ?

Lorsque vous consultez pour une hernie discale qui vous empêche d’exercer votre travail, votre médecin devra prendre une décision afin d’optimiser votre récupération.

Combien de temps dure un arrêt de travail suite à une hernie discale ?

Qu’elle survienne en milieu professionnel ou non, une hernie discale donne droit à un arrêt de travail quand le médecin juge que les activités professionnelles ne peuvent être réalisées.

RECOMMANDÉ POUR VOUS :  Meilleur coussin lombaire pour voiture : avis kiné (guide d'achat et conseils)

La durée de ce dernier dépend de nombreux facteurs, notamment :

  • la sévérité des symptômes
  • la gravité de la lésion discale
  • la nature du travail exercé
  • la santé générale (âge, condition physique générale…)
  • la réponse au traitement médical
  • etc.

Dans tous les cas, cette durée doit être fixée par un médecin après une évaluation clinique précise (incluant parfois des examens d’imagerie médicale).

En général, la durée d’un arrêt de travail pour hernie discale est de quelques jours (5 jours le plus souvent) à quelques semaines.

Au terme de cette durée, une réévaluation clinique est réalisée par le médecin pour prolonger l’arrêt si nécessaire ou bien permettre une reprise du travail en cas de récupération jugée suffisante.

Adaptations au travail

À votre retour, il faudra peut-être effectuer quelques modifications afin d’éviter l’aggravation de votre condition.

Si votre douleur s’aggrave après avoir soulevé des charges lourdes, il faudra réduire ou éviter les travaux physiques de manutention le temps que votre condition guérisse (comme le secteur BTP).

En outre, des limitations fonctionnelles pourraient être imposées par votre médecin (par exemple, pas le droit de soulever des charges de plus de 5 kg, ou encore aucun geste nécessitant des vibration mécaniques).

Si c’est la position assise prolongée qui aggrave vos symptômes, il faudra soit limiter la posture assise, soit améliorer l’ergonomie de votre station de travail pour minimiser les douleurs.

Si les déplacements en voiture sont compliqués et que le métier le permet, une autre alternative est le télétravail.

Hernie discale, maladie professionnelle ?

La hernie discale est reconnue comme maladie professionnelle sous certaines conditions. Ces dernières sont précisées dans les tableaux 97 et 98 du régime général relatifs aux affections chroniques du rachis lombaire :

  • La hernie discale doit être associée à une sciatique ou cruralgie, et doit durer au moins 3 mois pour être considérée comme chronique.
  • La durée d’exposition doit être d’au moins 5 ans (période durant laquelle le malade exerce les travaux susceptibles de provoquer une hernie discale).
  • Le délai de prise en charge est fixé à 6 mois, c’est-à-dire que la hernie discale doit être constatée dans les 6 mois qui suivent l’arrêt de l’exposition.
  • Le diagnostic doit être posé par un médecin après la réalisation d’un examen d’imagerie (IRM ou scanner) mettant en évidence la hernie discale lombaire.
  • La sciatique doit provenir d’une hernie discale L4-L5 ou L5-S1, avec atteinte radiculaire de topographie concordante.
  • S’il s’agit d’une cruralgie, la radiculalgie crurale doit provenir d’une hernie discale L2-L3 ou L3-L4 ou L4-L5, avec atteinte radiculaire de topographie concordante.
  • Les travaux concernés doivent exposer habituellement le corps aux vibrations de basses et moyennes fréquences. Par exemple, l’utilisation de véhicules tout terrains (chargeuse, pelleteuse, etc.), d’engins ou matériels industriels (pont roulant, grue de chantier, etc.), ou encore la conduite de tracteurs routiers ou camions monoblocs.
RECOMMANDÉ POUR VOUS :  Hernie discale : chaud ou froid ? (quoi choisir?)

Les démarches à suivre pour faire reconnaître votre hernie discale comme maladie professionnelle

  • D’abord, consulter votre médecin. Vous avez besoin d’avoir un diagnostic médical précis et d’un arrêt du travail en rapport avec cette pathologie.
  • Ensuite, vous disposez de 15 jours pour déclarer votre arrêt maladie à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM). Celle-ci vous enverra alors un formulaire à remplir.
  • La CPAM statuera dans les trois mois voire six mois si votre pathologie n’est pas prévue dans le tableau des maladies professionnelles (hernie discale cervicale).
  • Si la hernie discale est reconnue comme une maladie professionnelle, le travailleur peut être admissible à des indemnités de la Sécurité Sociale. Ces indemnités peuvent couvrir les frais médicaux, les pertes de revenus liées à l’incapacité de travailler, et d’autres dépenses liées à la condition.

Ressources

Références

Ressources bibliographies et sites ayant été utilisés pour la rédaction de cet article

https://www.ameli.fr/medecin/exercice-liberal/memos/arrets-travail/arrets-travail-referentiels-duree

https://www.inrs.fr/dms/inrs/CataloguePapier/DMT/TI-TF-85/tf85.pdf

Notre processus de rédaction

Notre processus de rédaction

Notre engagement envers la qualité de l’information médicale est au cœur de notre processus de révision d’articles chez groupe Santépourtous. Nous comprenons l’importance d’offrir à nos lecteurs des informations à jour et basées sur les dernières évidences scientifiques publiées. En savoir plus

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut