Ostéopathie tissulaire : relancer la circulation d’énergie

Ostéopathie tissulaire : relancer la circulation d’énergie

L’ostéopathie tissulaire est une approche thérapeutique innovante. C’est un concept particulier qui utilise des méthodes différentes de celles de l’ostéopathie traditionnelle. De nos jours, cette technique est de plus en plus pratiquée par les ostéopathes. Mais pourquoi et sur qui est-elle recommandée ? Comme toute autre thérapie, présente-t-elle des échecs thérapeutiques ? Quels en sont les dangers ? Découvrez dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur l’ostéopathie tissulaire.

Quelle est l’origine de l’ostéopathie tissulaire ?

 

Afin de mieux comprendre l’ostéopathie tissulaire, parlons d’abord de son origine.

 

L’ostéopathie est non seulement une méthode thérapeutique, c’est également une philosophie médicale. Elle a été mise au point par un thérapeute américain appelé Andrew Taylor Still. Elle a été créée vers la fin du XIXe siècle, en 1874.

 

Grâce à ses réflexions, ses intuitions, ses connaissances en médecine (en termes d’anatomie et de physiologie appliquée) ainsi qu’en philosophies anciennes, il a pu établir ce concept. Dans sa théorie, la survenue de maladies s’explique par un désordre des structures du corps telles que les vaisseaux, les nerfs, les muscles ou les viscères. Cette conception se base sur quatre idées fondamentales.

 

  1. Le corps humain est une entité spécifique dans lequel chaque composant est interdépendant l’un envers l’autre. Cela veut dire que l’atteinte d’un élément a des répercussions sur les autres.
  2. Chaque organisme est une entité distincte.
  3. Le corps a un atout spécifique : l’autoguérison. Il a la capacité de se maintenir en bonne santé et d’écarter les maladies diverses.
  4. Le système locomoteur (os, ligaments, fascias, muscles…) fait partie intégrante de l’organisme. Par conséquent, il est concerné par cette règle. Ainsi, son atteinte va entraîner des troubles dans diverses régions de l’organisme. Selon Still dans ses écrits : « Cet effet peut être produit par l’irritation et la réponse anormale du sang qui arrive aux autres parties de l’organisme ».

 

À Kirksville, Still a créé en 1892, le premier collège américain d’ostéopathie appelé : « The Américain School of Osteopathy ». Les étudiants qui en sortent obtiennent le titre de « Docteur en ostéopathie » et non de « Docteur en médecine ». Puis à sa mort en 1917, J.M. Littlejohn, un de ses élèves, a pris le relai et a fondé le British School of Ostéopathy à Londres. Et c’est seulement après cela que cette thérapie manuelle s’est répandue progressivement en Europe.

 

Dans les années 80, l’approche tissulaire a été déployée en France par Pierre Tricot.

 

 

Ostéopathie tissulaire : c’est quoi exactement ?

 

L’ostéopathie ou la médecine ostéopathique est une science thérapeutique naturelle. Elle se base sur des techniques manuelles de mobilisation. Son but est d’évaluer l’état du patient, de poser un diagnostic et de traiter les divers dysfonctionnements nuisant à l’équilibre de sa santé. Par ailleurs, elle vise surtout à prévenir ces troubles. Cette approche thérapeutique prend en compte non seulement l’individu dans sa globalité physique, mais aussi dans sa globalité environnementale.

 

L’ostéopathie tissulaire est une branche spécifique de l’ostéopathie. C’est une médecine ostéopathique qui travaille sur les tissus.

 

Le tissu désigne l’ensemble de plusieurs cellules. Aussi appelé fascias, il sert d’enveloppe protégeant et reliant chaque structure du corps comme les os, les muscles, les organes…

 

L’ostéopathie tissulaire est une approche thérapeutique douce et non douloureuse. Utilisant uniquement ses mains, le thérapeute va travailler sur le dysfonctionnement tissulaire par le biais de l’attention et de l’intention.

 

Ainsi, cette approche va agir sur les cellules au niveau desquelles circulent des informations. En réalité, on considère que les cellules sont dotées d’une conscience primaire. Elles sont capables de faire circuler entre elles une certaine énergie. En outre, les cellules peuvent aussi faire une rétention d’informations. C’est notamment le cas lors d’un traumatisme ou d’un choc pour protéger les autres parties cellulaires intactes.

 

Elle consiste à entrer en contact avec la densité des structures tout en réalisant une pression ou une tension, avec une vitesse spécifique, au niveau de la zone concernée.

 

Le but de cette thérapie manuelle est alors de remettre les structures tissulaires en mouvement tout en améliorant la circulation artérielle, veineuse et lymphatique. En d’autres termes, elle va relancer la communication intercellulaire d’énergie.

 

 

Quelles sont les indications d’une ostéopathie tissulaire?

 

L’ostéopathie tissulaire est indiquée dans la prise en charge de nombreuses pathologies. Elle peut être d’une grande utilité sauf pour les cas qui lui sont contre-indiqués.

 

Au niveau du tube digestif, cette thérapie manuelle est indiquée dans les troubles du transit comme la constipation. Le thérapeute va employer la thérapie viscérale pour redonner une vitalité aux tissus qui maintiennent et forment les organes viscéraux.

 

Au niveau des articulations ou des os, les douleurs sont les principales indications de cette thérapie. Par exemple, en cas de douleur provoquée par une entorse, des techniques myofasciales spécifiques seront mis en œuvre. Parmi ces techniques, il y a la technique « du point fixe et du point mobile » dans l’entorse de la cheville. Elle va permettre de rétablir la mobilité et l’élasticité des tissus étirés.

 

Au niveau de la région pelvienne, cette thérapie va soulager des maux à l’instar des douleurs menstruelles.

 

Cette thérapie manuelle facilite aussi la cicatrisation et permet d’éviter les adhérences.

 

En outre, elle est d’une grande aide face au stress. Elle soulage les divers troubles qui y sont liés comme les migraines ou les angoisses. Par ailleurs, sa pratique est intéressante chez les personnes en convalescence suite à une chirurgie ou une maladie invalidante ainsi que celles qui suivent des traitements contre les cancers (chimiothérapie).

 

 

Sur qui peut-on l’appliquer ?

 

Tout le monde peut bénéficier de l’ostéopathie tissulaire. Autrement dit, cette thérapie manuelle peut concerner le nouveau-né jusqu’au sujet âgé.

 

Cette approche tissulaire peut aussi être pratiquée chez les femmes enceintes. Néanmoins, l’avis d’un médecin est recommandée avant de suivre la première séance. Elle peut soulager les petites répercussions de la grossesse au niveau de l’organisme de la femme : changements de posture, effets de prise de poids au niveau des articulations…

 

Les femmes en post-partum peuvent également bénéficier du traitement ostéopathique tissulaire en cas de douleurs lombaires. Il est également possible de faire une rééducation.

 

 

Quels sont les dangers pouvant être rencontrés ?

 

Bien que naturelle, l’ostéopathie tissulaire peut entraîner des effets indésirables. Le plus souvent, on rencontre les douleurs d’adaptation. L’objectif de l’ostéopathie est de remettre en mouvement les zones immobiles. Ces douleurs sont dues au stress subi par les tissus ou articulations lors de la thérapie manuelle. Mais malgré cela, ces douleurs sont inhérentes au bienfait de l’ostéopathie et ne constituent donc pas un danger.

 

Parfois, un ostéopathe peut passer à côté du bon diagnostic. Au lieu de constater une amélioration, il peut donc y avoir une aggravation de la maladie causale sous-jacente. Dans le cadre d’un cancer, la maladie se manifeste précocement par des simples douleurs et malaises. Une perte de chance de guérison peut donc se produire si le diagnostic n’est pas établi correctement.

 

Pour connaître les situations où il est primordial de consulter après un épisode de mal de dos, consultez l’article suivant.

 

C’est aussi le cas dans les douleurs lombaires où il peut y avoir confusion entre une colique néphrétique et une douleur d’origine purement articulaire. Cependant, dans le cas d’une colique néphrétique, il y aura possibilité de migration de la lithiase ou calcul entre le rein et la vessie. Alors, au moindre doute, il faut consulter un médecin qui pourra réaliser des examens cliniques et paracliniques (biologies et imageries).

 

 

Sources

 

https://osteo04.fr/articles/45-l-osteopathie-tissulaire.html

https://www.medoucine.com/pratiques/osteopathie/tissulaire