Dysplasie de la hanche chez l’adulte : que faire ?

Dysplasie de la hanche chez l’adulte : que faire ?

La dysplasie de la hanche correspond à une malposition de l’articulation de la hanche. Elle occasionne une gêne fonctionnelle et une douleur à ce niveau. Elle est généralement héréditaire et touche un bébé sur 1000 à la naissance. Cette anomalie s’observe souvent chez les nourrissons et les jeunes enfants, mais il est possible qu’elle ne se manifeste qu’à l’âge adulte. Elle est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes.

 

C’est quoi, la dysplasie de la hanche ? Quelles en sont les causes ? Comment se manifeste-t-elle ? Et comment la traiter ? Nous allons répondre à ces questions dans cet article.

Définition d’une dysplasie de la hanche

 

La dysplasie de la hanche est une malformation congénitale qui se caractérise par la déformation de l’articulation coxo-fémorale. En effet, l’articulation de la hanche se forme par l’emboîtement de la tête fémorale et de la cavité articulaire du bassin ou l’acétabulum (cotyle). Les deux surfaces sont recouvertes de cartilage. Cette dernière joue un rôle d’amortisseur entre les deux os et facilite le glissement de la tête fémorale dans la cotyle. Lorsque l’acétabulum ne couvre pas assez la tête fémorale, on parle de la dysplasie de la hanche.

 

Cette pathologie génère une légère laxité de la cavité articulaire de la hanche. Mais, elle peut également engendrer une luxation totale de l’articulation. Parfois, elle entraine un déboitement, une douleur voire une invalidité.

 

Note : Pour tout savoir sur la dysplasie de la hanche chez le bébé, consultez l’article suivant.

 

Les causes probables de cette pathologie articulaire de la hanche

 

Une malposition de l’articulation de la hanche peut être héréditaire ou acquise. Les principales causes de la dysplasie chez l’adulte sont liées à différents facteurs dès la naissance.

 

De manière générale, cette pathologie résulte de la position siège du bébé dans l’utérus. Dans cette position, la hanche du bébé se retrouve en position de flexion alors que ses genoux se trouvent en extension au moment de l’accouchement.

 

Une insuffisance du liquide amniotique ou un utérus pas assez grand chez la mère augmente également le risque de cette maladie de la hanche chez l’enfant.

 

Dans certains cas, il s’agit d’une réaction fœtale à l’œstrogène maternel. Il s’avère que cela provoque le relâchement des ligaments de la hanche et ainsi le glissement de la tête fémorale hors de la cotyle.

 

D’autres facteurs peuvent également engendrer la dysplasie, à savoir :

 

  • les grossesses gémellaires ;
  • les grossesses multiples ;
  • la position intra-utérine du bébé…

 

Dans cette maladie, la tête fémorale ne s’accorde pas exactement à la cotyle (cavité osseuse articulaire). Dans ce cas, elle est décentrée et sort de son logement. Plus tard, l’acétabulum s’endommage. La cavité cartilagineuse, quant à elle, s’ossifie et provoque la malformation.

 

La raison de la dysplasie de la hanche chez l’adulte est probablement en rapport avec le fait qu’elle peut être initialement asymptomatique ou avec des symptômes non caractéristiques. Ainsi, aucun dépistage ni traitement de la pathologie n’a pu être réalisé pendant l’enfance.

 

 

Les symptômes de la dysplasie de la hanche

 

Dans la majorité des cas, cette maladie se produit d’un seul côté, le plus souvent du côté gauche. Cela est lié à la position intra-utérine du fœtus.

 

Les signes de la dysplasie de la hanche sont difficiles à percevoir sans un dépistage par radiographie et échographie. Un examen physique peut ne pas être concluant. Néanmoins, le médecin est en mesure de trouver certains signes caractéristiques de la pathologie articulaire.

 

La recherche de cette pathologie est un processus obligatoire à la naissance d’un bébé. Pour cela, le médecin fait appel à la manœuvre de Barlow. Il semble que c’est la technique la plus fiable pour tester la laxité de la hanche du nouveau-né.

 

En général, la dysplasie de la hanche se manifeste par une douleur plus ou moins intense de la hanche, notamment dans le pli de l’aine, parfois au niveau de la fesse. La douleur peut irradier au genou. Elle survient lors d’une activité sollicitant la hanche ainsi qu’à la marche. Elle se calme souvent au repos.

 

En cas de dysplasie de la hanche, l’inégalité de la longueur des membres inférieurs est également un signe fréquent. Cela provient principalement du déboitement progressif de la hanche.

 

À ses symptômes s’ajoutent :

 

  • des manifestations d’instabilité comme le membre qui lâche ;
  • un léger bruit anormal à l’ouverture et à la fermeture des jambes ;
  • une marche de dandinement (anormale) ;
  • un déplacement de la hanche ;
  • une incapacité d’effectuer certains mouvements ;
  • une perte de la mobilité de la hanche ;
  • une difficulté d’ouverture de la cuisse vers l’extérieur ;
  • une courbure de la colonne vertébrale.

 

Cette anomalie est souvent responsable d’une arthrose précoce de la hanche. Celle-ci peut se manifester avant l’âge de 30 ans.

 

 

Comment traiter cette anomalie de l’articulation de la hanche ?

 

 

À part le soulagement de la douleur, l’objectif principal du traitement de la dysplasie de la hanche est de positionner la tête fémorale dans la cotyle pour assurer le bon fonctionnement de la hanche.

 

Le traitement de la dysplasie de la hanche est prescrit en fonction de la gravité de la maladie. Chez les nouveau-nés, le traitement est plus léger par rapport à celui d’un adulte. Si le traitement est conduit à temps, la chirurgie ne sera pas nécessaire. Le traitement peut correspondre à une modification des pratiques sportive, une perte de poids ou une rééducation directe de la hanche.

 

Si ces techniques ne sont pas efficaces, on doit se lancer vers une chirurgie conservatrice de la hanche.

 

En fait, la forme de la hanche ne se corrige pas de manière spontanée. Les anti-inflammatoires et anti-douleurs peuvent aider à soulager la douleur, mais ils ne guérissent pas la pathologie. C’est à ce moment qu’intervienne la chirurgie. Cette intervention a pour objectif de mieux répartir les pressions exercées sur le cartilage de la cotyle et de la tête du fémur. Elle permet également d’augmenter l’ouverture de la cotyle, de réduire l’angle du col fémoral ou les deux à la fois.

 

Cette intervention dure environ une heure et demie et nécessite 7 jours d’hospitalisation. Elle peut être réalisée sous anesthésie locale ou générale. Ce choix dépend de l’état du patient. À la suite de l’opération, le patient doit faire un pansement stérile pendant environ 10 jours. Un traitement pour calmer la douleur sera également mis en place. Ce traitement est adapté et surveillé pendant la période post-opératoire.

 

Outre la chirurgie conservatrice de hanche, le médecin orthopédiste peut parfois avoir recours à la prothèse totale de hanche. Cette option sera discutée avec le patient s’il y a présence d’arthrose coxo-fémorale importante et incapacitante.

 

 

Qu’en est-il de la rééducation après le traitement ?

 

La rééducation après l’opération est indispensable afin de vous aider à vous lever et à marcher. La séance peut commencer dès le lendemain de l’intervention. Le port de deux cannes est très bénéfique et recommandé pour soulager la hanche de la pression exercée par le poids pendant environ 6 semaines.

 

La rééducation de la hanche est réalisée avec l’aide d’un kinésithérapeute. Le programme vise à :

 

  • apaiser la douleur initiale ;
  • préserver la souplesse et la mobilité de la hanche ;
  • accélérer la récupération des muscles à ce niveau.

 

La reprise du travail est envisageable après 3 mois, mais cela dépend quand même de votre profession et de votre état.

 

L’effet bénéfique de la chirurgie conservatrice de la hanche est qu’on retrouve une amélioration de la douleur dans plus de 90 % des cas. Vous réussirez à marcher correctement, sans boiterie. La hanche retrouvera son équilibre naturel et tous types d’activité sportive sont possibles, sauf les activités qui sollicitent trop la hanche. Ces activités peuvent dégrader à nouveau le cartilage.

 

 

Références

 

https://www.alaismc.com/fr/displasia-de-cadera-3/

https://clinique-genou-hanche-bordeaux.fr/hanche/chirurgie-conservatrice-de-la-hanche/?fbclid=IwAR3O8URq5vUw4SOIo48EXRVlRrWv9ooBs0NUO28d2b98kg9ZwSTOtKXV9Jw