Pubalgie : la cause de vos douleurs à l’aine ?

Pubalgie : la cause de vos douleurs à l’aine ?

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

La pubalgie est une douleur au niveau du pubis qui constitue une blessure courante chez les sportifs, notamment les footballeurs. Elle affecte différentes zones musculaires de l’aine. On l’appelle aussi communément douleur à l’aine. Faisons le point sur cette pathologie : causes, symptômes, diagnostics et traitements.

Définition et anatomie

 

Le mot pubalgie signifie douleur (algie) dans la région pubienne (pub). Elle se localise au niveau de l’union des os de la hanche (devant, entre les cuisses).

 

Pubalgie chez l’homme et chez la femme

 

On emploie régulièrement le mot pubalgie pour désigner la douleur dans la région abdominale inférieure, au niveau de l’aine et sur le haut de la cuisse (en particulier dans les adducteurs, qui sont les muscles à l’intérieur de la cuisse).

 

Ce syndrome douloureux est généralement associé à la pratique sportive, qu’il s’agisse de sports ludiques ou de compétition. Hommes et femmes peuvent en souffrir.

 

Certaines femmes peuvent aussi ressentir la douleur à l’aine pendant la grossesse, à partir du sixième mois. Cela provient généralement de la pression engendrée par le bébé au niveau du bassin.

 

Douleur à l’aine : lien avec l’intestin et les adducteurs

 

En cas d’implication de l’intestin et des adducteurs, la pubalgie se traduit par une douleur vive et brutale partant du bassin. Elle résulte d’une inflammation dans la zone d’insertion des muscles abdominaux au bord supérieur du pubis et des muscles adducteurs.

 

Les insertions du muscle grand droit de l’abdomen et long adducteur exercent des forces pratiquement opposées sur la symphyse pubienne. La moindre altération de l’équilibre de cet antagonisme est l’une des causes classiques de la pubalgie chez l’athlète.

 

 

Causes de la pubalgie

 

Le syndrome de pubalgie peut avoir de nombreuses causes.

 

La grossesse

 

Le coupable derrière la pubalgie pendant la grossesse est la relaxine. C’est une hormone qui rend les ligaments extensibles afin que le bébé puisse se frayer un chemin à travers le bassin.

 

Parfois, la relaxine fait trop bien son travail. Elle desserre les ligaments autour des os pelviens bien avant que bébé ne soit prêt à sortir. Cela provoque des mouvements excessifs (malheureusement douloureux) au sein de l’articulation pelvienne.

 

En règle générale, la douleur se concentre sur la région pubienne, mais chez certaines femmes, elle irradie vers le haut des cuisses et le périnée.

 

Le sport

 

Étant des facteurs extrinsèques, les causes de la pubalgie chez le sportif sont généralement liées au type de surface, au sport pratiqué et aux chaussures utilisés par l’athlète.

 

Beaucoup de sportifs manifestent une pubalgie due au changement de surface. Un changement de terrain nécessite une réadaptation de la musculature pour obtenir une meilleure stabilité du corps tout entier. C’est pourtant difficile à réaliser en raison de l’intensité et de la fréquence des matchs joués. Ainsi, l’appareil musculo-squelettique n’a pas assez de temps pour s’adapter au changement de surface.

 

Les disciplines sportives les plus susceptibles d’occasionner la pubalgie sont celles qui incluent accélération, décélération et changements brusques de direction. On peut citer :

 

  • le football ;
  • le tennis ;
  • l’athlétisme (triple saut, courses d’obstacles) ;
  • le ski.

 

Il en est de même pour les disciplines qui exigent le maintien de la stabilité comme la gymnastique et la danse classique.

 

Les facteurs anatomiques

 

Les facteurs anatomiques pouvant être à l’origine de la pubalgie regroupent :

 

 

 

Symptômes de la pubalgie

 

Les symptômes de la pubalgie peuvent varier et ont tendance à augmenter avec le temps, jusqu’à irradier entièrement sur toute la surface de la cuisse. La source de la douleur se situe au niveau de l’aine ou du bas-ventre. Elle apparaît généralement après un entraînement ou à la fin d’une activité physique intense. Après, elle commence à se faire sentir au cours de l’activité physique.

 

Elle finit même par se manifester quelques instants après le début d’une activité et empêche son exécution. Là, la douleur devient persistante, jusqu’à ce que vous soyez au repos, ce qui vous empêche de faire des mouvements simples.

 

Par ailleurs, si on fait référence à la durée des symptômes, on peut distinguer deux types de pubalgie.

 

Pubalgie aiguë

 

Elle se caractérise par une douleur soudaine qui apparaît lors de la pratique d’un sport. Le plus souvent, elle témoigne l’existence d’une lésion musculaire au niveau des adducteurs ou d’autres muscles de cette région. Pour s’assurer du diagnostic, il est important d’identifier la nature et le type de la lésion.

 

Pubalgie chronique

 

On parle de pubalgie chronique lorsque la douleur dure 3-6 mois (ou plus). C’est l’affection la plus fréquente dans le domaine sportif.

 

Au cours de ces affections chroniques, il est très important d’écarter l’existence d’une hernie (inguinale ou fémorale) ainsi que d’une pathologie au niveau de l’articulation de la hanche (comme l’arthrose de hanche).

 

 

Diagnostic : Comment déceler une pubalgie ?

 

Le diagnostic du syndrome de pubalgie du sportif repose sur deux principes :

 

  • connaître la structure qui provoque la douleur (tendon, muscle, os, etc.) ;
  • identifier la raison de cette douleur (inflammation, rupture, altération de la structure normale, etc.).

 

Il est également obligatoire de dépister les éventuels changements, déséquilibres et asymétries biomécaniques pouvant être à l’origine de l’apparition de la douleur à l’aine.

 

Une fois les antécédents médicaux obtenus, d’autres études doivent être réalisées.

 

  • L’échographie : un examen qui montrera le processus inflammatoire de la zone tendineuse et son insertion.
  • Les radiographies : elles permettent la visualisation de l’os, des caractéristiques inflammatoires, des petites excrétions osseuses sur les bords supérieurs du pubis, vers les muscles abdominaux, et inférieurs, vers les muscles adducteurs.
  • L’imagerie de résonance magnétique (IRM) : en cas de doute, elle pourrait démontrer, en plus de tout ce processus inflammatoire précédemment décrit par échographie, la présence éventuelle d’œdème osseux, donnant des bords de sévérité au tableau.

 

 

Traitements et remèdes contre la douleur au pubis

 

Traitements naturels et homéopathiques de la douleur à l’aine

 

Si la pubalgie est intense, vous pouvez appliquer de la glace (froide) sur la zone douloureuse. La glace est une méthode courante pour soulager la douleur et elle peut être très utile pour faire face à la pubalgie. Pour ce faire, presser régulièrement de la glace (à raison de 15 minutes avec des pauses d’au moins 2 heures entre chaque application) contre la zone concernée pour réduire l’enflure et la douleur associée.

 

Une bouillotte sur le ventre ou l’aine peut également aider et fera remonter le sang à la surface et activer la circulation sanguine. Cela va stimuler la guérison des tissus musculaires et éviter les spasmes.

 

L’homéopathie a aussi gagné en popularité en raison de ses bienfaits pour la santé. Lorsque vous avez affaire à une pubalgie, certains médicaments homéopathiques utilisés en rhumatologie comme le Calcarea phosphorica peuvent servir en traitement de fond. En cas de crise de douleurs, le Ruta Graveolens peut également aider. Entre les médicaments et la chirurgie, le traitement homéopathique peut intervenir pour accélérer le processus de récupération.

 

La kinésithérapie pour traiter les pubalgies

 

Dans le cadre de la pubalgie, le programme de rééducation ou traitement kinésithérapeutique vise à :

 

  • réduire la douleur ;
  • rendre la fonction articulaire normale ;
  • recréer une bonne flexibilité et rééquilibrer des muscles ;
  • retrouver une force musculaire adéquate.

 

Dans le programme de rééducation fonctionnelle d’un syndrome pubalgique, les exercices de récupération concernent les structures musculo-tendineuses directement touchées : le long adducteur, le rectus abdominis et l’ilio-psoas.

 

Le nombre de séances ainsi que le type d’exercices varient en fonction de la cause de la douleur (rupture, tendinite, tendinose, bursite, etc.).

 

En dehors des exercices physiques, le kinésithérapeute vous donne aussi des indications sur la bonne gestion des charges.

 

La kiné aide à réduire l’inflammation et la douleur. Elle se base sur des exercices isométriques des adducteurs, du droit de l’abdomen et des muscles accessoires. Ces exercices seront ensuite progressés et adaptés à vos besoins.

 

La chirurgie

 

La chirurgie entre en jeu lorsqu’il n’y a pas d’amélioration de la douleur avec un traitement conservateur. Les causes de pubalgie nécessitant le plus souvent une intervention chirurgicale sont :

 

  • les pathologies au niveau inguinal (canal inguinal ou modifications d’autres structures de la paroi abdominale) ;
  • les pathologies au niveau de la hanche (conflit fémoro-acétabulaire ou modifications du labrum).

 

 

Sources

 

https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-sante-du-quotidien/2551376-pubalgie-femme-grossesse-douleur-symptome-soigner/

https://www.doctissimo.fr/forme/accidents-sportifs/accident-musculaire/pubalgie

https://www.santemagazine.fr/sante/fiche-maladie/pubalgie-894343

https://saintesante.com/homeopathie/maladies-traitees/pubalgie-et-homeopathie

https://douleurs-musculaires.ooreka.fr/comprendre/pubalgie

https://www.sport-orthese.com/blog/le-sport-et-la-pubalgie-n67

https://www.irbms.com/pubalgies-footballeur/

www.chirurgie-obesite-cancerologie.com/chirurgie-viscerale-et-digestive/les-hernies-et-la-pathologie-de-la-paroi-abdominale/les-pubalgies