Pubalgie: Cause de douleur à l’aine ? (Traitement et remède)

pubalgie

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

La pubalgie est une douleur au niveau du pubis qui constitue une blessure courante chez les sportifs, notamment les footballeurs. Elle affecte différentes zones musculaires de l’aine. On l’appelle aussi communément douleur à l’aine. Faisons le point sur cette pathologie : causes, symptômes, diagnostics et traitements.

Définition et anatomie

Le mot pubalgie signifie douleur (algie) dans la région pubienne (pub). Elle se localise au niveau de l’union des os de la hanche (devant, entre les cuisses).

Pubalgie chez l’homme et chez la femme

On emploie régulièrement le mot pubalgie pour désigner la douleur dans la région abdominale inférieure, au niveau de l’aine et sur le haut de la cuisse (en particulier dans les adducteurs, qui sont les muscles à l’intérieur de la cuisse).

Ce syndrome douloureux est généralement associé à la pratique sportive, qu’il s’agisse de sports ludiques ou de compétition. Hommes et femmes peuvent en souffrir.

Certaines femmes peuvent aussi ressentir la douleur à l’aine pendant la grossesse, à partir du sixième mois. Cela provient généralement de la pression engendrée par le bébé au niveau du bassin.

Douleur à l’aine : lien avec l’intestin et les adducteurs

En cas d’implication de l’intestin et des adducteurs, la pubalgie se traduit par une douleur vive et brutale partant du bassin. Elle résulte d’une inflammation dans la zone d’insertion des muscles abdominaux au bord supérieur du pubis et des muscles adducteurs.

Les insertions du muscle grand droit de l’abdomen et long adducteur exercent des forces pratiquement opposées sur la symphyse pubienne. La moindre altération de l’équilibre de cet antagonisme est l’une des causes classiques de la pubalgie chez l’athlète.

Causes de la pubalgie

Le syndrome de pubalgie peut avoir de nombreuses causes.

La grossesse

Si la femme enceinte est aussi victime de pubalgie, c’est parce qu’au cours de la grossesse le corps est soumis à beaucoup de changements anatomiques et physiologiques de sorte qu’il soit prêt à accueillir le futur bébé.

Vous vous demandez probablement pourquoi une telle douleur serait ressentie par la femme enceinte sachant que le corps est censé s’adapter autant que possible aux contraintes de la grossesse.

Alors, oui le corps s’adapte bien, et l’un des mécanismes d’adaptation est la sécrétion d’hormones spécifiques qui vont favoriser la distension du bassin en provoquant une hyperlaxité ligamentaire des muscles de la région pubienne.

Toutefois, à un certain moment de la grossesse, le volume de Bébé commence à peser et exerce davantage de pression sur le bas-ventre jusqu’à ce qu’une irritation voire inflammation des muscles apparaisse.

La distension abdominale, ainsi que les modifications des courbures du dos, jouent également un rôle important dans la genèse de la pubalgie. En effet, ces facteurs ont tendance à provoquer une rotation externe des membres inférieurs, ce qui contraint les muscles adducteurs qui sont sollicités davantage lors de la marche.

On ne peut pas parler de pubalgie durant la grossesse, sans évoquer la relaxine. C’est en fait cette hormone qui est responsable en grande partie de la pubalgie au cours de la grossesse.

A l’état normal, cette hormone est secrétée juste avant l’accouchement, pour permettre à l’utérus d’expulser le fœtus. Mais, il arrive parfois que la relaxine soit secrétée avant même que la grossesse n’arrive à terme. Cela est responsable de douleurs intenses par excès de mouvements.

Comment se manifeste la pubalgie au cours de la grossesse ?

La douleur à l’aine, comme son nom l’indique, se fait sentir au niveau de l’aine ou de la région pubienne. Son intensité et variable et dépend du degré de la laxité des ligaments ainsi que des mouvements excessifs de Bébé.

Elle peut être légère ou modérée chez certaines femmes enceintes, mais très intenses et lancinantes chez d’autres.

Si on se réfère aux circonstances de la douleur, la pubalgie se déclenche essentiellement lors du passage de la phase repos (couchée ou assise) à la position debout ou à la marche. Au début, la douleur est gênante mais supportable, puis va crescendo jusqu’à limiter voire empêcher complétement la marche.

À mesure que la grossesse avance dans le terme, la pubalgie a tendance à irradier dans les régions avoisinants le pubis. En effet, elle peut se faire sentir à la partie interne des cuisses, ou un peu plus bas dans la jambe (mimant la douleur de la sciatique), ou encore dans le bas du dos.

Dans le cas où la pubalgie est atypique ou se limite à ses irradiations, il serait pertinent de consulter son gynécologue afin de ne pas passer à côté d’une cause plus grave (probablement d’origine gynécologique) qui nécessiterait une prise en charge plus adéquate.

À quel moment de la grossesse la pubalgie apparaît-elle ?

Classiquement, la pubalgie apparait à partir du 3éme trimestre ou vers le 6éme ou 7éme mois de grossesse. Mais, elle peut se développer un peu plus tôt chez un certain nombre de futures mamans. C’est-à-dire dans le cas où le corps lâche un peu plutôt face à certaines circonstances, telles que :

  • Une dystocie du bassin: le bassin de la maman est trop étroit pour recevoir et expulser le bébé
  • Les grossesses gémellaires ou multiples
  • Macrosomie: Bébé avec un poids de plus de 4kg, conséquence fréquente du diabète maternel
  • Hydramnios: excès de liquide amniotique dans lequel baigne le fœtus.

Le sport

Étant des facteurs extrinsèques, les causes de la pubalgie chez le sportif sont généralement liées au type de surface, au sport pratiqué et aux chaussures utilisés par l’athlète.

Beaucoup de sportifs manifestent une pubalgie due au changement de surface. Un changement de terrain nécessite une réadaptation de la musculature pour obtenir une meilleure stabilité du corps tout entier. C’est pourtant difficile à réaliser en raison de l’intensité et de la fréquence des matchs joués. Ainsi, l’appareil musculo-squelettique n’a pas assez de temps pour s’adapter au changement de surface.

Les disciplines sportives les plus susceptibles d’occasionner la pubalgie sont celles qui incluent accélération, décélération et changements brusques de direction. On peut citer :

  • le football ;
  • le tennis ;
  • l’athlétisme (triple saut, courses d’obstacles) ;
  • le ski.

Il en est de même pour les disciplines qui exigent le maintien de la stabilité comme la gymnastique et la danse classique.

Les facteurs anatomiques

Les facteurs anatomiques pouvant être à l’origine de la pubalgie regroupent :

Lien entre pubalgie et stress

Plusieurs personnes se demandent si la pubalgie pourrait reliée au stress. Bien qu’il ne soit pas le principal responsable de cette condition, certains éléments peuvent faire croire que le stress pourrait contribuer négativement à la pubalgie.

Impact négatif du stress

Lorsqu’il est minime, le stress représente une réaction naturelle et essentielle permettant à l’organisme de s’adapter à des situations inopinées. En revanche, lorsqu’il devient trop fréquent voire quasi permanent, il peut s’avérer très nocif pour la santé aussi bien mentale que physique.

 En effet, un stress intense et prolongé peut induire des manifestations physiques telles que des douleurs, des troubles digestifs et des insomnies ; des manifestations émotionnelles comme l’angoisse, la nervosité, de l’irritabilité, des crises de larmes voire de la tristesse ; et des manifestations intellectuelles comme le trouble de la concentration et de l’attention.

Il peut également engendrer des pathologies parfois lourdes de conséquences telles que les maladies cardiovasculaires (Hypertension artérielle, infarctus du myocarde…), un syndrome métabolique, du diabète de type II, de la dépression et des troubles anxieux.

Il intervient aussi dans la survenue de troubles musculo squelettiques en raison de la tension permanente et impacte négativement le système immunitaire engendrant ainsi des réactions inflammatoires excessives.

Quel lien entre pubalgie et stress ?

Comme expliqué précédemment, la pubalgie est une douleur dont la pathogénie inclue une inflammation de la symphyse pubienne, des mouvements brusques sur des muscles mal échauffés et des facteurs anatomiques.

La pubalgie pourrait donc être, en partie, indirectement provoquée et entretenue par le stress. En effet, celui-ci joue un rôle dans l’inflammation par l’intermédiaire de cytokines inflammatoires circulant jusque dans les tissus musculaires et dans les espaces articulaires.

Ces cytokines participent également à l’abaissement du seuil de la douleur rendant plus sensible à cette sensation et semblent donc favoriser la survenue de pubalgies et participer à leur persistance.

Le stress joue aussi souvent un rôle dans la survenue de tensions, de spasmes et contractions musculaires, ce qui provoque en soi des douleurs, mais peut également être à l’origine de déchirures musculaires se manifestant parfois par des pubalgies.

Enfin, la pubalgie est une douleur témoignant de pathologies généralement rencontrées chez des sportifs professionnels qui doivent très souvent participer à des compétitions de haut niveau tels que les footballeurs, les tennismans, les rugbymans, etc.

Ces compétitions sont, compte tenu des enjeux, source de grands états de stress, ce qui favorise incontestablement la survenue de blessures.

Symptômes de la pubalgie

Les symptômes de la pubalgie peuvent varier et ont tendance à augmenter avec le temps, jusqu’à irradier entièrement sur toute la surface de la cuisse. La source de la douleur se situe au niveau de l’aine ou du bas-ventre. Elle apparaît généralement après un entraînement ou à la fin d’une activité physique intense. Après, elle commence à se faire sentir au cours de l’activité physique.

Elle finit même par se manifester quelques instants après le début d’une activité et empêche son exécution. Là, la douleur devient persistante, jusqu’à ce que vous soyez au repos, ce qui vous empêche de faire des mouvements simples.

Par ailleurs, si on fait référence à la durée des symptômes, on peut distinguer deux types de pubalgie.

Pubalgie aiguë

Elle se caractérise par une douleur soudaine qui apparaît lors de la pratique d’un sport. Le plus souvent, elle témoigne l’existence d’une lésion musculaire au niveau des adducteurs ou d’autres muscles de cette région. Pour s’assurer du diagnostic, il est important d’identifier la nature et le type de la lésion.

Pubalgie chronique

On parle de pubalgie chronique lorsque la douleur dure 3-6 mois (ou plus). C’est l’affection la plus fréquente dans le domaine sportif.

Au cours de ces affections chroniques, il est très important d’écarter l’existence d’une hernie (inguinale ou fémorale) ainsi que d’une pathologie au niveau de l’articulation de la hanche (comme l’arthrose de hanche).

Diagnostic : Comment déceler une pubalgie ?

Le diagnostic du syndrome de pubalgie du sportif repose sur deux principes :

  • connaître la structure qui provoque la douleur (tendon, muscle, os, etc.) ;
  • identifier la raison de cette douleur (inflammation, rupture, altération de la structure normale, etc.).

Il est également obligatoire de dépister les éventuels changements, déséquilibres et asymétries biomécaniques pouvant être à l’origine de l’apparition de la douleur à l’aine.

Une fois les antécédents médicaux obtenus, d’autres études doivent être réalisées.

  • L’échographie : un examen qui montrera le processus inflammatoire de la zone tendineuse et son insertion.
  • Les radiographies : elles permettent la visualisation de l’os, des caractéristiques inflammatoires, des petites excrétions osseuses sur les bords supérieurs du pubis, vers les muscles abdominaux, et inférieurs, vers les muscles adducteurs.
  • L’imagerie de résonance magnétique (IRM) : en cas de doute, elle pourrait démontrer, en plus de tout ce processus inflammatoire précédemment décrit par échographie, la présence éventuelle d’œdème osseux, donnant des bords de sévérité au tableau.

Traitements et remèdes contre la douleur au pubis

Traitements naturels et homéopathiques de la douleur à l’aine

Si la pubalgie est intense, vous pouvez appliquer de la glace (froide) sur la zone douloureuse. La glace est une méthode courante pour soulager la douleur et elle peut être très utile pour faire face à la pubalgie. Pour ce faire, presser régulièrement de la glace (à raison de 15 minutes avec des pauses d’au moins 2 heures entre chaque application) contre la zone concernée pour réduire l’enflure et la douleur associée.

Une bouillotte sur le ventre ou l’aine peut également aider et fera remonter le sang à la surface et activer la circulation sanguine. Cela va stimuler la guérison des tissus musculaires et éviter les spasmes.

L’homéopathie a aussi gagné en popularité en raison de ses bienfaits pour la santé. Lorsque vous avez affaire à une pubalgie, certains médicaments homéopathiques utilisés en rhumatologie comme le Calcarea phosphorica peuvent servir en traitement de fond. En cas de crise de douleurs, le Ruta Graveolens peut également aider. Entre les médicaments et la chirurgie, le traitement homéopathique peut intervenir pour accélérer le processus de récupération.

La kinésithérapie pour traiter les pubalgies

Dans le cadre de la pubalgie, le programme de rééducation ou traitement kinésithérapeutique vise à :

  • réduire la douleur ;
  • rendre la fonction articulaire normale ;
  • recréer une bonne flexibilité et rééquilibrer des muscles ;
  • retrouver une force musculaire adéquate.

Dans le programme de rééducation fonctionnelle d’un syndrome pubalgique, les exercices de récupération concernent les structures musculo-tendineuses directement touchées : le long adducteur, le rectus abdominis et l’ilio-psoas.

Le nombre de séances ainsi que le type d’exercices varient en fonction de la cause de la douleur (rupture, tendinite, tendinose, bursite, etc.).

En dehors des exercices physiques, le kinésithérapeute vous donne aussi des indications sur la bonne gestion des charges.

La kiné aide à réduire l’inflammation et la douleur. Elle se base sur des exercices isométriques des adducteurs, du droit de l’abdomen et des muscles accessoires. Ces exercices seront ensuite progressés et adaptés à vos besoins.

La chirurgie

La chirurgie entre en jeu lorsqu’il n’y a pas d’amélioration de la douleur avec un traitement conservateur. Les causes de pubalgie nécessitant le plus souvent une intervention chirurgicale sont :

  • les pathologies au niveau inguinal (canal inguinal ou modifications d’autres structures de la paroi abdominale) ;
  • les pathologies au niveau de la hanche (conflit fémoro-acétabulaire ou modifications du labrum).

Comment dormir avec une pubalgie ?

Il est facile de concevoir que si nos douleurs à l’adducteur nous font souffrir la nuit, notre qualité de sommeil sera forcément affectée. C’est pour cela qu’il est important de trouver une position de sommeil confortable qui puisse optimiser votre sommeil, et diminuer le stress sur la région inguinale.

En présence de pubalgie, je recommande souvent à mes clients d’adopter une des positions suivantes pour voir s’il y a un effet bénéfique au niveau des symptômes.

1. Couché sur le dos avec un oreiller sous les genoux

Cette position permet de diminuer l’antéversion du bassin (hyperlordose lombaire), ce qui diminue le stress sur le muscle psoas et les fléchisseurs de la hanche. Pour les gens qui voient leurs symptômes s’aggraver lorsqu’ils cambrent le dos, cette position peut s’avérer confortable et améliorer ainsi la qualité de sommeil. 

2. Couché sur le côté avec un oreiller entre les jambes

Le fait de garder un oreiller entre les jambes permet une réduction du mouvement d’adduction de la hanche. Ceci s’avère plus confortable chez plusieurs personnes atteintes de pubalgie.

Pour plus de confort, plusieurs de mes patients optent pour un oreiller de genou tel que celui-ci, disponible sur Amazon (lien affilié). 

3. Couché sur le ventre

Si vous avez l’habitude de dormir sur le ventre, placer un oreiller peut amortir la pression sur la région inguinale et ainsi diminuer les symptômes. Cette position permet également d’éviter l’hyperlordose lombaire et la mise en tension du muscle psoas (et autres fléchisseurs de la hanche).

Consultez les produits de Cervi-Care si vous êtes à la recherche d’un oreiller orthopédique, ergonomique ou à mémoire de forme pour réduire les contraintes sur la région cervicale.

Références

https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-sante-du-quotidien/2551376-pubalgie-femme-grossesse-douleur-symptome-soigner/

https://www.doctissimo.fr/forme/accidents-sportifs/accident-musculaire/pubalgie

https://www.santemagazine.fr/sante/fiche-maladie/pubalgie-894343

https://saintesante.com/homeopathie/maladies-traitees/pubalgie-et-homeopathie

https://douleurs-musculaires.ooreka.fr/comprendre/pubalgie

https://www.sport-orthese.com/blog/le-sport-et-la-pubalgie-n67

https://www.irbms.com/pubalgies-footballeur/

www.chirurgie-obesite-cancerologie.com/chirurgie-viscerale-et-digestive/les-hernies-et-la-pathologie-de-la-paroi-abdominale/les-pubalgies

Retour en haut