Test de Schober: Interprétation (spondylarthrite ankylosante)

Test de Schober: Interprétation (spondylarthrite ankylosante)

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

Décrit en 1937 par Dr Paul Schober, un médecin allemand, le test de Schober est un test utilisé en médecine (orthopédie, rhumatologie) et en rééducation pour mesurer la flexion du rachis lombaire. Cet article explique l’utilité de ce test, son déroulement, et l’interprétation qui en découle.

 

Définition et objectif

 

Le test de Schober est utilisé pour déterminer s’il existe une diminution de l’amplitude du mouvement de la colonne lombaire en flexion. Il a l’avantage d’être facilement réalisable et reproductible.

 

La mesure de ce test est utile pour :

 

  • Dépister des maladies comme la spondylarthrite ankylosante ou autres maladies inflammatoires et congénitales.
  • Déterminer la progression et les effets thérapeutiques des modalités visant à augmenter la souplesse et la mobilité lombaire.

 

 

Procédure

 

Voici la procédure pour réaliser le test de Schober :

 

 

  • Le patient est debout, l’examinateur marque l’apophyse épineuse L5 en traçant une ligne horizontale dans le dos du patient (passant par les crêtes iliaques).
  • Une deuxième ligne est tracée 10 cm au-dessus de la première.
  • On demande ensuite au patient de se pencher en avant comme s’il voulait toucher ses orteils, sans plier les genoux. L’examinateur mesure à nouveau la distance entre les deux lignes, le patient étant en position de flexion complète.
  • La différence entre les mesures en position droite et en position de flexion indique le résultat du test de Schober (mesure de la flexion lombaire).
À LIRE :   Radiculopathie (cervicale, lombaire) : C'est quoi ? (Est-ce grave ?)

 

Une version modifiée du test de Schober existe également. Ceci est censé éliminer les erreurs d’identification de la jonction lombo-sacrée (L5), et permet de s’assurer que toute la colonne lombaire a été prise en considération. Pour ce faire, le test est évalué de la façon suivante :

 

  • Le patient est debout, l’examinateur marque les deux épines iliaques postéro-supérieures (EIPS), puis trace une ligne horizontale au centre des deux marques.
  • Une deuxième ligne est marquée 5 cm en dessous de la première ligne.
  • Une troisième ligne est tracée 10 cm au-dessus de la première ligne.
  • On demande alors au patient de se pencher en avant comme s’il essayait de toucher ses orteils (sans plier les genoux). Puis, l’examinateur mesure à nouveau la distance entre la ligne supérieure et la ligne inférieure.

 

Interprétation du test de Schober

 

Pour les deux versions du test, une augmentation de moins de 5 cm est un test positif, et peut indiquer une réduction de la flexion lombaire. Par contre, il faut noter que le test de Schober prend également en considération l’amplitude des hanches, et la souplesse de la chaîne postérieure. Ainsi, une réduction de mobilité des hanches ou des muscles ischio-jambiers raides pourraient affecter la mesure au test de Schober.

 

 

Références

 

  • https://en.wikipedia.org/wiki/Schober%27s_test
  • https://www.physio-pedia.com/Schober_Test
  • https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Schober_Test.jpg