Maladie de Scheuermann : cause de lombalgie chez l’adolescent

Maladie de Scheuermann : cause de lombalgie chez l’adolescent

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

Parfois négligée, la maladie de Scheuermann est pourtant une des causes les plus courantes d’une cyphose dorsale chez les jeunes en âge de puberté. Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur cette pathologie dans cet article.

Définition et anatomie

 

Afin de mieux comprendre cette condition, il est utile de commencer par quelques notions d’anatomie de base.

 

La colonne vertébrale commence au niveau du crâne et s’étend dans le bassin. La colonne contient 33 vertèbres avec des disques cartilagineux entre chaque vertèbre. Ces derniers aident à absorber et à répartir les chocs et à empêcher les vertèbres de se frotter pendant le mouvement.

 

Il est normal que la colonne vertébrale se courbe d’avant en arrière. Pour certaines personnes, en particulier les adolescents. Cependant, certains d’entre eux ont la colonne thoracique (située dans la région de la poitrine) qui se courbe trop (plus de 40-45 degrés) donnant l’impression d’avoir une bosse sur le dos. C’est ce qu’on appelle maladie de Scheuermann.

 

C’est une affection qui se développe avec le temps pendant les périodes de croissance osseuse (comme la puberté). Il se produit lorsque l’avant de votre colonne vertébrale ne se développe pas aussi vite que l’arrière de la colonne vertébrale.

 

En conséquence, les vertèbres saines qui devraient normalement avoir une forme rectangulaire prennent une forme triangulaire et se tassent les unes contre les autres. Cela provoque une grande courbure de la colonne thoracique (une posture penchée).

 

 

Les causes de la cyphose de Scheuermann

 

Jusqu’à ce jour, les scientifiques ont encore du mal à connaître les causes exactes de la cyphose de Scheuermann.

 

Des hypothèses laissent à croire que la maladie a quelque chose à avoir avec une croissance osseuse interrompue ou une anomalie dans le développement et la croissance des vertèbres. Cette condition semble être héréditaire. La taille et le poids peuvent également être des facteurs contributifs.

 

Le médecin danois Scheuermann, qui a découvert la maladie en 1920 avait aussi évoqué une théorie comme quoi un manque de sang dans le cartilage autour du corps vertébral était à l’origine du coincement. Toutefois, les scientifiques ont contesté cette théorie.

 

Enfin, il existe aussi divers facteurs de risques comme :

 

  • l’ostéoporose juvénile (diminution de la masse osseuse) ;
  • la malabsorption des nutriments utiles aux bons développements de l’organisme ;
  • les infections qui atteignent les os ;
  • les traumatismes ;
  • les positions assises prolongées et les ports de charges lourdes ;
  • les troubles du système endocrinien : changements biochimiques dans le collagène qui composent les plaques d’extrémité modifiant la croissance osseuse, une hauteur de disque supérieure à la moyenne et des niveaux accrus d’hormone de croissance)

 

 

Les symptômes de la maladie de Scheuermann

 

Étant donné que la maladie de Scheuermann survient pendant les périodes de croissance osseuse, elle apparaît souvent pour la première fois à l’adolescence au moment de la puberté. Les symptômes se développent généralement entre 10 et 15 ans et peuvent inclure :

 

  • la formation de l’aspect bossu du dos ;
  • la raideur dans le dos après une position assise prolongée ;
  • des douleurs lors de l’exécution d’activités qui nécessitent une torsion ;
  • des crampes musculaires ;
  • une flexibilité réduite ;
  • des problèmes d’équilibre légers ;
  • des ischio-jambiers contracturés.

 

Lorsqu’elle se complique, la maladie de Scheuermann peut entraîner des maux de dos chroniques, des déficits neurologiques et des déformations progressives.

 

Après la chirurgie, la complication la plus fréquente est la pseudoarthrose.

 

 

Diagnostic de la maladie de Scheuermann

 

Avant qu’un diagnostic définitif puisse être posé, le médecin recensera les antécédents médicaux pour aider à écarter d’autres conditions pouvant présenter des symptômes similaires.

 

Les examens physiques

 

Voici les examens physiques utiles pour diagnostiquer la maladie de Sheuermann.

 

  • Un test de flexion vers l’avant: votre enfant se penche en avant au niveau de la taille. Cela peut révéler une cyphose thoracique ou thoraco-lombaire.
  • Une palpation: également appelé examen pratique, il permet de déterminer les anomalies de la colonne vertébrale au toucher. Au cours de la maladie de Scheuermann, la zone thoracique de la colonne vertébrale est accentuée.
  • Un test de l’amplitude de mouvement: le médecin évalue dans quelle mesure le patient peut se pencher en avant, en arrière et d’un côté à l’autre.

 

Les examens d’imagerie

 

Des radiographies de la colonne vertébrale sont aussi nécessaires pour compléter le diagnostic. Pour cela, le médecin réalise des radiographies AP (antérieures/postérieures) pleine longueur de la colonne vertébrale. L’enfant se tient debout, les bras tendus vers l’avant tout en gardant la tête droite.

 

Des radiographies peuvent également se faire pendant que votre enfant est allongé, pour déterminer la flexibilité de la courbe et le coincement vertébral.

 

La courbure de la cyphose est mesurée en degrés. Une courbure sans anomalie des vertèbres (et qui disparaît facilement lorsque le patient s’allonge) est généralement considérée comme posturale. Cependant, la maladie de Scheuermann se confirme si un patient présente :

 

  • une courbe cyphotique de 50 ° ou plus ;
  • trois vertèbres adjacentes ou plus qui se coincent ensemble avec au moins 5 ° par segment (15 ° au total sur trois segments) ;
  • des petites hernies discales à travers les plateaux vertébraux (appelés nœuds de Schmorl).

 

 

Traitement de la maladie de Scheuermann

 

Votre médecin élaborera un plan de traitement personnalisé pour votre enfant basé sur :

 

  • la taille et la progression de la courbe ;
  • l’âge ;
  • la quantité de croissance laissée à l’enfant ;
  • le niveau de douleur ;
  • l’effet de la courbe sur l’apparence de l’enfant ;
  • le risque de problèmes cardio-pulmonaires ou neurologiques.

 

Observation et suivi

 

Si votre enfant a une courbure légère qui ne devrait pas s’aggraver ou causer des problèmes avec les activités quotidiennes, votre médecin recommandera probablement une simple observation.

 

À moins que la courbure ou la douleur ne s’aggrave, aucun autre traitement n’est nécessaire.

 

Appareillage et exercice

 

Une attelle est plus efficace lorsqu’elle est utilisée avant que le squelette n’atteigne la maturité vers l’âge de 14 ans.

 

Certains exercices tels que le conditionnement général et les étirements sont également utiles pour aider les patients à contrôler la douleur. La formation de base pour la stabilisation de la colonne vertébrale est une partie importante du programme de gestion de la douleur.

 

Cependant, les exercices seuls ne réduisent pas la cyphose dans la maladie de Scheuermann.

 

Anti-inflammatoires

 

Des médicaments anti-inflammatoires sont prescrits pour vos enfants pour apaiser la douleur. On les utilise généralement à court terme, en association avec d’autres traitements.

 

Chirurgie

 

Si votre enfant ne s’améliore pas après 6 mois de traitements non chirurgicaux tels qu’un appareillage et une thérapie physique, le médecin peut recommander une intervention chirurgicale dans les cas suivants :

 

  • agrandissement de la courbe (plus de 70 °) provoquant une douleur modérée ou sévère ;
  • risque de problèmes neurologiques associés à la maladie.

 

L’opération pour corriger la maladie de Scheuermann consiste à fusionner les vertèbres :

 

  • fusion postérieure: chirurgie par l’arrière (postérieur) de la colonne vertébrale ;
  • fusion combinée: deux chirurgies de fusion, une de l’arrière (postérieure) et une de l’avant (antérieure) de la colonne vertébrale.

 

 

Quelles sont les séquelles à l’âge adulte suite à la maladie de Scheuermann ?

 

Certains enfants qui n’ont pas besoin de traitement finissent par s’améliorer et n’ont pas de problèmes sur le long terme. D’autres peuvent toujours avoir une cyphose thoracique légère, mais ne prestent aucune douleur ni gêne.

 

Les enfants et les adolescents traités sans chirurgie continueront les exercices physiques tels que :

 

  • les exercices du haut du dos : les extensions douces et progressives du dos peuvent améliorer la posture et empêcher la colonne vertébrale de s’affaisser vers l’avant ;
  • les étirements des ischio-jambiers et les exercices du bassin améliorent la posture en empêchant une lordose supplémentaire dans le bas du dos. L’aérobie améliore la santé cardiaque et pulmonaire, et réduit la douleur.

 

La rééducation après chirurgie est plus complexe. Des séances de traitement après l’opération aident les patients à apprendre à bouger et à effectuer des activités de routine sans exercer de pression supplémentaire sur le dos. Un kinésithérapeute est le plus adapté pour vous accompagner. Par ailleurs, le port d’une orthèse dorsale ou d’une ceinture de soutien peut être envisagée.

 

Lorsque la chirurgie s’avére nécessaire, les résultats finaux sont globalement favorables. Les complications sont rares, mais peuvent inclure :

 

  • une infection ;
  • une perte de correction ;
  • une lésion de la moelle épinière ;
  • d’autres problèmes neurologiques.

 

 

Sources

 

https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=maladie-scheuermann

https://www.allodocteurs.fr/j-ai-mal-au-dos-maladie-de-scheuermann-quand-les-vertebres-se-deforment-28342.html

https://www.reflexosteo.com/blog-sante-bien-etre/maladie-de-scheuermann-traitement-osteopathie-386# : ~ : text=La%20maladie%20de%20Scheuermann%20fait, une%20cyphose%20et%20des%20douleurs.

https://www.femmeactuelle.fr/sante/sante-pratique/cyphose-dorsale-quels-sont-les-differents-traitements-2097192

https://lookformedical.com/fr/faq/maladie-de-scheuermann