Névralgie intercostale : symptômes, causes et traitements

Partagez avec vos proches concernés
4.5
(4)

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille 

Les douleurs au niveau du thorax ne sont pas toujours liées à des problèmes cardiaques ou pulmonaires. Elles peuvent aussi être dues à une névralgie intercostale à la suite d’un faux mouvement, d’une infection ou d’une blessure. Qu’est-ce que la névralgie intercostale ? Quels sont ses symptômes ? Quand est-ce qu’il faut s’inquiéter ? Comment elle se traite ? Découvrez dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur la névralgie intercostale.

Qu’est-ce que la névralgie intercostale ? (court rappel anatomique)

La névralgie intercostale, aussi appelée « douleur intercostale » indique une douleur au niveau du thorax, plus précisément entre les côtes. Elle est généralement due à une inflammation, une irritation ou un dommage d’un nerf intercostal. Ce dernier trouve sa racine dans la moelle épinière située entre les côtes.

Pour mieux comprendre ce type de névralgie, voici quelques notions d’anatomie du thorax. La cage thoracique est composée de :

  • 12 vertèbres dorsales (ou thoraciques) qui forment la colonne vertébrale à l’arrière ;
  • 12 paires de côtes qui s’articulent avec les vertèbres thoraciques sur les côtés ;
  • un sternum à l’avant.

Nerf intercostal

Pour faire simple, un nerf intercostal est un nerf qui chemine entre les espaces intercostaux, c’est-à-dire entre deux côtes sus — et sous-jacentes. Chez l’homme, il en existe onze paires, situées de part et d’autre de la colonne vertébrale. Ils innervent la majeure partie de la paroi thoracique et abdominale.

Plus précisément, ils innervent les muscles intercostaux et la paroi abdominale, et interviennent dans la respiration.

Lors d’une névralgie intercostale, un ou plusieurs de ces nerfs intercostaux rencontrent un problème.

Nerf intercostal coincé, vraiment ?

Il existe beaucoup d’informations erronées sur les nerfs coincés. Mettons donc les choses au clair : le nerf coincé est une instance très rare, et il s’agit généralement d’un mythe. Voici pourquoi :

Le système nerveux humain est un système incroyablement complexe et robuste. Il est constitué de milliards de cellules nerveuses, ou neurones, qui envoient et reçoivent constamment des signaux.

Ces signaux se déplacent sur toute la longueur du neurone, du corps cellulaire à l’axone (la partie longue et fine du neurone). L’axone est recouvert d’une couche d’isolant appelée myéline, qui contribue à protéger le nerf et à maintenir la force du signal.

Imaginons maintenant que vous ayez une blessure ou une inflammation au bras. Cela peut exercer une pression sur l’axone d’une cellule nerveuse proche.

Cependant, comme l’axone est protégé par la myéline, cette pression ne va pas réellement coincer ou endommager le nerf. Le signal peut être ralenti ou interrompu, mais il ne sera pas complètement arrêté. Ainsi, contrairement à la croyance populaire, une douleur nerveuse n’est pas synonyme de nerf coincé. Il faudrait une force extrêmement grande pour sectionner ou comprimer un nerf.

Bien sûr, cela ne signifie pas que la douleur n’est pas réelle. La pression exercée sur un nerf peut toujours provoquer des symptômes tels que discutés dans la prochaine section.

Quels sont les symptômes d’une névralgie intercostale ?

Le premier signe d’une névralgie intercostale est une forte douleur située dans la paroi thoracique. Elle peut concerner un point précis ou se propager le long d’une côte. Si généralement, elle est unilatérale (ne touche qu’un seul côté), elle peut également être bilatérale.

La douleur thoracique apparaît violemment et brutalement. Elle peut gêner des gestes aussi ordinaires que respirer, rire ou parler. Elle peut être amplifiée par les efforts, les mouvements de la colonne vertébrale, les mauvaises postures, l’éternuement ou une quinte de toux. Il en est de même lors de la palpation ou l’appui de la zone concernée.

La douleur intercostale lors d’une névralgie peut être associée à d’autres symptômes comme :

  • une douleur abdominale ;
  • une fièvre ;
  • une perte d’appétit ;
  • un picotement ou un engourdissement ;
  • une douleur au niveau des bras ou des épaules.

Qu’est-ce qui provoque une névralgie intercostale ?

Les facteurs de risque d’une névralgie intercostale

La névralgie des nerfs intercostaux touche habituellement les personnes âgées de plus de 50 ans qui souffrent d’arthrose vertébrale, de zona, de pathologies pulmonaires ou de hernies discales. Ce trouble neurologique peut également être observé chez les sportifs ou les fumeurs. Si l’activité sportive expose souvent à des risques de traumatismes, le tabagisme occasionne l’apparition de toux et de maladies pulmonaires.

Quelles sont les causes d’une névralgie intercostale ?

L’origine d’une névralgie intercostale est multiple. Ce trouble peut être lié à

  • de faux mouvements qui peuvent entrainer un blocage au niveau des côtes et des vertèbres ;
  • une arthrose vertébrale qui cause la dégénérescence des vertèbres et la diminution des mouvements des vertèbres ;
  • une grossesse, car pendant cette période, la prise de poids peut être importante ce qui peut entrainer une augmentation du volume de la cage thoracique ;
  • une crampe violente et passagère des muscles intercostaux ;
  • un traumatisme (blessure, entorse ou fracture costale causées par un accident de la route…) ;
  • la pratique d’activité physique intense ou un long épisode de toux qui favorisent la rupture des muscles intercostaux.

La névralgie intercostale peut aussi être liée à d’autres maladies telles qu’un trouble hépatique, une métastase vertébrale, une tumeur thoracique ou un myélome.

C’est également le cas du zona (névralgie post-herpétique). Comme le virus de la varicelle reste seulement latent dans certains ganglions ou certains nerfs crâniens, il peut se réactiver en cas de défaillance du système immunitaire. Cette défaillance peut être favorisée par la vieillesse, un grand stress ou une maladie.

En quoi le stress est lié à la névralgie intercostale ?

Bien qu’il ne soit pas la cause principal, le stress peut avoir un lien avec la névralgie intercostale.

On pense souvent que le stress n’est rien de plus qu’un sentiment désagréable, mais il peut en fait avoir un effet profond sur la santé physique et mentale.

Lorsque nous sommes stressés, notre corps libère des hormones comme le cortisol et l’adrénaline, qui préparent le corps à réagir à une menace. Ces hormones peuvent entraîner une tension musculaire accrue, y compris dans la région thoracique, ce qui peut exacerber les symptômes de la névralgie intercostale.

De plus, le stress peut avoir un effet sur le système nerveux, rendant les nerfs plus sensibles à la douleur. Cette sensibilité accrue peut rendre les symptômes de la névralgie intercostale plus perceptibles et plus douloureux. Le stress peut également affecter la perception de la douleur, rendant les individus plus conscients et moins tolérants aux sensations douloureuses, ce qui peut aggraver l’expérience de la névralgie intercostale.

En outre, le stress peut avoir un impact sur le comportement, comme la posture ou les habitudes de respiration. Une mauvaise posture ou une respiration superficielle, souvent observées chez les personnes stressées, peuvent contribuer à la tension musculaire et nerveuse dans la région thoracique, aggravant ainsi les symptômes de la névralgie intercostale.

Il est également possible que le stress et la névralgie intercostale soient liés de manière circulaire : la douleur de la névralgie peut causer du stress, et ce stress peut à son tour aggraver la douleur. Pour cette raison, la gestion du stress peut être un élément important dans le traitement global de la névralgie intercostale.

En plus de provoquer des douleurs, le stress peut également entraîner d’autres problèmes comme l’anxiété, la dépression et l’insomnie. Il est donc important de gérer le stress afin de préserver la santé physique et mentale.

Comment se fait le diagnostic de cette maladie ?

Pour ce type de douleur, il faut contacter un médecin généraliste. Le diagnostic d’une névralgie intercostale commence par la description de la douleur. Le médecin fera ensuite un examen neurologique détaillé qui permet de déterminer l’origine de la douleur.

Au besoin, d’autres examens radiologiques peuvent être effectués à l’instar d’une IRM ou d’une radiographie thoracique. En cas de suspicion d’une origine infectieuse, le médecin traitant peut orienter le patient vers un pneumologue.

Il faut noter que la douleur intercostale peut être diagnostiquée seulement à l’aide d’un interrogatoire bien mené et un examen neurologique. Les examens radiologiques sont secondaires et servent surtout à rassurer le patient. En effet, grâce à ces examens, l’hypothèse d’une origine cardiaque ou pulmonaire peut être totalement exclue.

Combien de temps dure ce trouble neurologique ?

Selon le degré de la douleur intercostale, on peut catégoriser la névralgie en 3 formes : légère, modérée et sévère.

En général, pour une forme légère, la névralgie disparaît en seulement deux à trois semaines. Pour une forme modérée, le patient peut prendre six à sept semaines pour se rétablir. Quant à la forme sévère, il faut compter huit à dix semaines pour une guérison totale. En effet, ce cas est souvent lié à une rupture complète des muscles intercostaux.

Lorsque la douleur intercostale n’est pas traitée, elle peut provoquer des complications telles qu’une pneumonie, une insuffisance respiratoire ou une douleur thoracique chronique.

Une névralgie intercostale : quand s’inquiéter ?

Généralement, un patient qui souffre de névralgie intercostale s’inquiète lors dès l’apparition des douleurs le long des côtes. Cela en raison du fait que cette douleur peut être confondue avec une douleur cardiaque ou pulmonaire.

Cependant, il existe quelques différences essentielles qui permettent de distinguer la névralgie intercostale de ces autres affections.

Par exemple, la névralgie intercostale est plus susceptible de provoquer une sensation de brûlure, alors que la douleur cardiaque est plus susceptible de provoquer des sensations de pression ou d’écrasement.

De plus, la névralgie intercostale est plus susceptible d’être aggravée par la toux ou la respiration profonde, alors que les autres affections ne le sont pas.

Si vous ressentez une douleur au niveau de la poitrine ou des côtes, il est important de consulter un médecin pour en déterminer la cause. Avec un diagnostic et un traitement appropriés, la névralgie intercostale peut être prise en charge efficacement.

Les symptômes potentiellement dangereux

Plusieurs facteurs clés indiquent quand une névralgie intercostale peut être source d’inquiétude. Voici les symptômes synonymes d’une atteinte sévère :

  • Si la douleur s’accompagne d’un essoufflement, d’une douleur thoracique ou d’une difficulté à respirer, cela peut être le signe d’une atteinte plus grave.
  • Toux persistante associée à du mucus ;
  • Sensation de déchirement dans la poitrine ;
  • Difficultés respiratoires (dyspnée) ;
  • Palpitations cardiaques ;
  • Douleurs abdominales aiguës ;
  • Paralysie ou aplasie des muscles ;
  • Confusion, vertiges ou baisse de la conscience.
  • Si la douleur est suffisamment intense pour interférer avec les activités quotidiennes ou perturber le sommeil, il est important de consulter un médecin.
  • Si la douleur persiste pendant plus d’une semaine malgré un traitement à domicile, il est également conseillé de consulter un médecin.

Bien que la névralgie intercostale ne soit généralement pas une affection grave, ces symptômes peuvent signaler un problème plus sérieux et doivent donc être évalués par un professionnel de la santé. Consultez d’urgence si les symptômes cités ci-dessus persistent.

Quelles sont les complications de la névralgie intercostale ?

La névralgie intercostale est une forme de douleur thoracique qui survient lorsque les nerfs qui courent le long des côtes sont irrités ou endommagés. Cette affection peut être extrêmement douloureuse, et il peut être difficile de prendre une grande respiration ou de bouger le bras ou la jambe affectée.

La douleur peut être causée par une lésion du nerf, une inflammation ou une pression sur le nerf. Il peut s’agir d’une affection débilitante qui rend difficile l’accomplissement des activités quotidiennes. Il existe plusieurs complications potentielles de la névralgie intercostale, notamment :

La douleur chronique 

La complication la plus courante de la névralgie intercostale est la douleur chronique. Celle-ci peut être suffisamment intense pour entraver les activités quotidiennes et rendre difficile une bonne nuit de sommeil.

La douleur peut être constante ou intermittente et peut s’aggraver avec le mouvement ou la toux.

Atteinte des muscles intercostaux 

Une autre complication potentielle de la névralgie intercostale est la faiblesse musculaire. Cela peut être dû au fait que les nerfs sont endommagés ou incapables de fonctionner correctement.

Le dysfonctionnement des muscles intercostaux peut rendre difficile le déplacement du membre ou de la partie du corps affectée et peut entraîner des chutes ou des blessures.

Pneumonie 

Les complications de la névralgie intercostale peuvent inclure une pneumonie, due à l’accumulation de liquide dans les poumons. La personne peut également souffrir d’une insuffisance cardiaque, car le cœur est incapable de pomper le sang efficacement.

Dans les cas graves, la mort peut survenir. Le traitement de la névralgie intercostale consiste généralement en une combinaison d’analgésiques et de thérapie physique.

Une intervention chirurgicale est rarement nécessaire. Toutefois, si la personne ne répond pas au traitement conservateur, une intervention chirurgicale peut être recommandée pour décomprimer le nerf.

Troubles de la respiration 

Selon la gravité de l’affection, la névralgie intercostale peut entraîner un certain nombre de complications. La plus courante est la difficulté à respirer, car les muscles de la poitrine sont incapables de se déployer complétement.

Cela peut aller d’un léger essoufflement à un manque d’air plus important. Dans les cas graves, elle peut même conduire à une insuffisance respiratoire. Parmi les autres complications possibles, citons la pneumonie et l’atélectasie (collapsus des poumons).

Comment traiter une névralgie intercostale ?

Dans un premier temps, le médecin prescrit des médicaments visant à apaiser les douleurs comme les antalgiques (paracétamol) ou les anti-inflammatoires s’il ne s’agit pas d’une infection. Par contre, il cherche les traitements adaptés à la cause de la névralgie intercostale si c’est une arthrose, une inflammation ou la conséquence d’un faux mouvement.

Des séances de kinésithérapie (physiothérapie) peuvent également être utiles pour soulager la douleur et améliorer la fonction. Le thérapeute prescrira notamment des exercices permettant de muscles la région du tronc, augmenter la souplesse, etc.

Si le traitement principal s’avère inefficace, le patient doit consulter un neurologue ou un spécialiste des douleurs. Un traitement par radiofréquence peut être proposé. Différents médicaments peuvent aussi être prescrits tels que :

  • des anti-inflammatoires non stéroïdiens (comme l’ibuprofène) ;
  • des médicaments antidépresseurs ;
  • des médicaments anticonvulsivants ;
  • des médicaments antihistaminiques pour les démangeaisons ;
  • du corticostéroïde ou de l’anesthésique local ;
  • des médicaments antiviraux…

Notez que la médecine alternative comme l’homéopathie, la naturopathie, l’ostéopathie ou l’acupuncture propose également des solutions pour soulager la névralgie intercostale. De plus, il est tout à fait possible de les utiliser comme un traitement adjuvant. Il convient toutefois de toujours demander l’avis de votre médecin traitant au préalable. Retenez qu’une douleur au niveau du thorax est toujours délicate.

Névralgie intercostale et ostéopathie

L’ostéopathie est une approche de soins de santé qui se concentre sur le traitement des troubles musculo-squelettiques par des manipulations manuelles et des techniques de mobilisation. Elle peut offrir une option de traitement intéressante pour la névralgie intercostale.

Bien qu’il n’y ait pas beaucoup de preuves scientifiques à ce sujet, l’ostéopathie vise à rétablir l’équilibre et l’harmonie du système musculo-squelettique, ce qui peut avoir un effet bénéfique sur les nerfs intercostaux.

L’une des principales façons dont l’ostéopathie peut aider à traiter la névralgie intercostale est en améliorant la mobilité de la colonne vertébrale et des côtes. Des restrictions de mouvement dans ces zones peuvent exercer une pression sur les nerfs intercostaux, contribuant à la douleur. Les techniques ostéopathiques peuvent aider à libérer ces restrictions, ce qui peut réduire la pression sur les nerfs et soulager la douleur.

De plus, l’ostéopathie peut aider à détendre les muscles environnants qui pourraient être tendus ou spasmodiques, une condition souvent associée à la névralgie intercostale. La détente musculaire peut indirectement réduire la pression sur les nerfs, ce qui peut atténuer la douleur.

L’ostéopathie prend également en compte l’ensemble du corps et cherche à identifier et à traiter les déséquilibres qui pourraient contribuer à la douleur.

Par exemple, une mauvaise posture ou des déséquilibres musculaires dans d’autres parties du corps peuvent avoir un impact sur la région thoracique et contribuer à la névralgie intercostale. En traitant ces problèmes sous-jacents, l’ostéopathie peut offrir une approche plus holistique pour gérer la douleur.

Comment dormir avec une douleur intercostale ?

Lorsque vous dormez sur le ventre, vous exercez une pression inutile sur votre dos et votre colonne vertébrale. Les muscles de votre dos peuvent alors se contracter et devenir encore plus douloureux.

Dormez plutôt sur le dos ou sur le côté. Vous pouvez placer un oreiller sous vos genoux pour vous soutenir. Si vous dormez sur le côté, placez un oreiller entre vos genoux pour maintenir l’alignement de votre colonne vertébrale.

Dormir sur le dos ou sur le côté vous aidera également à respirer plus facilement, ce qui peut être utile si vous souffrez de douleurs intercostales.

La difficulté à respirer est souvent causée par la tension des muscles de la poitrine, donc dormir dans une position qui soulage ces muscles peut vous aider à respirer plus facilement.

Utilisation d’un oreiller adéquat

Pour dormir sur le dos, utilisez un oreiller pour soutenir votre tête et votre cou. Pour dormir sur le côté, placez un oreiller entre vos genoux. Si vous devez dormir sur le ventre, placez un oreiller sous votre bassin ou entre les genoux.

L’utilisation d’un oreiller adéquat vous aidera à maintenir une bonne position et à soulager la douleur.

Utiliser un matelas approprié

Un matelas trop mou ou trop dur peut provoquer des douleurs dorsales. Un matelas moyennement ferme est souvent le meilleur choix pour les personnes souffrant de douleurs dorsales.

Si vous avez des douleurs intercostales, dormir sur un matelas ferme peut être plus confortable. Un matelas ferme offre soutien et stabilité, ce qui peut contribuer à soulager la douleur.

Vous pouvez également envisager d’utiliser un matelas en mousse à mémoire de forme. La mousse à mémoire de forme s’adapte à votre corps et soulage les points de pression. Cela peut contribuer à réduire la douleur et à améliorer la qualité du sommeil.

Le sommeil est un élément important de la guérison et de la gestion des douleurs intercostales. Veillez à vous reposer suffisamment chaque nuit.

Références

https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=nevralgie-intercostale_pm

https://www.doctissimo.fr/html/sante/encyclopedie/douleur-intercostale.htm

https://www.femmeactuelle.fr/sante/sante-pratique/douleurs-intercostales-dois-je-minquieter-37928

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 4.5 / 5. Nombre de votes 4

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut