Trigger point ou point gâchette : C’est quoi ? (Comment soulager ?)

Trigger point ou point gâchette : C’est quoi ? (Comment soulager ?)

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

Un point gâchette est un point douloureux reproduit à la palpation d’un muscle. Ces points sensibles peuvent se retrouver n’importe où dans le corps, et sont l’une des causes les plus courantes de douleurs musculo-squelettiques chroniques.

 

Cet article explique ce qu’est un point gâchette (causes, symptômes, diagnostic), et offre plusieurs solutions visant à traiter et prévenir leur apparition.

Définition

 

Un point gâchette (appelé “Trigger Point” en anglais) est un point sensible et palpable au niveau d’un muscle ou fascia. Cette douleur apparaît généralement à la palpation du muscle affecté, ou encore à la contraction musculaire de ce même muscle. L’inconfort peut être ressenti localement, ou encore à distance du point douloureux.

 

Il n’y a pas de changement physique perceptibles causé par le point gâchette (comme une enflure, une rougeur, etc.). De même, la douleur référée ne suit pas un trajet nerveux qui indiquerait une atteinte d’un nerf périphérique. Plutôt, la douleur référée semble suivre un schème caractéristique en fonction du point gâchette.

 

 

Une théorie suggère un pauvre apport en oxygène et en nutriments au niveau du muscle, provoquant une contraction pathologique. Cette contraction soutenue entraîne ainsi une mauvaise circulation dans la zone atteinte en raison de la compression des vaisseaux sanguins, freinant ainsi la guérison et provoquant à long terme des douleurs chroniques.

 

Les points gâchettes peuvent se manifester à différents endroits du corps, et tous les muscles peuvent théoriquement être atteints. Les muscles les plus touchés sont ceux qui permettent le maintien de la posture (muscles cervicaux, des épaules, du bassin, etc.). Plus précisément, les muscles les plus affectés sont :

 

  • le sternocléidomastoïdien
  • le trapèze
  • l’élévateur de la scapula
  • le sous-épineux
  • les rhomboïdes
  • le pectoral
  • les carrés des lombes
  • les fessiers (petit, moyen grand)
  • le psoas
  • le tenseur du fascia lata

 

Nous avons tous des points gâchettes dans le corps, mais leur présence n’entraîne pas nécessairement de douleur en tout temps (on parle alors de point gâchette latent). Malgré l’absence de douleur, un point gâchette latent peut néanmoins restreindre certains mouvements et entraîner une faiblesse musculaire.

 

Lorsqu’ils sont symptomatiques, les points gâchettes sont généralement associés au syndrome myofascial ou à la fibromyalgie. Il peut également y avoir des troubles psychosomatiques qui pourraient expliquer leur apparition. Leur conséquences varient, et peuvent parfois aller jusqu’à limiter les activités de la vie quotidienne.

 

 

Causes

 

En général, les points gâchettes se produisent en raison de :

 

  • Le vieillissement,
  • Une blessure ou traumatisme aigu
  • Des microtraumas
  • Des mouvements répétitifs
  • Le stress
  • La sédentarité
  • Une posture non optimale
  • Un trouble du sommeil
  • Des carences en vitamine
  • Des problèmes articulaires

 

 

Signes et symptômes

 

Un patient atteint de point gâchette consulte le plus souvent pour des douleurs d’apparition progressives qui deviennent de plus en plus incapacitantes. Dans la région de la tête et du cou, les symptômes peuvent se manifester sous forme de maux de tête (de type céphalée de tension), de tinnitus, de douleur à la mâchoire (articulation temporo-mandibulaire), de troubles visuels, ou de torticolis.

 

Par ailleurs, les patients peuvent se plaindre de courbatures et de raideur matinale. À ces symptômes peuvent s’ajouter :

 

  • Faiblessesse musculaires des muscles affectés
  • Altération du contrôle moteur des muscles affectés
  • Diminution d’amplitude articulaire
  • Acouphènes
  • Migraines
  • Anomalies posturales
  • Phénomènes compensatoires
  • Etc.

 

 

Diagnostic

 

Avant tout, il faut comprendre qu’aucun test d’imagerie médical ou bilan sanguin ne peut diagnostiquer de point gâchette. Vu que le diagnostic est principalement basé sur la palpation, il ne fait pas l’unanimité d’un point de vue scientifique.

 

L’objectif de la consultation chez le professionnel de santé est d’identifier la cause ou condition médicale associée à la présence de points gâchettes.

 

De plus, il faudra trouver des éléments de son quotidien qui pourrait expliquer la présence de points gâchettes. Il peut s’agir d’un manque d’exercices (sédentarité), d’une surcharge musculaire, d’une mauvaise hygiène de sommeil, de stress, etc. Bien que la douleur soit généralement reliée à l’activité du muscle lésé, elle peut également être constante (c’est-à-dire être présente en tout temps).

 

L’examen physique permettra ensuite de palper l’emplacement exact du point gâchette. Le professionnel tentera d’identifier des nodules au niveau des muscles, parfois associé à un changement de température. La palpation du nodule provoquera une sensibilité soit localement, ou encore à distance du point douloureux (souvent, en suivant le schème caractéristique du point gâchette correspondant).

 

Il faut noter que la reproduction des symptômes doit être concordante avec les douleurs ressenties au quotidien pour affirmer que le point gâchette est bel et bien la facteur responsable.

 

À l’examen palpatoire s’ajoutera une évaluation de la posture, des amplitudes articulaires impliquant les muscles atteints, ainsi qu’un examen neurologique pour exclure une cause plus sérieuse.

 

 

Traitement

 

Une fois qu’on a identifié la présence de points gâchettes et leur cause potentielle, il est temps de trouver des solutions visant à soulager les symptômes. Parmi les modalités de traitement pour soulager et prévenir les points gâchettes, on compte :

 

Médication

 

Certains anti-douleurs ou anti-inflammatoires sont régulièrement prescrits pour soulager les douleurs provoquer par des points gâchettes. Lorsqu’ils ne font pas effet, des médicaments plus puissants peuvent être considérés :

 

  • Décontractants musculaires
  • Anxiolytiques
  • Antidépresseurs
  • Etc.

 

Infiltration à point gâchette

 

Si le médecin estime qu’un point gâchette est responsable des douleurs ressenties par son patient, il pourrait lui proposer une infiltration de cortisone (ou autre solution) à ce niveau. On les appelle infiltrations à points gâchettes (ou infiltration myofasciale), et elles sont utilisées principalement en présence de syndrome myofascial.

 

Il faut toutefois noter que les recherches démontrent des résultats inconsistants et souvent temporaires.

Kinésithérapie (physiothérapie)

La kinésithérapie peut être efficace pour traiter la cause et les conséquences d’un point gâchette. Parmi les modalités utilisées en kinésithérapie (physiothérapie), on compte :

 

  • Éducation sur les habitudes de vie reliées à l’apparition de point gâchette (sommeil, stress, activité physique, etc.)
  • Électrothérapie
  • Chaleur et glace
  • Rééducation posturale
  • Exercices et étirements adaptés
  • Massages
  • Relâchement myofascial
  • Taping neuroproprioceptif
  • Drainage lymphatique

Thérapies alternatives

 

Parmi les diverses formes de thérapies alternatives qui peuvent soulager les douleurs provenant de points gâchettes, on compte :

 

  • Ostéopathie
  • Myothérapie
  • Acupuncure
  • Cupping
  • Électrothérapie
  • Prolothérapie
  • Entraînement en occlusion (Blood flow restriction therapy ou BFR)

 

 

Source

 

  • https://www.physio-pedia.com/Trigger_Points
  • https://www.aafp.org/afp/2002/0215/p653.html
  • https://www.dgs-academy.com/en/trigger-point-therapy/trigger-point-therapy/