Le lumbago de A à Z: Bas du dos bloqué, que faire?

Partagez avec vos proches concernés
5
(1)

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille 

Vous vous êtes réveillé avec la sensation que votre bas du dos était bloqué. Peut-être que votre lumbago est survenu après un faux mouvement, ou après avoir soulevé une charge plus lourde que d’habitude. Dans certains cas, l’apparition de la douleur est complètement imprévisible et inattendue.

Quoi qu’il en soit, vous avez très mal au dos, et souhaitez en finir au plus vite avec cette crise de douleur. Bonne nouvelle: Dans cet article, vous trouverez TOUS les outils pour gérer un lumbago (positions pour dormir, traitement rapide, homéopathie, exercices, etc.). Si vous souhaitez soulager votre lumbago le plus rapidement possible, c’est par ici!

Bas du dos bloqué : Définition d’un lumbago

Lumbago, dos bloqué, tour de rein, entorse lombaire, lombalgie aigue…tous ces qualificatifs sont utilisés pour désigner la même chose. De manière générale, le lumbago réfère à une atteinte des structures musculo-squelettiques (comme un ligament, muscle, tendon) de la région lombaire. Contrairement à la sciatique, il n’y a pas d’atteinte nerveuse.  

Il peut s’agir d’un surétirement d’un muscle du dos, d’un spasme musculaire, d’une irritation articulaire, ou même d’une microdéchirure ligamentaire. Quoi qu’il en soit, le lumbago vient avec un processus inflammatoire responsable de votre douleur, et la sensation de dos « bloqué ».

Par contre, il ne faut pas penser que votre dos s’est « bloqué » au sens propre, ou que vos vertèbres se soient déplacées. C’est un mythe (plus d’explications dans cet article). La sensation de blocage propre au lumbago vient principalement du fait que la douleur altère la perception de son corps dans l’espace, et limite tous les mouvements.

Comment diagnostiquer un lumbago ?

On peut penser qu’un test d’imagerie médical comme une radiographie ou un scanner puisse diagnostiquer un lumbago. Toutefois, il faut savoir que la radiographie n’est pas utile pour détecter un problème au niveau des tissus mous (comme les ligaments, muscles ou tendons). Ainsi, la radiographie n’est pas très utile en présence de lumbago.

Quant à l’imagerie par résonance magnétique (IRM), elle est plus précise, et peut être utile dans certain cas . Par contre, elle est rarement indiquée en présence de lumbago, principalement car le pronostic est favorable.

Symptômes de lumbago

Les symptômes associés au lumbago sont :

  • une douleur (souvent intense) dans la région du bas du dos
  • irradiations possibles vers le milieu du dos, et même possiblement jusque la fesse.
  • raideur 
  • sensation de blocage
  • spasmes musculaires

Note : Si la douleur irradie plus bas dans la jambe, il peut s’agir d’une autre condition (comme une hernie discale, une sciatalgie ou une cruralgie).

Comment différencier entre lumbago et sciatique ?

Voici une liste des points essentiels qui permettent de différencier le lumbago et la sciatique :

  • Une sciatique ne survient pas brusquement, contrairement au lumbago.
  • Le territoire douloureux du lumbago n’arrive jamais jusqu’à la cuisse, il s’irradie au niveau du dos et quelquefois jusqu’aux fesses. Si la douleur s’étend jusqu’à la jambe, c’est une sciatique.
  • La principale étiologie du lumbago est de type musculaire, celle de la sciatique est nerveuse (Atteinte du nerf sciatique).
  • La sciatique s’accompagne des symptômes sensitivo-moteurs caractéristiques d’une atteinte nerveuse.
  • Les douleurs du lumbago ressemblent à des crampes musculaires.

Cause de lumbago : Pourquoi mon dos s’est bloqué ?

Les causes de lumbago sont multiples. La plupart du temps, elles sont reliés à une composante physique, mais il ne faut pas sous-estimer les facteurs psychologiques (comme le stress) dans la lombalgie. Voici quelques exemples de causes pouvant expliquer votre lombalgie aigue: 

Évènement traumatique

C’est la cause qu’on associe le plus au lumbago. L’évènement traumatique peut venir d’un accident de la route, de la pratique d’une activité sportive, ou d’un faux mouvement en général. Certains de mes patients me disent même qu’ils se sont coincés en se levant du lit un bon matin!

Les autres cas que je vois souvent au cabinet sont reliés au port d’une charge lourde impliquant un mouvement de flexion et de torsion du tronc.

Mouvements répétés

Parfois, on peut se coincer le dos sans pour autant avoir fait de faux mouvement au préalable. Si vous avez un travail physique, il se peut que les mouvements répétitifs aient surchargé votre dos au cours des derniers mois, et que le lumbago soit tout simplement la cerise sur le gâteau (il faut dire que ce n’est pas le meilleur des gâteaux!).

D’ailleurs, même si vous avez un travail sédentaire, il se peut que la position assise prolongée ait fragilisé certaines structures sur le long terme, et participé à votre lumbago. 

Déséquilibres musculaires et articulaires

Tel que mentionné précédemment, il est possible que votre dos bloqué soit le résultat de facteurs non traumatiques. D’ailleurs, certains déséquilibres au sein de votre propre corps peuvent potentiellement avoir mené au lumbago.

Scénario possible : vous avez une hanche plus raide que l’autre, ou certains muscles plus faibles d’un côté. Forcément, ce déséquilibre peut causer une surcharge au niveau lombaire. À la longue, ceci rend le dos plus propice à développer des problèmes de dos.

RECOMMANDÉ POUR VOUS :  Mal de dos : Que faire? (En ordre chronologique)

Un autre facteur potentiellement relié aux lumbagos est l’instabilité lombaire. Si vous avez un mode de vie sédentaire, il est possible que vos muscles stabilisateurs du tronc ne travaillent pas optimalement pour protéger votre colonne vertébrale. À la longue, la région lombaire subit plus de stress car il n’y a pas de muscles qui puissent garantir une stabilisation adéquate.

Le résultat ? Un dos bloqué !

Stress

Jusqu’à présent, on a discuté de facteurs physiques pouvant expliquer d’où provenait votre lumbago. Par contre, il ne faut pas oublier (et surtout, ne pas sous-estimer !) l’implication des facteurs psychologiques dans les lombalgies.

Par exemple, il n’est pas rare de voir des patients consulter pour un dos bloqué suite à un épisode de stress intense, ou une période creuse dans sa vie. Pourquoi?

Lorsque notre organisme fait face à un état de stress, il libère des hormones (catécholamine, glucocorticoïde…) qui le protègent contre les agressions. Néanmoins, ces substances agissent également sur l’augmentation de la tension artérielle et des spasmes musculaires.

La région lombaire est l’une des parties du corps la plus sensible au stress. Si l’organisme n’arrive pas à contrôler la sécrétion de ces hormones, l’inflammation peut s’aggraver et favoriser les douleurs au bas du dos.

À long terme (stress chronique), cette lutte provoque des tensions musculaires. Ces dernières favorisent le lumbago et ses symptômes.

De plus, le stress peut chambouler le système immunitaire et rendre la guérison du mal de dos plus difficile.     

En revanche, le fait que le lumbago est handicapant et très douloureux est aussi parfois une source de stress pour le patient. Cela devient un véritable cercle vicieux.

Pronostic : Durée d’un lumbago

Bon, vous avez le dos bloqué, et vous voulez savoir à quoi vous attendre dans les prochains jours. Vous avez peur que ça affecte votre travail, et bien évidemment vos activités familiales et sociales.

Rassurez-vous !

De manière générale, l’évolution d’un lumbago est favorable, et la grande majorité des patients guérissent à l’intérieur de 6 semaines. D’ailleurs, même si vous avez très mal au dos initialement, ne pensez pas que l’intensité élévée de la douleur soit synonyme d’une atteinte plus sérieuse.

Les autres éléments qui influencent la durée d’un lumbago sont la localisation des symptômes, le nombre de récidives, votre qualité de sommeil et votre état d’esprit. L’infographie suivante explique chacun des points en détail:

Durée d’arrêt de travail après un lumbago

Il est fréquent de recevoir un arrêt de travail après un épisode de lumbago. En fonction des exigences physiques de votre travail, un médecin pourrait prescrire entre 1 à 4 semaines d’arrêt initialement. D’autres médecins préfèrent opter pour des arrêts de 3 à 5 jours qui seront réévalués régulièrement. 

Il est à noter qu’un arrêt de travail prolongé n’est pas toujours la meilleure solution. En effet, on a observé que ceux qui s’absentaient du travail pendant une (trop) longue période avaient plus de difficulté à reprendre leur fonction, et avaient plus de chances de développer de la douleur chronique.¹

L’idéal serait donc de revenir au travail le plus rapidement possible, en effectuant des adaptations de poste au besoin. Un retour progressif peut également être envisagé avec son médecin (ou un ergothérapeute qualifié). D’ailleurs, plusieurs employeurs misent sur la prévention des lombalgies, notamment pour éviter les épisodes de lumbago dans un cadre professionnel.

Traitement rapide du lumbago: Que faire? 

Espérons que vous avez à présent une meilleure idée de ce qu’est un lumbago, et que vous avez identifié certaines causes potentielles responsables de votre dos bloqué.

Maintenant, il est temps d’adopter des stratégies pour que vos symptômes diminuent, et que vous puissiez reprendre vos activités comme avant! Avant toute chose, il faut mentionner que la meilleure option serait de consulter un professionnel de santé.

Le mal de dos, c’est complexe, et vous bénéficierez grandement de conseils plus adaptés à votre condition et votre histoire médicale. En attendant, voici quelques recommandations à intégrer pour vous faciliter la vie:

Initialement, éviter les mouvements douloureux

Dans les premières heures après s’être bloqué le dos, il convient d’éviter les mouvements douloureux pour ne pas aggraver le processus inflammatoire. Vous lirez partout sur Internet qu’il faut éviter le repos complet au lit après un épisode aigu. C’est absolument vrai, mais il ne faut pas non plus faire le contraire et surcharger son dos en faisant des mouvements extrêmes.

Par exemple, si votre douleur augmente lorsque vous vous penchez vers l’avant, utiliser plutôt vos jambes pour ramasser un objet au sol. Si possible, continuez de marcher et de vaquer à vos activités tant que la douleur ne s’aggrave pas après un léger repos.

Utiliser les ceintures lombaires avec parcimonie

Plusieurs personnes sont tentées de mettre une ceinture lombaire après s’être bloqué le dos. Certes, ils présentent plusieurs bénéfices, comme la sensation de support et le soulagement des symptômes.

Par contre, sachez que ces supports viennent également avec leur lot d’inconvénients. Par exemple, ils réduisent l’activité des muscles stabilisateurs du tronc, altèrent la respiration abdominale, et limitent l’amplitude de mouvement.

Bref, il convient d’utiliser ces ceintures de manière intelligente. Pour connaître mon opinion de kiné sur ces accessoires anti mal de dos, consultez l’article suivant :

Ceinture lombaire : Avis d’un professionnel de santé

Par exemple, portez la ceinture lombaire lorsque la douleur est plus importante (par exemple s’il vous est impossible de vous lever), et utilisez-la pendant quelques heures seulement. Ou encore, portez-la lorsque vous êtes obligés de faire une activité à risque d’augmenter la douleur (par exemple, soulever un bébé ou cuisiner).

Lumbago : Chaud ou froid ?

Pour soulager les symptômes, il peut être pertinent d’utiliser la glace ou la chaleur. Comment choisir entre le chaud ou le froid? En réalité, il n’y a pas de bonnes réponses, et chaque personne peut réagir différemment et avoir certaines préférences.

De manière générale, on recommande d’utiliser la glace pour les premières 24-48 heures en raison de ses capacités anti-inflammatoires. On peut même en appliquer régulièrement pour contrôler la phase aigue (15 minutes avec une compresse, répété à chaque 2 heures).

RECOMMANDÉ POUR VOUS :  5 exercices tirés de la méthode Mckenzie (Explications)

Après quelques jours, on peut mettre de la chaleur pour diminuer les tensions musculaires en utilisant sac chauffant ou une serviette trempée dans de l’eau chaude.

Note: Que ce soit pour la glace ou la chaleur, il existe des risques de brûlure sur la peau. Pour cette raison, assurez-vous de ne pas appliquer directement la glace sur la peau (utilisez un intermédiaire comme une serviette mouillée). Également, l’application de ces modalités ne devrait pas dépasser 15-20 minutes à la fois.

Les médicaments, un incontournable ?

Pour plusieurs, le premier réflexe lorsqu’on fait un lumbago, c’est de prendre des médicaments. Pour d’autres qui sont “anti-pilules”, il faut tout faire pour éviter d’avoir recours aux produits chimiques. Comment savoir si les médicaments sont recommandés lorsqu’on se bloque le dos?

Comme tout le monde réagit différemment aux médicaments, il est préférable de consulter son médecin pour déterminer s’il est pertinent d’en prendre. Généralement, ils servent à aider les patients lorsque les symptômes deviennent intolérables, et limitent le quotidien ou le sommeil.

De façon globale, on considère qu’une douleur est tolérable lorsqu’elle se situe à un seuil en-dessous de 4/10 sur une échelle de douleur. Lorsqu’elle dépasse 7/10, il faut sérieusement considérer cette option (surtout les stratégies “naturelles” tels que la glace ou la chaleur ne font pas effet).

Les médicaments généralement prescrits suite à une lombalgie aigue sont les anti-inflammatoires, anti-douleurs, et relaxants musculaires. Votre médecin saura adapter les doses en fonction de votre situation personnelle.

Lumbago et homéopathie

Nombreux sont ceux qui préfèrent éviter les médicaments suite à un lumbago. Ils se tournent donc vers l’homéopathie, et utilisent des produits naturels pour essayer de calmer la douleur.

Les produits homéopathiques sont-ils efficaces pour réduire le mal de dos? D’un point de vue scientifique, il existe très peu d’études établissant une relation entre produits naturels et effets favorables sur les lombalgies. C’est la raison pour laquelle plusieurs médecins sont réticents à les proposer à leurs patients.

Huile essentielle de Gaulthérie Odorante

Caractérisée par son odeur chaude et boisée, l’huile essentielle de gaulthérie est un élément indispensable pour lutter contre les maux de dos. En effet, elle possède des propriétés anti-inflammatoires puissantes grâce à sa composition riche en salicylate de méthyle, un ester terpénique qui va être transformé au niveau de l’intestin, par une enzyme, en acide acétylsalicylique. Ce dernier va inhiber certains médiateurs de l’inflammation tels que le TNF α, certaines interleukines ainsi que des COX 1 et 2.

Huile essentielle d’Eucalyptus Citronné

L’huile essentielle d’Eucalyptus citronné possède des propriétés anti-inflammatoiresantirhumatismales et apaisantes. C’est au citronellal, un aldéhyde monoterpénique, qu’elle doit ses nombreuses vertus.

En effet, le citronellal lutte contre les douleurs des articulations et cela en agissant sur certains neuromédiateurs, ce qui favorise le relâchement des muscles et des tendons. Des muscles relâchés favorisent une réparation beaucoup plus rapide et donc un soulagement des douleurs lombaires.

Huile essentielle de Laurier Noble

L’huile essentielle de Laurier Noble ou laurier apollon, synonyme de beauté et de vitalité est une huile essentielle aux innombrables propriétés. Grace à ses principes actifs, cette huile essentielle est réputée pour son action antimicrobienne et anti-inflammatoire mais aussi pour son excellent rôle antalgique qui font d’elle un puissant antidouleur.

Huile essentielle de Menthe poivrée

Caractérisée par son odeur fraiche, l’huile essentielle de menthe poivrée soulage les sensations douloureuses au niveau musculaire et articulaire.

En effet elle possède des propriétés rafraichissantes par la présence d’un principe actif : le menthol qui va activer les canaux calciques des récepteurs au froid provoquant un effet anesthésiant. Au même moment le menthol va empêcher la transmission du message nerveux vers le cerveau en déprimant les récepteurs de la douleur.

Huile essentielle de Lavandin Super

Dotée d’un parfum rafraîchissant et sucré, l’huile essentielle de lavandin super procure un effet calmantanxiolytique et sédatif. Elle est utilisée pour améliorer l’humeur, soulager le stress, et détendre les muscles grâce à la présence de linalol, un principe actif au rôle antalgique et spasmolytique. Cette huile favorise le relâchement des muscles et la détente des tendons et donc fera un bon allié lors des douleurs lombaires.

Huile essentielle de Pin Sylvestre

Avec son effet dit « cortisone-like », l’huile essentielle de Pin Sylvestre agit comme l’un des principaux médicaments prescrits pour lutter contre le lumbago, à savoir la cortisone. Elle possède effectivement d’importantes propriétés anti-inflammatoires et antalgiques faisant d’elle un excellent allié pour lutter contre la raideur et la douleur musculaire rencontrées au cours du lumbago.

Huile essentielle de camomille Romaine

Composée de multiples esters dont l’angélate d’isobutyle qui possède d’importantes propriétés spasmolytiques, l’huile essentielle de camomille Romaine procure un relâchement musculaire aidant à réduire la tension et donc la douleur ressentie au niveau lombaire.

Elle possède également des vertus apaisantes et relaxantes faisant d’elle une huile favorisant la détente et diminuant le stress pouvant engendrer et entretenir un lumbago.

L’huile essentielle d’hélichryse

Cette huile possède des propriétés anti-inflammatoirescirculatoiresdécongestionnantes et cicatrisantes, lui donnant la faculté d’accélérer la régénération de tissus endommagés lors de traumatismes physiques.

L’huile essentielle d’ylang-ylang

L’huile essentielle d’ylang-ylang participe à l’apaisement corporel ainsi qu’au relâchement des tissus grâce à ses propriétés relaxantes permettant de lutter contre le stress.

L’huile essentielle de giroflier

Composée d’une molécule nommée eugénol lui procurant un effet antalgique, l’huile essentielle de giroflier aide à lutter contre différents types de douleurs telles que celles dues au rhumatisme, à l’arthrose, à l’arthrite ou encore aux lésions musculaires.

Note : Il faut retenir qu’il est préférable d’avertir son médecin si jamais vous tentez ces produits. Malgré le fait qu’ils soient naturels, ils peuvent interagir avec des médicaments que vous consommez déjà, et provoquer des effets indésirables. 

Trouver une position pour dormir avec un lumbago

Il est facile de concevoir que si le dos nous fait souffrir, cela va forcément affecter notre qualité de sommeil. C’est pour cela qu’il est important de trouver une position de sommeil confortable qui diminue le stress sur les vertèbres lombaires. Je recommande souvent à mes clients d’adopter une des deux positions suivantes pour optimiser leur nuit de sommeil:

  • Couché sur le dos avec un oreiller sous les genoux: Cette position permet de diminuer l’antéversion du bassin (hyperlordose lombaire), ce qui diminue le stress sur les facettes articulaires. En gros, le fait de maintenir les genoux légèrement pliés va empêcher votre dos de s’arquer excessivement, réduisant ainsi le stress sur vos vertèbres.
  • Couché sur le côté avec un oreiller entre les jambes : Le fait de garder un oreiller entre les jambes permet une réduction de la torsion lombaire (souvent douloureuse lorsqu’on a la sensation d’avoir le dos bloqué!).
RECOMMANDÉ POUR VOUS :  Surpoids, obésité et mal de dos : Quel est le lien?

Une façon de respirer pour avoir moins mal

Le lumbago peut occasionner des douleurs tellement intenses que c’est à en couper le souffle…littéralement! Plusieurs de mes patients ressentent une douleur lombaire après une inspiration profonde, ou lorsqu’ils toussent ou éternuent.

Par conséquent, il peut être intéressant de pratiquer un certain type de respiration visant à soulager les symptômes et favoriser la guérison. Il s’agit de la respiration lente.

Note : Il est CRUCIAL de consulter votre médecin si vous 
souffrez de n’importe quel type de dysfonction
 respiratoire, pulmonaire ou cardiaque. Si vous 
avez le feu vert ou ne souffrez pas de problèmes
 respiratoires, la respiration lente peut 
grandement vous aider.

Le concept est ultra
 simple: il suffit de diminuer la fréquence de votre respiration pendant un certain temps. Vous pouvez continuez à respirer de la même façon (par le nez ou la bouche, selon votre confort). Par contre, il faudra inspirer et expirer plus profondément que d’habitude. L’idéal serait de viser 6 respirations en 1 minute, mais il est important d’y aller progressivement et de cesser si vous ressentez un quelconque inconfort.

Répétez cette exercice plusieurs fois dans la journée, idéalement dans un environnement propice à la détente. En pratiquant la respiration lente, vous aurez un effet positif sur votre circulation sanguine ainsi que sur l’oxygénation de vos tissus. 

Votre thérapeute à la rescousse

Que va faire votre professionnel de santé lorsque vous consulterez après vous être bloqué le dos? De manière générale, il débutera par une évaluation initiale. Ceci lui permettra d’identifier les dysfonctions sur lesquelles il pourra travailler par la suite. Il pourra également s’assurer qu’il n’y a pas d’atteinte sévère ou grave (et vous rassurer par le fait même!).

Une fois ces informations en main, il pourra appliquer des techniques spécifiques visant à soulager vos symptômes et diminuer votre douleur. 

Maintenant, quel est le meilleur thérapeute à consulter en fonction de vos symptômes? Entre le kiné, ostéo, chiro, et massothérapeute, il peut être difficile de choisir. Sachez qu’il n’y a pas vraiment de bonne réponse, et qu’il faut surtout choisir un thérapeute en qui on a confiance (attention aux charlatans!) et qui est à l’aise avec le traitement des lombalgies aigues.

Comme il s’agit d’une condition très fréquente, la très grande majorité des thérapeutes pourront vous aider à guérir, et/ou vous référer aux ressources appropriées en cas de besoin.

Pour connaître le rôle de tous les intervenants reliés au mal de dos, cet article détaillera les spécificités de chaque spécialiste du dos.

3 exercices à faire après un lumbago

Il est démontré que le repos prolongé n’est pas la solution à adopter après un lumbago. En effet, se reposer excessivement pourrait entraîner de la raideur articulaire et de l’atrophie musculaire à long terme.

Dans cette optique, des exercices progressifs et adaptés pourraient vous aider à soulager vos symptômes, en plus de prévenir les récidives de lumbago.

Par exemple, je prescris moi-même régulièrement ces 3 exercices (en vidéo) lorsque mes patients consultent après s’être bloqué le dos.

Conclusion

Voilà, j’ose espérer que vous êtes plus instruit sur les lumbagos à la lecture de cet article. Surtout, j’espère que vous vous sentez plus serein et confiant(e) après vous être coincé le dos, et ce malgré la douleur importante.

Un lumbago, ça guérit généralement bien et sans complications. Et encore plus si vous appliquez les conseils partagés dans cet article.

Par contre, le risque de récidive est tout de même important (environ 75% selon les études). Pour cette raison, il faut demeurer proactif, et s’assurer de bien traiter la cause de son lumbago pour éviter les rechutes. Un professionnel de santé saura vous accompagner si jamais vous avez fait un lumbago.

Bonne guérison !

Sortir de l’enfer des crises de mal de dos en 3 étapes (Cours vidéo)

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut