Douleur au psoas et course à pied : quel lien ?

Douleur au psoas et course à pied : quel lien ?

Le psoas est un muscle profond de forme allongée reliant le haut et le bas du corps. Il est le muscle central dans la vie d’un coureur. Cependant, solliciter fréquemment ce muscle peut réveiller une douleur au psoas. Dans cet article, on va parler du lien entre une douleur au psoas et la course à pied.

Focus sur le psoas

 

Le psoas est l’un des muscles les plus importants du corps humain. Il commence sur la dernière vertèbre thoracique, est attaché par les vertèbres lombaires et se termine sur la crête du fémur. Au niveau de la hanche, le psoas est rejoint par le muscle iliaque. L’ensemble forme le muscle « ilio-psoas », un puissant fléchisseur de la hanche. Il se trouve sur chaque côté des vertèbres lombaires.

 

anatomie du muscle psoas

 

Ce muscle fléchisseur est également un faible rotateur externe ou latéral. Cela contribue à la protection de notre colonne vertébrale, la stabilité et le contrôle de notre posture. Il s’agit donc du muscle de la marche et du mouvement du corps.

 

Pour en savoir plus sur le psoas (ainsi que des exercices pour soulager la douleur), consultez l’article suivant.

 

Quel rôle joue le muscle psoas lors d’une course à pied?

 

Le muscle psoas est le muscle le plus sollicité pendant une course à pied. Chaque fois que le genou se lève, il se contracte pour fléchir, et lorsque la jambe se tend sur l’arrière, il s’étire.

 

course à pied

 

Lors d’une course à pied, le psoas a une activité excentrique ce qui lui permet de ralentir l’extension de la hanche pendant la phase de poussée. En effet, l’énergie stockée va être utilisée pour ramener la cuisse et la jambe vers l’avant et le genou vers le buste pour recommencer une nouvelle foulée.

À LIRE :   Quel sport pour perdre du poids quand on a mal au dos ?

 

En conservant la posture gainée et stabilisant la colonne lombaire, le psoas participe également à l’économie de course. En fait, si le tronc est insuffisamment gainé, le psoas doit travailler plus fort et le risque de blessure s’élève.

 

 

Comment se manifeste la douleur du psoas lors d’une course à pied?

 

La gestuelle de la course peut avoir des conséquences telles qu’une douleur, une inflammation ou une raideur du psoas. Beaucoup de sportifs principalement en course à pied se plaignent d’une douleur au psoas avec une sensation de psoas tendu. Cependant, une douleur du psoas occasionne une douleur chronique à l’aine chez 12 à 36 % des sportifs, et une douleur aiguë chez 25 à 30 % des athlètes.

 

Une douleur du psoas en course à pied se manifeste souvent par une douleur à l’aine et à l’avant de la hanche lorsque celle-ci fléchit et lors de l’étirement des muscles fléchisseurs de la hanche.

 

La douleur est accentuée durant une course à pied ou les mouvements de frappe. Elle est calmée par le repos.

 

douleur à la crête iliaque

 

La douleur du psoas peut être également caractérisée par les signes suivants :

 

  • Une douleur en bas de l’abdomen, unilatérale, qui peut s’irradier vers la hanche et le haut de la cuisse ;
  • Une raideur de l’articulation de la hanche ;
  • Une faiblesse musculaire ;
  • Une douleur lombaire ou pelvienne ;
  • Une sensation de claquement ou de ressaut dans la hanche ou au niveau du bas de l’abdomen.

 

Certaines activités quotidiennes peuvent être douloureuses (la marche, la montée des escaliers…).

 

Ainsi, à la palpation au sein de son trajet dans l’abdomen, le psoas est tendu et douloureux.

 

Chez le coureur à pied, la douleur du psoas se manifeste souvent après une activité trop intense ou inhabituelle. Par exemple, une augmentation du volume d’entraînement, une reprise trop vite ou un surentraînement.

 

 

Course à pied : les différentes origines de la douleur du psoas

 

En course à pied, la douleur du psoas est soit la conséquence d’une blessure ou celle d’une inflammation liée à certaines pathologies, à savoir :

À LIRE :   Arthrose de la hanche et marche à pied : Est-ce indiqué ?

 

  • la tendinite du psoas (au niveau du tendon) ;
  • la bursite du psoas (inflammation de la bourse autour du tendon;
  • une déchirure musculaire ou une élongation.

 

Afin de trouver l’origine de la blessure du psoas, il est mieux de consulter un médecin. Il sera en mesure de réaliser un examen clinique avec un examen d’imagerie (IRM) si c’est nécessaire.

 

 

Peut-on traiter la douleur du psoas liée à la course à pied?

 

Eh bien, oui. Un programme d’étirement et d’exercices spécifiques de renforcement musculaires permet de soulager une douleur du psoas. Un thérapeute qualifié (comme un kinésithérapeute ou ostéopathe) peut également réaliser des techniques de thérapie manuelle comme des étirements passifs et des massages.

 

L’objectif est de corriger le déséquilibre musculaire éventuel, les instabilités ainsi que la raideur associée.

 

Réduction de la douleur

 

Au début du traitement, la première chose à faire sera de diminuer la douleur et l’inflammation (s’il y en a). Pendant cette première phase, il existe certaines recommandations à suivre.

 

  • Arrêt de la course à pied si celle-ci accentue la douleur du psoas.
  • Maintien d’une activité physique cardiovasculaire non douloureuse (marche, vélo, natation, etc.).
  • Réalisation des étirements actifs du psoas et de la hanche.
  • Début de certains exercices de renforcement musculaire n’aggravant pas les symptômes (gainage de la sangle abdominale).
  • En cas de douleur intense, mettre de la glace sur le psoas, au niveau de la hanche et de l’aine, pendant 20 minutes, 2 à 3 fois par jour.
  • Massages et mobilisations de la part d’un professionnel de santé.

 

palpation du psoas par un thérapeute

 

La durée de cette phase peut être différente pour chaque individu. Ainsi, elle dépend de l’ancienneté de la douleur du psoas.

 

Travail de renforcement musculaire

 

Le travail de renforcement du psoas doit être adapté à la résistance et réalisé en fonction de la douleur. Aussi, il faudra pratiquer des étirements des membres inférieurs en sollicitant les muscles fessiers, les jambiers, le droit fémoral et les adducteurs de la hanche.

 

Vous devez effectuer un gainage qui doit être évolué vers un travail plus dynamique. Il peut être complété par des exercices spécifiques de renforcement musculaire ressemblant à la gestuelle en course à pied. Les muscles qui doivent être renforcés sont les fessiers, le psoas, le dos, la sangle abdominale et les cuisses.

 

 

Vous pouvez réaliser du footing ou de la marche rapide tout en veillant à ne pas forcer la douleur. Il est important également de limiter la durée de l’entraînement pour ne pas aggraver la douleur du psoas.

 

Travail de proprioception et reprise de l’entraînement

 

Le travail de renforcement va être complété par des exercices dynamiques (comme les sauts). Ainsi, le volume de l’entraînement doit augmenter progressivement (sans forcer la douleur).

 

À la fin de cette phase, la durée de l’entraînement va redevenir normale et la douleur du psoas disparait. Dans ce cas, vous pouvez faire des accélérations en allongeant les foulées.

 

Un travail de renforcement musculaire sur le terrain y est ajouté, grâce à des séances d’accélérations en côté.

 

Ce programme de traitement permet une guérison sous 4 à 12 semaines environ. Tout dépend de la gravité de la blessure du psoas.

 

 

Références

 

https://toutpourmasante.fr/douleur-psoas-course-a-pied/?fbclid=IwAR1bQSW_46KA8lnmEa5VAmb6wtQTcBpOcXoiY9DGlH_Z1-Fhg2gkKP6aG0I

https://axophysio.com/le-psoas-un-muscle-qui-peut-vous-causer-bien-des-maux%E2%80%89/?fbclid=IwAR1bQSW_46KA8lnmEa5VAmb6wtQTcBpOcXoiY9DGlH_Z1-Fhg2gkKP6aG0I