Labrum acétabulaire : Définition et lésions (Que faire ?)

Labrum acétabulaire : Définition et lésions (Que faire ?)

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

Le mot labrum est un mot latin qui signifie « lèvre » ou « bourrelet ». C’est un cartilage fibreux qui a la forme d’un anneau. Chez l’être humain, ce cartilage entoure l’articulation huméro-scapulaire et l’articulation coxo-fémorale. On parle respectivement de labrum glénoïdal de la scapula et du labrum acétabulaire. Dans cet article, on va se focaliser sur le labrum acétabulaire : définition, différents types de lésion, symptômes, diagnostic et traitement des lésions.

Définition et anatomie du labrum acétabulaire

 

D’un côté, le labrum est un cartilage fibreux dans lequel s’insère l’articulation coxo-fémorale. Autrement dit, il assure l’insertion de la tête du fémur (aspect sphérique) dans le cotyle (forme creuse). Pour permettre cette insertion, il y a une capsule articulaire qui se fixe sur le rebord du bourrelet. C’est le labrum qui assure l’étanchéité de ces deux structures.

 

labrum de hanche
Le labrum est un élément clé dans la stabilité de la hanche.

 

D’un autre côté, le terme « acétabulum » correspond à la cavité articulaire de la hanche (en forme de C) dans laquelle se situe la tête du fémur. Cette cavité osseuse ainsi que la tête fémorale sont recouvertes de cartilage.

 

Le labrum entoure donc l’acétabulum par du fibrocartilage. C’est pour cette raison qu’on parle de labrum acétabulaire pour désigner cette structure fibrocartilagineuse. On peut aussi dire « bourrelet acétabulaire » ou « bourrelet cotyloïdien », car l’acétabulum n’est rien d’autre que le cotyle.

 

Rôles du labrum acétabulaire

 

Le labrum acétabulaire tient quelques rôles importants.

 

  • Il participe à l’augmentation de la profondeur de la cavité osseuse de la hanche. C’est pour cela que la mobilité de la cuisse peut être accentuée dans la réalisation de certains mouvements.
  • Il permet d’amortir les chocs dus aux mouvements extrêmes de la hanche en veillant au maintien du fluide articulaire dans l’articulation. En d’autres termes, il facilite le mouvement de la tête fémorale dans la hanche. Il contribue ainsi à la protection de la couche de cartilage autour de la tête fémorale et du cotyle.
  • Il tient un rôle fondamental dans la stabilisation de la hanche lors de la marche. Le labrum exerce et maintient une pression négative entre la tête du fémur et l’acétabulum. C’est pour cela que la hanche ne décoapte pas lorsqu’elle oscille pendant la marche.
  • Il est responsable de la répartition des pressions sur les cartilages.

 

 

Les lésions du labrum acétabulaire

 

D’une personne à une autre, la taille et la forme du bourrelet cotyloïdien peuvent légèrement varier. Cette structure fibrocartilagineuse est particulièrement fragile. Elle peut être affectée en cas de traumatismes au niveau de la hanche qu’il s’agisse de :

 

  • luxation ;
  • pathologie malformative telle que la dysplasie de hanche (morphologie anormale de la tête fémorale ou du cotyle) ;
  • pathologie dégénérative à l’instar de la coxarthrose (arthrose de la hanche) ;
  • chute ;
  • microtraumatismes répétitifs qui sont très courants en football ;
  • sollicitation excessive de la hanche ;
  • conflits fémoro-acétabulaires : ils abîment le labrum en y exerçant une forte pression.

 

Ce sont toutes autant d’éventuelles causes qui peuvent entraîner des lésions du labrum acétabulaire. Ces lésions peuvent également être désignées sous les termes de « syndrome du bourrelet cotyloïdien ».

 

Alors, il est très fréquent de rencontrer ce type de lésions chez les sportifs, les danseurs, les gymnastes ou chez les personnes dont le travail sollicite énormément la hanche.

 

Néanmoins, il arrive, dans de rares cas, que l’origine des lésions ne soit pas identifiée. Elles peuvent aussi toucher des personnes qui ne pratiquent pas du sport.

 

Selon les spécialistes, le bourrelet cotyloïdien peut subir trois types de lésions.

 

1. Fissuration du labrum acétabulaire

 

Au niveau du labrum acétabulaire, une fissure peut apparaître.

 

2. Désinsertion du labrum acétabulaire

 

Une partie de la structure du bourrelet acétabulaire peut se désinsérer ou rompre à cause de la formation d’une « anse de seau ». Il s’agit d’une déchirure traumatique particulière. Elle se produit au niveau du ménisque qui est un fibrocartilage localisé entre le fémur et le tibia.

 

3. Kystes du labrum acétabulaire

 

Lorsque le bourrelet cotyloïdien se fissure, cela peut laisser des séquelles. Cette fissure peut notamment favoriser la survenue d’un kyste mucoïde du labrum.

 

 

Quels sont les symptômes des lésions du labrum acétabulaire ?

 

Chez certains patients, les lésions du labrum acétabulaire restent silencieuses et ne requièrent aucun traitement spécifique. Dans le cas contraire, les lésions se manifestent généralement par une douleur :

 

  • localisée au niveau de la hanche ou de l’aine ;
  • vive ;
  • se propageant sur l’extérieur de la cuisse ;
  • pouvant être brutale jusqu’à gêner tout mouvement (marche ou position assise).

 

Outre la douleur, il est possible de trouver d’autres symptômes tels que :

 

  • une sensation de blocages et de craquements de l’articulation ;
  • un dérangement des mouvements même au repos ;
  • un dérobement ;
  • des accrochages douloureux ;
  • un enraidissement lors de la marche ;
  • une boiterie…

 

 

Comment poser le diagnostic des lésions du labrum acétabulaire ?

 

Pour diagnostiquer les lésions du bourrelet acétabulaire, le praticien réalise dans un premier temps un examen clinique. Lors de cet examen de la hanche, il peut constater :

 

  • de la douleur vive à la réalisation de certains mouvements comme la flexion de la hanche ;
  • de la fragilité à la réalisation de mouvements de rotation interne de la cuisse ;
  • de la limitation des amplitudes articulaires.

 

Si l’examen clinique suspecte un syndrome du bourrelet, d’autres examens d’imagerie peuvent confirmer le diagnostic et identifier l’origine des lésions.

 

  • Une arthrographie : elle peut montrer une défaillance au niveau de la capsule articulaire responsable de la protection de la tête fémorale, et ce, à travers la fuite du produit de contraste. De même, elle offre une meilleure visibilité de l’intérieur du labrum fissuré ainsi que de la lésion.
  • Une arthroscopie : elle constitue habituellement l’examen de référence. Elle consiste à faire pénétrer des instruments motorisés ou mécaniques dans l’articulation. Elle permet une vision directe de la lésion ainsi qu’une palpation du labrum. Cela aide à mieux évaluer sa mobilité.
  • Un arthroscanner: associé à une arthro-IRM (Imagerie par Résonance Magnétique), il peut mettre en évidence la lésion du labrum et mesurer sa gravité.
  • Une radiographie de la hanche: elle permet d’identifier la cause de la lésion. Elle permet notamment de mettre en évidence une coxarthrose ou une dysplasie.

 

 

Comment traiter les lésions du labrum acétabulaire ?

 

Qui contacter en cas de lésions du labrum acétabulaire ?

 

Si vous constatez des symptômes du syndrome du bourrelet cotyloïdien, consultez un de ces professionnels de santé :

 

  • un médecin généraliste
  • un médecin du sport ;
  • un rhumatologue ;
  • un chirurgien orthopédiste.

 

Ces derniers peuvent établir le diagnostic et prescrire un traitement.

 

Quels sont les traitements prescrits en cas de lésions du labrum acétabulaire ?

 

Il existe différents traitements dans le cadre du traitement des lésions du labrum acétabulaire.

 

En première intention, le médecin prescrit le repos de la hanche pendant deux mois. Le repos peut s’associer à un traitement à base d’antalgiques et d’anti-inflammatoires.

 

Lorsque ce premier traitement s’avère insuffisant, le médecin ordonne des infiltrations de corticoïdes et de la rééducation. Pendant ce traitement, toute activité sportive et professionnelle sollicitant l’articulation de la hanche doit s’arrêter.

 

Si les effets des infiltrations se révèlent encore insatisfaisants, une arthroscopie de la hanche est envisagée. C’est une intervention chirurgicale qui consiste à corriger la malformation ou la déformation du labrum. Elle est aussi nécessaire pour retirer le kyste ou l’anse d’eau. Elle se réalise sous caméra, sous anesthésie générale et pendant une courte hospitalisation.

 

Pour tout savoir sur l’arthroscopie de hanche (incluant les risques et la convalescence), consultez l’article suivant.

 

 

Sources

 

https://www.institut-kinesitherapie.paris/les-traitements/reeducation/labrum/

https://www.chirurgie-orthopedique-paris.com/pathologies/lesion-du-bourrelet-cotyloidien/