mal de dos au travail arthrose zygapophysaire

Arthrose zygapophysaire: Cause de vos douleurs? (Que faire?)

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

L’arthrose zygapophysaire, bien que le nom soit peu commun, est une pathologie assez fréquente responsable de mal de dos. Un pourcentage entre 14 à 41% des personnes souffrant de mal de dos présenteraient des lésions caractéristiques de l’arthrose zygapophysaire. Il est donc pertinent d’en parler et d’apporter les informations essentielles à la compréhension de cette affection.

Après la définition, cet article fera un rappel anatomique vulgarisé sur les articulations zygapophysaires, puis parlera des symptômes, des causes et du traitement de l’arthrose zygapophysaire.

Généralités

Définition

L’arthrose zygapophysaire est une arthrose qui concerne les articulations inter apophysaires postérieures de la colonne vertébrale encore appelés articulations zygapophysaires. Il existe l’arthrose zygapophysaire de la région lombaire (dos) mais aussi celle de la région cervicale (cou).

L’arthrose zygapophysaire diffère de l’arthrose lombaire ou de la discarthrose. La première concerne les articulations situées en arrière des vertèbres pendant que la deuxième survient aux dépens des disques intervertébraux en avant.

Les articulations zygapophysaires : Leçon simplifiée d’anatomie

Les articulations zygapophysaires, encore appelées articulations interapophysaires postérieures (« facet joints » en anglais), sont les articulations qui relient les arcs vertébraux. Ce sont des articulations de type synovial, c’est-à-dire que les mouvements articulaires sont facilités par la présence d’un liquide visqueux nommé synovie.

Great Facet Joints arthrose zygapophysaire
Source

Ces articulations ont une surface plate. Elles unissent les processus osseux inférieurs (gauche et droit) d’une vertèbre aux processus osseux supérieurs (gauche et droit) de la vertèbre qui la suit directement en bas.

Les surfaces articulaires de ces articulations sont cartilagineuses. Pour rappel, le cartilage articulaire est une structure anatomique qui tapisse les extrémités osseuses des articulations, leur permettant de glisser les unes sur les autres sans friction.

articulation zygapophysaire
Source (Fleuralia)

Une autre structure anatomique des articulations zygapophysaires est la capsule.  La capsule articulaire qui les maintient a une épaisseur variable croissante dans le sens crânio caudal. Autrement dit, les capsules articulaires des vertèbres cervicales sont plus minces que celles des vertèbres thoraciques, qui sont moins épaisses que celles des vertèbres lombaires.

Les articulations zygapophysaires présentent des inclinaisons qui varient selon les types de vertèbres (cervicales, thoraciques, lombaires). Ces inclinaisons variables accordent plusieurs possibilités de mouvements  à ces articulations. Elles permettent les mouvements de rotation, d’inclinaison et de flexion/extension de la colonne vertébrale.

Notons que les nerfs rachidiens émergent par des foramens (trous) à ce niveau, et peuvent être comprimés ou irrités en cas d’arthrose zygapophysaire.

Dans l’arthrose zygapophysaire, on observe une destruction du cartilage articulaire qui s’amincit, se fissure et finit par disparaître. Une fois le cartilage détruit, toutes les autres structures des articulations peuvent être touchées. Les arcs vertébraux, le tissu synovial ainsi que la capsule articulaire peuvent être atteints. Ces lésions seront alors responsables des douleurs au niveau de la colonne vertébrale.

Symptômes et diagnostic de l’arthrose zygapophysaire

Les lésions

Lorsque le cartilage articulaire est détruit, il se produit un pincement articulaire, c’est-à-dire une réduction de l’espace séparant les deux extrémités des processus osseux de l’articulation zygapophysaire. Les fissures au sein du cartilage articulaire s’étendent aux apophyses vertébrales sous chondrales (sous le cartilage). On note une condensation osseuse des zygapophyses qui deviennent denses.

À LIRE :   Arthrose zygapophysaire et travail : Tout savoir

On observe aussi une formation de cellules osseuses anormales épaisses au niveau des extrémités osseuses appelées ostéophytes ou « becs de perroquet ».

Au cours de l’arthrose zygapophysaire, on peut avoir un épanchement liquidien intra articulaire. Il s’agit du liquide synovial produit anormalement en grande quantité suite à une réaction inflammatoire du tissu synovial.

En effet, le cartilage osseux, en se détériorant, libère des substances qui irritent la membrane synoviale. Ceci entraîne un processus inflammatoire. Dans ces circonstances, ce liquide synovial produit est aussi anormal en qualité, et n’assure plus son rôle principal de protection du cartilage. Il produit l’effet inverse en accélérant encore plus sa destruction.

Origine de la douleur dans l’arthrose zygapophysaire

La douleur arthrosique zygapophysaire provient des structures anatomiques situées autour du cartilage articulaire en destruction étant donné que le cartilage en lui-même n’est pas innervé. La douleur est originaire donc du tissu synovial, de l’os sous chondral, des tendons et des ligaments qui renferment des terminaisons nerveuses. Parfois, il peut y avoir une prolifération anormale de nerfs à l’intérieur du cartilage abimé (phénomène appelé néo-neurogenèse).

Caractéristiques des douleurs

Les douleurs ressenties lors de l’arthrose zygapophysaire varient en fonction des patients. Elles sont plus ou moins intenses, marquées par des périodes de « crises » et des périodes d’accalmies. Cette douleur se déclenche généralement après un effort, ou après avoir longtemps été statique dans une même position. C’est donc une douleur mécanique. Elle disparaît généralement au repos.

trajet en voiture et hernie discale
Source

De plus, selon la topographie de l’arthrose, la douleur qui est de type rachidienne irradie vers les membres supérieurs ou inférieurs. On peut par exemple assister à une symptomatologie de lombalgie typique accompagnée de sciatique ou de cruralgie s’il s’agit d’une atteinte lombaire. Parfois des douleurs à la hanche et au genou (gonalgie) peuvent être ressenties.

Au niveau cervical, les douleurs peuvent toucher la nuque, et également irradier vers le membre supérieur. La personne touchée peut également noter des picotements et engourdissements de la main et des doigts.

Outre la douleur, les autres signes sont :

  • Spasmes musculaires réflexes
  • Hypertrophie des massifs articulaires avec pour conséquences une limitation des mouvements articulaires ainsi qu’une déformation articulaire visible au niveau du dos
  • Sténose du canal rachidien.

Diagnostic paraclinique

Le diagnostic de l’arthrose zygapophysaire comme le diagnostic de la plupart des arthroses des autres articulations peut se faire avec une simple radiographie standard. Le cartilage lui-même n’est pas visible sur les clichés mais des signes indirects permettent d’affirmer l’arthrose. Il s’agit de :

  • pincement articulaire (réduction de l’espace entre les deux extrémités des zygapophyses)
  • condensation osseuse sous chondrale (les arcs vertébraux concernés paraissent plus blancs que les vertèbres normales)
  • la présence des ostéophytes (proéminences osseuses) autour de l’articulation zygapophysaire.
Facets normal ct w text better contrast arthrose zygapophysaire
Source

Causes

Les disques intervertébraux et l’articulation zygapophysaire forment un ensemble fonctionnel. Une atteinte du disque intervertébral modifie la géométrie des mouvements intervertébraux. C’est ainsi qu’une anomalie du disque intervertébral telle qu’une hernie discale ou un pincement du disque peut affecter l’articulation zygapophysaire. En retour, l’arthrose zygapophysaire est capable d’aggraver une discopathie (pathologie du disque intervertébral).

À LIRE :   Infiltration pour arthrose zygapophysaire : Efficace ?

Par ailleurs, il semble que des facteurs génétiques joueraient un rôle important dans la survenue de l’arthrose zygapophysaire. Différents autres facteurs sont aussi impliqués comme :

  • l’âge
  • le poids
  • l’excès d’activité physique
perte de poids mal de dos arthrose zygapophysaire

Traitement : Que faire?

Les approches de traitement de l’arthrose zygapophysaire sont similaires à tous les traitements possibles de l’arthrose lombaire. Un spécialiste pourra alors adapter le traitement selon les besoins de chaque patient parmi les solutions si après :

– Les moyens médicamenteux : antalgiques (anti douleurs), anti-inflammatoires

médicaments pour la névralgie intercostale

–  Les moyens non médicamenteux: exercices, cure thermale, thérapies alternatives, produits naturels, alimentation anti-inflammatoire

– La kinésithérapie (physiothérapie)

– L’ostéopathie

ostéopathie comme solution au lumbago

En dernier recours : Les interventions locales invasives : infiltration de corticoïdes, viscosupplémentation (injection d’acide hyaluronique dans l’articulation), appareillage, chirurgie, etc.

Great Blausen 0391 FacetJointInjection arthrose zygapophysaire
Source

Quelques conseils pratiques

Si vous votre médecin vous a diagnostiqué une arthrose zygapophysaire il faudra suivre les mesures hygiéno diététiques ci après :

  • Éviter les efforts intenses qui surchargent l’organisme pour ne pas détruire davantage les extrémités osseuses de l’articulation
  • Éviter les mouvements extrêmes (comme l’hyperflexion ou l’hyperextension du dos) si vous n’êtes pas entraîné
  • Éviter les positions debout et assise prolongées
  • Consulter lorsqu’on ressent une douleur lors d’un effort physique
  • Considérer une perte de poids si vous êtes en surpoids ou obèse
  • Consulter régulièrement un thérapeute pour un meilleur suivi

Outre les solutions mentionnées ci-haut, il existe plusieurs produits et accessoires disponibles sur le marché permettant de soulager les douleurs reliées à l’arthrose zygapophysaire. Il faut se rappeler que ces outils offrent généralement un soulagement temporaire, et doivent être utilisés avec parcimonie. Parmi les produits recommandés par nos professionnels, nous avons :

Qu’en est-il des remèdes naturels ?

Bien qu’ils ne soient pas supportés d’évidences scientifiques solides, plusieurs produits naturels et remèdes de grand-mère sont utilisés pour traiter les douleurs reliées à l’arthrose zygapophysaire, notamment pour leur pouvoir anti-inflammatoire.

Voici une liste non exhaustive de plantes et d’huiles essentielles efficaces pour contrôler la douleur et l’inflammation. Les produits sont disponibles sur le site Kalae. Utilisez le code promo LOMBAFIT15 si vous désirez vous procurer un des produits suivants, ou n’importe quel remède visant à soulager vos symptômes et améliorer votre qualité de vie :

  • Le curcuma. Grâce à ses pouvoirs anti-oxydants et anti-inflammatoires très puissants, le curcuma est l’une des plantes les plus utilisées dans un cadre culinaire et thérapeutique. La composition du curcuma est essentiellement faite d’huiles essentielles, de vitamines (B1, B2,B6,C,E,K) et d’oligo-éléments. Mais c’est à sa composition riche en curcumine et curcuminoides que l’on doit les propriétés anti-inflammatoires de cette épice.
  • Le gingembre. Outre la saveur particulière qu’il apporte en cuisine et ses vertus aphrodisiaques, le gingembre est une racine très connue pour ses pouvoirs anti-inflammatoires. Le gingérol lui confère son action anti-inflammatoire. Il s’agit un composant actif agissant sur les douleurs inflammatoires liées aux maladies inflammatoires articulaires chroniques, notamment la polyarthrite rhumatoïde, le lupus, les maladies rhumatismales, etc. Il a été prouvé que cet élément actif est aussi efficace pour agir sur l’inflammation liée aux arthrites et à la sciatique.  Le gingembre possède également d’autres bienfaits grâce à sa haute teneur en potassium et à sa richesse en oligo-éléments (calcium, magnésium, phosphore, sodium) et en vitamines (provitamine et vitamine B9).
  • Les oméga-3. Les oméga-3 sont des acides gras polyinsaturés qui jouent un rôle très important dans le fonctionnement de notre organisme. Ils sont apportés par l’alimentation sous trois formes naturelles : l’acide docosahexaénoique (DHA), l’acide alpha linolénique (ALA) et l’acide éicosapentaénoique (EPA). Au-delà de leur action sur le cerveau et le système cardiovasculaire, les oméga-3 s’avèrent très efficaces contre l’inflammation. En effet, ils ont la capacité d’agir sur les mécanismes inflammatoires dans l’arthrose en freinant la destruction cartilagineuse, ainsi ils réduisent l’intensité des douleurs arthrosiques. La sciatique, étant le plus souvent liée à une inflammation secondaire à une hernie discale, elle peut aussi répondre aux oméga-3 à condition d’en consommer régulièrement. 
  • L’eucalyptus citronnéL’eucalyptus est une plante utilisée le plus souvent sous forme de tisane ou d’huile essentielle. Elle aurait des effets anti-inflammatoires qui lui conférent la capacité d’agir sur les douleurs ostéoarticulaires en générale et les douleurs de la sciatique en particulier.
  • La gaulthérie. La gaulthérie est un arbuste dont on extrait une huile essentielle très intéressante. C’est l’une des huiles essentielles les plus utilisées en aromathérapie. Cette huile extraite de l’arbuste portant le même nom, est utilisée en massage pour soulager la sciatique et agit comme un antalgique. En effet, elle procure un effet chauffant grâce à sa capacité d’activer localement la circulation sanguine.

Conclusion

Beaucoup de patients souffrant de mal de dos sont atteints d’arthrose zygapophysaire. C’est une pathologie des articulations interapophysaires postérieures de la colonne vertébrale à ne pas confondre avec l’arthrose lombaire.

Le symptôme principal est la douleur de type mécanique disparaissant au repos. La radiographie standard permet d’en faire le diagnostic à travers trois signes indirects capitaux : pincement articulaire, condensation osseuse sous chondrale, ostéophytes.

Il existe une corrélation entre la discopathie et l’arthrose zygapophysaire mais la génétique, l’âge, le poids et le sport intense sont également des facteurs de risque.

Le traitement de l’arthrose zygapophysaire n’est pas différent de celui de l’arthrose lombaire en matière de médicaments et de moyens physiques. Cependant, il y a des règles hygiéno diététiques à observer dès que la pathologie est diagnostiquée. Un suivi par un professionnel de santé s’avère important.

Bonne guérison !

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 3.9 / 5. Nombre de votes 21

Si vous avez bénéficié de cet article...

Suivez-nous sur Youtube et Facebook

Navré que vous n'ayez pu trouver réponse à vos questions !

Aidez-nous à améliorer cet article !

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

FORMATION 100% OFFERTE

Découvrez une méthode unique vous permettant (ENFIN !) de mettre un terme à vos douleurs physiques...