Infiltrations et mal de dos: Mieux les comprendre… pour mieux les éviter!

  Si vous souffrez du dos, vous cherchez évidemment le moyen de vous départir de vos symptômes au plus vite! Vous recherchez donc la solution la plus "facile", la plus "rapide", ou la plus "économique" qui existe à l'heure actuelle. ..

"Devriez-vous considérer une injection d’emblée lorsque vous êtes en douleur? Nooooon."
PARTAGEZ L'ARTICLE

 

Si vous souffrez du dos, vous cherchez évidemment le moyen de vous départir de vos symptômes au plus vite! Vous recherchez donc la solution la plus « facile », la plus « rapide », ou la plus « économique » qui existe à l’heure actuelle.

 

Vous avez déjà entendu parler des infiltrations de cortisone pour soulager le mal de dos, et vous vous demandez si ça peut aider dans votre cas. Après tout, si on pique là où ça fait mal, la douleur devrait disparaître, non? Permettez-moi d’en douter!!!

Dans l’article présent, nous discuterons des différents types d’infiltration qui existent en médecine, et la meilleure philosophie à adopter lorsqu’on envisage leur utilisation.

 

Le problème

La solution

Qui peut vous infiltrer?

Les types d’infiltration: Épidurale

Les types d’infiltration: Bloc facettaire

Les types d’infiltration: Injection aux points gâchettes

Les types d’infiltration: Infiltration sacro-iliaque

Conclusion

 

Commençons sans plus tarder…

 

« Est-ce que l’infiltration est une option thérapeutique lorsqu’on a mal au dos? »

Oui.

« Est-elle parfois efficace? »

Oui.

« Devriez-vous considérer une injection d’emblée lorsque vous êtes en douleur? »

Nooooon.

 

injection de cortisone mal de dos

 

Le problème…

 

Le problème avec les infiltrations, c’est qu’elles ne sont pas supportées par assez d’évidences scientifiques. En gros, plusieurs études démontrent que ces infiltrations ont surtout un effet à court terme, et ne sont pas plus efficaces que d’autres méthodes de traitement plus « naturelles » à long terme.

 

C’est comme si je vous disais qu’on allait vous faire une injection qui serait probablement désagréable, et qui avait des risques de ne pas fonctionner sur la durée! En plus de tout ça, il se peut que vous ayez des effets secondaires ou complications (pour être honnête, elles sont rares, mais quand même!).

 

Parmi les effets secondaires les plus documentés, nous avons notamment les céphalées, saignements, infections, hématome, nausée, engourdissements causés par une irritation nerveuse, fragilité osseuse, élévation de la glycémie chez les diabétiques, réactions allergiques aux médicaments injectés, etc.

 

Difficile de se réjouir, non?! Alors dans quels cas faut-il considérer une injection pour soulager ses maux de dos?

 

infiltration de cortisone complications

 

La solution…

 

Retenons la prémisse suivante: «Les injections doivent être considérées uniquement dans les cas de douleurs persistantes et incapacitantes n’ayant pas répondu à un traitement conservateur d’au moins 6 semaines.» Ceci implique également que le patient n’est pas éligible à une chirurgie, ou qu’il ne désire tout simplement pas envisager cette option.

 

En gros, ça devrait être le dernier recours avant la chirurgie! Pour ceux qui se demandent s’ils devraient se faire infiltrer tout de suite après un lumbago… la réponse est non, non, et encore non!  

 

« Les injections doivent être considérées uniquement dans les cas de douleurs persistantes et incapacitantes n’ayant pas répondu à un traitement conservateur d’au moins 6 semaines. »

 

Vous comprendrez donc que l’injection n’est pas quelque chose de magique (sinon on l’aurait prescrit à tout le monde ayant mal au dos…et les métiers de physiothérapeutes, kinés, et ostéos seraient obsolètes!).

 

Qui peut vous infiltrer?

 

« À l’heure actuelle, l’infiltration demeure un acte médical. »

 

infiltration de cortisone mal de dos
Le médecin est le plus apte à vous infiltrer pour traiter votre mal de dos.

 

Malheureusement, il existe de nombreux pseudo-thérapeutes non qualifiés qui proposent à leurs patients toutes sortes d’infiltration pour soulager leur mal de dos. Souvent, ces injections utilisent des plantes ou autres produits dérivés visant le soulagement des symptômes.

 

Le problème, c’est que ces produits sont souvent peu étudiés, ce qui augmente le risque de développer des effets secondaires, ou tout simplement perdre son temps et son argent.

 

Pour la petite histoire, un homme de 33 ans a décidé de s’infiltrer lui-même son propre sperme en pensant que ça soulagerait ses symptômes. Et ce pendant un an et demi!!! Le pauvre homme a même développé un large abcès sous-cutané d’origine infectieuse. Donc si jamais l’idée de vous injecter du sperme vous a traversé l’esprit…il faut qu’on parle!

 

injection de sperme pour essayer de réduire ses douleurs au dos
Non, s’injecter du sperme ne vas pas soulager votre mal de dos!

 

Bon, revenons à nos moutons. À l’heure actuelle, l’infiltration demeure un acte médical. Ceci veut dire qu’il faut se tourner vers un médecin qualifié pour bénéficier d’une infiltration de manière scientifique, sûre et éthique. Parmi les médecins qui peuvent faire des infiltrations, nous avons les généralistes, orthopédistes, anesthésistes, physiatres et radiologistes.

 

Les différents types d’infiltrations

 

Bon, j’ose espérer que vous en savez désormais un peu plus sur les infiltrations. Plus spécifiquement, vous connaissez quelques bénéfices et inconvénients en lien avec cette pratique.

 

Poursuivons l’article avec l’explication des différents types d’infiltrations disponibles en médecine à l’heure actuelle. Lorsque le médecin décide qu’il faut y aller avec l’injection, il peut vous proposer différents types:

 

Épidurale:

 

L’infiltration épidurale est une injection ayant pour but de diminuer l’inflammation et la douleur provenant d’une ou plusieurs racines nerveuses à l’intérieur de la colonne vertébrale. L’utilisation de radiographie pour confirmer le trajet de l’infiltration diminue les risques reliés à la procédure. Les meilleurs résultats sont observés chez les gens qui souffrent de radiculopathie dûe à une hernie discale. Malheureusement, les résultats sont souvent temporaires, et ne perdurent pas à long terme.

 

infiltration épidurale

 

Bloc facettaire:

 

Ce  type d’injection a pour but de diminuer l’inflammation et la douleur provenant des facettes articulaires. Le médecin choisira d’inflitrer à cet endroit s’il estime que votre douleur origine de ces articulations. S’il veut plutôt confirmer que les facettes articulaires sont la source de vos douleurs, il peut faire ce type d’infiltration dans un but diagnostique. Ainsi, les résultats seront satisfaisants seulement si l’origine de vos douleurs provenait bel et bien de vos facettes.

 

Injection aux points gâchettes:

 

Si votre médecin estime qu’un des points gâchettes reproduit votre douleur, il peut vous proposer une injection de cortisone (ou autre solution) à ce niveau. On les appelle infiltrations points gâchettes, mais aussi infiltrations myofasciales. Je dirais toutefois que les recherches démontrent des résultats inconsistants et souvent temporaires.

 

Pour cette raison, je vous recommande fortement d’envisager d’autres options thérapeutiques qui seraient moins invasives avant d’opter pour ce type d’injection. Par exemple, les aiguilles sèches peuvent détendre les muscles tendus, favoriser la circulation locale et soulager la douleur. Ces types d’aiguilles sont utilisées par les acupuncteurs (qui utilisent la médecine traditionnelle chinoise pour oritenter le traitement) ou physiothérapeutes (qui utilisent une approche davantage «médicale» et plus scientifique).

 

mal de dos et acupuncture
Pourquoi ne pas essayer les aiguilles (acupuncture) sèches avant d’envisager une infiltration « point gâchette »?

 

Infiltration sacro-iliaque:

 

Si votre médecin estime que la cause de votre douleur provient de la sacro-iliaque, il va d’abord effectuer certains tests cliniques de provocation de douleur en stressant cette articulation de diverses façons. Toutefois, il faut comprendre que le diagnostic d’une atteinte de cette région est controversé, et difficile à prouver.

 

Si ces tests reproduisent votre douleur habituelle, il se peut que votre médecin vous propose une infiltration à but diagnostique. En gros, il s’agit d’injecter un agent anesthésiant local (comme la lidocaine ou bupivicaine) au niveau de la sacro-iliaque pour déterminer si vous ressentez un soulagement (temporaire). Cette injection est généralement faite sous fluoroscopie, c’est-à-dire guidée par une imagerie médicale.

 

Après l’infiltration diagnostique, le médecin pourrait re-tester les mouvements qui étaient auparavant douloureux. Si vous ressentez moins de douleur en général, on pourra conclure que l’articulation sacro-iliaque était inflammée. On va alors concentrer le traitement autour de la sacro-iliaque, par exemple avec des injections subséquentes. Si, au contraire, il n’y a aucun effet thérapeutique, ceci voudrait dire que vos symptômes proviendrait d’une autre structure, ou d’une autre cause.

 

articulation sacro-iliaque mal de dos
L’articulation sacro-iliaque (en rouge) est l’articulation qui rejoint l’os iliaque et le sacrum; cette articulation peut parfois être responsable de votre mal de dos.

 

Si jamais vous devez avoir recours à l’aiguille (en derniers recours avant la chirurgie, n’oubliez pas!), il se peut qu’une seule injection ne soit pas suffisante. Bien que le nombre précis ou l’intervalle recommandé entre chaque injection sont controversés, les experts recommandent une série de 1 à 3 injections à intervalle d’au moins 1 mois. Surtout, il ne faut PAS faire d’injection subséquente si la précédente n’a pas apporté de résultats positifs.

 

Conclusion

 

Pour résumer, je ne vous conseille pas de faire d’injection si vous voyez un progrès de votre condition avec un traitement conservateur, aussi minime soit-il. Ainsi, au lieu d’opter pour une injection qui peut potentiellement n’apporter aucun bénéfice, il vaut mieux se concentrer sur des méthodes plus « naturelles » visant à soulager vos symptômes. Par exemple, avez-vous essayé la méthode McKenzie? Ou encore, des techniques de respiration ou de méditation? Évidemment, ne sous-estimons pas l’importance de l’exercice physique (adapté à votre condition, bien évidemment!). Bref, il y a toujours quelque chose à faire pour vous aider à aller mieux!

 

Si vous voyez un plateau thérapeutique (un arrêt de progrès de votre condition), associée à une douleur persistante vous empêchant de vaquer à vos occupations, vous pouvez penser à ce moment à une intervention plus invasive. Évidemment, je vous recommande fortement d’en parler avec un professionnel de la santé afin qu’il vous guide sur les diverses options possibles. 

 

À votre tour de participer: Si jamais vous avez déjà été infiltré, racontez-nous les raisons pour lesquels votre médecin a décidé d’utiliser cette voie thérapeutique. Partagez également les résultats, et l’effet de l’infiltration sur vos symptômes.

 

Si jamais vous voulez bénéficier de techniques plus naturelles visant à réduire votre douleur, essayez ces 15 techniques d’auto-traitement visant le soulagement de vos symptômes. Profitez également de nos nombreux guides pour vous aider à traiter votre condition.

 

 

Une réponse sur “Infiltrations et mal de dos: Mieux les comprendre… pour mieux les éviter!”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *