Douleurs dans la nuque : 7 causes possibles (et comment les soulager)

Douleurs dans la nuque : 7 causes possibles (et comment les soulager)

 

Vous avez des douleurs dans la nuque, et ne pouvez identifier la source de votre problème.

 

En effet, lorsque les symptômes n’apparaissent pas après un accident (comme un coup du lapin), il est parfois difficile d’établir la cause exacte des douleurs.

 

Quelles sont les causes possibles de douleurs dans la nuque ? Lesquelles sont graves ? Et surtout, que faire pour se soulager et améliorer sa qualité de vie.

 

Cette article vulgarisé propose 7 causes possibles de douleurs la nuque, en mettant l’accent sur des stratégies de traitement visant à aller mieux.

1. Trauma

 

C’est la cause la plus simple à identifier. Il va de soi qu’après un trauma telle qu’une entorse cervicale (également appelée coup de/du lapin), on puisse développer des douleurs dans la nuque.

 

La gestion de cette condition va dépendre des structures irritées, des conséquences observées, de la condition du patient, etc.

 

Pour en savoir plus sur l’entorse cervicale : LINK

 

2. Douleurs musculaires

 

Un muscle contracturé ou sur-étiré peut générer des douleurs. Ces miro-dommages  provoquent souvent de l’inflammation, des spasmes musculaires et de la douleur.

 

Comme la région cervicale est composée de plusieurs muscles, il est possible que ceux-ci participent aux douleurs dans la nuque.

 

douleurs dans la nuque et musculaire

 

Ceci peut venir d’une séance de sport où les muscles ont été sur-sollicités. Ou encore, de micro-traumas dus aux activités quotidiennes. Finalement, les postures statiques prolongées occasionnent régulièrement des dysfonctions musculaires.

 

3. Hernie cervicale

 

La hernie cervicale est une pathologie discale. En gros, un des disques présent entre les vertèbres du cou fait saillie à l’extérieur de ses limites.

 

Plus précisément, le noyau gélatineux présent à l’intérieur d’un disque intervertébral pousse et transperce l’anneau fibreux entourant le disque.

 

hernie discale cervicale provoquant des douleurs dans la nuque

 

Les conséquences de l’hernie vont dépendre de plusieurs facteurs. En effet, dans certains cas, la hernie cervicale ne sera accompagnée d’aucun symptôme ! Ceci vient du fait que le corps s’est probablement adapté, et que la hernie ne crée pas d’inflammation ni irritation nerveuse.

 

Dans d’autres cas, la hernie cervicale peut être problématique. Évidemment, un des symptômes observés est la douleur dans la nuque.

 

Outre la douleur, on peut observer des irradiations dans les membres supérieurs, des picotements ou engourdissements, une atteinte de la sensibilité et de la force, une altération des réflexes, etc.

 

Encore une fois, chaque cas de hernie cervicale est différent. Le pronostic et la prise en charge dépendront de la hernie cervicale, des symptômes provoqués, et des conséquences fonctionnelles.

 

L’IRM est généralement la méthode de choix pour diagnostiquer une hernie cervicale.

 

4. Dysfonction articulaire

 

La nuque est composée de la juxtaposition de vertèbres cervicales superposées les unes sur les autres. Celles-ci sont également reliées par plusieurs articulations (comme les articulations zygapophysaires).

 

douleurs dans la nuque d'origine articulaire

 

Toute articulation peut être le site d’une dysfonction comme l’arthrose, de la dégénérescence, une atteinte du cartilage, etc. Ceci peut provenir d’un trauma, d’un torticolis, ou encore de sur-utilisation.

 

La radiographie permet d’apprécier l’intégrité des vertèbres cervicales, et diagnostiquer de l’arthrose ou autre problème articulaire.

  

5. Condition inflammatoire

 

Les douleurs dans la nuque ne proviennent pas toujours d’un problème mécanique. Parfois, une condition inflammatoire sous-jacente peut participer aux douleurs.

 

Parmi les conditions pouvant occasionner des douleurs dans la nuque, on compte :

 

6. Stress émotionnel

 

Il ne faut pas sous-estimer la composante émotive des douleurs dans la nuque. En effet, la région cervicale est souvent sollicitée en présence d’événements anxiogènes.

 

La contraction musculaire des muscles trapèzes –souvent impliqués en période de stress– peut indirectement augmenter les douleurs dans la nuque. Les tensions sous-occipitales peuvent également provoquer des maux de tête (appelé céphalées cervicogéniques).

 

douleurs dans la nuque provoquées par le stress

 

Il en est de même si vous avez tendance à serrer les dents lorsque vous êtes anxieux. Les muscles de la mâchoire et l’articulation temporo-mandibulaire provoquent régulièrement des douleurs irradiées au niveau cervical.

 

7. Maladie sérieuse (cancer)

 

Dans certains rares cas, les douleurs à la nuque peuvent provenir d’une atteinte sérieuse.

 

Généralement, les douleurs sont accompagnées de symptômes inhabituels qui devraient mettre la puce à l’oreille de tout professionnel de santé.

 

drapeaux rouges reliés au mal de dos

 

Que faire ?

 

Lorsqu’on souffre de douleurs dans la nuque, plusieurs options s’offrent à nous. Voici la structure généralement proposée par les professionnels de santé.

 

Clarifier le diagnostic

 

Comme nous avons pu le voir, il existe plusieurs causes possibles de douleurs dans la nuque.

 

C’est la raison pour laquelle un professionnel de santé doit faire plusieurs tests physiques visant à clarifier le diagnostic. Par exemple, il regardera la mobilité du cou, la sensibilité des membres inférieurs, les réflexes, etc.

 

En cas de doute, ou pour poursuivre l’investigation, il pourrait référer en imagerie médicale. De manière générale, la radiographie est prescrite pour établir la présence d’arthrose ou atteinte articulaire. L’IRM, quant à elle, est prescrite lorsqu’on soupçonne une atteinte nerveuse.

 

irm cervical

 

Dans certains rares cas, des examens plus poussés seront demandés. Par exemple, un EMG permettra d’établir la conduction nerveuse dans les membres supérieurs.

 

Calmer la douleur et l’inflammation

 

L’inflammation, bien que nécessaire à la guérison optimale de toute blessure, peut causer de la douleur et être nuisible lorsqu’elle persiste dans le temps. Dans plusieurs cas, on va tenter de calmer l’inflammation pour soulager les douleurs dans la nuque.

 

Les méthodes naturelles impliquent la glace et les produits naturels (arnica, curcuma, etc.) Si ces stratégies s’avèrent inefficaces, le médecin prescrira généralement des médicaments anti-inflammatoires.

 

Dans certains cas, le spécialiste prescrira des infiltrations de cortisones locales. Celles-ci sont généralement prescrites lorsque les méthodes conservatrices (incluant les médicaments) n’offrent pas de résultats, et que les symptômes limitent la qualité de vie.

 

L’ultime solution demeure l’opération. Par contre, elle est employée dans de rares cas. Si on observe une instabilité de la colonne cervicale, le chirurgien pourrait poser des tiges et vis. Ou encore, une hernie cervicale compromettant sérieusement la moelle épinière ou les racines nerveuses pourrait être traitée chirurgicalement.

 

Réduire les tensions musculaires

 

Les tensions musculaires, malgré le fait qu’elles soient difficiles à quantifier, participent aux douleurs ressenties dans la nuque. Elles peuvent même causer des maux de tête dans certains cas (appelé céphalée cervicogénique). Pour ces raisons, il est bénéfique de réduire la tension musculaire dans la région cervicale et ses environs.

 

Plusieurs thérapeutes peuvent appliquer des techniques de massage pour détendre les muscles (kinésithérapeute, physiothérapeute, massothérapeute, ostéopathe, etc.). Outre les thérapeutes, il est possible d’appliquer des techniques d’auto-massage à la maison pour soulager ses tensions. 

 

traitement des douleurs dans la nuque

 

 Il existe également plusieurs étirements spécifiques visant à étirer certains muscles de la nuque, et prescrits par les professionnels de santé. Finalement, la chaleur peut détendre les muscles et soulager les symptômes

 

Maximiser la mobilité

 

Les douleurs dans la nuque sont régulièrement accompagnées de raideurs. Ce manque de mobilité peut limiter certaines activités quotidiennes (comme la conduite) et aggraver les symptômes.

 

Un thérapeute qualifié pourra mesurer la mobilité de la région cervicale, et prescrire des exercices en conséquences. 

 

Renforcer les muscles de la nuque

 

Il a été démontré que les gens qui souffrent de cervicalgies ont une musculature plus faible au niveau du cou.

 

Ceci vient probablement d’une désinhibition musculaire secondaire à la douleur, et à une sous-utilisation des muscles cervicaux.

 

Pour cette raison, il est important de muscler la région cervicale afin de soulager les symptômes, et surtout prévenir les récidives de blessure.

 

Améliorer la mobilité nerveuse

 

Ceci s’applique à ceux qui ont des douleurs dans la nuque qui irradient dans le bras. Ces douleurs sont parfois accompagnées de sensation de brûlures, de picotements ou d’engourdissements.

 

Plusieurs nerfs originent de la région cervicale et descendent dans les membres supérieurs (Source).

 

Bien qu’il existe plusieurs causes de douleurs irradiantes, les symptômes ressentis dans le membre supérieur peuvent provenir d’une mobilité nerveuse non optimale.

 

Dans cette optique, des exercices spécifiques (appelés exercices de mobilisation neurale) peuvent réduire les irradiations et apaiser les engourdissements.

 

« Corriger » la posture 

 

Plusieurs personnes attribuent les douleurs dans la nuque à une mauvaise posture. C’est un mythe.

 

Bien qu’une posture projetée vers l’avant puisse créer de l’inconfort au niveau du cou, il faut comprendre que c’est davantage la position statique prolongée de la région cervicale qui sera responsable des symptômes.

 

mauvaise posture

 

Au lieu d’essayer de modifier sa posture, il faut plutôt changer de position régulièrement durant ses heures de travail. Également, l’utilisation d’un correcteur de posture ne pourra à lui seul corriger les douleurs dans la nuque.

 

Conclusion

 

Les douleurs dans la nuque proviennent de plusieurs causes potentielles. Elles peuvent être reliées aux disques, aux articulations, aux muscles, aux nerfs, etc.

 

Le diagnostic permettant de clarifier les symptômes incluent un examen physique complet, ainsi que des imageries médicales dans certains cas.

 

La prise en charge dépendra de l’origine des symptômes, et devrait idéalement mélanger des approches passives et surtout actives pour contrôler la douleur.

 

Un professionnel de santé vous permettra de clarifier le diagnostic, déterminer la source de votre problème, et vous proposer une approche de traitement adaptée.

 

Bonne guérison !