Brachycéphalie : Définition et prise en charge (Que faire ?)

Brachycéphalie : Définition et prise en charge (Que faire ?)

Vous avez remarqué que la tête de votre bébé est déformée et aplatie en arrière ? Vous pensez au syndrome de la tête plate ou à la brachycéphalie ? C’est probablement le cas.

 

Mais rassurez-vous, la brachycéphalie n’affecte en rien le développement du cerveau de votre bébé. Néanmoins, cette condition nécessite une prise en charge précoce et des mesures thérapeutiques spécifiques afin de prévenir l’aggravation de son aspect inesthétique qui pourrait engendrer un mal être chez votre bébé.

 

En lisant l’article suivant, vous serez en mesure de définir la brachycéphalie, savoir quand et comment reconnaitre ses signes et découvrir comment la guérir.

Qu’est-ce que la brachycéphalie ?

 

Etymologiquement parlant, le mot « brachycéphalie » provient du grec « brachus » qui veut dire court et « kephale » qui signifie crâne. Il définit une déformation ou un aplatissement de la boite crânienne du nourrisson connu sous l’appellation du syndrome de la tête plate.

 

Le nourrisson atteint de ce syndrome possède une tête aplatie dans sa partie postérieure et élargie latéralement dans ses deux lobes pariétaux.

 

Sur le plan anatomique, la brachycéphalie résulte d’une fermeture prématurée des sutures coronales (fronto-pariétales) accompagnée d’une croissance compensatrice bilatérale des sutures pariétales. Par conséquent, l’arrière de la tête va être plus haut que le front.

 

Il existe un autre type de déformation crânienne appelée « plagiocéphalie », qui correspond également à un aplatissement de la tête, mais se distingue de la brachycéphalie par son caractère asymétrique.

 

comparaison entre brachycephalie et plagiocephalie
Source

 

 

Quelle est l’origine de la brachycéphalie ?

 

Dans la grande majorité des cas, la brachycéphalie est observée dans les syndromes associant une déformation crânienne avec une faciosténose (déformation faciale) tels que : le syndrome d’Apert, syndrome de Crouzon, Saethre-Chötzen, Pfeiffer, Muenke, etc.

À LIRE :   Syndrome de Crouzon: Définition et pronostic (Est-ce grave?)

 

Dans ces syndromes, la déformation correspond à des mutations se trouvant sur les gènes : FGFR1, FGFR2, FGFR3, etc.

 

gènes
Source

 

Outre ces syndromes, il existe d’autres facteurs affectant la croissance naturelle de la tête du nourrisson. Les facteurs les plus fréquemment retrouvés sont :  

 

  • L’oligoamnios : qui signifie insuffisance de liquide dans lequel baigne le futur bébé (manque d’espace).
  • Défaut de positionnement en prénatal : le cas des présentations dystocique comme le « siège », sources de pressions externes sur le crâne de Bébé, notamment lors de sa descente dans le canal pelvien.
  • Dormir sur le dos : comme le crane de Bébé est très malléable dans les premiers mois de vie, le fait de dormir sur le dos de manière répétée peut provoquer l’aplatissement de l’arriéré du crâne.

 

 

 Comment reconnaitre une brachycéphalie ?

 

En règle générale, lorsqu’il s’agit d’un syndrome malformatif chez un nourrisson, seul le médecin, généraliste ou pédiatre, est en mesure d’affirmer ou éliminer son existence.

 

Mais, vu que le diagnostic de la brachycéphalie est d’ordre clinique et vu l’évidence de la déformation, même les parents (s’ils sont observateurs) peuvent reconnaitre ses symptômes dans les 6 à 8 premières semaines de vie.  

 

Théoriquement, le syndrome de la tête plate se reconnait aux symptômes suivants :

 

  • Déformation du crâne: qui se caractérise par un aplatissement de la partie postérieure de la tête, accompagné d’un élargissement symétrique des lobes pariétaux. Le derrière de la tête est plus haut que le front.
  • Une bosse de compensation au niveau du front
  • Une tension de la musculature du cou sous l’effet du poids, susceptible de provoquer un torticolis
  • Déformation des orbites avec, parfois, un regard compensateur en coucher de soleil
  • Une hydrocéphalie, responsable du syndrome d’hypertension intracrânienne (HTIC)
  • Une faiblesse et une raideur musculaire.
  • Des symptômes faisant évoquer un syndrome de crouzon tels que : exophtalmie, hypertélorisme orbital, nez en forme de bec, protrusion de la mâchoire, etc.
À LIRE :   Signe de Léri : Dépister une hernie discale ou cruralgie

 

Ces symptômes sont généralement suffisants pour établir le diagnostic de la brachycéphalie. Le recours à l’imagerie médicale est rarement nécessaire sauf si le médecin veut éliminer l’existence d’éventuelles anomalies apparentées à la brachycéphalie telle qu’une craniosténose.

 

 

Conséquences de la brachycéphalie : un impact esthétique et psychologique 

 

Contrairement à la plagiocéphalie, hormis l’impact esthétique, aucune étude n’a, à ce jour, prouvé le lien entre la brachycéphalie et les conséquences médicales d’ordre psychomoteur ou fonctionnel.

 

C’est peut-être une bonne nouvelle pour les parents mais pas pour Bébé ! Certes, l’impact esthétique est préférable à un retard de développement psychomoteur. Mais en l’absence de prise en charge psychologique, votre enfant pourrait avoir des troubles psychologiques et beaucoup de difficultés sociales plus tard.

 

 

Traitement de la brachycéphalie 

 

La démarche thérapeutique devant un cas de brachycéphalie consiste, dans un premier temps, à préconiser un traitement qui repose principalement sur la kinésithérapie (physiothérapie) et l’ostéopathie.

 

S’il y a peu ou pas d’amélioration au bout de 3 à 4 mois de kiné ou d’ostéopathie, ou si le nourrisson dépasse 6 mois (les traitements sont généralement moins efficaces), il convient donc de faire un bilan avec son médecin pour discuter d’un éventuel remodelage crânien par le port de casque.

 

Place de l’ostéopathie dans le traitement de la brachycéphalie

 

L’ostéopathie est une des premières solutions à laquelle il faudra penser pour corriger la déformation crânienne de votre enfant. Malgré les évidences scientifiques limitées, il s’agit d’une thérapie qui a prouvé son efficacité dans le traitement curatif et dans la prévention de la brachycéphalie.

 

Pour corriger la déformation, l’ostéopathe exerce délicatement de légères pressions indolores sur la tête de sorte à bien fixer et équilibrer les sutures dans le but de rétablir la symétrie et la mobilité de la tête.

À LIRE :   Arthrose lombaire : Comment la soulager ? (5 traitements)

 

En ce qui concerne le nombre de séances, ceci dépend de l’âge et de l’importance de la déformation. Généralement, le traitement comprend entre 3 et 5 consultations. Mais s’il s’agit d’une brachycéphalie grave ou d’une brachycéphalie chez un bébé de plus de 3 mois, l’ostéopathe vous proposera probablement un volume horaire plus important (5 à 10 séances).

 

Le port de casque

 

Le casque préconisé pour le traitement du syndrome de la tête plate, a pour but principal de corriger les déformations liées à la brachycéphalie et orienter la croissance de la tête de Bébé. Il s’agit d’une orthèse crânienne en plastique, dure de l’extérieur et mousse de l’intérieur. Cet outil est conçu de manière à permettre la croissance du crane de Bébé là où il n’y a pas de contraintes.

 

port du casque chez le bébé
Source

 

Le casque doit être porté 20 à 23 heures par jour. Oui, Bébé peut dormir avec !

 

La durée du traitement peut aller de 4 à 8 mois avec suivi nécessité de plusieurs rendez-vous de suivi.