Rétrolisthésis : Définition et prise en charge (que faire ?)

Rétrolisthésis : Définition et prise en charge (que faire ?)

Le rétrolisthésis est une anomalie peu fréquente touchant la colonne vertébrale. Elle est caractérisée par le glissement d’une vertèbre vers l’arrière par rapport à la vertèbre sous-jacente. Elle est donc l’opposée du spondylolisthésis où la vertèbre glisse vers l’avant.

 

Le rétrolisthésis concerne généralement le cou ou le bas du dos. Il peut aussi s’observer au niveau du rachis thoracique, mais de façon plus rare.

 

La prise en charge du rétrolisthésis dépend de sa cause, de l’importance du glissement et des éléments anatomiques comprimés. Elle fait généralement appel à des traitements médicamenteux antalgiques, de la kinésithérapie ou de l’ostéopathie. La chirurgie, quant à elle, ne sera envisagée qu’en dernier recours.

Qu’est-ce que le rétrolisthésis ?

 

Le terme « rétrolisthésis » est issu du latin « rétro » qui signifie en arrière, et du grec ancien « listhesis » signifiant glisser. Rétrolisthésis veut donc dire « glisser en arrière ».

 

rétrolisthésis
Source

 

En médecine, le rétrolisthésis désigne une affection du rachis caractérisée par un glissement vers l’arrière d’une vertèbre par rapport à celle située juste en dessous (de 2 mm ou plus).

 

Dans la majorité des cas, ce glissement a lieu au niveau de la région cervicale ou lombaire (particulièrement entre les vertèbres L4-L5 ou L5-S1). L’atteinte du segment dorsal du rachis est nettement moins fréquente.

 

Selon le type de glissement vertébral, on peut distinguer trois principales variétés de rétrolisthésis :

 

  • Rétrolisthésis partiel : la vertèbre concernée glisse vers l’arrière par rapport à la vertèbre située en dessous ou en dessus.

 

  • Rétrolisthésis en escalier : la vertèbre concernée glisse vers l’arrière par rapport à la vertèbre située en dessus et vers l’avant par rapport à la vertèbre située en dessous. Cette bascule de la vertèbre donne un aspect en « escalier » à l’imagerie.

 

  • Rétrolisthésis complet : ici, la vertèbre se déplace avec tout son corps vers l’arrière. Elle se retrouve donc décalée par rapport aux vertèbres sus et sous-jacentes.

 

Tout comme le spondylolisthésis, le rétrolisthésis peut être classé en 4 grades de sévérité selon l’importance du glissement de la vertèbre (exprimée en pourcentage) :

 

  • Grade 1 : déplacement jusqu’à 25 %,
  • Grade 2 : de 25 à 50 %,
  • Grade 3: de 50 à 75 %,
  • Grade 4 : de 75 à 100 %.

 

 

Quels sont les symptômes du rétrolisthésis ?

 

Les symptômes du rétrolisthésis varient d’une personne à l’autre selon la localisation du glissement et les structures anatomiques touchées (articulations vertébrales, ligaments, nerfs…).

 

Ils sont (pour la plupart) la conséquence d’une compression d’éléments nerveux par la vertèbre déplacée, notamment la moelle épinière et les racines nerveuses rachidiennes.

 

douleur cervicale
Source

 

D’une manière générale, le rétrolisthésis peut se traduire cliniquement par :

 

  • Une douleur ou gêne au niveau du siège du glissement : douleurs cervicales, douleurs lombaires ou dorsales. Cette douleur peut être spontanée ou provoquée par la pression digitale et certains mouvements (la marche, la torsion de la colonne vertébrale…).
À LIRE :   Myélite transverse : Trouble de la moelle épinière (Est-ce grave ?)

 

  • Une voussure ou bosse palpable et/ou visible au niveau du rachis qui correspond à la vertèbre déplacée.

 

  • Une réduction globale de la mobilité du rachis, mais d’une façon particulière au niveau du segment concerné.

 

  • Une raideur du dos.

 

  • Symptômes neurologiques au niveau des zones innervées par la ou les structures nerveuses comprimées par la vertèbre déplacée : douleurs (sensation de décharge électrique, sciatique…), engourdissements, picotements, diminution ou perte de la sensibilité, faiblesse musculaire, troubles moteurs…

 

Lorsque la compression est légère ou absente, en raison d’un glissement très léger (grade 1), le rétrolisthésis peut rester asymptomatique.

 

Au contraire, lorsque la moelle épinière ou ses racines nerveuses sont très comprimées par un rétrolisthésis important (grade 3 ou 4), les symptômes peuvent aller jusqu’à la paralysie d’un ou plusieurs membres.

 

 

Quelles sont les causes du rétrolisthésis ?

 

Différentes pathologies en rapport avec la colonne vertébrale peuvent causer ou contribuer au développement du rétrolisthésis. Voici une liste de quelques-unes d’entre elles :

 

  • Dégénérescence du disque intervertébral (discopathie dégénérative),
  • Arthrite ou arthrose au niveau des articulations vertébrales postérieures (arthrose facettaire),
  • Maladies fragilisant les os (ostéoporose, déficits vitamino-calciques, hyperparathyroïdie, prise de corticoïdes au long cours…),
  • Traumatisme du rachis (comme une entorse cervicale ou entorse lombaire),
  • Faiblesse de la musculature dorsale et/ou abdominale (myopathies…),
  • Ostéomyélites (infections osseuses) touchant les vertèbres (notamment la tuberculose ou « mal de Pott »),
  • Déformations du rachis (notamment l’exagération de la courbure lombaire ou « hyperlordose lombaire »),
  • Malformations congénitales du rachis.

 

Par ailleurs, certains facteurs de risque peuvent précipiter le développement d’un rétrolisthésis. Les plus fréquemment rencontrés sont l’obésité et le surpoids (excès de stress sur le rachis lombaire), de même que les mauvaises postures.

 

 

Comment s’effectue le diagnostic ?

 

Pour poser le diagnostic de rétrolisthésis, le médecin commence par collecter le maximum d’informations, et ce, par l’intermédiaire d’un questionnaire détaillé et un examen physique complet.

 

À l’interrogatoire, le médecin fera préciser au patient ses antécédents médicaux/hirurgicaux (personnels et familiaux), sa profession, ses symptômes (type, date et mode d’apparition, circonstances de survenue…).

 

consultation médicale chez le médecin
Source

 

Ensuite, il examine le patient sous toutes ses coutures, avec une insistance particulière sur l’ensemble de la colonne vertébrale. Il pourra ainsi objectiver une douleur, voir ou palper une bosse, constater une déformation du rachis (hyperlordose par exemple) … Cette partie de l’examen physique devrait pouvoir déterminer le siège du glissement vertébral.

 

L’examen neurologique est également primordial, car il permet d’objectiver certaines plaintes du patient secondaires à la compression des structures nerveuses par la vertèbre déplacée (faiblesse musculaire, troubles de la sensibilité…).

 

Au terme de l’examen clinique, le médecin prescrit une radiographique standard du rachis (surtout de profil) afin de visualiser le rétrolisthésis et préciser ses caractéristiques (siège exact, type, grade, éléments orientant vers la cause…).

À LIRE :   Douleur thoracique : 17 causes possibles (et que faire ?)

 

D’autres examens d’imagerie (Scanner, IRM) sont parfois nécessaires pour évaluer le retentissement du rétrolisthésis, notamment la compression de la moelle épinière ou ses racines nerveuses.

 

irm
Source

 

 

Quel est le traitement du rétrolisthésis ?

 

Le traitement du rétrolisthésis dépend de plusieurs facteurs, notamment le siège du glissement, son grade, la gravité des symptômes, le retentissement sur les activités quotidiennes et la qualité de vie… Deux approches principales sont possibles : l’approche conservatrice (non chirurgicale) et l’approche chirurgicale.

 

Approche conservatrice

 

Le rétrolisthésis n’est pas synonyme d’intervention chirurgicale. Pour en arriver à cette solution radicale, il faut d’abord essayer toutes les méthodes conservatrices qui comprennent :

 

  • Un traitement médicamenteux: il s’agit le plus souvent d’une association d’antalgiques et d’anti-inflammatoires à laquelle peuvent s’ajouter, selon les cas, des neurotropes, des antidépresseurs, des corticoïdes…

 

  • L’application de chaleur sur la zone douloureuse pour détendre les muscles (bouillotte, bain chaud).

 

  • De la kinésithérapie : des séances de rééducation chez un kinésithérapeute (physiothérapeute) basées sur des exercices de renforcement des muscles du dos et de l’abdomen, des étirements…

 

  • De l’ostéopathie : les techniques de manipulation ostéopathiques ne permettent pas de « remettre » la vertèbre à sa position initiale, mais visent à prévenir l’aggravation du glissement et soulager certaines douleurs.

 

  • L’immobilisation : des corsets lombaires ou colliers cervicaux peuvent être utilisés pour immobiliser le segment touché du rachis. Ce n’est qu’une solution temporaire à laquelle on peut avoir recours dans un but antalgique.

 

  • Des infiltrations de corticoïdes : les injections se font directement au niveau de la structure irritée par le glissement (les articulations facettaires ou à proximité d’une racine nerveuse comprimée par exemple).

 

Approche chirurgicale

 

Lorsque les symptômes du rétrolisthésis deviennent trop handicapants malgré un traitement conservateur bien conduit, la seule alternative dont on dispose reste la chirurgie.

 

chirurgie
Source

 

L’intervention consiste à fusionner (souder) les deux vertèbres (ou plus) glissant l’une sur l’autre grâce à la mise en place de vis et de tiges métalliques à l’arrière de ces vertèbres. C’est ce qu’on appelle une «arthrodèse cervicale » si elle est effectuée au niveau du cou, et arthrodèse lombaire pour le bas du dos.

 

Les compressions nerveuses (à l’origine des symptômes neurologiques du rétrolisthésis) peuvent être levées par le simple fait de remettre en bonne position la vertèbre déplacée. Mais parfois, il est nécessaire de réaliser des gestes de libération nerveuse en retirant des fragments osseux, ligamentaires ou discaux (bouts de disques intervertébraux) comprimant la moelle ou ses racines indépendamment du rétrolisthésis.

 

Pour ce type d’intervention, un séjour à l’hôpital de 5 à 8 jours est nécessaire. Certaines techniques dites « mini-invasives » permettent de raccourcir les durées d’hospitalisation et de convalescence.

 

Dans la plupart des cas, le patient est levé dans les 48 h postopératoires, avec ou sans corset selon son état clinique. La période de convalescence varie d’une personne à l’autre. En général, la reprise des activités professionnelles se fait après trois mois (selon la profession…).

À LIRE :   Signe de Lasègue : Test pour dépister une sciatique ou hernie discale

 

Une rééducation est quasi systématiquement réalisée après une arthrodèse pour permettre au patient de retrouver de la mobilité et de la force musculaire.

 

 

Comment prévenir le rétrolisthésis ?

 

La prévention du rétrolisthésis repose sur la suppression des facteurs qui augmente le stress sur la colonne vertébrale. Le but est d’éviter le développement de cette pathologie chez une personne à risque, ou son aggravation chez une personne qui en est porteuse.

 

Voici quelques-unes des mesures préventives à adopter :

 

exercice de gym douce pour seniors

 

  • Pratiquer une activité physique régulière en incluant des exercices d’étirement et de renforcement musculaire pour préserver la souplesse de la colonne vertébrale et augmenter sa stabilité.
  • Manger équilibré et varié pour apporter du calcium, de phosphore, des vitamines et autres éléments nécessaires pour la préservation de la densité osseuse.
  • Maintenir une bonne posture en toute circonstance.
  • Perdre quelques kilos en cas de surpoids/obésité.
  • Éviter le port de charges lourdes.
  • Éviter le port de talons hauts.
  • Éviter les sports violents.

 

 

Références

 

[1]  M. Kawasaki, T. Tani, T. Ushida, et K. Ishida, « Anterolisthesis and retrolisthesis of the cervical spine in cervical spondylotic myelopathy in the elderly », Journal of Orthopaedic Science, vol. 12, no 3, p. 207‑213, 2007.

[2]  C. H. Jeon, J. U. Park, N. S. Chung, K. H. Son, Y. S. Lee, et J. J. Kim, « Degenerative retrolisthesis: is it a compensatory mechanism for sagittal imbalance? », The bone & joint journal, vol. 95, no 9, p. 1244‑1249, 2013.

[3]  U. Berlemann, D. J. Jeszenszky, D. BÜHLERI, et J. Harms, « MECHANISMS OF RETROLISTHESIS IN THE I OVVER. LUMBAR SPINE A RADIOGRAPHIC STUDY », Acta orthopaedica belgica, vol. 65, p. 4‑1999, 1999.

[4]  K. K. Kang, M. S. Shen, W. Zhao, J. D. Lurie, et A. E. Razi, « Retrolisthesis and lumbar disc herniation: a postoperative assessment of patient function », The Spine Journal, vol. 13, no 4, p. 367‑372, 2013.

[5]  A. Ahmed, B. H. Mahesh, P. K. Shamshery, et A. Jayaswal, « Traumatic retrolisthesis of the L4 vertebra », Journal of Trauma and Acute Care Surgery, vol. 58, no 2, p. 393‑394, 2005.