Corpectomie cervicale : Tout savoir sur cette opération

Corpectomie cervicale : Tout savoir sur cette opération

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

La corpectomie cervicale est une chirurgie auquel on a recours lorsque la moelle épinière et les nerfs spinaux sont compromis, provoquant des douleurs et symptômes incapacitants chez le patient atteint.

 

Cet article vous explique tout ce qu’il faut savoir sur ce type de chirurgie (différence avec les autres types de chirurgies, la procédure, la convalescence, les complications, etc.).

Définition

 

La corpectomie cervicale est une opération chirurgicale visant à retirer une ou plusieurs vertèbres (os) de la colonne cervicale. Son objectif principal est de décompresser les racines nerveuses et/ou la moelle épinière irritées par des phénomènes de dégénérescence ou autres.

 

Plus spécifiquement, cette intervention consiste à enlever la partie avant de la vertèbre, à savoir le corps vertébral, ainsi que le disque intervertébral pouvant compromettre l’intégrité des nerfs. La partie arrière de la vertèbre, appelée arc postérieur, est quant à elle préservée.

 

Un greffon osseux est ensuite inséré dans l’espace libéré par le retrait du corps vertébral. Ce greffon va stimuler la croissance osseuse qui permettra éventuellement de relier les vertèbres sus et sous-jacente par fusion.

 

Différence avec la discectomie

 

La corpectomie est similaire à une procédure apparentée appelée discectomie. En effet, ces deux types de chirurgies peuvent être utilisées pour traiter des conditions similaires.

 

La différence principale réside dans le fait qu’une corpectomie est une procédure plus invasive, et est généralement utilisée lorsque la condition est plus complexe. Par exemple, la discectomie va uniquement retirer le disque lésé, alors que la corpectomie dégage les vertèbres en plus des disques.

 

Autres types de chirurgie décompressives

 

Parmi les alternatives à la corpectomie, on compte :

 

 

Il est à noter que la technique chirurgicale optimale pour traiter la compression médullaire ou des racines nerveuses reste controversée. Une approche n’est pas forcément supérieure dans toutes les circonstances, et la meilleure option dépendra de facteurs anatomiques et symptomatiques spécifiques à chaque patient.

 

 

Indications

 

Avant d’envisager une intervention chirurgicale, le médecin peut recommander des stratégies conservatrices telles que des médicaments et de la kinésithérapie (physiothérapie). Ces mesures peuvent parfois être efficaces pour éviter une opération. Cependant, la chirurgie est généralement le traitement recommandé lorsque la moelle épinière risque d’être endommagée.

 

Le plus souvent, des problèmes importants et avancés de la moelle épinière doivent être présents pour que la corpectomie soit envisagée. Par exemple, on peut observer une douleur cervicale intense, une faiblesse significative des membres supérieurs, un engourdissement presque constant, un manque de coordination, une incontinence urinaire ou fécale, et une perte de fonction générale.

 

Parmi les conditions médicales qui peuvent parfois mener à une corpectomie, on compte :

 

 

 

Procédure

 

Tel que mentionné, la corpectomie consiste à retirer le corps vertébral des vertèbres qui exercent une pression sur la moelle épinière et les nerfs spinaux.

 

L’intervention se fait principalement sous anesthésie générale, par voie antérieure au niveau cervical. Une incision est pratiquée à l’avant du cou, juste à côté de la trachée. Les muscles cervicaux antérieurs sont déplacés sur le côté. Une attention particulière est portée sur les artères et nerfs environnants, afin de ne pas les endommager durant la chirurgie.

 

L’opération se fait sous guidage radiographique, afin de s’assurer de retirer les vertèbres et disques affectées sans irriter la moelle épinière et les nerfs spinaux. Une fois les corps vertébraux retirés, une greffe osseuse est utilisée pour combler l’espace résiduel. Cette greffe peut être prélevée d’une autre partie du corps (comme un os de la jambe), ou encore provenir d’une allogreffe.

 

Un certain type de fixation interne est généralement nécessaire pour maintenir la vertèbre et la greffe osseuse en place. Pour ce faire, on place généralement une plaque métallique à l’avant de la colonne cervicale, et on la fixe aux vertèbres sus et sous-jacentes grâce à des vis métalliques.

 

 

Convalescence et récupération

 

Les patients passent généralement la nuit à l’hôpital après l’opération, et sont libérés le jour suivant. Dans certains cas, le patient peut être gardé jusqu’à 7 jours post-opératoires.

 

Dans la majorité des cas, le chirurgien recommandera au patient de porter un collier cervical pendant plusieurs semaines. Le rôle de cette minerve sera de soutenir la musculaire cervicale, limiter les mouvements extrêmes, et favoriser la cicatrisation. Il pourra être retiré pour manger, se laver ou dormir.

 

Chez les patients pédiatriques, par contre, il est possible que l’équipe médicale opte pour un gilet halo, qui est une orthèse visant à immobiliser le cou et de latête afin de stabiliser la blessure et aider à la guérison.

 

halo cervical
Halo cervical (Source)

 

Au congé de l’hôpital, l’incision est généralement recouverte d’un pansement chirurgical ou de bandes stériles. On vous indiquera quand les retirer, généralement sept jours après l’opération.

 

Des médicaments anti-douleurs et/ou des décontractants musculaires seront généralement prescrits pour contrôler la douleur et réduire les tensions musculaires. La médication sera ensuite sevrée progressivement au fur et à mesure.

 

Une visite de suivi sera généralement fixée 4 à 6 semaines après la chirurgie. Des radiographies seront prises pour observer le progrès, contrôler la guérison et s’assurer de la fusion osseuse.

 

En tout, on estime que la période de récupération totale est de 6 à 8 semaines pour une corpectomie.

 

Rééducation

 

Les patients sont généralement encouragés à augmenter leur niveau d’activité physique selon tolérance, tout en s’abstenant de faire des exercices intenses (par exemple, les activités impliquant des sauts).

 

Pour optimiser la rééducation, le médecin pourra prescrire de la kinésithérapie (physiothérapie). Ceci permettra d’accélérer la guérison, et de favoriser une reprise sûre et efficace. Les modalités utilisées seront :

 

  • Électrothérapie
  • Massages doux
  • Mobilisations douces
  • Exercices thérapeutiques
  • Conseils et éducation
  • Etc.

 

Note : Dans certains cas, le chirurgien préfèrera attendre 4 à 6 semaines avant de commencer la rééducation et les exercices pour la région cervicale.

 

 

Complications

 

D’un point de vue technique, la corpectomie est une chirurgie assez complexe. Bien que relativement rares, les complications peuvent inclure :

 

  • déficits neurologiques dûe à l’atteinte de nerfs
  • dommage au niveau de la moelle épinière
  • dommage au niveau de la trachée ou de l’oesophage
  • infection de la plaie
  • saignements
  • déplacement du greffon
  • lésion de l’artère vertébrale

 

 

Source

 

  • https://spine.keckmedicine.org/surgical-treatments/anterior-cervical-corpectomy-and-fusion-accf/
  • https://www.neurosurgery.columbia.edu/patient-care/treatments/anterior-cervical-corpectomy#:~:text=A%20corpectomy%20is%20a%20procedure,the%20spine%20in%20the%20neck.