Le mythe de la vertèbre déplacée

mythe vertèbre déplacée
""Le point le plus important à retenir, c’est que votre corps est solide. Vos vertèbres ne peuvent pas se déplacer (sauf accident majeur).""

  Je vois déjà les sceptiques froncer les sourcils. Vous me direz peut-être:   « Mais oui, les vertèbres peuvent se déplacer! »

"Le point le plus important à retenir, c’est que votre corps est solide. Vos vertèbres ne peuvent pas se déplacer (sauf accident majeur)."
PARTAGEZ L'ARTICLE

 

Je vois déjà les sceptiques froncer les sourcils. Vous me direz peut-être:

 

« Mais oui, les vertèbres peuvent se déplacer! »

Ou encore

« La dernière fois que je me suis coincé le dos, je suis allé voir mon thérapeute et il m’a replacé les vertèbres L4-L5! »

 

Dans l’article suivant, nous allons discuter du mythe de la vertèbre déplacée. Car oui, il s’agit d’un mythe! Et non, votre dos ne peut pas se coincer (au sens propre). Mais alors, me direz-vous, pourquoi mon chiropracteur, ostéo ou autre m’a dit qu’il devait replacer mes vertèbres lombaires pour diminuer la douleur? Et pourquoi les manipulations de mon thérapeute préféré me font autant de bien? C’est ce que nous allons aborder dans les prochaines lignes.

 

Je me suis coincé le dos!

 

Ahhhhh, l’hiver canadien! Un temps où les chutes de neige peuvent aller jusqu’à 30 centimètres de hauteur! Devinez qui doit pelleter son allée de garage pour permettre à sa voiture de quitter le domicile?

 

Malheureusement, cet exercice cause des tours de rein chez plusieurs individus à chaque année. En tant que physiothérapeute, je peux vous dire que nombreux sont ceux qui viennent me voir en se tordant de douleur après avoir déneigé.

 

Le plus souvent, ils ont une posture penchée vers l’avant, et sont incapables de se redresser. Ils me disent régulièrement que «leurs vertèbres se sont coincées», ou que leur dos est «bloqué». Qu’en est-il vraiment?

mal au dos en pelletant

Les perceptions sont parfois trompeuses!

 

La douleur crée une distorsion de l’image corporelle, un peu comme si on avait une image altérée de notre anatomie. Par exemple, une étude a démontré que les gens souffrant de douleurs lombaires unilatérales pensaient que leur tronc était dévié du côté douloureux –alors que ce n’était pas le cas! 

 

Bon, après épisode aigu de lumbago, il se peut que votre dos soit réellement penché vers l’avant. Mais il faut aussi savoir que la douleur crée un mécanisme de protection, avec des spasmes musculaires donnant l’impression que les vertèbres lombaires sont “bloquées”.

 

Bref, avoir la sensation que notre dos n’est pas droit n’est pas forcément représentatif de la réalité. D’où viennent alors les nombreuses allégations que les vertèbres peuvent se déplacer?

 

douleur lombaire electrique

 

La théorie de la subluxation

 

Il fut un temps où la théorie de la subluxation était très courante, surtout dans le domaine de la chiropractie. En gros, plusieurs thérapeutes attribuaient la douleur cervicale ou lombaire à des minis dislocations au niveau vertébral. Ces contraites comprimeraient les racines nerveuses et nerfs émergeant de la colonne. C’est de là que vient la fameuse expression “vertèbre déplacée”! D’ailleurs, cette théorie était également utilisée pour expliquer d’autres problèmes de santé, et un “réajustement” de ces vertèbres pouvaient supposément traiter des conditions médicales comme les maux de tête, l’asthme, les problèmes d’équilibre ou les allergies.

 

Selon la théorie de la subluxation, une vertèbre “déplacée” pourrait comprimer les racines nerveuses (en jaune) et les vaisseaux sanguins (en rouge).

 

Aujourd’hui, nous avons réalisé que cette théorie complexe et controversée n’avait pas de fondement scientifique. En premier lieu, l’identification des niveaux “subluxés” ne fait pas l’unanimité. Une étude a révélé que certains chiropracteurs n’arrivaient pas à se mettre d’accord sur les vertèbres lombaires à réajuster chez des patients souffrant de douleurs dans le bas du dos.

 

Par ailleurs, il faut réaliser qu’une colonne vertébrale non alignée (au sens propre cette fois!) n’est pas forcément synonyme de douleur. Par exemple, plusieurs personnes ayant une scoliose importante diagnostiquée à la radiographie n’ont pourtant AUCUNE douleur lombaire. Il en va de même pour les atteintes de racines nerveuses. En effet, plusieurs personnes ayant des compressions nerveuses observée à l’IRM et causée par une hernie discale n’avaient pourtant aucun symptôme… ni douleur, ni engourdissements, ni picotements!

 

Puis-je bénéficier des manipulations de mon thérapeute préféré?

 

“J’ai pourtant moins mal lorsque mon ostéopathe me craque le dos!”

C’est ce que j’entends régulièrement lorsque je mentionne le mythe de la vertèbre déplacée.

 

ajustement en chiropractie de la colonne vertébrale

 

Attention, ceci ne veut pas dire que les manipulations vertébrales (le fait de “craquer” vos vertèbres) ne sont pas efficaces. D’ailleurs, il demeure possible d’avoir un problème articulaire au niveau des vertèbres lombaires qui pourraient expliquer vos douleurs.

 

Ces dysfunctions articulaires peuvent par exemple être inflammatoires (comme un ligament ou muscle surétiré)… mais elles ne sont tout simplement pas reliées à des vertèbres déplacées au sens propre.

 

Malheureusement, plusieurs personnes pensent encore que leur corps peut être assimilé à une superposition de légos pouvant se déplacer au moindre faux mouvement. Évidemment, ce sentiment d’insécurité va fortement affecter la confiance que vous avez en votre dos!

 

La conséquence (désastreuse) de ce mode de pensée, c’est des gens qui évitent de bouger par peur d’aggraver leur condition. Ironiquement, c’est là que la douleur chronique s’installe, et crée un terrible cercle vicieux.  

 

cercle vicieux du mal de dos

 

Le point le plus important à retenir, c’est que votre corps est solide. Vos vertèbres ne peuvent pas se déplacer (sauf accident majeur).  Et le fait de craquer vos vertèbres ne les remet pas en place non plus. Par contre, il est possible d’en bénéficier pour réduire votre douleur et augmenter votre mobilité. Comment?

 

À ce jour, il existe certaines théories expliquant la réduction de douleur après une manipulation articulaire:

 

  1. 1. La plus probable vient d’une désensibilisation du système nerveux. Je m’explique. Lorsque votre thérapeute exécute une technique de thérapie manuelle, un message est envoyé au système nerveux central (ie. votre cerveau). Le cerveau réalise donc que cette région peut être mobilisée sans aggravation de votre condition, et diminue ainsi le message douloureux envoyé au niveau lombaire. 

 

  1. 2. D’autres théories impliquent un surétirement des muscles et capsules articulaires (responsable du bruit de craquement par phénomène de cavitation gazeuse). Cet étirement rapide aurait d’ailleurs un effet d’inhibition musculaire, ce qui permettrait de réduire les spasmes douloureux.

 

  1. 3. La dernière théorie à ne pas sous-estimer est l’effet placebo. La présence du thérapeute, le bruit causé par le craquement articulaire, la sensation que notre dos “est remis en place” (même si elle n’est pas véridique!), tout ça crée un environnement favorable à la réduction des symptômes.

 

manipulation vertébrale

 

Sécurité avant tout

 

Oui, les manipulations vertébrales sont généralement sûres, surtout lorsqu’elles sont exécutées par un thérapeute qualifié. Les effets secondaires sont légers à modérés, et les cas de complications fatales sont extrêmement rares.

 

Ceux-ci peuvent inclure entre autre une irritation nerveuse ou discale, une atteinte osseuse (fracture), un hématome ou oedème, une crise panique, ou un étourdissement. D’ailleurs, les manipulations vertébrales ne sont pas aussi dangereuses au niveau lombaire qu’au niveau cervical.

 

Si jamais vous avez déjà entendu des histoires catastrophiques impliquant une dissection de l’artère vertébrale ou la mort, elles étaient probablement la conséquence d’une manipulation cervicale par un thérapeute possiblement non qualifié.

 

mythe vertèbre déplacée

Outre le risque minime, il faut quand même garder en tête qu’une manipulation vertébrale implique un mouvement rapide et passif forcé qui a pour but d’étirer les ligaments et muscles autour de vos vertèbres à l’extrême du mouvement anatomiquement possible. Pour ces raisons, certaines conditions constituent une contre-indications aux manipulations. Ainsi, aucun thérapeute ne devrait vous manipuler si vous avez un des éléments suivants:

 

Contre-indications aux manipulations vertébrales

 

  • -Problème d’origine non-mécanique (infectieux, tumoral, etc.)
  • -Suspiction de fracture, entorse ou pathologie sérieuse traumatique
  • -Ostéoporose avancée
  • -Instabilité articulaire
  • -Patient hyper anxieux
  • -Polyarthrite rhumatoide sévère (surtout pour les manipulations cervicales)
  • -Historique de dissection de l’artère vertébrale (surtout pour les manipulations cervicales)
  • -Si possible, trouver des alternatives aux manipulations cervicales considérant les risques potentiels

 

La morale de l’histoire (sous forme de points saillants)

 

Voici un résumé des points à retenir suite à la lecture de cet article:

 

  • -Comprenez que les manipulations ne remettent pas vos vertèbres en place. Pourquoi? Parce qu’elles n’étaient pas déplacées en premier lieu! Votre corps est solide, ne l’oubliez jamais!

 

  • -Comme les manipulations n’ont pas d’effets spécifiques, il n’est pas nécessaire d’isoler la région à traiter. D’ailleurs, un absence de craquement ne veut pas dire que votre thérapeute a “manqué” son coup!

 

  • -Il faut privilégier la sécurité avant tout. Cherchez un thérapeute qualifié et en qui vous avez confiance.

 

  • -Il faut comprendre que les thérapies passives offrent des effets limités dans le temps. Dans la mesure du possible, ne dépendez pas d’un thérapeute pour réduire vos douleurs en consultant de façon excessive.

 

  • -Assurez-vous que vous traitez la cause de votre problème, et non les conséquences. C’est là que l’exercice vient en jeu. 

 

Si jamais vous voulez bénéficier de techniques d’auto-traitement pour soulager votre mal de dos (incluant des auto-manipulations), procurez-vous le guide “15 techniques d’auto-traitement disponible dans la section GUIDES EN LIGNE).