Entorse lombaire de A-Z: Comment gérer la crise ?

Partagez avec vos proches concernés
5
(4)

 Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille 

Vous avez fait un faux mouvement, et vous croyez vous être fait une entorse lombaire (également appelée lumbago ou tour de rein) ? Pire encore, il se peut que vous n’ayez aucune idée des raisons expliquant pourquoi vous vous êtes bloqué le dos en vous réveillant !

Que faut-il faire ? On met du chaud ou du froid après une entorse lombaire ? Le médecin va-t-il me mettre en arrêt de travail si je vais le voir ? Quel est le traitement ? Y-a-t-il des exercices qui pourraient m’aider (Indice: OUI! Et j’en propose 3 à la fin de l’article) ?

Bref, vous cherchez des solutions rapides et efficaces pour diminuer votre douleur et guérir de votre entorse lombaire au plus vite. Commençons sans plus tarder !

Entorse lombaire, tour de rein, lumbago…c’est quoi exactement?

Entorse lombaire, lumbago, tour de rein, lombalgie aigue…tous ces qualificatifs sont utilisés pour désigner la même chose. De manière générale, une entorse réfère à un surétirement d’un ligament. Par contre, les termes « tour de rein » et « entorse lombaire » sont plus généraux, et englobent toutes les structures musculo-squelettiques (ligaments, muscles, tendons, etc.) de la région lombaire.

Il peut s’agir d’une microdéchirure ligamentaire, d’une irritation articulaire ou encore d’un surétirement d’un muscle du dos. Quoi qu’il en soit, il s’ensuit un processus inflammatoire. Et ça fait mal! Heureusement, il ne s’agit pas d’une atteinte du rein en tant que tel (ceci serait bien plus grave!). On utilise cette expression car la douleur se situe au niveau du bas du dos (près des reins, mais bien plus en superficie!).

Symptômes associés à l’entorse lombaire

Les symptômes associés à l’entorse sont une douleur (souvent intense) dans la région du bas du dos. Cette douleur peut même irradier vers le milieu du dos, sur les côtés, et même possiblement jusque la fesse. Si la douleur irradie plus bas dans la jambe, il peut s’agir d’une autre condition comme la hernie discale, la sciatalgie ou la cruralgie.

Les douleurs sont le plus souvent augmentées lors de mouvements du tronc (surtout les mouvements brusques), et lorsqu’on essaye d’éternuer ou de tousser. Dans les cas plus sévères, l’inconfort peut être présent au repos, et limiter de façon significative les activités quotidiennes. Même l’action de respirer profondément peut être inconfortable !

Lentorse lombaire est souvent associée à des raideurs dans le bas du dos, ce qui peut occasionner une incapacité de bouger la colonne vertébrale dans des amplitudes complètes (d’où la fameuse expression « J’ai le dos bloqué! »). Il peut également y avoir des spasmes musculaires et une posture altérée en raison de la douleur.

Durée et pronostic : Combien de temps dure une entorse lombaire ?

Lorsqu’on souffre d’une entorse lombaire, la douleur est si intense qu’elle peut parfois sérieusement nous inquiéter. Et encore plus si c’est la première fois !

En écrivant «dos bloqué» sur Google, il se peut que vous soyez tombé sur un forum sur le mal de dos. On y parle de chirurgie d’urgence, d’infiltration, de douleur chronique incapacitante, d’arrêt de travail prolongé, de cancer…Bref, tout le monde semble souffrir le martyre et de dépression majeure !

Rassurez-vous !!! 

De manière générale, l’évolution est favorable suite à une entorse lombaire, et la grande majorité des patients guérissent à l’intérieur de 6 semaines. C’est un fait. D’ailleurs, même si vous avez très mal au dos initialement, ne pensez pas que l’intensité élevée de la douleur soit synonyme d’une atteinte plus sévère.

Certes, ceux qui font une entorse lombaire sont malheureusement à risque de récidive dans 75%, et 5% des gens sont à risque de développer des douleurs chroniques (les témoignages que vous lisez dans les forums viennent souvent de cette population en particulier!).

Mais de manière générale, les statistiques sont encourageantes, et la majorité des épisodes de lombalgie aigue finissent par se résorber. Ouf !

Comment m’assurer que rien ne soit grave?

Nous avons conclu que les gens qui souffrent d’une entorse dans le bas du dos finissent généralement par aller mieux. Par contre, il est primordial de discuter des cas où la douleur lombaire requiert des soins urgents. Non pas pour vous inquiéter (encore une fois, les cas où le mal de dos origine d’une atteinte sérieuse sont inférieurs à 5%)… mais plutôt pour que vous et moi puissions avoir l’esprit tranquille!

RECOMMANDÉ POUR VOUS :  Meilleur coussin lombaire pour voiture : avis kiné (guide d'achat et conseils)

En résumé, si jamais vous expérimentez un de ces symptômes, il faut consulter au plus vite:

    • Douleur suite à un traumatisme violent
    • Douleur constante, progressive, non mécanique (non influencée par les mouvements)
    • Douleur thoracique ou abdominale sévère
    • Douleur nocturne constante
    • Perte de poids inexpliquée
    • Anesthésie en selle (autour de la région des organes génitaux)
    • Incontinence urinaire ou fécale d’apparition récente

 

 

Qui puis-je consulter?

 

Si vous souffrez d’une entorse lombaire, vous considérez peut-être consulter un professionnel de santé. C’est une excellente décision ! Tout d’abord, le médecin est souvent la porte d’entrée vous permettant de prendre en charge votre condition.

Quant aux différents thérapeutes, ils sont également outillés pour vous aider à identifier la source de votre problème, clarifier le diagnostic et offrir des solutions adaptées à votre situation.

Maintenant, quel est le meilleur thérapeute à consulter en fonction de vos symptômes ? Entre le physiothérapeute, ostéopathe, chiropracteur, ou massothérapeute, il peut être difficile de choisir.

Sachez qu’il n’y a pas vraiment de bonne réponse, et qu’il faut surtout choisir un thérapeute en qui on a confiance, et qui est à l’aise avec le traitement des lombalgies aigues. Comme il s’agit d’une condition très fréquente, la très grande majorité des thérapeutes pourront vous aider à guérir, et/ou vous référer aux ressources appropriées en cas de besoin (spécialiste, imagerie médicale, etc).

J’espère juste que vous ne tomberez pas sur un mauvais thérapeute qui vous fera perdre temps et argent!

Traitement : Que faire pour soulager les symptômes ?

La douleur au dos après un épisode d’entorse lombaire peut être invalidante, et grandement affecter nos activités quotidiennes (sans parler de notre humeur !).

Voici 6 pistes de solution à envisager pour éviter d’aggraver vos symptômes, et vous guider vers le chemin de la guérison. Si jamais vous êtes amené à consulter un professionnel, il saura bien évidemment vous conseiller de manière plus exhaustive et adaptée.

1. Restez actif 

 Si vous privilégiez le repos complet au lit après votre entorse lombaire, je suis désolé de vous dire que vous faites erreur. Il FAUT bouger après un tour de rein, tant que c’est fait de manière progressive et sûre.

Vélo d’appartement, marche, natation, il n’y a pas vraiment d’activité qui a été démontré comme supérieure. Pour cette raison, il est primordial d’y aller avec une activité qui vous procure du plaisir !

2. Appliquez de la glace et/ou de la chaleur

Examinons de près les mécanismes par lesquels agissent le froid ou la chaleur pour réduire certains types de douleurs (telles que les douleurs d’une entorse lombaire) :

Effets du froid

Le fait de soulager une douleur en utilisant du froid porte un nom, on appelle cela la « cryothérapie » (thérapie par le froid).

Il faut savoir que les douleurs secondaires à des courbatures, des entorses, des déchirures ou autres traumatismes sont principalement le résultat de phénomènes inflammatoires, notamment la formation d’un œdème qui comprime les terminaisons nerveuses environnantes, transmettant au cerveau un message de douleur.

C’est justement pour lutter contre ces phénomènes inflammatoires et cet œdème douloureux que les médecins prescrivent généralement des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, voire des infiltrations de corticoïdes (les corticoïdes sont des puissants anti-inflammatoires).

Le froid peut également lutter contre l’inflammation locale en entrainant une vasoconstriction, c’est-à-dire une réduction du diamètre des vaisseaux sanguins. Ce phénomène physiologique va permettre de limiter la formation d’œdèmes (accumulation d’eau au niveau interstitiel, c’est-à-dire hors des vaisseaux) et d’hématomes (accumulation de sang au niveau des tissus) source de douleurs.

Il est important de préciser que l’inflammation n’est pas forcément une mauvaise chose ! En effet, il s’agit d’un phénomène physiologique (normal) très important qui permet, entre autres, la réparation des lésions tissulaires.

Il n’est donc pas question de supprimer carrément toute inflammation locale en cas de traumatisme. Certes, cela pourrait réduire drastiquement les douleurs, mais cela empêcherait la guérison de la lésion (risque de passage à la chronicité).

Les différentes méthodes utilisées (AINS, cryothérapie, infiltrations de corticoïdes…) permettent uniquement de limiter l’intensité de l’inflammation, et donc des douleurs, en attendant la guérison des lésions tissulaires.

Outre la réduction de l’inflammation, la cryothérapie (thérapie par le froid) est capable de soulager les douleurs grâce :

  • Au ralentissement du métabolisme cellulaire : le froid ralentit l’activité métabolique des cellules, ce qui entraine une diminution de la production de déchets métaboliques responsables (en partie) des douleurs tels que l’acide lactique.
  • À un effet anesthésiant : le froid est un anesthésiant naturel ! Il est capable d’endormir la douleur de manière rapide et permet un soulagement immédiat.
RECOMMANDÉ POUR VOUS :  Entorse lombaire et arrêt de travail : Tout savoir 

Effets du chaud

La chaleur est également recommandée pour soulager certains types de douleurs (dont celle de l’entorse lombaire). Voici quelques-uns de ses effets :

  • Accélération du métabolisme cellulaire : l’augmentation de l’activité métabolique des cellules situées dans la région atteinte permet d’accélérer la réparation des lésions tissulaires.
  • Augmentation de la circulation sanguine : la chaleur provoque une vasodilatation locale (augmentation du diamètre des vaisseaux sanguins), ce qui permet également d’accélérer la guérison en apportant les différents éléments nécessaires à la réparation tissulaire (oxygène, nutriments, facteurs de croissance…).
  • Relâchement musculaire : la chaleur permet de réduire les tensions musculaires douloureuses.
  • Blocage des nocicepteurs : l’application de chaleur permet de réduire la douleur locale en bloquant de manière légère les récepteurs sensoriels responsables de transmettre au cerveau les signaux douloureux.

Que choisir ?

Maintenant que vous connaissez les effets du chaud et du froid, vous comprendrez surement mieux pourquoi il est généralement recommandé, après une entorse lombaire, d’appliquer du froid durant la phase aiguë et du chaud à distance de cette dernière.

En effet, l’application de froid (glace enveloppée dans une serviette ou autre tissu) sur la région douloureuse permet de réduire l’intensité de la réaction inflammatoire locale (sans pour autant la supprimer !) durant la phase aiguë et de profiter d’un effet anesthésiant immédiat.

Une fois la phase aiguë passée (après les premières 48 à 72 heures), l’inflammation est généralement réduite. Il est alors recommandé d’appliquer plutôt de la chaleur (par l’intermédiaire d’une bouillotte ou en prenant un bain chaud) pour réduire les spasmes et tensions musculaires sources de douleurs.

L’application de chaleur à distance de la phase aiguë vous permettra également de guérir plus rapidement, car elle favorise la réparation des lésions tissulaires.

Par ailleurs, il est important que vous sachiez qu’il n’existe pas de consensus vis-à-vis de l’utilisation de la thermothérapie (l’utilisation du chaud ou du froid pour soigner) dans la prise en charge des douleurs. Deux personnes ayant la même pathologie peuvent réagir de manière différente : l’une soulagée par le froid, l’autre par la chaleur…

Il revient donc à vous de trouver la méthode qui marchera le mieux dans votre cas, mais toujours en suivant la consigne : froid à la phase aiguë, chaud à distance de la phase aiguë.

Attention, l’utilisation du froid et du chaud n’est pas sans danger. Vous devez respecter un certain nombre de précautions pour éviter les brûlures, les rougeurs et autres effets néfastes des températures extrêmes.

Pour en savoir plus, consultez cet article qui discute de la différence entre chaleur et glace en détail.

3. Favorisez une position de sommeil confortable

Une bonne hygiène de sommeil vous permettra de mieux dormir, ce qui favorisera inévitablement une guérison optimale de votre problème de dos. Dans plusieurs cas, un oreiller orthopédique à mémoire de forme ou un matelas confortable peut aider à soulager les symptômes.

Pour obtenir des conseils sur les bonnes postures de sommeil à adopter en présence de mal de dos, consultez l’article suivant.

4. Respirez

Oui oui, la respiration a un rôle à jouer dans le mal de dos, et une respiration optimale vous permettra de guérir encore plus rapidement.

5. Méditez

Ne vous inquiétez pas, personne ne vous demande de devenir maître Yoda. Par contre, il a été démontré que la pleine conscience (Mindfulness en anglais) peut être bénéfique en cas de lombalgie.

6. Essayez des remèdes naturels

Bien qu’ils ne soient pas forcément supportés par un nombre important de recherches scientifiques, on observe souvent un soulagement des symptômes avec certaines huiles essentielles, recettes de grand-mère ou autres produits dérivés de l’homéopathie. Parmi les produits naturels les plus fréquemment utilisés, on compte :

Utilisation d’huiles essentielles

Pour soulager les douleurs d’une entorse lombaire, il est possible d’utiliser certaines huiles essentielles aux vertus anti-inflammatoires et antalgiques telles que :

  • L’huile essentielle de gaulthérie ;
  • L’huile essentielle de menthe poivrée ;
  • L’huile essentielle de romarin ;
  • L’huile essentielle d’ylang-ylang ;
  • L’huile essentielle d’eucalyptus citronné ;
  • L’huile essentielle de lavande vraie ;
  • L’huile essentielle de basilic ;
  • L’huile essentielle de marjolaine.

Pour profiter des propriétés anti-inflammatoires, antalgiques et apaisantes de ces huiles essentielles, il suffit d’en diluer une ou deux gouttes dans une huile végétale (huile d’olive ou d’amande douce par exemple), puis d’utiliser le mélange pour réaliser des massages doux et circulaires au niveau de la région lombaire une à deux fois par jour ou de manière occasionnelle.

Prise de plantes antidouleurs

De nombreuses plantes possèdent des propriétés anti-inflammatoires et antalgiques naturelles qui peuvent se révéler efficaces pour soulager les douleurs d’une entorse lombaire. En voici quelques-unes :

  • Le gingembre ;
  • Le curcuma ;
  • L’écorce de saule blanc ;
  • Le cassis ;
  • Le pin sylvestre ;
  • La camomille ;
  • La menthe poivrée.
RECOMMANDÉ POUR VOUS :  3 exercices à faire après un lumbago (en vidéo)

Outre les remèdes mentionnés ci-haut, d’autres produits peuvent être tentés pour soulager les symptômes d’entorse lombaire :

  • Glucosamine et chondroitine
  • Vitamine D
  • Curcuma
  • Baume du tigre et autres produits à base de capsaïcine
  • Bryonia alba
  • Arnica
  • Cataplasme d’argile
  • Écorce de saule blanc

Note : Pour tout savoir sur les produits naturels (utilisation, risques, indications, etc.),consultez l’article suivant.

Attention : Il est recommandé d’informer son médecin traitant en cas d’utilisation de plantes médicinales (respect des contre-indications et des posologies, éviter les interactions médicamenteuses…).

Quels exercices puis-je faire en attendant ?

Tel que mentionné précédemment, il est essentiel d’intégrer une approche active pour traiter optimalement votre tour de rein. C’est là que l’exercice thérapeutique entre en jeu.

Évidemment, un professionnel de santé saura ajuster et adapter un programme d’exercices afin qu’il soit bénéfique pour votre dos. Le kinésithérapeute (physiothérapeute) est d’ailleurs le thérapeute de choix lorsque nous désirons être actif et souffrons de mal de dos.

Voici 3 exercices que je prescris régulièrement à mes patients souffrant d’entorse lombaire (tour de rein) au cabinet. Évidemment, il seront intégrés au sein d’une prise en charge globale, et adapté en fonction du patient: 3 exercices à faire après une entorse lombaire (en vidéo) 

Outre les exercices thérapeutiques, il est important de se maintenir actif dans la mesure du possible. Ceci est d’autant plus vrai si vous faires des tours de rein à répétition. Un professionnel de santé pourrait discuter avec vous de certaines activités ou sports à privilégier au quotidien, ainsi que prescrire un programme adapté visant à agir en prévention.

Comment dormir avec une entorse lombaire ?

Après un épisode de tour de rein, il n’est pas rare que le sommeil soit affecté. Ceci est souvent dû à une position inconfortable qui augmente le stress sur les vertèbres lombaires, et provoque une douleur limitante. D’ailleurs, la posture statique induite par le sommeil provoque souvent des raideurs matinales.

Pour gérer les symptômes, il n’est pas rare que les patients prennent des anti-douleurs, anti-inflammatoires ou décontractants musculaires avant le coucher. On recommande également de tenter la chaleur ou la glace juste avant le sommeil pour soulager les symptômes. Si vous bénéficier d’exercices et d’étirements de la part d’un kinésithérapeute, il serait également de les faire avant de dormir pour soulager les symptômes.

En terme de posture de sommeil, les positions recommandées sont celles en décubitus dorsal (couché sur le dos avec un oreiller sous les genoux) ou en décubitus latéral (couché sur le côté avec un oreiller entre les jambes). Il faut noter que la qualité du matelas peut influencer les douleurs, de même que l’oreiller dans certains cas.

Pour bénéficier de conseils visant à soulager le mal de dos la nuit, consultez l’article suivant. 

Conclusion

Voilà! Si vous vous êtes coincé le bas du dos, j’espère que vous êtes davantage outillé pour prendre en charge votre condition. Assurez-vous d’appliquez les 5 conseils mentionnés dans l’article ci-haut, car ils constituent un excellent point de départ.

Une entorse lombaire, si elle est bien traitée, peut guérir assez rapidement et permettre une reprise des activités quotidiennes. Par contre, elle peut également évoluer vers quelque chose de plus difficile à traiter, avec des schèmes compensatoires et des distorsions cognitives.

C’est pour cette raison qu’il faut garder le moral, être proactif, et demander l’aide d’un professionnel de santé en cas de doute.

Bonne guérison!

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 4

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut