Douleurs psychosomatiques: Mon mal de dos est-il dans ma tête?

Douleurs psychosomatiques: Mon mal de dos est-il dans ma tête?
"Est-ce que mes douleurs sont psychosomatiques?! Mais j’ai pourtant vraiment mal, je te le jure!"

 

Aujourd’hui, j’aimerais partager l’histoire de Camille pour expliquer le concept de douleurs psychosomatiques reliées aux lombalgies. Si on vous a déjà dit que votre mal de dos était “dans votre tête”, vous en tirerez plusieurs enseignements précieux.

 

J’ai reçu au cabinet cette charmante patiente qui consulte depuis un mois pour son mal de dos chronique. Jusqu’à présent, tout allait super bien, et les traitements lui procuraient un grand bien ! Il faut dire qu’elle a consulté initialement avec des douleurs sévères au bas du dos qui  irradiaient dans sa jambe droite, le tout associé à des engourdissements intermittents dans le pied. Ces symptômes l’empêchaient de porter son jeune fils, ce qui la rendait triste. Ils affectaient également la position assise, ce qui n’était pas idéal considérant son travail de bureau.

 

douleur en position assise

 

Nous avons donc utilisé la méthode Mckenzie pour contrôler ses symptômes initialement. Puis, nous avons relâché ses muscles tendus à travers des massages. Nous avons ensuite mobilisé le nerf sciatique à travers des étirements dynamiques, et finalement commencé à renforcer ses muscles du tronc à travers des exercices progressifs.

 

Bref, tout allait pour le mieux, et le traitement conventionnel allait bon train. J’avais même espoir de réduire la fréquence des séances pour qu’elle puisse augmenter sa confiance et la responsabiliser en lien avec son mal de dos!

 

Les douleurs sont revenues!

 

Le problème, c’est que Camille est venue un jour en pleurant, car ses douleurs semblaient être réapparues d’un coup! Elle avait de nouveau des irradiations de douleur dans la jambe droite, et elle sentait des fourmis dans son pied. Je ne peux vous cacher le sentiment de frustration et de désespoir qui pouvait se lire sur son visage!

 

En la questionnant sur l’origine possible de cette augmentation de symptômes subite, elle m’a dit qu’elle n’avait pas fait d’activité physique plus intense que d’habitude. À ce propos, plusieurs de mes clients aggravent effectivement leur condition après avoir tenté un nouvel exercice, fait un faux mouvement, soulevé une charge excessivement lourde, etc.

 

Mais pas Camille. Rien de physique pouvait expliquer l’aggravation soudaine de ses douleurs.

 

La nouvelle…

 

Par contre, elle avait une nouvelle à m’annoncer. «Quelque chose de gros», pour reprendre ses paroles.

 

Elle allait bientôt quitter le pays car son mari avait reçu une offre d’emploi à l’étranger. Je lui ai donc demandé ce que ce déménagement impliquait pour elle. Après un moment d’hésitation, elle m’a timidement répondu qu’elle allait perdre ses amies, qu’il fallait qu’elle vende sa voiture et ses meubles le plus rapidement possible, et qu’elle prenne soin de ses enfants seule (son mari avait déjà quitté le pays). Elle a enchaîné en me disant qu’elle était craintive à l’idée d’entreprendre un long voyage en avion dans une ville qui lui était étrangère (Dubaï, si jamais vous vous questionnez!).

 

mal de dos lorsqu'on voyage

 

Visiblement, ce déménagement ne lui plaisait pas particulièrement, et augmentait considérablement son niveau d’anxiété. Je lui ai donc demandé si elle voyait un lien entre ses nouvelles douleurs au dos et son déménagement.

 

Elle n’a d’abord pas compris la question, et a continué en me disant comment elle trouvait difficile de devoir tout laisser pour un nouvel environnement sans support social. Pauvre Camille, en effet…

 

-Depuis quand as-tu plus de douleur au dos, lui ai-je alors demandé?

-Samedi, m’a répondu Camille.

-Et quand as-tu appris la nouvelle du déménagement?

-Samedi matin…

 

Après un long moment de silence, elle m’a ensuite dit: «C’est vrai que j’étais très stressée cette journée là, et mes douleurs se sont aggravées par la suite. Est-ce que mes douleurs sont psychosomatiques?! Mais j’ai pourtant vraiment mal, je te le jure! Impossible que ça soit seulement dans ma tête

 

Les douleurs psychosomatiques

 

Je vous épargne la suite de notre conversation, car j’ai dû lui expliquer le lien entre les douleurs, les émotions, et la perception du système nerveux (un article intéressant ici pour les intéressés). J’aimerais simplement que vous vous rappeliez la morale de l’histoire. Plus spécifiquement, la prochaine fois que vous aurez plus douleur au dos, ne paniquez pas d’emblée!

 

exercices de respiration contre le stress

 

4 solutions lorsque le mal de dos est le fruit d’un mal-être

 

Si vous vous retrouvez dans une situation similaire à celle de Camille, posez-vous des questions sur votre état d’esprit durant les jours ayant précédés aggravation de symptômes. Souvent, lorsqu’on est plus stressé, ceci crée une réaction au niveau du cerveau qui le rend plus susceptible à la douleur. Par exemple, les muscles deviennent plus tendus, et le seuil de tolérance à la douleur diminue.

 

Lorsque j’ai fait comprendre ces concepts à Camille, elle s’est sentie tout de suite rassurée. En effet, elle a bien compris que malgré que son problème soit mécanique, ses émotions pouvaient influencer sa douleur.

 

Voici 4 autres conseils qui peuvent vous servir si jamais vous sentez que vos douleurs sont le fruit d’un mal-être :

 

1. Réinterpréter sa douleur

 

On a souvent tendance à diaboliser la douleur. On essaye de l’éliminer coûte que coûte, quitte à utiliser des produits chimiques ou même certaines procédures invasives.

 

Mais la douleur peut aussi servir de façon positive. Lorsque vous posez vos doigts sur une poêle brûlante, c’est grâce à la douleur ressentie que vous avez le réflexe d’enlever aussitôt votre main, vous protégeant ainsi de dommages cutanés.

 

Outre cette réaction de protection, la douleur peut aussi servir de remise en question. Elle vous oblige d’être à l’écoute des émotions qu’elle provoque, d’ajuster vos activités, bref de respecter un peu plus votre corps.

 

réflexion sur le côté émotionnel du mal de dos

 

Ne sous-estimez pas ce dialogue qui existe entre vous et votre douleur. Écoutez vos symptômes lorsqu’ils apparaissent. Cherchez des causes autres que physiques qui pourraient expliquer pourquoi votre dos vous fait souffrir. Êtes-vous réellement heureux(se) au boulot? Dans votre couple? Est-ce que vous «utilisez» la douleur comme prétexte pour éviter toute activité sociale ou responsabilité?

 

Explorez ce que votre mal de dos a à vous dire, et vous en apprendrez beaucoup sur vous-même.

 

2. Respirez!

 

Et si je vous disais que ceux qui souffrent du dos respirent différemment de ceux qui n’ont pas de douleur?

 

En effet, que ce soit dû à la souffrance physique ou émotionnelle, le patron respiratoire est souvent altérée en présence de lombalgie. On observe alors une respiration superficielle, apicale, irrégulière.

 

C’est dans cette mesure que des exercices respiratoires peuvent s’avérer utiles pour traiter le mal de dos. Respiration abdominale, cohérence cardiaque, respiration carrée, toutes ces techniques vous permettront de soulager indirectement vos douleurs lombaires.

 

exercices de respiration contre le stress

 

Voici un exemple d’exercice de respiration diaphragmatique que vous pouvez faire à la maison:

 

  1. Couchez-vous sur le dos (idéalement dans un environnement propice à la détente!) 

  2. Placez une main sur le thorax et l’autre sur le ventre. La main placée sur le thorax ne doit pas bouger, car nous voulons nous concentrer uniquement sur l’abdomen. 

  3. Inspirez par le nez en faisant gonfler le ventre comme un ballon. 

  4. À la fin de l’inspiration, retenez votre souffle pendant 2 secondes 

  5. Expirer ensuite tranquillement en sortant l’air par votre bouche jusqu’à 
expiration complète. 

  6. Répétez une dizaine de fois en y allant lentement.

 

3. Méditez

 

De par sa nature introspective, la méditation comporte plusieurs bénéfices sur la santé, et le bien-être en général.

Bien qu’il existe plusieurs formes de méditation, la pleine conscience (ou «Mindfulness» en anglais) semble particulièrement efficace pour gérer le stress et l’anxiété. Cette pratique développée par le professeur Jon Kabat-Zinn consiste à se concentrer sur ses sensations, ses émotions, ses pensées, sans émettre de jugement de valeur.

 

Parce qu’elle stimule des mécanismes neuronaux impliqués dans la gestion de la douleur, la méditation peut être utile en présence de mal de dos. Il existe d’ailleurs plusieurs recherches scientifiques qui abondent en ce sens!

 

méditation mal de dos

 

Voici un exercice pratique vous permettant de pratique la méditation pleine conscience:

 

  1. Cherchez un environnement silencieux et propice au calme pour faire votre séance.
  2. Trouvez une position confortable qui n’augmente pas vos douleurs (vous pouvez vous asseoir sur une chaise, ou même vous coucher sur le dos s’il le faut).
  3. Fermez les yeux ou concentrez-vous à fixer un point.
  4. Portez TOUTE votre attention UNIQUEMENT sur votre respiration. Vous pouvez soit respirer normalement, soit encore pratiquer la respiration lente diaphragmatique discutée précédemment.
  5. Pendant que vous respirez, vous verrez que vous aurez des idées qui vous traverseront l’esprit. Ne cherchez surtout pas à les bloquer ou les contrôler!!! Le but de la méditation pleine conscience est précisément d’accueillir ces pensées avec bienfaisance, puis de les laisser passer sans commenter. Essayez de prendre le plus de recul possible, un peu comme si vous observiez quelqu’un d’autre sans pour autant juger ou commenter.

 

 

4. Demandez de l’aide

 

Vous n’avez pas à combattre seul(e) votre mal de dos. D’une part, il existe plusieurs professionnels de la santé mentale disponibles pour vous aider.

 

 

Des techniques telles que l’hypnose, la thérapie cognitivo-comportementale ou la psychothérapie peuvent être envisagées pour vous aider à mieux comprendre votre douleur, et en quoi elle est liée à certaines émotions refoulées.

 

Outre les experts, il est essentiel de s’entourer de gens qu’on aime, de gens qui peuvent nous tirer vers le haut. Il peut s’agit de votre conjoint(e), d’un collègue, d’un proche, bref quelqu’un qui saura vous donner l’amour que vous méritez.

 

 

Conclusion

 

On vous a dit que vos douleurs étaient dans votre tête? Ce n’est pas tout à fait faux, mais le contexte dans lequel ces propos sont mentionnés fait toute la différence. “Dans la tête” ne veut pas dire fictive, et encore moins simulée. Et celui qui vous dira le contraire ne sait pas de quoi il parle!

 

Les douleurs psychosomatiques ont un énorme rôle à jouer dans les lombalgies. Elles sont souvent mal comprises, et plusieurs patients ont le sentiment d’être jugé lorsque celles-ci sont évoquées –comme si on remettait en doute la véracité de leurs symptômes.

 

Non, les douleurs psychosomatiques ne sont pas à prendre à la légère, et sont absolument réelles. Elles sont d’ailleurs grandement impliquées dans le mal de dos chronique.

 

Et vous, arrivez-vous à percevoir le lien entre votre état d’esprit et vos douleurs lombaires? Vous souvenez-vous d’une expérience ou d’un évènement sur le plan émotif où vous avez vu votre mal de dos s’aggraver?