Scoliose idiopathique : Définition et prise en charge

Scoliose idiopathique : Définition et prise en charge

Parmi les différents types de scolioses qui existent, la scoliose idiopathique est une manifestation très courante chez les patients scoliotiques. On va voir dans cet article, la description détaillée ainsi que les traitements appropriés à cette pathologie fréquente chez les adolescents et adultes.

Scoliose : représentation globale

 

La scoliose désigne une déformation de la colonne vertébrale qui se manifeste par une déviation de cette dernière.

 

scoliose radiographie

 

Apparaissant pendant la période de croissance de l’enfant, elle est responsable d’une gibbosité ou une bosse au niveau du thorax. Parfois, des symptômes comme des maux de dos et des difficultés respiratoires se développent lors des formes sévères.

 

La scoliose peut être d’origines multiples :

 

  • origine congénitale : malformation de la colonne vertébrale à la naissance ;
  • origine neurologique : ataxie de Friedrich, maladie de Duchenne, paralysie cérébrale… ;
  • origine paralytique : poliomyélite… ;
  • origine idiopathique : sans cause évidente.

 

Quelle que soit l’origine de la scoliose, les méthodes de diagnostics et les protocoles de traitements sont toujours les mêmes. Si vous désirez recueillir plus d’informations sur le sujet, cliquez ici.

 

 

Focus sur la scoliose idiopathique

 

On parle de scoliose idiopathique lorsque la cause de la déformation de la colonne est méconnue.

 

On observe soit une seule courbure supérieure à 10 ° sur la région thoracique ou thoracico-lombaire ou lombaire, soit deux courbes.

 

La forme idiopathique apparaît chez les enfants et chez les adolescents sains, car chez eux, on n’observe pas encore de traces de pathologies susceptibles de provoquer une difformité rachidienne.

À LIRE :   Scoliose de l’adulte : Comment guérir sans chirurgie ?

 

Les groupes d’âge des cibles sont :

 

  • des enfants en bas âge (0 à 3 ans) ;
  • les enfants âgés de 3 à 10 ans ;
  • les adolescents (depuis l’âge de 11 ans jusqu’à la fin de la puberté).

 

 

Cette pathologie est non réductible et peut avoir tant une forme modérée que grave. Son évolution est considérable pendant la poussée pubertaire. Elle provoque des douleurs rachidiennes et radiculaires et impacte l’esthétique dorsale.

 

 

Les facteurs qui déterminent la scoliose idiopathique

 

Bien que cette affection vertébrale ne soit pas liée à une autre maladie, elle reste multifactorielle. L’une des causes est la prédisposition génétique. En d’autres termes, la maladie est présente chez d’autres membres de la famille.

 

Le genre féminin est aussi un facteur déterminant de cette maladie. Elle est plus fréquente chez les filles.

 

scoliose evaluation medicale

 

Certains spécialistes ont avancé une hypothèse comme quoi la scoliose idiopathique aurait un lien avec la déficience en mélatonine. La baisse de mélatonine engendre un défaut de signalisation au sein de la colonne vertébrale.

 

Les spécialistes (Domenech et coll. 2010 et 2011) ont également procédé à un examen IRMF (imagerie par résonance magnétique fonctionnelle) sur des patients atteints de la scoliose. Ils en ont conclu que les sujets atteints possèdent un aspect neurologique différent de celui des personnes saines.

 

 

Comment traiter cette forme fréquente de scoliose ?

 

Pour corriger la courbure entre 20 ° à 25 ° de la colonne vertébrale, les médecins indiquent souvent le port d’un corset, et ce, jusqu’à la fin de la croissance de l’enfant. Cet outil sert de balise et exerce certaines pressions sur le tronc. Le corset guide à cet effet la croissance vertébrale.

À LIRE :   Scoliose dégénérative : Définition et prise en charge

 

corset pour scoliose

 

Si la courbure fait un angle entre 25 ° à 45 °, le port de corset s’accompagne d’une kinésithérapie (physiothérapie. Enfin, si la courbure dépasse un angle de 45 °, un traitement chirurgical est nécessaire.

 

La kinésithérapie est aussi un type de soin très convenable pour renforcer les muscles du tronc et pour peaufiner la posture en général. C’est un traitement bénéfique durant la surveillance de la maladie. Toutefois, les exercices à pratiquer doivent être soigneusement adaptés à des patients scoliotiques. Ainsi, il faudra faire appel à un kinésithérapeute pour assister le patient.

 

 

Références

 

https://sante.lefigaro.fr/sante/maladie/scoliose-idiopathique/quest-ce-que-cest

https://cad-fr.com/pathologie/scoliose-idiopathique/